chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Guinée : des blessés et un mort au siège de l'UFDG !

Date de publication:2016-02-05 19:33:54
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO


Commentaires


2016-02-05 19:33:54 S. Condé
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 S. Condé
2016-02-05 19:33:54 Gayah
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 Gayah
2016-02-05 19:33:54 Diogo DIALLO
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 Diogo DIALLO
2016-02-05 19:33:54 Balde boubacar
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 Balde boubacar
2016-02-05 19:33:54 aly
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 aly
2016-02-05 19:33:54 Thierno
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 Thierno
2016-02-05 19:33:54 baldewin
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 baldewin
2016-02-05 19:33:54 Diallo Thierno
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 Diallo Thierno
2016-02-05 19:33:54 issa
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 issa
2016-02-05 19:33:54 Camara Ibrahima
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 Camara Ibrahima
2016-02-05 19:33:54 Mohamed Diallo
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 Mohamed Diallo
2016-02-05 19:33:54 Abou Sylla
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 Abou Sylla
2016-02-05 19:33:54 Abdoul Baldé
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 Abdoul Baldé
2016-02-05 19:33:54 Bah Alhas
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 Bah Alhas
2016-02-05 19:33:54 Diallop
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 Diallop
2016-02-05 19:33:54 Amadou Diallo
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 Amadou Diallo
2016-02-05 19:33:54 KABBA
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 KABBA
2016-02-05 19:33:54 Dalanda
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 Dalanda
2016-02-05 19:33:54 Mamadou
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 Mamadou
2016-02-05 19:33:54 Union
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 Union
2016-02-05 19:33:54 Fode camara
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 Fode camara
2016-02-05 19:33:54 Barry Souleymane
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 Barry Souleymane
2016-02-05 19:33:54 Barry Souleymane
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 Barry Souleymane
2016-02-05 19:33:54 Lamine Diallo
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 Lamine Diallo
2016-02-05 19:33:54 Aissatou Cherif
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 Aissatou Cherif
2016-02-05 19:33:54 amadou
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 amadou
2016-02-05 19:33:54 Citoyen du Foutah
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 Citoyen du Foutah
2016-02-05 19:33:54 Hawa Bah
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 Hawa Bah
2016-02-05 19:33:54 Camara
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 Camara
2016-02-05 19:33:54 Camara
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 Camara
2016-02-05 19:33:54 Georges
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 Georges
2016-02-05 19:33:54 issa
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 issa
2016-02-05 19:33:54 IBRAHIMA
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 IBRAHIMA
2016-02-05 19:33:54 Amara Lamine Bangoura
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 Amara Lamine Bangoura
2016-02-05 19:33:54 GuineePresse
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 GuineePresse
2016-02-05 19:33:54 Camara Ibrahima
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 Camara Ibrahima
2016-02-05 19:33:54 issa
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 issa
2016-02-05 19:33:54 issa
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 issa
2016-02-05 19:33:54 SADIO BARRY
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 SADIO BARRY
2016-02-05 19:33:54 Lamine Diallo
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 Lamine Diallo
2016-02-05 19:33:54 Observateur
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 Observateur
2016-02-05 19:33:54 Camara Ibrahima
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 Camara Ibrahima
2016-02-05 19:33:54 Aliou Baldet
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 Aliou Baldet
2016-02-05 19:33:54 Thierno
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 Thierno
2016-02-05 19:33:54 oumar
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 oumar
2016-02-05 19:33:54 SAID SOUMAH
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 SAID SOUMAH
2016-02-05 19:33:54 Bangus
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 Bangus
2016-02-05 19:33:54 Abdoulaye KABA
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 Abdoulaye KABA
2016-02-05 19:33:54 SADIO BARRY
  2016-02-05 19:23:47

Sur le plan international, Cellou a déjà convaincu le monde entier qu'il n'est pas homme d'Etat et qu'il ne peut pas être Président. Ainsi, en 2015, malgré le bilan macabre d'Alpha Condé dans le domaine des droits de l'homme (69 morts politiques par balles) et de la gestion irresponsable de l'épidémie d'Ebola mettant le monde entier en danger, tous les partenaires étrangers (institutions internationales et diplomates) ont fait bloc contre le maladroit et politiquement nul Cellou Dalein Diallo.

