chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Mœurs et perversité : des proches de KPC de GUICOPRES tournent une vidéo pornographique avec une guinéenne visiblement droguée !

Date de publication:2017-02-23 20:58:46
En effet, le lundi 20 Février 2017 – Le Ministère de la Justice a publié un communiqué informant l’opinion nationale et internationale que l’artiste Elie Kamano, interpelé dimanche 19 février 2017, a été déféré devant le Tribunal de première Instance de Mafanco où il a été inculpé pour complicité pour attroupements illégaux. Parce qu’il a simplement soutenu la volonté des élèves de manifester pour exiger la réouverture des écoles que le gouvernement d’Alpha Condé a fermées pour des raisons purement politiques. Ainsi, l’intellectuel et juriste venu de la France, Cheick Sakoh, justifie une telle arrestation arbitraire d’un citoyen guinéen qui s’est récemment déclaré candidat pour la Mairie de Matoto convoitée par le parti au pouvoir RPG arc-en-ciel. En violation flagrante de l’Article 7 de la Constitution:

« Chacun est libre de croire, de penser et de professer sa foi religieuse, ses opinions politiques et philosophiques. Il est libre d’exprimer, de manifester et de diffuser ses idées et opinions par la parole, l’écrit et l’image ».

Dans cette affaire de porno, il y a plusieurs crimes graves commis en un coup que l’Etat ne peut ignorer : pornographie, graves atteintes aux mœurs, drogue, privation de liberté, violence corporelle et viol. Les auteurs sont connus et les faits sont attestés par des preuves matérielles et la réaction timide et trompeuse de GUICOPRES qui suspend un des bourreaux pour « comportement indécent et faute lourde ».

Les faits qui déshonorent toute la Guinée :

Depuis quelques jours, deux vidéos pornographiques circulant dans les réseaux sociaux à l’échelle mondiale montrent deux guinéens et une guinéenne en rapports sexuels d’une extrême violence et de perversité. Tous les trois clairement identifiables. Les 2 hommes qui se prennent alternativement la fille, en la criblant d’injures ainsi que sa mère, en la violant et en la frappant, appellent constamment son nom en montrant son visage: Fanta. Ce qui facilite la reconnaissance de la jeune femme. Ainsi, ils seront eux-mêmes identifiés après comme étant Moctar Keita dit « Makhou » et un de ses amis qui s'appelerait Noa Conté.

Nous renonçons à la publication des vidéos pornographiques extrêmement violentes, mais présentons les deux monstres pervers pour que le maximum des Guinéennes puisse les reconnaître et les éviter.

Dans les deux vidéos, on voit Moctar Keita et son ami en train de violer et tripoter une soeur guinéenne de nom de Fanta F. Ils la violent avec leurs queues et avec des objets, des véritables scènes de pervers drogués. En insultant la fille, sa mère et son père durant toute l’action. On voit et entend la fille se plaindre de douleurs, supplier ses bourreaux en vain. Alors un d'eux met son pied dans la bouche de la fille quand l'autre est en train de la violer sadiquement.

L’intention déclarée des bourreaux était de détruire la fille et ses organes génitaux. Mais vu que leurs Zizis, visiblement petits et somnolents n’étaient pas à la hauteur de leur ambition, ils font recours à des objets durs dont un gros et long godemichet. En lui introduisant cet objet, les bourreaux lui disent carrément que leur intention est de détruire son appareil génital pour toujours parce qu’elle est une pute à leurs yeux. A un moment, Fanta supplie, en langue soussou, celui qui filme, le priant de dire à son ami d’arrêter comme ça sinon il va détruire toute sa féminité. Les deux hommes lui répondent par des injures et la confirmation de leur intention de la détruire: "C'est bien ce que nous voulons, sale pute et fille de pute !".

Parfois, en la violant et en la maltraitant, ils disent à leur proie: « C’est comme ça que ton mari te b. maudite et fille de pute que tu es ? »

Ce qui laisse supposer que la jeune femme victime est mariée. Pourquoi et comment est-elle donc arrivée dans le salon de torture de ces pervers qui n’en sont visiblement pas à leur premier rendez-vous du genre ?  

A un moment, on a l’impression d’entendre deux voix d’hommes qui insultent la jeune femme et encouragent un des violeurs en action à lui « déchirer le v. ».

