chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Guinée : les incohérences et l’immaturité politique du chef de file de l’opposition !

Date de publication:2016-01-12 22:14:26

2016-01-12 22:03:55

Après la  mascarade du 11 octobre 2015, le chef de file de l’opposition a déclaré qu’il  ne reconnaît pas cette nouvelle victoire d’Alpha Condé. Il avait promis de  faire appel au peuple pour contester l’élection et chasser Alpha Condé du  pouvoir. Comme d’habitude, c’est lui qui quittera le pays jusqu’à ce que le président  soit investi dans le calme.

Dès la nomination de Mamady Youla, Cellou Dalein qui avait  dit ne pas reconnaître Alpha Condé, fut un des premiers à applaudir son décret  et apprécier le nouveau PM. Il n’a pas tari d’éloges pour le nouveau PM qu’il  dit être un bon choix.

Un jugement hatif et indigne d'un leader de l'opposition qui ignore les critères du choix et les motivations du dictateur Président.

Dans sa dernière déclaration sur la Radio Espace FM ce lundi 11 janvier 2016, le même Cellou Dalein déclare que c’est pour le contrôle du pouvoir par le fils unique du président de la République, Mohamed Alpha Condé (MAC), que Mamady Youla est nommé PM qui serait venu avec un clan pour préparer 2020 !

Cellou a eu un pareil comportement lors du choix de Sékouba Konaté, ministre de la défense du CNDD lors du génocide qui a principalement visé ses militants.

Face au choix de Bakary Fofana par Alpha Condé en 2012, le chef de file de l’opposition a eu le même comportement, poussant sa démagogie jusqu’à inviter les Institutions internationales à soutenir Bakary Fofana qui serait un président compétent, consensuel et démocratiquement élu de la Ceni. Alors que ni la procédure ni la parité n’ont été respectées par le pouvoir qui tenait à imposer son homme en la personne de Bakary Fofana.

En 2012, il avait également félicité Alpha Condé pour sa reforme des forces de sécurité devenues respectueuses des droits de l'homme, encourageant les Occidentaux à débloquer des Fonds pour ces Forces de l'ordre. Quelques temps après, 12 partisans de l'UFDG furent froidement tués par balles, quand l'opposition demanda une Ceni paritaire et indépendante avant les législatives. Jusqu'à l'organisation des législatives en novembre 2013, l'opposition ou plus précisément l'UFDG avait enregistré 56 morts par balles.

A propos du ministre sortant des droits de l’homme, Cellou Dalein déclare :

« Nous avons beaucoup de respect et de considération pour lui. C’est un homme honnête, dévoué, déterminé, objectif, d’une honnêteté intellectuelle irréprochable. Nous avons salué les actions qu’il a menées à la tête du ministère des droits de l’homme. »

Dans le gouvernement passé d’Alpha Condé, il y avait un ministère des droits de l’homme. Le bilan de ce gouvernement : des centaines de guinéens tués en Forêt, 69 guinéens supposés être militants ou sympathisants de l’opposition tués par balles à Conakry, un millier de prisonniers politiques, plus de 130 milliards de GNF pillés des commerçants peuls, des centaines de guinéens jetés en prison sans jugement, avec refus d’enquête judiciaire et de prendre les plaintes des victimes. Depuis lors des campagnes électorales, des responsables de l’UFDG croupissent en prison, arrêtés dans l’exercice de leur fonction.

Le ministre chargé des droits de l’homme a donc fait quoi pour mériter de tels éloges du leader politique dont les collaborateurs et militants sont les premières victimes de l’arbitraire ?

Après la présidentielle de 2010 peu avant  laquelle des milliers de ses militants et citoyens peuls furent victimes de  pogrom en Haute Guinée sans que le régime de transition ne bouge le petit doigt  et après le transfert du pouvoir à Alpha Condé, Cellou Dalein chantera des éloges de Sékouba  Konaté qui, selon lui, a bien joué son rôle en conduisant correctement la  transition. C’est à ses alliés et à son vice-président qu’il s’en prendra !

Cellou Dalein Diallo se moque de ceux qui marchent, qui votent, qui perdent ou qui meurent pour lui ! Mais, il y aura toujours des gens prêts à faire du kamikaze derrière cet homme !!! Naturellement, un leader a toujours ses suivistes.

Sur la Radio Espace FM, il déclare au sujet du retour de Bah Oury : « A l’UFDG nous n’avons pas de problèmes, nous nous réjouissons du retour de Bah Oury à condition qu’il s’inscrive dans la  ligne politique définie par le parti » (Lire). 

 

GUINEEPRESSE.INFO


Commentaires


2016-01-12 22:03:55

Après la  mascarade du 11 octobre 2015, le chef de file de l’opposition a déclaré qu’il  ne reconnaît pas cette nouvelle victoire d’Alpha Condé. Il avait promis de  faire appel au peuple pour contester l’élection et chasser Alpha Condé du  pouvoir. Comme d’habitude, c’est lui qui quittera le pays jusqu’à ce que le président  soit investi dans le calme.

Dès la nomination de Mamady Youla, Cellou Dalein qui avait  dit ne pas reconnaître Alpha Condé, fut un des premiers à applaudir son décret  et apprécier le nouveau PM. Il n’a pas tari d’éloges pour le nouveau PM qu’il  dit être un bon choix.

Un jugement hatif et indigne d'un leader de l'opposition qui ignore les critères du choix et les motivations du dictateur Président.

Dans sa dernière déclaration sur la Radio Espace FM ce lundi 11 janvier 2016, le même Cellou Dalein déclare que c’est pour le contrôle du pouvoir par le fils unique du président de la République, Mohamed Alpha Condé (MAC), que Mamady Youla est nommé PM qui serait venu avec un clan pour préparer 2020 !

Cellou a eu un pareil comportement lors du choix de Sékouba Konaté, ministre de la défense du CNDD lors du génocide qui a principalement visé ses militants.

Face au choix de Bakary Fofana par Alpha Condé en 2012, le chef de file de l’opposition a eu le même comportement, poussant sa démagogie jusqu’à inviter les Institutions internationales à soutenir Bakary Fofana qui serait un président compétent, consensuel et démocratiquement élu de la Ceni. Alors que ni la procédure ni la parité n’ont été respectées par le pouvoir qui tenait à imposer son homme en la personne de Bakary Fofana.

En 2012, il avait également félicité Alpha Condé pour sa reforme des forces de sécurité devenues respectueuses des droits de l'homme, encourageant les Occidentaux à débloquer des Fonds pour ces Forces de l'ordre. Quelques temps après, 12 partisans de l'UFDG furent froidement tués par balles, quand l'opposition demanda une Ceni paritaire et indépendante avant les législatives. Jusqu'à l'organisation des législatives en novembre 2013, l'opposition ou plus précisément l'UFDG avait enregistré 56 morts par balles.

A propos du ministre sortant des droits de l’homme, Cellou Dalein déclare :

« Nous avons beaucoup de respect et de considération pour lui. C’est un homme honnête, dévoué, déterminé, objectif, d’une honnêteté intellectuelle irréprochable. Nous avons salué les actions qu’il a menées à la tête du ministère des droits de l’homme. »

Dans le gouvernement passé d’Alpha Condé, il y avait un ministère des droits de l’homme. Le bilan de ce gouvernement : des centaines de guinéens tués en Forêt, 69 guinéens supposés être militants ou sympathisants de l’opposition tués par balles à Conakry, un millier de prisonniers politiques, plus de 130 milliards de GNF pillés des commerçants peuls, des centaines de guinéens jetés en prison sans jugement, avec refus d’enquête judiciaire et de prendre les plaintes des victimes. Depuis lors des campagnes électorales, des responsables de l’UFDG croupissent en prison, arrêtés dans l’exercice de leur fonction.

Le ministre chargé des droits de l’homme a donc fait quoi pour mériter de tels éloges du leader politique dont les collaborateurs et militants sont les premières victimes de l’arbitraire ?

Après la présidentielle de 2010 peu avant  laquelle des milliers de ses militants et citoyens peuls furent victimes de  pogrom en Haute Guinée sans que le régime de transition ne bouge le petit doigt  et après le transfert du pouvoir à Alpha Condé, Cellou Dalein chantera des éloges de Sékouba  Konaté qui, selon lui, a bien joué son rôle en conduisant correctement la  transition. C’est à ses alliés et à son vice-président qu’il s’en prendra !

Cellou Dalein Diallo se moque de ceux qui marchent, qui votent, qui perdent ou qui meurent pour lui ! Mais, il y aura toujours des gens prêts à faire du kamikaze derrière cet homme !!! Naturellement, un leader a toujours ses suivistes.

Sur la Radio Espace FM, il déclare au sujet du retour de Bah Oury : « A l’UFDG nous n’avons pas de problèmes, nous nous réjouissons du retour de Bah Oury à condition qu’il s’inscrive dans la  ligne politique définie par le parti » (Lire). 

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-01-12 22:14:26 tandetat
2016-01-13 06:36:41 tandetat

2016-01-12 22:03:55

Après la  mascarade du 11 octobre 2015, le chef de file de l’opposition a déclaré qu’il  ne reconnaît pas cette nouvelle victoire d’Alpha Condé. Il avait promis de  faire appel au peuple pour contester l’élection et chasser Alpha Condé du  pouvoir. Comme d’habitude, c’est lui qui quittera le pays jusqu’à ce que le président  soit investi dans le calme.

Dès la nomination de Mamady Youla, Cellou Dalein qui avait  dit ne pas reconnaître Alpha Condé, fut un des premiers à applaudir son décret  et apprécier le nouveau PM. Il n’a pas tari d’éloges pour le nouveau PM qu’il  dit être un bon choix.

Un jugement hatif et indigne d'un leader de l'opposition qui ignore les critères du choix et les motivations du dictateur Président.

Dans sa dernière déclaration sur la Radio Espace FM ce lundi 11 janvier 2016, le même Cellou Dalein déclare que c’est pour le contrôle du pouvoir par le fils unique du président de la République, Mohamed Alpha Condé (MAC), que Mamady Youla est nommé PM qui serait venu avec un clan pour préparer 2020 !

Cellou a eu un pareil comportement lors du choix de Sékouba Konaté, ministre de la défense du CNDD lors du génocide qui a principalement visé ses militants.

Face au choix de Bakary Fofana par Alpha Condé en 2012, le chef de file de l’opposition a eu le même comportement, poussant sa démagogie jusqu’à inviter les Institutions internationales à soutenir Bakary Fofana qui serait un président compétent, consensuel et démocratiquement élu de la Ceni. Alors que ni la procédure ni la parité n’ont été respectées par le pouvoir qui tenait à imposer son homme en la personne de Bakary Fofana.

En 2012, il avait également félicité Alpha Condé pour sa reforme des forces de sécurité devenues respectueuses des droits de l'homme, encourageant les Occidentaux à débloquer des Fonds pour ces Forces de l'ordre. Quelques temps après, 12 partisans de l'UFDG furent froidement tués par balles, quand l'opposition demanda une Ceni paritaire et indépendante avant les législatives. Jusqu'à l'organisation des législatives en novembre 2013, l'opposition ou plus précisément l'UFDG avait enregistré 56 morts par balles.

