chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

N'OUBLIONS PAS SOWÉTO !

Date de publication:2016-06-16 17:22:51

2016-06-16 17:19:24

Aujourd'hui c'est le quarantième anniversaire du soulèvement des écoliers de Soweto et de sa répression par la police sud-africaine, le 16 juin 1976.

Ce fut le tournant décisif de la lutte contre l'Apartheid, un basculement dans l'histoire de ce pays depuis l'instauration du régime ségrégationniste en 1948.

Ce jour-là, des écoliers et des étudiants du township noir de Soweto manifestaient contre l'introduction d'un enseignement dispensé exclusivement en afrikaans, la langue des maîtres de l'Apartheid. La police de ce régime raciste ouvre le feu et c'est le carnage, un bain de sang.

Hector PIETERSON, 13 ans, est le premier à mourir sous les balles des forces de l'ordre. La photo de son cadavre, dans les bras d'un proche, met le feu aux ghettos noirs et suscite l'indignation du monde.
Révoltés par la mort de ses camarades de Soweto, la jeunesse des townships s'insurge. La répression de cette insurrection, qui durera plusieurs mois, fera plus de 500 morts.

L'inspirateur de cette rébellion est Steve BIKO (1946-1977) qui fut le créateur de la SASO, le syndicat d'étudiants noirs, et l'initiateur du "Mouvement de la conscience noire" qui avait appelé les Noirs à se libérer sans l'aide des Blancs.

Il sera retrouvé mort, assassiné dans sa cellule en septembre 1977. Son histoire inspirera le film "Cry Freedom" (le cri de la liberté) du britannique Richard ATTENBOROUGH sorti en 1987 et brillamment interprété par l'acteur noir américain Denzel WASHINGTON.

Si les émeutes sont finalement matées, le régime de la minorité blanche aura montré son vrai visage et le monde commencera à adopter des sanctions sérieuses à son encontre. En 1977, l'ONU décrètera un embargo sur la vente d'armes à l'Afrique du Sud et des sanctions économiques suivront dans les années 1980.

Sous cette double pression des insurrections internes et de la communauté internationale, le gouvernement blanc et raciste finira par céder.

Le 11 février 1990, il libère Nelson MANDELA (1918-2013), le héros de la lutte anti-apartheid qui aura passé 27 ans en prison. Quatre ans plus tard, les premières élections multiraciales le porteront au pouvoir.

“Le coeur est humain dans la mesure où il se révolte” disait l'écrivain français Georges BATAILLE (1897-1962).

"Les peuples opprimés finissent toujours par se révolter” prévenait Marilyne TREMBLAY COUTU.

“Il n'y a que deux attitudes : se résigner ou se révolter” selon l'alternative de Julien TORMA.

Le droit à l'indignation et la révolte sont des vecteurs de la victoire, du recouvrement de la dignité humaine.
C'est ainsi que la révolte dans le ghetto de Soweto fut décisive et que le 16 juin est devenu un jour férié consacré à cette commémoration et au devoir de mémoire.

Nabbie Ibrahim Baby Soumah
Juriste et anthropologue guinéen

Paris, le 16 juin 2016


Commentaires


Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.