Un détail important :

Sur le lit, bien que la jeune femme gémit et crie de douleurs en suppliant Moctar et son complice d’arrêter au risque de détruire son organe de reproduction, elle reste couchée et les jambes écartées sans résistance. Ses mains qui ne sont pas attachées ne tentent pas non plus, par reflexe, d’empêcher l’introduction douloureuse, extra profonde et accélérée du gros objet dans son sexe. Cela laisse supposer qu’elle était sous l’effet d’une drogue paralysante.

Effrayé par la dimension du crime scandaleux, KPC, le Président Directeur Général de GUICOPRES, rend public un communiqué qui suspend de ses fonctions son Conseiller et chef Protocole Moctar Keita dit Makhou. Kerfala Camara dit KPC prend cependant soins de ne faire apparaître son propre nom nulle part dans le communiqué et le laisse signer par un soi-disant comité d’éthique, alors que le formulaire utilisé est du Président Directeur Général de la société (Voir ci-dessous). D’ailleurs, dans les deux textes émanant de la même société GUICOPRES, la personne mise en cause et soi-disant sanctionnée est :

- Moktar KEITA  « Makhou » dans le premier texte
- Moctar KEITA  dans le deuxième texte

Un crime sexuel similaire mais de moindre gravité, commis par le jeune rappeur Tamsir Touré, avait secoué la Guinée en 2015 (Lire et suivre) !

Il est temps que l’Etat prenne ses responsabilités face à cette forme de criminalité qui prolifère en Guinée. Le petit rappeur Tamsir Touré avait été pompeusement recherché et arrêté par les autorités guinéennes, même s’il est vite sorti de prison. Cette fois, il s’agit d’un crime du même genre et d’un plus haut degré, mais commis par des responsables d’une société qui finance les campagnes d’Alpha Condé et de son parti RPG. Les organisations de femmes s’étaient également mobilisées l’année passée pour que le petit délinquant Tamsir soit mis aux arrêts. Cette fois-ci, ce sont des Boss délinquants qui sont capables de payer fort pour acheter le silence tant des hommes du pouvoir que des responsables des organisations dites de la société civile. Attendons donc de voir ce qui va se passer dans cette autre affaire.

 

Lamine Soumah et Linda Bah

2017-02-23 20:47:01

Chers lecteurs, les lignes que vous allez lire ci-dessous vont choquer plus d’un. Nous avons décidé d’en parler et de porter l’affaire à ce niveau médiatique afin qu’elle ne reste pas sans conséquence pour les bourreaux bien connus en Guinée et dans l’espoir que cela conduirait beaucoup de jeunes guinéennes à se méfier et éviter de tomber dans les pièges des délinquants riches qui sont très nombreux aujourd’hui en Guinée, surtout après le passage du CNDD et de Sékouba Konaté au pouvoir.

Ci-dessous, les communiqués de Guicopres:

Commentaires


2017-02-23 20:58:46 Mawa
En effet, le lundi 20 Février 2017 – Le Ministère de la Justice a publié un communiqué informant l’opinion nationale et internationale que l’artiste Elie Kamano, interpelé dimanche 19 février 2017, a été déféré devant le Tribunal de première Instance de Mafanco où il a été inculpé pour complicité pour attroupements illégaux. Parce qu’il a simplement soutenu la volonté des élèves de manifester pour exiger la réouverture des écoles que le gouvernement d’Alpha Condé a fermées pour des raisons purement politiques. Ainsi, l’intellectuel et juriste venu de la France, Cheick Sakoh, justifie une telle arrestation arbitraire d’un citoyen guinéen qui s’est récemment déclaré candidat pour la Mairie de Matoto convoitée par le parti au pouvoir RPG arc-en-ciel. En violation flagrante de l’Article 7 de la Constitution:

« Chacun est libre de croire, de penser et de professer sa foi religieuse, ses opinions politiques et philosophiques. Il est libre d’exprimer, de manifester et de diffuser ses idées et opinions par la parole, l’écrit et l’image ».

Dans cette affaire de porno, il y a plusieurs crimes graves commis en un coup que l’Etat ne peut ignorer : pornographie, graves atteintes aux mœurs, drogue, privation de liberté, violence corporelle et viol. Les auteurs sont connus et les faits sont attestés par des preuves matérielles et la réaction timide et trompeuse de GUICOPRES qui suspend un des bourreaux pour « comportement indécent et faute lourde ».