A propos du ministre sortant des droits de l’homme, Cellou Dalein déclare :

« Nous avons beaucoup de respect et de considération pour lui. C’est un homme honnête, dévoué, déterminé, objectif, d’une honnêteté intellectuelle irréprochable. Nous avons salué les actions qu’il a menées à la tête du ministère des droits de l’homme. »

Dans le gouvernement passé d’Alpha Condé, il y avait un ministère des droits de l’homme. Le bilan de ce gouvernement : des centaines de guinéens tués en Forêt, 69 guinéens supposés être militants ou sympathisants de l’opposition tués par balles à Conakry, un millier de prisonniers politiques, plus de 130 milliards de GNF pillés des commerçants peuls, des centaines de guinéens jetés en prison sans jugement, avec refus d’enquête judiciaire et de prendre les plaintes des victimes. Depuis lors des campagnes électorales, des responsables de l’UFDG croupissent en prison, arrêtés dans l’exercice de leur fonction.

Le ministre chargé des droits de l’homme a donc fait quoi pour mériter de tels éloges du leader politique dont les collaborateurs et militants sont les premières victimes de l’arbitraire ?

Après la présidentielle de 2010 peu avant  laquelle des milliers de ses militants et citoyens peuls furent victimes de  pogrom en Haute Guinée sans que le régime de transition ne bouge le petit doigt  et après le transfert du pouvoir à Alpha Condé, Cellou Dalein chantera des éloges de Sékouba  Konaté qui, selon lui, a bien joué son rôle en conduisant correctement la  transition. C’est à ses alliés et à son vice-président qu’il s’en prendra !

Cellou Dalein Diallo se moque de ceux qui marchent, qui votent, qui perdent ou qui meurent pour lui ! Mais, il y aura toujours des gens prêts à faire du kamikaze derrière cet homme !!! Naturellement, un leader a toujours ses suivistes.

Sur la Radio Espace FM, il déclare au sujet du retour de Bah Oury : « A l’UFDG nous n’avons pas de problèmes, nous nous réjouissons du retour de Bah Oury à condition qu’il s’inscrive dans la  ligne politique définie par le parti » (Lire). 

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-01-12 22:14:26 ALLAH nana
2016-01-13 06:36:41 ALLAH nana

2016-01-12 22:03:55

Après la  mascarade du 11 octobre 2015, le chef de file de l’opposition a déclaré qu’il  ne reconnaît pas cette nouvelle victoire d’Alpha Condé. Il avait promis de  faire appel au peuple pour contester l’élection et chasser Alpha Condé du  pouvoir. Comme d’habitude, c’est lui qui quittera le pays jusqu’à ce que le président  soit investi dans le calme.

Dès la nomination de Mamady Youla, Cellou Dalein qui avait  dit ne pas reconnaître Alpha Condé, fut un des premiers à applaudir son décret  et apprécier le nouveau PM. Il n’a pas tari d’éloges pour le nouveau PM qu’il  dit être un bon choix.

Un jugement hatif et indigne d'un leader de l'opposition qui ignore les critères du choix et les motivations du dictateur Président.

Dans sa dernière déclaration sur la Radio Espace FM ce lundi 11 janvier 2016, le même Cellou Dalein déclare que c’est pour le contrôle du pouvoir par le fils unique du président de la République, Mohamed Alpha Condé (MAC), que Mamady Youla est nommé PM qui serait venu avec un clan pour préparer 2020 !

Cellou a eu un pareil comportement lors du choix de Sékouba Konaté, ministre de la défense du CNDD lors du génocide qui a principalement visé ses militants.

Face au choix de Bakary Fofana par Alpha Condé en 2012, le chef de file de l’opposition a eu le même comportement, poussant sa démagogie jusqu’à inviter les Institutions internationales à soutenir Bakary Fofana qui serait un président compétent, consensuel et démocratiquement élu de la Ceni. Alors que ni la procédure ni la parité n’ont été respectées par le pouvoir qui tenait à imposer son homme en la personne de Bakary Fofana.

En 2012, il avait également félicité Alpha Condé pour sa reforme des forces de sécurité devenues respectueuses des droits de l'homme, encourageant les Occidentaux à débloquer des Fonds pour ces Forces de l'ordre. Quelques temps après, 12 partisans de l'UFDG furent froidement tués par balles, quand l'opposition demanda une Ceni paritaire et indépendante avant les législatives. Jusqu'à l'organisation des législatives en novembre 2013, l'opposition ou plus précisément l'UFDG avait enregistré 56 morts par balles.

A propos du ministre sortant des droits de l’homme, Cellou Dalein déclare :

« Nous avons beaucoup de respect et de considération pour lui. C’est un homme honnête, dévoué, déterminé, objectif, d’une honnêteté intellectuelle irréprochable. Nous avons salué les actions qu’il a menées à la tête du ministère des droits de l’homme. »

Dans le gouvernement passé d’Alpha Condé, il y avait un ministère des droits de l’homme. Le bilan de ce gouvernement : des centaines de guinéens tués en Forêt, 69 guinéens supposés être militants ou sympathisants de l’opposition tués par balles à Conakry, un millier de prisonniers politiques, plus de 130 milliards de GNF pillés des commerçants peuls, des centaines de guinéens jetés en prison sans jugement, avec refus d’enquête judiciaire et de prendre les plaintes des victimes. Depuis lors des campagnes électorales, des responsables de l’UFDG croupissent en prison, arrêtés dans l’exercice de leur fonction.

Le ministre chargé des droits de l’homme a donc fait quoi pour mériter de tels éloges du leader politique dont les collaborateurs et militants sont les premières victimes de l’arbitraire ?

Après la présidentielle de 2010 peu avant  laquelle des milliers de ses militants et citoyens peuls furent victimes de  pogrom en Haute Guinée sans que le régime de transition ne bouge le petit doigt  et après le transfert du pouvoir à Alpha Condé, Cellou Dalein chantera des éloges de Sékouba  Konaté qui, selon lui, a bien joué son rôle en conduisant correctement la  transition. C’est à ses alliés et à son vice-président qu’il s’en prendra !

Cellou Dalein Diallo se moque de ceux qui marchent, qui votent, qui perdent ou qui meurent pour lui ! Mais, il y aura toujours des gens prêts à faire du kamikaze derrière cet homme !!! Naturellement, un leader a toujours ses suivistes.

Sur la Radio Espace FM, il déclare au sujet du retour de Bah Oury : « A l’UFDG nous n’avons pas de problèmes, nous nous réjouissons du retour de Bah Oury à condition qu’il s’inscrive dans la  ligne politique définie par le parti » (Lire). 

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-01-12 22:14:26 Thierno
2016-01-13 06:36:41 Thierno

2016-01-12 22:03:55

Après la  mascarade du 11 octobre 2015, le chef de file de l’opposition a déclaré qu’il  ne reconnaît pas cette nouvelle victoire d’Alpha Condé. Il avait promis de  faire appel au peuple pour contester l’élection et chasser Alpha Condé du  pouvoir. Comme d’habitude, c’est lui qui quittera le pays jusqu’à ce que le président  soit investi dans le calme.

Dès la nomination de Mamady Youla, Cellou Dalein qui avait  dit ne pas reconnaître Alpha Condé, fut un des premiers à applaudir son décret  et apprécier le nouveau PM. Il n’a pas tari d’éloges pour le nouveau PM qu’il  dit être un bon choix.

Un jugement hatif et indigne d'un leader de l'opposition qui ignore les critères du choix et les motivations du dictateur Président.

Dans sa dernière déclaration sur la Radio Espace FM ce lundi 11 janvier 2016, le même Cellou Dalein déclare que c’est pour le contrôle du pouvoir par le fils unique du président de la République, Mohamed Alpha Condé (MAC), que Mamady Youla est nommé PM qui serait venu avec un clan pour préparer 2020 !

Cellou a eu un pareil comportement lors du choix de Sékouba Konaté, ministre de la défense du CNDD lors du génocide qui a principalement visé ses militants.

Face au choix de Bakary Fofana par Alpha Condé en 2012, le chef de file de l’opposition a eu le même comportement, poussant sa démagogie jusqu’à inviter les Institutions internationales à soutenir Bakary Fofana qui serait un président compétent, consensuel et démocratiquement élu de la Ceni. Alors que ni la procédure ni la parité n’ont été respectées par le pouvoir qui tenait à imposer son homme en la personne de Bakary Fofana.

En 2012, il avait également félicité Alpha Condé pour sa reforme des forces de sécurité devenues respectueuses des droits de l'homme, encourageant les Occidentaux à débloquer des Fonds pour ces Forces de l'ordre. Quelques temps après, 12 partisans de l'UFDG furent froidement tués par balles, quand l'opposition demanda une Ceni paritaire et indépendante avant les législatives. Jusqu'à l'organisation des législatives en novembre 2013, l'opposition ou plus précisément l'UFDG avait enregistré 56 morts par balles.

A propos du ministre sortant des droits de l’homme, Cellou Dalein déclare :

« Nous avons beaucoup de respect et de considération pour lui. C’est un homme honnête, dévoué, déterminé, objectif, d’une honnêteté intellectuelle irréprochable. Nous avons salué les actions qu’il a menées à la tête du ministère des droits de l’homme. »

Dans le gouvernement passé d’Alpha Condé, il y avait un ministère des droits de l’homme. Le bilan de ce gouvernement : des centaines de guinéens tués en Forêt, 69 guinéens supposés être militants ou sympathisants de l’opposition tués par balles à Conakry, un millier de prisonniers politiques, plus de 130 milliards de GNF pillés des commerçants peuls, des centaines de guinéens jetés en prison sans jugement, avec refus d’enquête judiciaire et de prendre les plaintes des victimes. Depuis lors des campagnes électorales, des responsables de l’UFDG croupissent en prison, arrêtés dans l’exercice de leur fonction.

Le ministre chargé des droits de l’homme a donc fait quoi pour mériter de tels éloges du leader politique dont les collaborateurs et militants sont les premières victimes de l’arbitraire ?

Après la présidentielle de 2010 peu avant  laquelle des milliers de ses militants et citoyens peuls furent victimes de  pogrom en Haute Guinée sans que le régime de transition ne bouge le petit doigt  et après le transfert du pouvoir à Alpha Condé, Cellou Dalein chantera des éloges de Sékouba  Konaté qui, selon lui, a bien joué son rôle en conduisant correctement la  transition. C’est à ses alliés et à son vice-président qu’il s’en prendra !

Cellou Dalein Diallo se moque de ceux qui marchent, qui votent, qui perdent ou qui meurent pour lui ! Mais, il y aura toujours des gens prêts à faire du kamikaze derrière cet homme !!! Naturellement, un leader a toujours ses suivistes.

Sur la Radio Espace FM, il déclare au sujet du retour de Bah Oury : « A l’UFDG nous n’avons pas de problèmes, nous nous réjouissons du retour de Bah Oury à condition qu’il s’inscrive dans la  ligne politique définie par le parti » (Lire). 

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-01-12 22:14:26 Djiwoun Daka
2016-01-13 06:36:41 Djiwoun Daka

2016-01-12 22:03:55

Après la  mascarade du 11 octobre 2015, le chef de file de l’opposition a déclaré qu’il  ne reconnaît pas cette nouvelle victoire d’Alpha Condé. Il avait promis de  faire appel au peuple pour contester l’élection et chasser Alpha Condé du  pouvoir. Comme d’habitude, c’est lui qui quittera le pays jusqu’à ce que le président  soit investi dans le calme.

Dès la nomination de Mamady Youla, Cellou Dalein qui avait  dit ne pas reconnaître Alpha Condé, fut un des premiers à applaudir son décret  et apprécier le nouveau PM. Il n’a pas tari d’éloges pour le nouveau PM qu’il  dit être un bon choix.

Un jugement hatif et indigne d'un leader de l'opposition qui ignore les critères du choix et les motivations du dictateur Président.

Dans sa dernière déclaration sur la Radio Espace FM ce lundi 11 janvier 2016, le même Cellou Dalein déclare que c’est pour le contrôle du pouvoir par le fils unique du président de la République, Mohamed Alpha Condé (MAC), que Mamady Youla est nommé PM qui serait venu avec un clan pour préparer 2020 !