Après avoir détruit l'opposition guinéenne par ses trahisons, sa démagogie, son manque de bon sens et de vision, Cellou Dalein Diallo entame la démolition de son parti UFDG (Lire).

Aujourd'hui:

Interpellé par beaucoup de personnes pour qu’il contribue à la normalisation de la situation au sein du parti, Bah Oury s’est engagé à reprendre ses activités normales dans le parti dès ce weekend. Dès le surlendemain, Cellou réunit des responsables du parti sélectionnés (Bah Oury n’en a pas été informé alors qu’il est vice-président)  pour décider de l’exclure, sans lui donner les moyens de porter la contradiction auprès de ceux qui doivent voter sur la question. C'est Cellou qui a signé lui-même l'acte d'exclusion de Bah Oury qui l'avait accueilli dans le parti.

L’irréparable était fait. N’étant pas d’accord avec cette exclusion expéditive, Bah Oury a maintenu son programme de venir au siège, un siège que Cellou a trouvé avec eux dans l’UFDG. C’est l’affrontement. La rentrée était bloquée. Quand Bah Oury a voulu rentrer, le vigile de Cellou le tape sur la tête avec une barre de fer. Bah Oury blessé sur la tête a eu des vertiges. Les jeunes, remontés, l’ont pris et l’ont  conduit dans la voiture. Les jeunes du camp Bah Oury réagissent avec jets de pierres. Le coup de feu part de l’intérieur contre les jeunes remontés qui soutiennent  Bah Oury. Dans le siège, d’autres partisans de Cellou auraient sortie des  machettes pour attaquer leurs frères du dehors qui voulaient rentrer.

Bilan provisoire : plusieurs blessés et un mort (le journaliste Mamadou Diallo, originaire de Koula Tossokere). C’est Alphadio, le garde-du-corps de l’épouse de Cellou qui aurait tiré.

Ils accusaient Alpha Condé de tuer leurs militants. Maintenant, ils s'en chargent eux-mêmes, quand Alpha dit vouloir jouer à la décrispation !

Quand on est tout simplement Peul sans être de sa famille ou de celle de sa femme, on n'a aucune chance de promotion dans l'UFDG. Mais quand Sékou Fadiga est venu dans le parti, il est immédiatement propulsé au sommet du parti alors que de nombreux cadres luttent depuis longtemps dans l'UFDG en perdant biens et postes de travail en Guinée. Eux ils restent marginalisés par le clan Cellou.

Cellou a suivi Ousmane Gaoual, Fodé Oussou Fofana et Sékou Fadiga. Tous rêvent de la place de Bah Oury et Dieu seul sait pour quelle cause travaillent réellement les deux autres qui n’ont jamais agi ou parlé dans le sens de l’apaisement et du rapprochement du Président et de son vice-président.

D'ailleurs, Sékou Fadiga avait menacé en disant qu'ils attendent Bah Oury de pieds fermes s'il venait au siège de leur parti (Lire). Et Ousmane Gaoual avait expliqué un scénario selon lequel Lamine Keita devrait être tué (Lire).

A noter que de l'autre côté, le camp de Cellou Dalein Diallo prétend que c'est Bah Oury qui a tué le journaliste.

L’Etat est à présent dans l’obligation de prendre des mesures contre l’UFDG et tous ces dirigeants qui ont armé les jeunes en leur ordonnant d’assurer la sécurité et empêcher d’autres membres du parti d’accéder au siège de leur parti. Cellou Dalein Diallo est le principal responsable de la violence et de la mort du journaliste, abattu par son service de sécurité.

Pour éviter de nouveaux affrontements, le siège du parti pourrait être fermé et les activités du parti interdites jusqu’à nouvel ordre. Le temps de départager désormais juridiquement les deux protagonistes.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2016-02-05 19:34:14 SADIO BARRY
Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.