Les faits qui déshonorent toute la Guinée :

Depuis quelques jours, deux vidéos pornographiques circulant dans les réseaux sociaux à l’échelle mondiale montrent deux guinéens et une guinéenne en rapports sexuels d’une extrême violence et de perversité. Tous les trois clairement identifiables. Les 2 hommes qui se prennent alternativement la fille, en la criblant d’injures ainsi que sa mère, en la violant et en la frappant, appellent constamment son nom en montrant son visage: Fanta. Ce qui facilite la reconnaissance de la jeune femme. Ainsi, ils seront eux-mêmes identifiés après comme étant Moctar Keita dit « Makhou » et un de ses amis qui s'appelerait Noa Conté.

Nous renonçons à la publication des vidéos pornographiques extrêmement violentes, mais présentons les deux monstres pervers pour que le maximum des Guinéennes puisse les reconnaître et les éviter.

Dans les deux vidéos, on voit Moctar Keita et son ami en train de violer et tripoter une soeur guinéenne de nom de Fanta F. Ils la violent avec leurs queues et avec des objets, des véritables scènes de pervers drogués. En insultant la fille, sa mère et son père durant toute l’action. On voit et entend la fille se plaindre de douleurs, supplier ses bourreaux en vain. Alors un d'eux met son pied dans la bouche de la fille quand l'autre est en train de la violer sadiquement.

L’intention déclarée des bourreaux était de détruire la fille et ses organes génitaux. Mais vu que leurs Zizis, visiblement petits et somnolents n’étaient pas à la hauteur de leur ambition, ils font recours à des objets durs dont un gros et long godemichet. En lui introduisant cet objet, les bourreaux lui disent carrément que leur intention est de détruire son appareil génital pour toujours parce qu’elle est une pute à leurs yeux. A un moment, Fanta supplie, en langue soussou, celui qui filme, le priant de dire à son ami d’arrêter comme ça sinon il va détruire toute sa féminité. Les deux hommes lui répondent par des injures et la confirmation de leur intention de la détruire: "C'est bien ce que nous voulons, sale pute et fille de pute !".

Parfois, en la violant et en la maltraitant, ils disent à leur proie: « C’est comme ça que ton mari te b. maudite et fille de pute que tu es ? »

Ce qui laisse supposer que la jeune femme victime est mariée. Pourquoi et comment est-elle donc arrivée dans le salon de torture de ces pervers qui n’en sont visiblement pas à leur premier rendez-vous du genre ?  

A un moment, on a l’impression d’entendre deux voix d’hommes qui insultent la jeune femme et encouragent un des violeurs en action à lui « déchirer le v. ».

Un détail important :

Sur le lit, bien que la jeune femme gémit et crie de douleurs en suppliant Moctar et son complice d’arrêter au risque de détruire son organe de reproduction, elle reste couchée et les jambes écartées sans résistance. Ses mains qui ne sont pas attachées ne tentent pas non plus, par reflexe, d’empêcher l’introduction douloureuse, extra profonde et accélérée du gros objet dans son sexe. Cela laisse supposer qu’elle était sous l’effet d’une drogue paralysante.

Effrayé par la dimension du crime scandaleux, KPC, le Président Directeur Général de GUICOPRES, rend public un communiqué qui suspend de ses fonctions son Conseiller et chef Protocole Moctar Keita dit Makhou. Kerfala Camara dit KPC prend cependant soins de ne faire apparaître son propre nom nulle part dans le communiqué et le laisse signer par un soi-disant comité d’éthique, alors que le formulaire utilisé est du Président Directeur Général de la société (Voir ci-dessous). D’ailleurs, dans les deux textes émanant de la même société GUICOPRES, la personne mise en cause et soi-disant sanctionnée est :

- Moktar KEITA  « Makhou » dans le premier texte
- Moctar KEITA  dans le deuxième texte

Un crime sexuel similaire mais de moindre gravité, commis par le jeune rappeur Tamsir Touré, avait secoué la Guinée en 2015 (Lire et suivre) !

Il est temps que l’Etat prenne ses responsabilités face à cette forme de criminalité qui prolifère en Guinée. Le petit rappeur Tamsir Touré avait été pompeusement recherché et arrêté par les autorités guinéennes, même s’il est vite sorti de prison. Cette fois, il s’agit d’un crime du même genre et d’un plus haut degré, mais commis par des responsables d’une société qui finance les campagnes d’Alpha Condé et de son parti RPG. Les organisations de femmes s’étaient également mobilisées l’année passée pour que le petit délinquant Tamsir soit mis aux arrêts. Cette fois-ci, ce sont des Boss délinquants qui sont capables de payer fort pour acheter le silence tant des hommes du pouvoir que des responsables des organisations dites de la société civile. Attendons donc de voir ce qui va se passer dans cette autre affaire.