Cellou a eu un pareil comportement lors du choix de Sékouba Konaté, ministre de la défense du CNDD lors du génocide qui a principalement visé ses militants.

Face au choix de Bakary Fofana par Alpha Condé en 2012, le chef de file de l’opposition a eu le même comportement, poussant sa démagogie jusqu’à inviter les Institutions internationales à soutenir Bakary Fofana qui serait un président compétent, consensuel et démocratiquement élu de la Ceni. Alors que ni la procédure ni la parité n’ont été respectées par le pouvoir qui tenait à imposer son homme en la personne de Bakary Fofana.

En 2012, il avait également félicité Alpha Condé pour sa reforme des forces de sécurité devenues respectueuses des droits de l'homme, encourageant les Occidentaux à débloquer des Fonds pour ces Forces de l'ordre. Quelques temps après, 12 partisans de l'UFDG furent froidement tués par balles, quand l'opposition demanda une Ceni paritaire et indépendante avant les législatives. Jusqu'à l'organisation des législatives en novembre 2013, l'opposition ou plus précisément l'UFDG avait enregistré 56 morts par balles.

A propos du ministre sortant des droits de l’homme, Cellou Dalein déclare :

« Nous avons beaucoup de respect et de considération pour lui. C’est un homme honnête, dévoué, déterminé, objectif, d’une honnêteté intellectuelle irréprochable. Nous avons salué les actions qu’il a menées à la tête du ministère des droits de l’homme. »

Dans le gouvernement passé d’Alpha Condé, il y avait un ministère des droits de l’homme. Le bilan de ce gouvernement : des centaines de guinéens tués en Forêt, 69 guinéens supposés être militants ou sympathisants de l’opposition tués par balles à Conakry, un millier de prisonniers politiques, plus de 130 milliards de GNF pillés des commerçants peuls, des centaines de guinéens jetés en prison sans jugement, avec refus d’enquête judiciaire et de prendre les plaintes des victimes. Depuis lors des campagnes électorales, des responsables de l’UFDG croupissent en prison, arrêtés dans l’exercice de leur fonction.

Le ministre chargé des droits de l’homme a donc fait quoi pour mériter de tels éloges du leader politique dont les collaborateurs et militants sont les premières victimes de l’arbitraire ?

Après la présidentielle de 2010 peu avant  laquelle des milliers de ses militants et citoyens peuls furent victimes de  pogrom en Haute Guinée sans que le régime de transition ne bouge le petit doigt  et après le transfert du pouvoir à Alpha Condé, Cellou Dalein chantera des éloges de Sékouba  Konaté qui, selon lui, a bien joué son rôle en conduisant correctement la  transition. C’est à ses alliés et à son vice-président qu’il s’en prendra !

Cellou Dalein Diallo se moque de ceux qui marchent, qui votent, qui perdent ou qui meurent pour lui ! Mais, il y aura toujours des gens prêts à faire du kamikaze derrière cet homme !!! Naturellement, un leader a toujours ses suivistes.

Sur la Radio Espace FM, il déclare au sujet du retour de Bah Oury : « A l’UFDG nous n’avons pas de problèmes, nous nous réjouissons du retour de Bah Oury à condition qu’il s’inscrive dans la  ligne politique définie par le parti » (Lire). 

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-01-12 22:14:26 GuineePresse
2016-01-13 06:36:41 GuineePresse

2016-01-12 22:03:55

Après la  mascarade du 11 octobre 2015, le chef de file de l’opposition a déclaré qu’il  ne reconnaît pas cette nouvelle victoire d’Alpha Condé. Il avait promis de  faire appel au peuple pour contester l’élection et chasser Alpha Condé du  pouvoir. Comme d’habitude, c’est lui qui quittera le pays jusqu’à ce que le président  soit investi dans le calme.

Dès la nomination de Mamady Youla, Cellou Dalein qui avait  dit ne pas reconnaître Alpha Condé, fut un des premiers à applaudir son décret  et apprécier le nouveau PM. Il n’a pas tari d’éloges pour le nouveau PM qu’il  dit être un bon choix.

Un jugement hatif et indigne d'un leader de l'opposition qui ignore les critères du choix et les motivations du dictateur Président.

Dans sa dernière déclaration sur la Radio Espace FM ce lundi 11 janvier 2016, le même Cellou Dalein déclare que c’est pour le contrôle du pouvoir par le fils unique du président de la République, Mohamed Alpha Condé (MAC), que Mamady Youla est nommé PM qui serait venu avec un clan pour préparer 2020 !

Cellou a eu un pareil comportement lors du choix de Sékouba Konaté, ministre de la défense du CNDD lors du génocide qui a principalement visé ses militants.

Face au choix de Bakary Fofana par Alpha Condé en 2012, le chef de file de l’opposition a eu le même comportement, poussant sa démagogie jusqu’à inviter les Institutions internationales à soutenir Bakary Fofana qui serait un président compétent, consensuel et démocratiquement élu de la Ceni. Alors que ni la procédure ni la parité n’ont été respectées par le pouvoir qui tenait à imposer son homme en la personne de Bakary Fofana.

En 2012, il avait également félicité Alpha Condé pour sa reforme des forces de sécurité devenues respectueuses des droits de l'homme, encourageant les Occidentaux à débloquer des Fonds pour ces Forces de l'ordre. Quelques temps après, 12 partisans de l'UFDG furent froidement tués par balles, quand l'opposition demanda une Ceni paritaire et indépendante avant les législatives. Jusqu'à l'organisation des législatives en novembre 2013, l'opposition ou plus précisément l'UFDG avait enregistré 56 morts par balles.

A propos du ministre sortant des droits de l’homme, Cellou Dalein déclare :

« Nous avons beaucoup de respect et de considération pour lui. C’est un homme honnête, dévoué, déterminé, objectif, d’une honnêteté intellectuelle irréprochable. Nous avons salué les actions qu’il a menées à la tête du ministère des droits de l’homme. »

Dans le gouvernement passé d’Alpha Condé, il y avait un ministère des droits de l’homme. Le bilan de ce gouvernement : des centaines de guinéens tués en Forêt, 69 guinéens supposés être militants ou sympathisants de l’opposition tués par balles à Conakry, un millier de prisonniers politiques, plus de 130 milliards de GNF pillés des commerçants peuls, des centaines de guinéens jetés en prison sans jugement, avec refus d’enquête judiciaire et de prendre les plaintes des victimes. Depuis lors des campagnes électorales, des responsables de l’UFDG croupissent en prison, arrêtés dans l’exercice de leur fonction.

Le ministre chargé des droits de l’homme a donc fait quoi pour mériter de tels éloges du leader politique dont les collaborateurs et militants sont les premières victimes de l’arbitraire ?

Après la présidentielle de 2010 peu avant  laquelle des milliers de ses militants et citoyens peuls furent victimes de  pogrom en Haute Guinée sans que le régime de transition ne bouge le petit doigt  et après le transfert du pouvoir à Alpha Condé, Cellou Dalein chantera des éloges de Sékouba  Konaté qui, selon lui, a bien joué son rôle en conduisant correctement la  transition. C’est à ses alliés et à son vice-président qu’il s’en prendra !

Cellou Dalein Diallo se moque de ceux qui marchent, qui votent, qui perdent ou qui meurent pour lui ! Mais, il y aura toujours des gens prêts à faire du kamikaze derrière cet homme !!! Naturellement, un leader a toujours ses suivistes.

Sur la Radio Espace FM, il déclare au sujet du retour de Bah Oury : « A l’UFDG nous n’avons pas de problèmes, nous nous réjouissons du retour de Bah Oury à condition qu’il s’inscrive dans la  ligne politique définie par le parti » (Lire). 

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-01-12 22:14:26 Doura
2016-01-13 06:36:41 Doura

2016-01-12 22:03:55

Après la  mascarade du 11 octobre 2015, le chef de file de l’opposition a déclaré qu’il  ne reconnaît pas cette nouvelle victoire d’Alpha Condé. Il avait promis de  faire appel au peuple pour contester l’élection et chasser Alpha Condé du  pouvoir. Comme d’habitude, c’est lui qui quittera le pays jusqu’à ce que le président  soit investi dans le calme.

Dès la nomination de Mamady Youla, Cellou Dalein qui avait  dit ne pas reconnaître Alpha Condé, fut un des premiers à applaudir son décret  et apprécier le nouveau PM. Il n’a pas tari d’éloges pour le nouveau PM qu’il  dit être un bon choix.

Un jugement hatif et indigne d'un leader de l'opposition qui ignore les critères du choix et les motivations du dictateur Président.

Dans sa dernière déclaration sur la Radio Espace FM ce lundi 11 janvier 2016, le même Cellou Dalein déclare que c’est pour le contrôle du pouvoir par le fils unique du président de la République, Mohamed Alpha Condé (MAC), que Mamady Youla est nommé PM qui serait venu avec un clan pour préparer 2020 !

Cellou a eu un pareil comportement lors du choix de Sékouba Konaté, ministre de la défense du CNDD lors du génocide qui a principalement visé ses militants.

Face au choix de Bakary Fofana par Alpha Condé en 2012, le chef de file de l’opposition a eu le même comportement, poussant sa démagogie jusqu’à inviter les Institutions internationales à soutenir Bakary Fofana qui serait un président compétent, consensuel et démocratiquement élu de la Ceni. Alors que ni la procédure ni la parité n’ont été respectées par le pouvoir qui tenait à imposer son homme en la personne de Bakary Fofana.

En 2012, il avait également félicité Alpha Condé pour sa reforme des forces de sécurité devenues respectueuses des droits de l'homme, encourageant les Occidentaux à débloquer des Fonds pour ces Forces de l'ordre. Quelques temps après, 12 partisans de l'UFDG furent froidement tués par balles, quand l'opposition demanda une Ceni paritaire et indépendante avant les législatives. Jusqu'à l'organisation des législatives en novembre 2013, l'opposition ou plus précisément l'UFDG avait enregistré 56 morts par balles.

A propos du ministre sortant des droits de l’homme, Cellou Dalein déclare :

« Nous avons beaucoup de respect et de considération pour lui. C’est un homme honnête, dévoué, déterminé, objectif, d’une honnêteté intellectuelle irréprochable. Nous avons salué les actions qu’il a menées à la tête du ministère des droits de l’homme. »

Dans le gouvernement passé d’Alpha Condé, il y avait un ministère des droits de l’homme. Le bilan de ce gouvernement : des centaines de guinéens tués en Forêt, 69 guinéens supposés être militants ou sympathisants de l’opposition tués par balles à Conakry, un millier de prisonniers politiques, plus de 130 milliards de GNF pillés des commerçants peuls, des centaines de guinéens jetés en prison sans jugement, avec refus d’enquête judiciaire et de prendre les plaintes des victimes. Depuis lors des campagnes électorales, des responsables de l’UFDG croupissent en prison, arrêtés dans l’exercice de leur fonction.

Le ministre chargé des droits de l’homme a donc fait quoi pour mériter de tels éloges du leader politique dont les collaborateurs et militants sont les premières victimes de l’arbitraire ?

Après la présidentielle de 2010 peu avant  laquelle des milliers de ses militants et citoyens peuls furent victimes de  pogrom en Haute Guinée sans que le régime de transition ne bouge le petit doigt  et après le transfert du pouvoir à Alpha Condé, Cellou Dalein chantera des éloges de Sékouba  Konaté qui, selon lui, a bien joué son rôle en conduisant correctement la  transition. C’est à ses alliés et à son vice-président qu’il s’en prendra !

Cellou Dalein Diallo se moque de ceux qui marchent, qui votent, qui perdent ou qui meurent pour lui ! Mais, il y aura toujours des gens prêts à faire du kamikaze derrière cet homme !!! Naturellement, un leader a toujours ses suivistes.

Sur la Radio Espace FM, il déclare au sujet du retour de Bah Oury : « A l’UFDG nous n’avons pas de problèmes, nous nous réjouissons du retour de Bah Oury à condition qu’il s’inscrive dans la  ligne politique définie par le parti » (Lire). 

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-01-12 22:14:26 bah
2016-01-13 06:36:41 bah

2016-01-12 22:03:55

Après la  mascarade du 11 octobre 2015, le chef de file de l’opposition a déclaré qu’il  ne reconnaît pas cette nouvelle victoire d’Alpha Condé. Il avait promis de  faire appel au peuple pour contester l’élection et chasser Alpha Condé du  pouvoir. Comme d’habitude, c’est lui qui quittera le pays jusqu’à ce que le président  soit investi dans le calme.

Dès la nomination de Mamady Youla, Cellou Dalein qui avait  dit ne pas reconnaître Alpha Condé, fut un des premiers à applaudir son décret  et apprécier le nouveau PM. Il n’a pas tari d’éloges pour le nouveau PM qu’il  dit être un bon choix.

Un jugement hatif et indigne d'un leader de l'opposition qui ignore les critères du choix et les motivations du dictateur Président.

Dans sa dernière déclaration sur la Radio Espace FM ce lundi 11 janvier 2016, le même Cellou Dalein déclare que c’est pour le contrôle du pouvoir par le fils unique du président de la République, Mohamed Alpha Condé (MAC), que Mamady Youla est nommé PM qui serait venu avec un clan pour préparer 2020 !

Cellou a eu un pareil comportement lors du choix de Sékouba Konaté, ministre de la défense du CNDD lors du génocide qui a principalement visé ses militants.

Face au choix de Bakary Fofana par Alpha Condé en 2012, le chef de file de l’opposition a eu le même comportement, poussant sa démagogie jusqu’à inviter les Institutions internationales à soutenir Bakary Fofana qui serait un président compétent, consensuel et démocratiquement élu de la Ceni. Alors que ni la procédure ni la parité n’ont été respectées par le pouvoir qui tenait à imposer son homme en la personne de Bakary Fofana.

En 2012, il avait également félicité Alpha Condé pour sa reforme des forces de sécurité devenues respectueuses des droits de l'homme, encourageant les Occidentaux à débloquer des Fonds pour ces Forces de l'ordre. Quelques temps après, 12 partisans de l'UFDG furent froidement tués par balles, quand l'opposition demanda une Ceni paritaire et indépendante avant les législatives. Jusqu'à l'organisation des législatives en novembre 2013, l'opposition ou plus précisément l'UFDG avait enregistré 56 morts par balles.

A propos du ministre sortant des droits de l’homme, Cellou Dalein déclare :

« Nous avons beaucoup de respect et de considération pour lui. C’est un homme honnête, dévoué, déterminé, objectif, d’une honnêteté intellectuelle irréprochable. Nous avons salué les actions qu’il a menées à la tête du ministère des droits de l’homme. »

Dans le gouvernement passé d’Alpha Condé, il y avait un ministère des droits de l’homme. Le bilan de ce gouvernement : des centaines de guinéens tués en Forêt, 69 guinéens supposés être militants ou sympathisants de l’opposition tués par balles à Conakry, un millier de prisonniers politiques, plus de 130 milliards de GNF pillés des commerçants peuls, des centaines de guinéens jetés en prison sans jugement, avec refus d’enquête judiciaire et de prendre les plaintes des victimes. Depuis lors des campagnes électorales, des responsables de l’UFDG croupissent en prison, arrêtés dans l’exercice de leur fonction.

Le ministre chargé des droits de l’homme a donc fait quoi pour mériter de tels éloges du leader politique dont les collaborateurs et militants sont les premières victimes de l’arbitraire ?

Après la présidentielle de 2010 peu avant  laquelle des milliers de ses militants et citoyens peuls furent victimes de  pogrom en Haute Guinée sans que le régime de transition ne bouge le petit doigt  et après le transfert du pouvoir à Alpha Condé, Cellou Dalein chantera des éloges de Sékouba  Konaté qui, selon lui, a bien joué son rôle en conduisant correctement la  transition. C’est à ses alliés et à son vice-président qu’il s’en prendra !

Cellou Dalein Diallo se moque de ceux qui marchent, qui votent, qui perdent ou qui meurent pour lui ! Mais, il y aura toujours des gens prêts à faire du kamikaze derrière cet homme !!! Naturellement, un leader a toujours ses suivistes.

Sur la Radio Espace FM, il déclare au sujet du retour de Bah Oury : « A l’UFDG nous n’avons pas de problèmes, nous nous réjouissons du retour de Bah Oury à condition qu’il s’inscrive dans la  ligne politique définie par le parti » (Lire). 

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-01-12 22:14:26 dimo
2016-01-13 06:36:41 dimo

2016-01-12 22:03:55

Après la  mascarade du 11 octobre 2015, le chef de file de l’opposition a déclaré qu’il  ne reconnaît pas cette nouvelle victoire d’Alpha Condé. Il avait promis de  faire appel au peuple pour contester l’élection et chasser Alpha Condé du  pouvoir. Comme d’habitude, c’est lui qui quittera le pays jusqu’à ce que le président  soit investi dans le calme.

Dès la nomination de Mamady Youla, Cellou Dalein qui avait  dit ne pas reconnaître Alpha Condé, fut un des premiers à applaudir son décret  et apprécier le nouveau PM. Il n’a pas tari d’éloges pour le nouveau PM qu’il  dit être un bon choix.

Un jugement hatif et indigne d'un leader de l'opposition qui ignore les critères du choix et les motivations du dictateur Président.

Dans sa dernière déclaration sur la Radio Espace FM ce lundi 11 janvier 2016, le même Cellou Dalein déclare que c’est pour le contrôle du pouvoir par le fils unique du président de la République, Mohamed Alpha Condé (MAC), que Mamady Youla est nommé PM qui serait venu avec un clan pour préparer 2020 !

Cellou a eu un pareil comportement lors du choix de Sékouba Konaté, ministre de la défense du CNDD lors du génocide qui a principalement visé ses militants.

Face au choix de Bakary Fofana par Alpha Condé en 2012, le chef de file de l’opposition a eu le même comportement, poussant sa démagogie jusqu’à inviter les Institutions internationales à soutenir Bakary Fofana qui serait un président compétent, consensuel et démocratiquement élu de la Ceni. Alors que ni la procédure ni la parité n’ont été respectées par le pouvoir qui tenait à imposer son homme en la personne de Bakary Fofana.

En 2012, il avait également félicité Alpha Condé pour sa reforme des forces de sécurité devenues respectueuses des droits de l'homme, encourageant les Occidentaux à débloquer des Fonds pour ces Forces de l'ordre. Quelques temps après, 12 partisans de l'UFDG furent froidement tués par balles, quand l'opposition demanda une Ceni paritaire et indépendante avant les législatives. Jusqu'à l'organisation des législatives en novembre 2013, l'opposition ou plus précisément l'UFDG avait enregistré 56 morts par balles.

A propos du ministre sortant des droits de l’homme, Cellou Dalein déclare :

« Nous avons beaucoup de respect et de considération pour lui. C’est un homme honnête, dévoué, déterminé, objectif, d’une honnêteté intellectuelle irréprochable. Nous avons salué les actions qu’il a menées à la tête du ministère des droits de l’homme. »

Dans le gouvernement passé d’Alpha Condé, il y avait un ministère des droits de l’homme. Le bilan de ce gouvernement : des centaines de guinéens tués en Forêt, 69 guinéens supposés être militants ou sympathisants de l’opposition tués par balles à Conakry, un millier de prisonniers politiques, plus de 130 milliards de GNF pillés des commerçants peuls, des centaines de guinéens jetés en prison sans jugement, avec refus d’enquête judiciaire et de prendre les plaintes des victimes. Depuis lors des campagnes électorales, des responsables de l’UFDG croupissent en prison, arrêtés dans l’exercice de leur fonction.

Le ministre chargé des droits de l’homme a donc fait quoi pour mériter de tels éloges du leader politique dont les collaborateurs et militants sont les premières victimes de l’arbitraire ?

Après la présidentielle de 2010 peu avant  laquelle des milliers de ses militants et citoyens peuls furent victimes de  pogrom en Haute Guinée sans que le régime de transition ne bouge le petit doigt  et après le transfert du pouvoir à Alpha Condé, Cellou Dalein chantera des éloges de Sékouba  Konaté qui, selon lui, a bien joué son rôle en conduisant correctement la  transition. C’est à ses alliés et à son vice-président qu’il s’en prendra !

Cellou Dalein Diallo se moque de ceux qui marchent, qui votent, qui perdent ou qui meurent pour lui ! Mais, il y aura toujours des gens prêts à faire du kamikaze derrière cet homme !!! Naturellement, un leader a toujours ses suivistes.

Sur la Radio Espace FM, il déclare au sujet du retour de Bah Oury : « A l’UFDG nous n’avons pas de problèmes, nous nous réjouissons du retour de Bah Oury à condition qu’il s’inscrive dans la  ligne politique définie par le parti » (Lire). 

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-01-12 22:14:26 Ibrahima2
2016-01-13 06:36:41 Ibrahima2

2016-01-12 22:03:55

Après la  mascarade du 11 octobre 2015, le chef de file de l’opposition a déclaré qu’il  ne reconnaît pas cette nouvelle victoire d’Alpha Condé. Il avait promis de  faire appel au peuple pour contester l’élection et chasser Alpha Condé du  pouvoir. Comme d’habitude, c’est lui qui quittera le pays jusqu’à ce que le président  soit investi dans le calme.

Dès la nomination de Mamady Youla, Cellou Dalein qui avait  dit ne pas reconnaître Alpha Condé, fut un des premiers à applaudir son décret  et apprécier le nouveau PM. Il n’a pas tari d’éloges pour le nouveau PM qu’il  dit être un bon choix.

Un jugement hatif et indigne d'un leader de l'opposition qui ignore les critères du choix et les motivations du dictateur Président.

Dans sa dernière déclaration sur la Radio Espace FM ce lundi 11 janvier 2016, le même Cellou Dalein déclare que c’est pour le contrôle du pouvoir par le fils unique du président de la République, Mohamed Alpha Condé (MAC), que Mamady Youla est nommé PM qui serait venu avec un clan pour préparer 2020 !

Cellou a eu un pareil comportement lors du choix de Sékouba Konaté, ministre de la défense du CNDD lors du génocide qui a principalement visé ses militants.

Face au choix de Bakary Fofana par Alpha Condé en 2012, le chef de file de l’opposition a eu le même comportement, poussant sa démagogie jusqu’à inviter les Institutions internationales à soutenir Bakary Fofana qui serait un président compétent, consensuel et démocratiquement élu de la Ceni. Alors que ni la procédure ni la parité n’ont été respectées par le pouvoir qui tenait à imposer son homme en la personne de Bakary Fofana.

En 2012, il avait également félicité Alpha Condé pour sa reforme des forces de sécurité devenues respectueuses des droits de l'homme, encourageant les Occidentaux à débloquer des Fonds pour ces Forces de l'ordre. Quelques temps après, 12 partisans de l'UFDG furent froidement tués par balles, quand l'opposition demanda une Ceni paritaire et indépendante avant les législatives. Jusqu'à l'organisation des législatives en novembre 2013, l'opposition ou plus précisément l'UFDG avait enregistré 56 morts par balles.