 

Lamine Soumah et Linda Bah

2017-02-23 21:00:17 Mawa

2017-02-23 20:47:01

Chers lecteurs, les lignes que vous allez lire ci-dessous vont choquer plus d’un. Nous avons décidé d’en parler et de porter l’affaire à ce niveau médiatique afin qu’elle ne reste pas sans conséquence pour les bourreaux bien connus en Guinée et dans l’espoir que cela conduirait beaucoup de jeunes guinéennes à se méfier et éviter de tomber dans les pièges des délinquants riches qui sont très nombreux aujourd’hui en Guinée, surtout après le passage du CNDD et de Sékouba Konaté au pouvoir.

2017-02-23 21:24:41 Mawa
2017-02-23 21:39:17 Mawa
2017-02-23 21:42:05 Mawa
2017-02-23 21:44:04 Mawa
2017-02-23 21:45:29 Mawa
Ci-dessous, les communiqués de Guicopres:
2017-02-23 21:47:45 Mawa
2017-02-23 20:58:46 naby laye moussa camara
En effet, le lundi 20 Février 2017 – Le Ministère de la Justice a publié un communiqué informant l’opinion nationale et internationale que l’artiste Elie Kamano, interpelé dimanche 19 février 2017, a été déféré devant le Tribunal de première Instance de Mafanco où il a été inculpé pour complicité pour attroupements illégaux. Parce qu’il a simplement soutenu la volonté des élèves de manifester pour exiger la réouverture des écoles que le gouvernement d’Alpha Condé a fermées pour des raisons purement politiques. Ainsi, l’intellectuel et juriste venu de la France, Cheick Sakoh, justifie une telle arrestation arbitraire d’un citoyen guinéen qui s’est récemment déclaré candidat pour la Mairie de Matoto convoitée par le parti au pouvoir RPG arc-en-ciel. En violation flagrante de l’Article 7 de la Constitution:

« Chacun est libre de croire, de penser et de professer sa foi religieuse, ses opinions politiques et philosophiques. Il est libre d’exprimer, de manifester et de diffuser ses idées et opinions par la parole, l’écrit et l’image ».

Dans cette affaire de porno, il y a plusieurs crimes graves commis en un coup que l’Etat ne peut ignorer : pornographie, graves atteintes aux mœurs, drogue, privation de liberté, violence corporelle et viol. Les auteurs sont connus et les faits sont attestés par des preuves matérielles et la réaction timide et trompeuse de GUICOPRES qui suspend un des bourreaux pour « comportement indécent et faute lourde ».

Les faits qui déshonorent toute la Guinée :

Depuis quelques jours, deux vidéos pornographiques circulant dans les réseaux sociaux à l’échelle mondiale montrent deux guinéens et une guinéenne en rapports sexuels d’une extrême violence et de perversité. Tous les trois clairement identifiables. Les 2 hommes qui se prennent alternativement la fille, en la criblant d’injures ainsi que sa mère, en la violant et en la frappant, appellent constamment son nom en montrant son visage: Fanta. Ce qui facilite la reconnaissance de la jeune femme. Ainsi, ils seront eux-mêmes identifiés après comme étant Moctar Keita dit « Makhou » et un de ses amis qui s'appelerait Noa Conté.

Nous renonçons à la publication des vidéos pornographiques extrêmement violentes, mais présentons les deux monstres pervers pour que le maximum des Guinéennes puisse les reconnaître et les éviter.

Dans les deux vidéos, on voit Moctar Keita et son ami en train de violer et tripoter une soeur guinéenne de nom de Fanta F. Ils la violent avec leurs queues et avec des objets, des véritables scènes de pervers drogués. En insultant la fille, sa mère et son père durant toute l’action. On voit et entend la fille se plaindre de douleurs, supplier ses bourreaux en vain. Alors un d'eux met son pied dans la bouche de la fille quand l'autre est en train de la violer sadiquement.

L’intention déclarée des bourreaux était de détruire la fille et ses organes génitaux. Mais vu que leurs Zizis, visiblement petits et somnolents n’étaient pas à la hauteur de leur ambition, ils font recours à des objets durs dont un gros et long godemichet. En lui introduisant cet objet, les bourreaux lui disent carrément que leur intention est de détruire son appareil génital pour toujours parce qu’elle est une pute à leurs yeux. A un moment, Fanta supplie, en langue soussou, celui qui filme, le priant de dire à son ami d’arrêter comme ça sinon il va détruire toute sa féminité. Les deux hommes lui répondent par des injures et la confirmation de leur intention de la détruire: "C'est bien ce que nous voulons, sale pute et fille de pute !".