A propos du ministre sortant des droits de l’homme, Cellou Dalein déclare :

« Nous avons beaucoup de respect et de considération pour lui. C’est un homme honnête, dévoué, déterminé, objectif, d’une honnêteté intellectuelle irréprochable. Nous avons salué les actions qu’il a menées à la tête du ministère des droits de l’homme. »

Dans le gouvernement passé d’Alpha Condé, il y avait un ministère des droits de l’homme. Le bilan de ce gouvernement : des centaines de guinéens tués en Forêt, 69 guinéens supposés être militants ou sympathisants de l’opposition tués par balles à Conakry, un millier de prisonniers politiques, plus de 130 milliards de GNF pillés des commerçants peuls, des centaines de guinéens jetés en prison sans jugement, avec refus d’enquête judiciaire et de prendre les plaintes des victimes. Depuis lors des campagnes électorales, des responsables de l’UFDG croupissent en prison, arrêtés dans l’exercice de leur fonction.

Le ministre chargé des droits de l’homme a donc fait quoi pour mériter de tels éloges du leader politique dont les collaborateurs et militants sont les premières victimes de l’arbitraire ?

Après la présidentielle de 2010 peu avant  laquelle des milliers de ses militants et citoyens peuls furent victimes de  pogrom en Haute Guinée sans que le régime de transition ne bouge le petit doigt  et après le transfert du pouvoir à Alpha Condé, Cellou Dalein chantera des éloges de Sékouba  Konaté qui, selon lui, a bien joué son rôle en conduisant correctement la  transition. C’est à ses alliés et à son vice-président qu’il s’en prendra !

Cellou Dalein Diallo se moque de ceux qui marchent, qui votent, qui perdent ou qui meurent pour lui ! Mais, il y aura toujours des gens prêts à faire du kamikaze derrière cet homme !!! Naturellement, un leader a toujours ses suivistes.

Sur la Radio Espace FM, il déclare au sujet du retour de Bah Oury : « A l’UFDG nous n’avons pas de problèmes, nous nous réjouissons du retour de Bah Oury à condition qu’il s’inscrive dans la  ligne politique définie par le parti » (Lire). 

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-01-12 22:14:26 Mamadou
2016-01-13 06:36:41 Mamadou

2016-01-12 22:03:55

Après la  mascarade du 11 octobre 2015, le chef de file de l’opposition a déclaré qu’il  ne reconnaît pas cette nouvelle victoire d’Alpha Condé. Il avait promis de  faire appel au peuple pour contester l’élection et chasser Alpha Condé du  pouvoir. Comme d’habitude, c’est lui qui quittera le pays jusqu’à ce que le président  soit investi dans le calme.

Dès la nomination de Mamady Youla, Cellou Dalein qui avait  dit ne pas reconnaître Alpha Condé, fut un des premiers à applaudir son décret  et apprécier le nouveau PM. Il n’a pas tari d’éloges pour le nouveau PM qu’il  dit être un bon choix.

Un jugement hatif et indigne d'un leader de l'opposition qui ignore les critères du choix et les motivations du dictateur Président.

Dans sa dernière déclaration sur la Radio Espace FM ce lundi 11 janvier 2016, le même Cellou Dalein déclare que c’est pour le contrôle du pouvoir par le fils unique du président de la République, Mohamed Alpha Condé (MAC), que Mamady Youla est nommé PM qui serait venu avec un clan pour préparer 2020 !

Cellou a eu un pareil comportement lors du choix de Sékouba Konaté, ministre de la défense du CNDD lors du génocide qui a principalement visé ses militants.

Face au choix de Bakary Fofana par Alpha Condé en 2012, le chef de file de l’opposition a eu le même comportement, poussant sa démagogie jusqu’à inviter les Institutions internationales à soutenir Bakary Fofana qui serait un président compétent, consensuel et démocratiquement élu de la Ceni. Alors que ni la procédure ni la parité n’ont été respectées par le pouvoir qui tenait à imposer son homme en la personne de Bakary Fofana.

En 2012, il avait également félicité Alpha Condé pour sa reforme des forces de sécurité devenues respectueuses des droits de l'homme, encourageant les Occidentaux à débloquer des Fonds pour ces Forces de l'ordre. Quelques temps après, 12 partisans de l'UFDG furent froidement tués par balles, quand l'opposition demanda une Ceni paritaire et indépendante avant les législatives. Jusqu'à l'organisation des législatives en novembre 2013, l'opposition ou plus précisément l'UFDG avait enregistré 56 morts par balles.

A propos du ministre sortant des droits de l’homme, Cellou Dalein déclare :

« Nous avons beaucoup de respect et de considération pour lui. C’est un homme honnête, dévoué, déterminé, objectif, d’une honnêteté intellectuelle irréprochable. Nous avons salué les actions qu’il a menées à la tête du ministère des droits de l’homme. »

Dans le gouvernement passé d’Alpha Condé, il y avait un ministère des droits de l’homme. Le bilan de ce gouvernement : des centaines de guinéens tués en Forêt, 69 guinéens supposés être militants ou sympathisants de l’opposition tués par balles à Conakry, un millier de prisonniers politiques, plus de 130 milliards de GNF pillés des commerçants peuls, des centaines de guinéens jetés en prison sans jugement, avec refus d’enquête judiciaire et de prendre les plaintes des victimes. Depuis lors des campagnes électorales, des responsables de l’UFDG croupissent en prison, arrêtés dans l’exercice de leur fonction.

Le ministre chargé des droits de l’homme a donc fait quoi pour mériter de tels éloges du leader politique dont les collaborateurs et militants sont les premières victimes de l’arbitraire ?

Après la présidentielle de 2010 peu avant  laquelle des milliers de ses militants et citoyens peuls furent victimes de  pogrom en Haute Guinée sans que le régime de transition ne bouge le petit doigt  et après le transfert du pouvoir à Alpha Condé, Cellou Dalein chantera des éloges de Sékouba  Konaté qui, selon lui, a bien joué son rôle en conduisant correctement la  transition. C’est à ses alliés et à son vice-président qu’il s’en prendra !

Cellou Dalein Diallo se moque de ceux qui marchent, qui votent, qui perdent ou qui meurent pour lui ! Mais, il y aura toujours des gens prêts à faire du kamikaze derrière cet homme !!! Naturellement, un leader a toujours ses suivistes.

Sur la Radio Espace FM, il déclare au sujet du retour de Bah Oury : « A l’UFDG nous n’avons pas de problèmes, nous nous réjouissons du retour de Bah Oury à condition qu’il s’inscrive dans la  ligne politique définie par le parti » (Lire). 

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-01-12 22:14:26 Abdoulaye DIALLO
2016-01-13 06:36:41 Abdoulaye DIALLO

2016-01-12 22:03:55

Après la  mascarade du 11 octobre 2015, le chef de file de l’opposition a déclaré qu’il  ne reconnaît pas cette nouvelle victoire d’Alpha Condé. Il avait promis de  faire appel au peuple pour contester l’élection et chasser Alpha Condé du  pouvoir. Comme d’habitude, c’est lui qui quittera le pays jusqu’à ce que le président  soit investi dans le calme.

Dès la nomination de Mamady Youla, Cellou Dalein qui avait  dit ne pas reconnaître Alpha Condé, fut un des premiers à applaudir son décret  et apprécier le nouveau PM. Il n’a pas tari d’éloges pour le nouveau PM qu’il  dit être un bon choix.

Un jugement hatif et indigne d'un leader de l'opposition qui ignore les critères du choix et les motivations du dictateur Président.

Dans sa dernière déclaration sur la Radio Espace FM ce lundi 11 janvier 2016, le même Cellou Dalein déclare que c’est pour le contrôle du pouvoir par le fils unique du président de la République, Mohamed Alpha Condé (MAC), que Mamady Youla est nommé PM qui serait venu avec un clan pour préparer 2020 !

Cellou a eu un pareil comportement lors du choix de Sékouba Konaté, ministre de la défense du CNDD lors du génocide qui a principalement visé ses militants.

Face au choix de Bakary Fofana par Alpha Condé en 2012, le chef de file de l’opposition a eu le même comportement, poussant sa démagogie jusqu’à inviter les Institutions internationales à soutenir Bakary Fofana qui serait un président compétent, consensuel et démocratiquement élu de la Ceni. Alors que ni la procédure ni la parité n’ont été respectées par le pouvoir qui tenait à imposer son homme en la personne de Bakary Fofana.

En 2012, il avait également félicité Alpha Condé pour sa reforme des forces de sécurité devenues respectueuses des droits de l'homme, encourageant les Occidentaux à débloquer des Fonds pour ces Forces de l'ordre. Quelques temps après, 12 partisans de l'UFDG furent froidement tués par balles, quand l'opposition demanda une Ceni paritaire et indépendante avant les législatives. Jusqu'à l'organisation des législatives en novembre 2013, l'opposition ou plus précisément l'UFDG avait enregistré 56 morts par balles.

A propos du ministre sortant des droits de l’homme, Cellou Dalein déclare :

« Nous avons beaucoup de respect et de considération pour lui. C’est un homme honnête, dévoué, déterminé, objectif, d’une honnêteté intellectuelle irréprochable. Nous avons salué les actions qu’il a menées à la tête du ministère des droits de l’homme. »

Dans le gouvernement passé d’Alpha Condé, il y avait un ministère des droits de l’homme. Le bilan de ce gouvernement : des centaines de guinéens tués en Forêt, 69 guinéens supposés être militants ou sympathisants de l’opposition tués par balles à Conakry, un millier de prisonniers politiques, plus de 130 milliards de GNF pillés des commerçants peuls, des centaines de guinéens jetés en prison sans jugement, avec refus d’enquête judiciaire et de prendre les plaintes des victimes. Depuis lors des campagnes électorales, des responsables de l’UFDG croupissent en prison, arrêtés dans l’exercice de leur fonction.

Le ministre chargé des droits de l’homme a donc fait quoi pour mériter de tels éloges du leader politique dont les collaborateurs et militants sont les premières victimes de l’arbitraire ?

Après la présidentielle de 2010 peu avant  laquelle des milliers de ses militants et citoyens peuls furent victimes de  pogrom en Haute Guinée sans que le régime de transition ne bouge le petit doigt  et après le transfert du pouvoir à Alpha Condé, Cellou Dalein chantera des éloges de Sékouba  Konaté qui, selon lui, a bien joué son rôle en conduisant correctement la  transition. C’est à ses alliés et à son vice-président qu’il s’en prendra !

Cellou Dalein Diallo se moque de ceux qui marchent, qui votent, qui perdent ou qui meurent pour lui ! Mais, il y aura toujours des gens prêts à faire du kamikaze derrière cet homme !!! Naturellement, un leader a toujours ses suivistes.

Sur la Radio Espace FM, il déclare au sujet du retour de Bah Oury : « A l’UFDG nous n’avons pas de problèmes, nous nous réjouissons du retour de Bah Oury à condition qu’il s’inscrive dans la  ligne politique définie par le parti » (Lire). 

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-01-12 22:14:26 Atika
2016-01-13 06:36:41 Atika

2016-01-12 22:03:55

Après la  mascarade du 11 octobre 2015, le chef de file de l’opposition a déclaré qu’il  ne reconnaît pas cette nouvelle victoire d’Alpha Condé. Il avait promis de  faire appel au peuple pour contester l’élection et chasser Alpha Condé du  pouvoir. Comme d’habitude, c’est lui qui quittera le pays jusqu’à ce que le président  soit investi dans le calme.

Dès la nomination de Mamady Youla, Cellou Dalein qui avait  dit ne pas reconnaître Alpha Condé, fut un des premiers à applaudir son décret  et apprécier le nouveau PM. Il n’a pas tari d’éloges pour le nouveau PM qu’il  dit être un bon choix.

Un jugement hatif et indigne d'un leader de l'opposition qui ignore les critères du choix et les motivations du dictateur Président.

Dans sa dernière déclaration sur la Radio Espace FM ce lundi 11 janvier 2016, le même Cellou Dalein déclare que c’est pour le contrôle du pouvoir par le fils unique du président de la République, Mohamed Alpha Condé (MAC), que Mamady Youla est nommé PM qui serait venu avec un clan pour préparer 2020 !

Cellou a eu un pareil comportement lors du choix de Sékouba Konaté, ministre de la défense du CNDD lors du génocide qui a principalement visé ses militants.

Face au choix de Bakary Fofana par Alpha Condé en 2012, le chef de file de l’opposition a eu le même comportement, poussant sa démagogie jusqu’à inviter les Institutions internationales à soutenir Bakary Fofana qui serait un président compétent, consensuel et démocratiquement élu de la Ceni. Alors que ni la procédure ni la parité n’ont été respectées par le pouvoir qui tenait à imposer son homme en la personne de Bakary Fofana.

En 2012, il avait également félicité Alpha Condé pour sa reforme des forces de sécurité devenues respectueuses des droits de l'homme, encourageant les Occidentaux à débloquer des Fonds pour ces Forces de l'ordre. Quelques temps après, 12 partisans de l'UFDG furent froidement tués par balles, quand l'opposition demanda une Ceni paritaire et indépendante avant les législatives. Jusqu'à l'organisation des législatives en novembre 2013, l'opposition ou plus précisément l'UFDG avait enregistré 56 morts par balles.

A propos du ministre sortant des droits de l’homme, Cellou Dalein déclare :

« Nous avons beaucoup de respect et de considération pour lui. C’est un homme honnête, dévoué, déterminé, objectif, d’une honnêteté intellectuelle irréprochable. Nous avons salué les actions qu’il a menées à la tête du ministère des droits de l’homme. »

Dans le gouvernement passé d’Alpha Condé, il y avait un ministère des droits de l’homme. Le bilan de ce gouvernement : des centaines de guinéens tués en Forêt, 69 guinéens supposés être militants ou sympathisants de l’opposition tués par balles à Conakry, un millier de prisonniers politiques, plus de 130 milliards de GNF pillés des commerçants peuls, des centaines de guinéens jetés en prison sans jugement, avec refus d’enquête judiciaire et de prendre les plaintes des victimes. Depuis lors des campagnes électorales, des responsables de l’UFDG croupissent en prison, arrêtés dans l’exercice de leur fonction.

Le ministre chargé des droits de l’homme a donc fait quoi pour mériter de tels éloges du leader politique dont les collaborateurs et militants sont les premières victimes de l’arbitraire ?

Après la présidentielle de 2010 peu avant  laquelle des milliers de ses militants et citoyens peuls furent victimes de  pogrom en Haute Guinée sans que le régime de transition ne bouge le petit doigt  et après le transfert du pouvoir à Alpha Condé, Cellou Dalein chantera des éloges de Sékouba  Konaté qui, selon lui, a bien joué son rôle en conduisant correctement la  transition. C’est à ses alliés et à son vice-président qu’il s’en prendra !

Cellou Dalein Diallo se moque de ceux qui marchent, qui votent, qui perdent ou qui meurent pour lui ! Mais, il y aura toujours des gens prêts à faire du kamikaze derrière cet homme !!! Naturellement, un leader a toujours ses suivistes.

Sur la Radio Espace FM, il déclare au sujet du retour de Bah Oury : « A l’UFDG nous n’avons pas de problèmes, nous nous réjouissons du retour de Bah Oury à condition qu’il s’inscrive dans la  ligne politique définie par le parti » (Lire). 

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-01-12 22:14:26 Doura
2016-01-13 06:36:41 Doura

2016-01-12 22:03:55

Après la  mascarade du 11 octobre 2015, le chef de file de l’opposition a déclaré qu’il  ne reconnaît pas cette nouvelle victoire d’Alpha Condé. Il avait promis de  faire appel au peuple pour contester l’élection et chasser Alpha Condé du  pouvoir. Comme d’habitude, c’est lui qui quittera le pays jusqu’à ce que le président  soit investi dans le calme.

Dès la nomination de Mamady Youla, Cellou Dalein qui avait  dit ne pas reconnaître Alpha Condé, fut un des premiers à applaudir son décret  et apprécier le nouveau PM. Il n’a pas tari d’éloges pour le nouveau PM qu’il  dit être un bon choix.

Un jugement hatif et indigne d'un leader de l'opposition qui ignore les critères du choix et les motivations du dictateur Président.

Dans sa dernière déclaration sur la Radio Espace FM ce lundi 11 janvier 2016, le même Cellou Dalein déclare que c’est pour le contrôle du pouvoir par le fils unique du président de la République, Mohamed Alpha Condé (MAC), que Mamady Youla est nommé PM qui serait venu avec un clan pour préparer 2020 !

Cellou a eu un pareil comportement lors du choix de Sékouba Konaté, ministre de la défense du CNDD lors du génocide qui a principalement visé ses militants.

Face au choix de Bakary Fofana par Alpha Condé en 2012, le chef de file de l’opposition a eu le même comportement, poussant sa démagogie jusqu’à inviter les Institutions internationales à soutenir Bakary Fofana qui serait un président compétent, consensuel et démocratiquement élu de la Ceni. Alors que ni la procédure ni la parité n’ont été respectées par le pouvoir qui tenait à imposer son homme en la personne de Bakary Fofana.

En 2012, il avait également félicité Alpha Condé pour sa reforme des forces de sécurité devenues respectueuses des droits de l'homme, encourageant les Occidentaux à débloquer des Fonds pour ces Forces de l'ordre. Quelques temps après, 12 partisans de l'UFDG furent froidement tués par balles, quand l'opposition demanda une Ceni paritaire et indépendante avant les législatives. Jusqu'à l'organisation des législatives en novembre 2013, l'opposition ou plus précisément l'UFDG avait enregistré 56 morts par balles.

A propos du ministre sortant des droits de l’homme, Cellou Dalein déclare :

« Nous avons beaucoup de respect et de considération pour lui. C’est un homme honnête, dévoué, déterminé, objectif, d’une honnêteté intellectuelle irréprochable. Nous avons salué les actions qu’il a menées à la tête du ministère des droits de l’homme. »

Dans le gouvernement passé d’Alpha Condé, il y avait un ministère des droits de l’homme. Le bilan de ce gouvernement : des centaines de guinéens tués en Forêt, 69 guinéens supposés être militants ou sympathisants de l’opposition tués par balles à Conakry, un millier de prisonniers politiques, plus de 130 milliards de GNF pillés des commerçants peuls, des centaines de guinéens jetés en prison sans jugement, avec refus d’enquête judiciaire et de prendre les plaintes des victimes. Depuis lors des campagnes électorales, des responsables de l’UFDG croupissent en prison, arrêtés dans l’exercice de leur fonction.

Le ministre chargé des droits de l’homme a donc fait quoi pour mériter de tels éloges du leader politique dont les collaborateurs et militants sont les premières victimes de l’arbitraire ?

Après la présidentielle de 2010 peu avant  laquelle des milliers de ses militants et citoyens peuls furent victimes de  pogrom en Haute Guinée sans que le régime de transition ne bouge le petit doigt  et après le transfert du pouvoir à Alpha Condé, Cellou Dalein chantera des éloges de Sékouba  Konaté qui, selon lui, a bien joué son rôle en conduisant correctement la  transition. C’est à ses alliés et à son vice-président qu’il s’en prendra !

Cellou Dalein Diallo se moque de ceux qui marchent, qui votent, qui perdent ou qui meurent pour lui ! Mais, il y aura toujours des gens prêts à faire du kamikaze derrière cet homme !!! Naturellement, un leader a toujours ses suivistes.

Sur la Radio Espace FM, il déclare au sujet du retour de Bah Oury : « A l’UFDG nous n’avons pas de problèmes, nous nous réjouissons du retour de Bah Oury à condition qu’il s’inscrive dans la  ligne politique définie par le parti » (Lire). 

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-01-12 22:14:26 Karamoko A.
2016-01-13 06:36:41 Karamoko A.

2016-01-12 22:03:55

Après la  mascarade du 11 octobre 2015, le chef de file de l’opposition a déclaré qu’il  ne reconnaît pas cette nouvelle victoire d’Alpha Condé. Il avait promis de  faire appel au peuple pour contester l’élection et chasser Alpha Condé du  pouvoir. Comme d’habitude, c’est lui qui quittera le pays jusqu’à ce que le président  soit investi dans le calme.

Dès la nomination de Mamady Youla, Cellou Dalein qui avait  dit ne pas reconnaître Alpha Condé, fut un des premiers à applaudir son décret  et apprécier le nouveau PM. Il n’a pas tari d’éloges pour le nouveau PM qu’il  dit être un bon choix.

Un jugement hatif et indigne d'un leader de l'opposition qui ignore les critères du choix et les motivations du dictateur Président.

Dans sa dernière déclaration sur la Radio Espace FM ce lundi 11 janvier 2016, le même Cellou Dalein déclare que c’est pour le contrôle du pouvoir par le fils unique du président de la République, Mohamed Alpha Condé (MAC), que Mamady Youla est nommé PM qui serait venu avec un clan pour préparer 2020 !

Cellou a eu un pareil comportement lors du choix de Sékouba Konaté, ministre de la défense du CNDD lors du génocide qui a principalement visé ses militants.

Face au choix de Bakary Fofana par Alpha Condé en 2012, le chef de file de l’opposition a eu le même comportement, poussant sa démagogie jusqu’à inviter les Institutions internationales à soutenir Bakary Fofana qui serait un président compétent, consensuel et démocratiquement élu de la Ceni. Alors que ni la procédure ni la parité n’ont été respectées par le pouvoir qui tenait à imposer son homme en la personne de Bakary Fofana.

En 2012, il avait également félicité Alpha Condé pour sa reforme des forces de sécurité devenues respectueuses des droits de l'homme, encourageant les Occidentaux à débloquer des Fonds pour ces Forces de l'ordre. Quelques temps après, 12 partisans de l'UFDG furent froidement tués par balles, quand l'opposition demanda une Ceni paritaire et indépendante avant les législatives. Jusqu'à l'organisation des législatives en novembre 2013, l'opposition ou plus précisément l'UFDG avait enregistré 56 morts par balles.

A propos du ministre sortant des droits de l’homme, Cellou Dalein déclare :

« Nous avons beaucoup de respect et de considération pour lui. C’est un homme honnête, dévoué, déterminé, objectif, d’une honnêteté intellectuelle irréprochable. Nous avons salué les actions qu’il a menées à la tête du ministère des droits de l’homme. »

Dans le gouvernement passé d’Alpha Condé, il y avait un ministère des droits de l’homme. Le bilan de ce gouvernement : des centaines de guinéens tués en Forêt, 69 guinéens supposés être militants ou sympathisants de l’opposition tués par balles à Conakry, un millier de prisonniers politiques, plus de 130 milliards de GNF pillés des commerçants peuls, des centaines de guinéens jetés en prison sans jugement, avec refus d’enquête judiciaire et de prendre les plaintes des victimes. Depuis lors des campagnes électorales, des responsables de l’UFDG croupissent en prison, arrêtés dans l’exercice de leur fonction.

Le ministre chargé des droits de l’homme a donc fait quoi pour mériter de tels éloges du leader politique dont les collaborateurs et militants sont les premières victimes de l’arbitraire ?