Parfois, en la violant et en la maltraitant, ils disent à leur proie: « C’est comme ça que ton mari te b. maudite et fille de pute que tu es ? »

Ce qui laisse supposer que la jeune femme victime est mariée. Pourquoi et comment est-elle donc arrivée dans le salon de torture de ces pervers qui n’en sont visiblement pas à leur premier rendez-vous du genre ?  

A un moment, on a l’impression d’entendre deux voix d’hommes qui insultent la jeune femme et encouragent un des violeurs en action à lui « déchirer le v. ».

Un détail important :

Sur le lit, bien que la jeune femme gémit et crie de douleurs en suppliant Moctar et son complice d’arrêter au risque de détruire son organe de reproduction, elle reste couchée et les jambes écartées sans résistance. Ses mains qui ne sont pas attachées ne tentent pas non plus, par reflexe, d’empêcher l’introduction douloureuse, extra profonde et accélérée du gros objet dans son sexe. Cela laisse supposer qu’elle était sous l’effet d’une drogue paralysante.

Effrayé par la dimension du crime scandaleux, KPC, le Président Directeur Général de GUICOPRES, rend public un communiqué qui suspend de ses fonctions son Conseiller et chef Protocole Moctar Keita dit Makhou. Kerfala Camara dit KPC prend cependant soins de ne faire apparaître son propre nom nulle part dans le communiqué et le laisse signer par un soi-disant comité d’éthique, alors que le formulaire utilisé est du Président Directeur Général de la société (Voir ci-dessous). D’ailleurs, dans les deux textes émanant de la même société GUICOPRES, la personne mise en cause et soi-disant sanctionnée est :

- Moktar KEITA  « Makhou » dans le premier texte
- Moctar KEITA  dans le deuxième texte

Un crime sexuel similaire mais de moindre gravité, commis par le jeune rappeur Tamsir Touré, avait secoué la Guinée en 2015 (Lire et suivre) !

Il est temps que l’Etat prenne ses responsabilités face à cette forme de criminalité qui prolifère en Guinée. Le petit rappeur Tamsir Touré avait été pompeusement recherché et arrêté par les autorités guinéennes, même s’il est vite sorti de prison. Cette fois, il s’agit d’un crime du même genre et d’un plus haut degré, mais commis par des responsables d’une société qui finance les campagnes d’Alpha Condé et de son parti RPG. Les organisations de femmes s’étaient également mobilisées l’année passée pour que le petit délinquant Tamsir soit mis aux arrêts. Cette fois-ci, ce sont des Boss délinquants qui sont capables de payer fort pour acheter le silence tant des hommes du pouvoir que des responsables des organisations dites de la société civile. Attendons donc de voir ce qui va se passer dans cette autre affaire.

 

Lamine Soumah et Linda Bah

2017-02-23 21:00:17 naby laye moussa camara

2017-02-23 20:47:01

Chers lecteurs, les lignes que vous allez lire ci-dessous vont choquer plus d’un. Nous avons décidé d’en parler et de porter l’affaire à ce niveau médiatique afin qu’elle ne reste pas sans conséquence pour les bourreaux bien connus en Guinée et dans l’espoir que cela conduirait beaucoup de jeunes guinéennes à se méfier et éviter de tomber dans les pièges des délinquants riches qui sont très nombreux aujourd’hui en Guinée, surtout après le passage du CNDD et de Sékouba Konaté au pouvoir.

2017-02-23 21:24:41 naby laye moussa camara
2017-02-23 21:39:17 naby laye moussa camara
2017-02-23 21:42:05 naby laye moussa camara
2017-02-23 21:44:04 naby laye moussa camara
2017-02-23 21:45:29 naby laye moussa camara
Ci-dessous, les communiqués de Guicopres:
2017-02-23 21:47:45 naby laye moussa camara
2017-02-23 20:58:46 Saran K.
En effet, le lundi 20 Février 2017 – Le Ministère de la Justice a publié un communiqué informant l’opinion nationale et internationale que l’artiste Elie Kamano, interpelé dimanche 19 février 2017, a été déféré devant le Tribunal de première Instance de Mafanco où il a été inculpé pour complicité pour attroupements illégaux. Parce qu’il a simplement soutenu la volonté des élèves de manifester pour exiger la réouverture des écoles que le gouvernement d’Alpha Condé a fermées pour des raisons purement politiques. Ainsi, l’intellectuel et juriste venu de la France, Cheick Sakoh, justifie une telle arrestation arbitraire d’un citoyen guinéen qui s’est récemment déclaré candidat pour la Mairie de Matoto convoitée par le parti au pouvoir RPG arc-en-ciel. En violation flagrante de l’Article 7 de la Constitution:

« Chacun est libre de croire, de penser et de professer sa foi religieuse, ses opinions politiques et philosophiques. Il est libre d’exprimer, de manifester et de diffuser ses idées et opinions par la parole, l’écrit et l’image ».

Dans cette affaire de porno, il y a plusieurs crimes graves commis en un coup que l’Etat ne peut ignorer : pornographie, graves atteintes aux mœurs, drogue, privation de liberté, violence corporelle et viol. Les auteurs sont connus et les faits sont attestés par des preuves matérielles et la réaction timide et trompeuse de GUICOPRES qui suspend un des bourreaux pour « comportement indécent et faute lourde ».

Les faits qui déshonorent toute la Guinée :

Depuis quelques jours, deux vidéos pornographiques circulant dans les réseaux sociaux à l’échelle mondiale montrent deux guinéens et une guinéenne en rapports sexuels d’une extrême violence et de perversité. Tous les trois clairement identifiables. Les 2 hommes qui se prennent alternativement la fille, en la criblant d’injures ainsi que sa mère, en la violant et en la frappant, appellent constamment son nom en montrant son visage: Fanta. Ce qui facilite la reconnaissance de la jeune femme. Ainsi, ils seront eux-mêmes identifiés après comme étant Moctar Keita dit « Makhou » et un de ses amis qui s'appelerait Noa Conté.

Nous renonçons à la publication des vidéos pornographiques extrêmement violentes, mais présentons les deux monstres pervers pour que le maximum des Guinéennes puisse les reconnaître et les éviter.

Dans les deux vidéos, on voit Moctar Keita et son ami en train de violer et tripoter une soeur guinéenne de nom de Fanta F. Ils la violent avec leurs queues et avec des objets, des véritables scènes de pervers drogués. En insultant la fille, sa mère et son père durant toute l’action. On voit et entend la fille se plaindre de douleurs, supplier ses bourreaux en vain. Alors un d'eux met son pied dans la bouche de la fille quand l'autre est en train de la violer sadiquement.

L’intention déclarée des bourreaux était de détruire la fille et ses organes génitaux. Mais vu que leurs Zizis, visiblement petits et somnolents n’étaient pas à la hauteur de leur ambition, ils font recours à des objets durs dont un gros et long godemichet. En lui introduisant cet objet, les bourreaux lui disent carrément que leur intention est de détruire son appareil génital pour toujours parce qu’elle est une pute à leurs yeux. A un moment, Fanta supplie, en langue soussou, celui qui filme, le priant de dire à son ami d’arrêter comme ça sinon il va détruire toute sa féminité. Les deux hommes lui répondent par des injures et la confirmation de leur intention de la détruire: "C'est bien ce que nous voulons, sale pute et fille de pute !".

Parfois, en la violant et en la maltraitant, ils disent à leur proie: « C’est comme ça que ton mari te b. maudite et fille de pute que tu es ? »

Ce qui laisse supposer que la jeune femme victime est mariée. Pourquoi et comment est-elle donc arrivée dans le salon de torture de ces pervers qui n’en sont visiblement pas à leur premier rendez-vous du genre ?  

A un moment, on a l’impression d’entendre deux voix d’hommes qui insultent la jeune femme et encouragent un des violeurs en action à lui « déchirer le v. ».

Un détail important :

Sur le lit, bien que la jeune femme gémit et crie de douleurs en suppliant Moctar et son complice d’arrêter au risque de détruire son organe de reproduction, elle reste couchée et les jambes écartées sans résistance. Ses mains qui ne sont pas attachées ne tentent pas non plus, par reflexe, d’empêcher l’introduction douloureuse, extra profonde et accélérée du gros objet dans son sexe. Cela laisse supposer qu’elle était sous l’effet d’une drogue paralysante.

Effrayé par la dimension du crime scandaleux, KPC, le Président Directeur Général de GUICOPRES, rend public un communiqué qui suspend de ses fonctions son Conseiller et chef Protocole Moctar Keita dit Makhou. Kerfala Camara dit KPC prend cependant soins de ne faire apparaître son propre nom nulle part dans le communiqué et le laisse signer par un soi-disant comité d’éthique, alors que le formulaire utilisé est du Président Directeur Général de la société (Voir ci-dessous). D’ailleurs, dans les deux textes émanant de la même société GUICOPRES, la personne mise en cause et soi-disant sanctionnée est :

- Moktar KEITA  « Makhou » dans le premier texte
- Moctar KEITA  dans le deuxième texte

Un crime sexuel similaire mais de moindre gravité, commis par le jeune rappeur Tamsir Touré, avait secoué la Guinée en 2015 (Lire et suivre) !

Il est temps que l’Etat prenne ses responsabilités face à cette forme de criminalité qui prolifère en Guinée. Le petit rappeur Tamsir Touré avait été pompeusement recherché et arrêté par les autorités guinéennes, même s’il est vite sorti de prison. Cette fois, il s’agit d’un crime du même genre et d’un plus haut degré, mais commis par des responsables d’une société qui finance les campagnes d’Alpha Condé et de son parti RPG. Les organisations de femmes s’étaient également mobilisées l’année passée pour que le petit délinquant Tamsir soit mis aux arrêts. Cette fois-ci, ce sont des Boss délinquants qui sont capables de payer fort pour acheter le silence tant des hommes du pouvoir que des responsables des organisations dites de la société civile. Attendons donc de voir ce qui va se passer dans cette autre affaire.

 

Lamine Soumah et Linda Bah

2017-02-23 21:00:17 Saran K.

2017-02-23 20:47:01

Chers lecteurs, les lignes que vous allez lire ci-dessous vont choquer plus d’un. Nous avons décidé d’en parler et de porter l’affaire à ce niveau médiatique afin qu’elle ne reste pas sans conséquence pour les bourreaux bien connus en Guinée et dans l’espoir que cela conduirait beaucoup de jeunes guinéennes à se méfier et éviter de tomber dans les pièges des délinquants riches qui sont très nombreux aujourd’hui en Guinée, surtout après le passage du CNDD et de Sékouba Konaté au pouvoir.

2017-02-23 21:24:41 Saran K.
2017-02-23 21:39:17 Saran K.
2017-02-23 21:42:05 Saran K.
2017-02-23 21:44:04 Saran K.
2017-02-23 21:45:29 Saran K.
Ci-dessous, les communiqués de Guicopres:
2017-02-23 21:47:45 Saran K.
2017-02-23 20:58:46 Mahawa Soumah
En effet, le lundi 20 Février 2017 – Le Ministère de la Justice a publié un communiqué informant l’opinion nationale et internationale que l’artiste Elie Kamano, interpelé dimanche 19 février 2017, a été déféré devant le Tribunal de première Instance de Mafanco où il a été inculpé pour complicité pour attroupements illégaux. Parce qu’il a simplement soutenu la volonté des élèves de manifester pour exiger la réouverture des écoles que le gouvernement d’Alpha Condé a fermées pour des raisons purement politiques. Ainsi, l’intellectuel et juriste venu de la France, Cheick Sakoh, justifie une telle arrestation arbitraire d’un citoyen guinéen qui s’est récemment déclaré candidat pour la Mairie de Matoto convoitée par le parti au pouvoir RPG arc-en-ciel. En violation flagrante de l’Article 7 de la Constitution:

« Chacun est libre de croire, de penser et de professer sa foi religieuse, ses opinions politiques et philosophiques. Il est libre d’exprimer, de manifester et de diffuser ses idées et opinions par la parole, l’écrit et l’image ».

Dans cette affaire de porno, il y a plusieurs crimes graves commis en un coup que l’Etat ne peut ignorer : pornographie, graves atteintes aux mœurs, drogue, privation de liberté, violence corporelle et viol. Les auteurs sont connus et les faits sont attestés par des preuves matérielles et la réaction timide et trompeuse de GUICOPRES qui suspend un des bourreaux pour « comportement indécent et faute lourde ».