Après la présidentielle de 2010 peu avant  laquelle des milliers de ses militants et citoyens peuls furent victimes de  pogrom en Haute Guinée sans que le régime de transition ne bouge le petit doigt  et après le transfert du pouvoir à Alpha Condé, Cellou Dalein chantera des éloges de Sékouba  Konaté qui, selon lui, a bien joué son rôle en conduisant correctement la  transition. C’est à ses alliés et à son vice-président qu’il s’en prendra !

Cellou Dalein Diallo se moque de ceux qui marchent, qui votent, qui perdent ou qui meurent pour lui ! Mais, il y aura toujours des gens prêts à faire du kamikaze derrière cet homme !!! Naturellement, un leader a toujours ses suivistes.

Sur la Radio Espace FM, il déclare au sujet du retour de Bah Oury : « A l’UFDG nous n’avons pas de problèmes, nous nous réjouissons du retour de Bah Oury à condition qu’il s’inscrive dans la  ligne politique définie par le parti » (Lire). 

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-01-12 22:14:26 BAH
2016-01-13 06:36:41 BAH

2016-01-12 22:03:55

Après la  mascarade du 11 octobre 2015, le chef de file de l’opposition a déclaré qu’il  ne reconnaît pas cette nouvelle victoire d’Alpha Condé. Il avait promis de  faire appel au peuple pour contester l’élection et chasser Alpha Condé du  pouvoir. Comme d’habitude, c’est lui qui quittera le pays jusqu’à ce que le président  soit investi dans le calme.

Dès la nomination de Mamady Youla, Cellou Dalein qui avait  dit ne pas reconnaître Alpha Condé, fut un des premiers à applaudir son décret  et apprécier le nouveau PM. Il n’a pas tari d’éloges pour le nouveau PM qu’il  dit être un bon choix.

Un jugement hatif et indigne d'un leader de l'opposition qui ignore les critères du choix et les motivations du dictateur Président.

Dans sa dernière déclaration sur la Radio Espace FM ce lundi 11 janvier 2016, le même Cellou Dalein déclare que c’est pour le contrôle du pouvoir par le fils unique du président de la République, Mohamed Alpha Condé (MAC), que Mamady Youla est nommé PM qui serait venu avec un clan pour préparer 2020 !

Cellou a eu un pareil comportement lors du choix de Sékouba Konaté, ministre de la défense du CNDD lors du génocide qui a principalement visé ses militants.

Face au choix de Bakary Fofana par Alpha Condé en 2012, le chef de file de l’opposition a eu le même comportement, poussant sa démagogie jusqu’à inviter les Institutions internationales à soutenir Bakary Fofana qui serait un président compétent, consensuel et démocratiquement élu de la Ceni. Alors que ni la procédure ni la parité n’ont été respectées par le pouvoir qui tenait à imposer son homme en la personne de Bakary Fofana.

En 2012, il avait également félicité Alpha Condé pour sa reforme des forces de sécurité devenues respectueuses des droits de l'homme, encourageant les Occidentaux à débloquer des Fonds pour ces Forces de l'ordre. Quelques temps après, 12 partisans de l'UFDG furent froidement tués par balles, quand l'opposition demanda une Ceni paritaire et indépendante avant les législatives. Jusqu'à l'organisation des législatives en novembre 2013, l'opposition ou plus précisément l'UFDG avait enregistré 56 morts par balles.

A propos du ministre sortant des droits de l’homme, Cellou Dalein déclare :

« Nous avons beaucoup de respect et de considération pour lui. C’est un homme honnête, dévoué, déterminé, objectif, d’une honnêteté intellectuelle irréprochable. Nous avons salué les actions qu’il a menées à la tête du ministère des droits de l’homme. »

Dans le gouvernement passé d’Alpha Condé, il y avait un ministère des droits de l’homme. Le bilan de ce gouvernement : des centaines de guinéens tués en Forêt, 69 guinéens supposés être militants ou sympathisants de l’opposition tués par balles à Conakry, un millier de prisonniers politiques, plus de 130 milliards de GNF pillés des commerçants peuls, des centaines de guinéens jetés en prison sans jugement, avec refus d’enquête judiciaire et de prendre les plaintes des victimes. Depuis lors des campagnes électorales, des responsables de l’UFDG croupissent en prison, arrêtés dans l’exercice de leur fonction.

Le ministre chargé des droits de l’homme a donc fait quoi pour mériter de tels éloges du leader politique dont les collaborateurs et militants sont les premières victimes de l’arbitraire ?

Après la présidentielle de 2010 peu avant  laquelle des milliers de ses militants et citoyens peuls furent victimes de  pogrom en Haute Guinée sans que le régime de transition ne bouge le petit doigt  et après le transfert du pouvoir à Alpha Condé, Cellou Dalein chantera des éloges de Sékouba  Konaté qui, selon lui, a bien joué son rôle en conduisant correctement la  transition. C’est à ses alliés et à son vice-président qu’il s’en prendra !

Cellou Dalein Diallo se moque de ceux qui marchent, qui votent, qui perdent ou qui meurent pour lui ! Mais, il y aura toujours des gens prêts à faire du kamikaze derrière cet homme !!! Naturellement, un leader a toujours ses suivistes.

Sur la Radio Espace FM, il déclare au sujet du retour de Bah Oury : « A l’UFDG nous n’avons pas de problèmes, nous nous réjouissons du retour de Bah Oury à condition qu’il s’inscrive dans la  ligne politique définie par le parti » (Lire). 

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-01-12 22:14:26 Alseny
2016-01-13 06:36:41 Alseny

2016-01-12 22:03:55

Après la  mascarade du 11 octobre 2015, le chef de file de l’opposition a déclaré qu’il  ne reconnaît pas cette nouvelle victoire d’Alpha Condé. Il avait promis de  faire appel au peuple pour contester l’élection et chasser Alpha Condé du  pouvoir. Comme d’habitude, c’est lui qui quittera le pays jusqu’à ce que le président  soit investi dans le calme.

Dès la nomination de Mamady Youla, Cellou Dalein qui avait  dit ne pas reconnaître Alpha Condé, fut un des premiers à applaudir son décret  et apprécier le nouveau PM. Il n’a pas tari d’éloges pour le nouveau PM qu’il  dit être un bon choix.

Un jugement hatif et indigne d'un leader de l'opposition qui ignore les critères du choix et les motivations du dictateur Président.

Dans sa dernière déclaration sur la Radio Espace FM ce lundi 11 janvier 2016, le même Cellou Dalein déclare que c’est pour le contrôle du pouvoir par le fils unique du président de la République, Mohamed Alpha Condé (MAC), que Mamady Youla est nommé PM qui serait venu avec un clan pour préparer 2020 !

Cellou a eu un pareil comportement lors du choix de Sékouba Konaté, ministre de la défense du CNDD lors du génocide qui a principalement visé ses militants.

Face au choix de Bakary Fofana par Alpha Condé en 2012, le chef de file de l’opposition a eu le même comportement, poussant sa démagogie jusqu’à inviter les Institutions internationales à soutenir Bakary Fofana qui serait un président compétent, consensuel et démocratiquement élu de la Ceni. Alors que ni la procédure ni la parité n’ont été respectées par le pouvoir qui tenait à imposer son homme en la personne de Bakary Fofana.

En 2012, il avait également félicité Alpha Condé pour sa reforme des forces de sécurité devenues respectueuses des droits de l'homme, encourageant les Occidentaux à débloquer des Fonds pour ces Forces de l'ordre. Quelques temps après, 12 partisans de l'UFDG furent froidement tués par balles, quand l'opposition demanda une Ceni paritaire et indépendante avant les législatives. Jusqu'à l'organisation des législatives en novembre 2013, l'opposition ou plus précisément l'UFDG avait enregistré 56 morts par balles.

A propos du ministre sortant des droits de l’homme, Cellou Dalein déclare :

« Nous avons beaucoup de respect et de considération pour lui. C’est un homme honnête, dévoué, déterminé, objectif, d’une honnêteté intellectuelle irréprochable. Nous avons salué les actions qu’il a menées à la tête du ministère des droits de l’homme. »

Dans le gouvernement passé d’Alpha Condé, il y avait un ministère des droits de l’homme. Le bilan de ce gouvernement : des centaines de guinéens tués en Forêt, 69 guinéens supposés être militants ou sympathisants de l’opposition tués par balles à Conakry, un millier de prisonniers politiques, plus de 130 milliards de GNF pillés des commerçants peuls, des centaines de guinéens jetés en prison sans jugement, avec refus d’enquête judiciaire et de prendre les plaintes des victimes. Depuis lors des campagnes électorales, des responsables de l’UFDG croupissent en prison, arrêtés dans l’exercice de leur fonction.

Le ministre chargé des droits de l’homme a donc fait quoi pour mériter de tels éloges du leader politique dont les collaborateurs et militants sont les premières victimes de l’arbitraire ?

Après la présidentielle de 2010 peu avant  laquelle des milliers de ses militants et citoyens peuls furent victimes de  pogrom en Haute Guinée sans que le régime de transition ne bouge le petit doigt  et après le transfert du pouvoir à Alpha Condé, Cellou Dalein chantera des éloges de Sékouba  Konaté qui, selon lui, a bien joué son rôle en conduisant correctement la  transition. C’est à ses alliés et à son vice-président qu’il s’en prendra !

Cellou Dalein Diallo se moque de ceux qui marchent, qui votent, qui perdent ou qui meurent pour lui ! Mais, il y aura toujours des gens prêts à faire du kamikaze derrière cet homme !!! Naturellement, un leader a toujours ses suivistes.

Sur la Radio Espace FM, il déclare au sujet du retour de Bah Oury : « A l’UFDG nous n’avons pas de problèmes, nous nous réjouissons du retour de Bah Oury à condition qu’il s’inscrive dans la  ligne politique définie par le parti » (Lire). 

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-01-12 22:14:26 Gadaoundou bah
2016-01-13 06:36:41 Gadaoundou bah

2016-01-12 22:03:55

Après la  mascarade du 11 octobre 2015, le chef de file de l’opposition a déclaré qu’il  ne reconnaît pas cette nouvelle victoire d’Alpha Condé. Il avait promis de  faire appel au peuple pour contester l’élection et chasser Alpha Condé du  pouvoir. Comme d’habitude, c’est lui qui quittera le pays jusqu’à ce que le président  soit investi dans le calme.

Dès la nomination de Mamady Youla, Cellou Dalein qui avait  dit ne pas reconnaître Alpha Condé, fut un des premiers à applaudir son décret  et apprécier le nouveau PM. Il n’a pas tari d’éloges pour le nouveau PM qu’il  dit être un bon choix.

Un jugement hatif et indigne d'un leader de l'opposition qui ignore les critères du choix et les motivations du dictateur Président.

Dans sa dernière déclaration sur la Radio Espace FM ce lundi 11 janvier 2016, le même Cellou Dalein déclare que c’est pour le contrôle du pouvoir par le fils unique du président de la République, Mohamed Alpha Condé (MAC), que Mamady Youla est nommé PM qui serait venu avec un clan pour préparer 2020 !

Cellou a eu un pareil comportement lors du choix de Sékouba Konaté, ministre de la défense du CNDD lors du génocide qui a principalement visé ses militants.

Face au choix de Bakary Fofana par Alpha Condé en 2012, le chef de file de l’opposition a eu le même comportement, poussant sa démagogie jusqu’à inviter les Institutions internationales à soutenir Bakary Fofana qui serait un président compétent, consensuel et démocratiquement élu de la Ceni. Alors que ni la procédure ni la parité n’ont été respectées par le pouvoir qui tenait à imposer son homme en la personne de Bakary Fofana.

En 2012, il avait également félicité Alpha Condé pour sa reforme des forces de sécurité devenues respectueuses des droits de l'homme, encourageant les Occidentaux à débloquer des Fonds pour ces Forces de l'ordre. Quelques temps après, 12 partisans de l'UFDG furent froidement tués par balles, quand l'opposition demanda une Ceni paritaire et indépendante avant les législatives. Jusqu'à l'organisation des législatives en novembre 2013, l'opposition ou plus précisément l'UFDG avait enregistré 56 morts par balles.

A propos du ministre sortant des droits de l’homme, Cellou Dalein déclare :

« Nous avons beaucoup de respect et de considération pour lui. C’est un homme honnête, dévoué, déterminé, objectif, d’une honnêteté intellectuelle irréprochable. Nous avons salué les actions qu’il a menées à la tête du ministère des droits de l’homme. »

Dans le gouvernement passé d’Alpha Condé, il y avait un ministère des droits de l’homme. Le bilan de ce gouvernement : des centaines de guinéens tués en Forêt, 69 guinéens supposés être militants ou sympathisants de l’opposition tués par balles à Conakry, un millier de prisonniers politiques, plus de 130 milliards de GNF pillés des commerçants peuls, des centaines de guinéens jetés en prison sans jugement, avec refus d’enquête judiciaire et de prendre les plaintes des victimes. Depuis lors des campagnes électorales, des responsables de l’UFDG croupissent en prison, arrêtés dans l’exercice de leur fonction.

Le ministre chargé des droits de l’homme a donc fait quoi pour mériter de tels éloges du leader politique dont les collaborateurs et militants sont les premières victimes de l’arbitraire ?

Après la présidentielle de 2010 peu avant  laquelle des milliers de ses militants et citoyens peuls furent victimes de  pogrom en Haute Guinée sans que le régime de transition ne bouge le petit doigt  et après le transfert du pouvoir à Alpha Condé, Cellou Dalein chantera des éloges de Sékouba  Konaté qui, selon lui, a bien joué son rôle en conduisant correctement la  transition. C’est à ses alliés et à son vice-président qu’il s’en prendra !

Cellou Dalein Diallo se moque de ceux qui marchent, qui votent, qui perdent ou qui meurent pour lui ! Mais, il y aura toujours des gens prêts à faire du kamikaze derrière cet homme !!! Naturellement, un leader a toujours ses suivistes.

Sur la Radio Espace FM, il déclare au sujet du retour de Bah Oury : « A l’UFDG nous n’avons pas de problèmes, nous nous réjouissons du retour de Bah Oury à condition qu’il s’inscrive dans la  ligne politique définie par le parti » (Lire). 

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-01-12 22:14:26 Gadaoundou bah
2016-01-13 06:36:41 Gadaoundou bah

2016-01-12 22:03:55

Après la  mascarade du 11 octobre 2015, le chef de file de l’opposition a déclaré qu’il  ne reconnaît pas cette nouvelle victoire d’Alpha Condé. Il avait promis de  faire appel au peuple pour contester l’élection et chasser Alpha Condé du  pouvoir. Comme d’habitude, c’est lui qui quittera le pays jusqu’à ce que le président  soit investi dans le calme.

Dès la nomination de Mamady Youla, Cellou Dalein qui avait  dit ne pas reconnaître Alpha Condé, fut un des premiers à applaudir son décret  et apprécier le nouveau PM. Il n’a pas tari d’éloges pour le nouveau PM qu’il  dit être un bon choix.

Un jugement hatif et indigne d'un leader de l'opposition qui ignore les critères du choix et les motivations du dictateur Président.

Dans sa dernière déclaration sur la Radio Espace FM ce lundi 11 janvier 2016, le même Cellou Dalein déclare que c’est pour le contrôle du pouvoir par le fils unique du président de la République, Mohamed Alpha Condé (MAC), que Mamady Youla est nommé PM qui serait venu avec un clan pour préparer 2020 !

Cellou a eu un pareil comportement lors du choix de Sékouba Konaté, ministre de la défense du CNDD lors du génocide qui a principalement visé ses militants.

Face au choix de Bakary Fofana par Alpha Condé en 2012, le chef de file de l’opposition a eu le même comportement, poussant sa démagogie jusqu’à inviter les Institutions internationales à soutenir Bakary Fofana qui serait un président compétent, consensuel et démocratiquement élu de la Ceni. Alors que ni la procédure ni la parité n’ont été respectées par le pouvoir qui tenait à imposer son homme en la personne de Bakary Fofana.

En 2012, il avait également félicité Alpha Condé pour sa reforme des forces de sécurité devenues respectueuses des droits de l'homme, encourageant les Occidentaux à débloquer des Fonds pour ces Forces de l'ordre. Quelques temps après, 12 partisans de l'UFDG furent froidement tués par balles, quand l'opposition demanda une Ceni paritaire et indépendante avant les législatives. Jusqu'à l'organisation des législatives en novembre 2013, l'opposition ou plus précisément l'UFDG avait enregistré 56 morts par balles.

A propos du ministre sortant des droits de l’homme, Cellou Dalein déclare :

« Nous avons beaucoup de respect et de considération pour lui. C’est un homme honnête, dévoué, déterminé, objectif, d’une honnêteté intellectuelle irréprochable. Nous avons salué les actions qu’il a menées à la tête du ministère des droits de l’homme. »

Dans le gouvernement passé d’Alpha Condé, il y avait un ministère des droits de l’homme. Le bilan de ce gouvernement : des centaines de guinéens tués en Forêt, 69 guinéens supposés être militants ou sympathisants de l’opposition tués par balles à Conakry, un millier de prisonniers politiques, plus de 130 milliards de GNF pillés des commerçants peuls, des centaines de guinéens jetés en prison sans jugement, avec refus d’enquête judiciaire et de prendre les plaintes des victimes. Depuis lors des campagnes électorales, des responsables de l’UFDG croupissent en prison, arrêtés dans l’exercice de leur fonction.

Le ministre chargé des droits de l’homme a donc fait quoi pour mériter de tels éloges du leader politique dont les collaborateurs et militants sont les premières victimes de l’arbitraire ?

Après la présidentielle de 2010 peu avant  laquelle des milliers de ses militants et citoyens peuls furent victimes de  pogrom en Haute Guinée sans que le régime de transition ne bouge le petit doigt  et après le transfert du pouvoir à Alpha Condé, Cellou Dalein chantera des éloges de Sékouba  Konaté qui, selon lui, a bien joué son rôle en conduisant correctement la  transition. C’est à ses alliés et à son vice-président qu’il s’en prendra !

Cellou Dalein Diallo se moque de ceux qui marchent, qui votent, qui perdent ou qui meurent pour lui ! Mais, il y aura toujours des gens prêts à faire du kamikaze derrière cet homme !!! Naturellement, un leader a toujours ses suivistes.

Sur la Radio Espace FM, il déclare au sujet du retour de Bah Oury : « A l’UFDG nous n’avons pas de problèmes, nous nous réjouissons du retour de Bah Oury à condition qu’il s’inscrive dans la  ligne politique définie par le parti » (Lire). 

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-01-12 22:14:26 Gayah
2016-01-13 06:36:41 Gayah

2016-01-12 22:03:55

Après la  mascarade du 11 octobre 2015, le chef de file de l’opposition a déclaré qu’il  ne reconnaît pas cette nouvelle victoire d’Alpha Condé. Il avait promis de  faire appel au peuple pour contester l’élection et chasser Alpha Condé du  pouvoir. Comme d’habitude, c’est lui qui quittera le pays jusqu’à ce que le président  soit investi dans le calme.

Dès la nomination de Mamady Youla, Cellou Dalein qui avait  dit ne pas reconnaître Alpha Condé, fut un des premiers à applaudir son décret  et apprécier le nouveau PM. Il n’a pas tari d’éloges pour le nouveau PM qu’il  dit être un bon choix.

Un jugement hatif et indigne d'un leader de l'opposition qui ignore les critères du choix et les motivations du dictateur Président.

Dans sa dernière déclaration sur la Radio Espace FM ce lundi 11 janvier 2016, le même Cellou Dalein déclare que c’est pour le contrôle du pouvoir par le fils unique du président de la République, Mohamed Alpha Condé (MAC), que Mamady Youla est nommé PM qui serait venu avec un clan pour préparer 2020 !

Cellou a eu un pareil comportement lors du choix de Sékouba Konaté, ministre de la défense du CNDD lors du génocide qui a principalement visé ses militants.

Face au choix de Bakary Fofana par Alpha Condé en 2012, le chef de file de l’opposition a eu le même comportement, poussant sa démagogie jusqu’à inviter les Institutions internationales à soutenir Bakary Fofana qui serait un président compétent, consensuel et démocratiquement élu de la Ceni. Alors que ni la procédure ni la parité n’ont été respectées par le pouvoir qui tenait à imposer son homme en la personne de Bakary Fofana.

En 2012, il avait également félicité Alpha Condé pour sa reforme des forces de sécurité devenues respectueuses des droits de l'homme, encourageant les Occidentaux à débloquer des Fonds pour ces Forces de l'ordre. Quelques temps après, 12 partisans de l'UFDG furent froidement tués par balles, quand l'opposition demanda une Ceni paritaire et indépendante avant les législatives. Jusqu'à l'organisation des législatives en novembre 2013, l'opposition ou plus précisément l'UFDG avait enregistré 56 morts par balles.

A propos du ministre sortant des droits de l’homme, Cellou Dalein déclare :

« Nous avons beaucoup de respect et de considération pour lui. C’est un homme honnête, dévoué, déterminé, objectif, d’une honnêteté intellectuelle irréprochable. Nous avons salué les actions qu’il a menées à la tête du ministère des droits de l’homme. »

Dans le gouvernement passé d’Alpha Condé, il y avait un ministère des droits de l’homme. Le bilan de ce gouvernement : des centaines de guinéens tués en Forêt, 69 guinéens supposés être militants ou sympathisants de l’opposition tués par balles à Conakry, un millier de prisonniers politiques, plus de 130 milliards de GNF pillés des commerçants peuls, des centaines de guinéens jetés en prison sans jugement, avec refus d’enquête judiciaire et de prendre les plaintes des victimes. Depuis lors des campagnes électorales, des responsables de l’UFDG croupissent en prison, arrêtés dans l’exercice de leur fonction.

Le ministre chargé des droits de l’homme a donc fait quoi pour mériter de tels éloges du leader politique dont les collaborateurs et militants sont les premières victimes de l’arbitraire ?

Après la présidentielle de 2010 peu avant  laquelle des milliers de ses militants et citoyens peuls furent victimes de  pogrom en Haute Guinée sans que le régime de transition ne bouge le petit doigt  et après le transfert du pouvoir à Alpha Condé, Cellou Dalein chantera des éloges de Sékouba  Konaté qui, selon lui, a bien joué son rôle en conduisant correctement la  transition. C’est à ses alliés et à son vice-président qu’il s’en prendra !

Cellou Dalein Diallo se moque de ceux qui marchent, qui votent, qui perdent ou qui meurent pour lui ! Mais, il y aura toujours des gens prêts à faire du kamikaze derrière cet homme !!! Naturellement, un leader a toujours ses suivistes.

Sur la Radio Espace FM, il déclare au sujet du retour de Bah Oury : « A l’UFDG nous n’avons pas de problèmes, nous nous réjouissons du retour de Bah Oury à condition qu’il s’inscrive dans la  ligne politique définie par le parti » (Lire). 

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-01-12 22:14:26 A.Sow
2016-01-13 06:36:41 A.Sow
Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.