Les faits qui déshonorent toute la Guinée :

Depuis quelques jours, deux vidéos pornographiques circulant dans les réseaux sociaux à l’échelle mondiale montrent deux guinéens et une guinéenne en rapports sexuels d’une extrême violence et de perversité. Tous les trois clairement identifiables. Les 2 hommes qui se prennent alternativement la fille, en la criblant d’injures ainsi que sa mère, en la violant et en la frappant, appellent constamment son nom en montrant son visage: Fanta. Ce qui facilite la reconnaissance de la jeune femme. Ainsi, ils seront eux-mêmes identifiés après comme étant Moctar Keita dit « Makhou » et un de ses amis qui s'appelerait Noa Conté.

Nous renonçons à la publication des vidéos pornographiques extrêmement violentes, mais présentons les deux monstres pervers pour que le maximum des Guinéennes puisse les reconnaître et les éviter.

Dans les deux vidéos, on voit Moctar Keita et son ami en train de violer et tripoter une soeur guinéenne de nom de Fanta F. Ils la violent avec leurs queues et avec des objets, des véritables scènes de pervers drogués. En insultant la fille, sa mère et son père durant toute l’action. On voit et entend la fille se plaindre de douleurs, supplier ses bourreaux en vain. Alors un d'eux met son pied dans la bouche de la fille quand l'autre est en train de la violer sadiquement.

L’intention déclarée des bourreaux était de détruire la fille et ses organes génitaux. Mais vu que leurs Zizis, visiblement petits et somnolents n’étaient pas à la hauteur de leur ambition, ils font recours à des objets durs dont un gros et long godemichet. En lui introduisant cet objet, les bourreaux lui disent carrément que leur intention est de détruire son appareil génital pour toujours parce qu’elle est une pute à leurs yeux. A un moment, Fanta supplie, en langue soussou, celui qui filme, le priant de dire à son ami d’arrêter comme ça sinon il va détruire toute sa féminité. Les deux hommes lui répondent par des injures et la confirmation de leur intention de la détruire: "C'est bien ce que nous voulons, sale pute et fille de pute !".

Parfois, en la violant et en la maltraitant, ils disent à leur proie: « C’est comme ça que ton mari te b. maudite et fille de pute que tu es ? »

Ce qui laisse supposer que la jeune femme victime est mariée. Pourquoi et comment est-elle donc arrivée dans le salon de torture de ces pervers qui n’en sont visiblement pas à leur premier rendez-vous du genre ?  

A un moment, on a l’impression d’entendre deux voix d’hommes qui insultent la jeune femme et encouragent un des violeurs en action à lui « déchirer le v. ».

Un détail important :

Sur le lit, bien que la jeune femme gémit et crie de douleurs en suppliant Moctar et son complice d’arrêter au risque de détruire son organe de reproduction, elle reste couchée et les jambes écartées sans résistance. Ses mains qui ne sont pas attachées ne tentent pas non plus, par reflexe, d’empêcher l’introduction douloureuse, extra profonde et accélérée du gros objet dans son sexe. Cela laisse supposer qu’elle était sous l’effet d’une drogue paralysante.

Effrayé par la dimension du crime scandaleux, KPC, le Président Directeur Général de GUICOPRES, rend public un communiqué qui suspend de ses fonctions son Conseiller et chef Protocole Moctar Keita dit Makhou. Kerfala Camara dit KPC prend cependant soins de ne faire apparaître son propre nom nulle part dans le communiqué et le laisse signer par un soi-disant comité d’éthique, alors que le formulaire utilisé est du Président Directeur Général de la société (Voir ci-dessous). D’ailleurs, dans les deux textes émanant de la même société GUICOPRES, la personne mise en cause et soi-disant sanctionnée est :

- Moktar KEITA  « Makhou » dans le premier texte
- Moctar KEITA  dans le deuxième texte

Un crime sexuel similaire mais de moindre gravité, commis par le jeune rappeur Tamsir Touré, avait secoué la Guinée en 2015 (Lire et suivre) !

Il est temps que l’Etat prenne ses responsabilités face à cette forme de criminalité qui prolifère en Guinée. Le petit rappeur Tamsir Touré avait été pompeusement recherché et arrêté par les autorités guinéennes, même s’il est vite sorti de prison. Cette fois, il s’agit d’un crime du même genre et d’un plus haut degré, mais commis par des responsables d’une société qui finance les campagnes d’Alpha Condé et de son parti RPG. Les organisations de femmes s’étaient également mobilisées l’année passée pour que le petit délinquant Tamsir soit mis aux arrêts. Cette fois-ci, ce sont des Boss délinquants qui sont capables de payer fort pour acheter le silence tant des hommes du pouvoir que des responsables des organisations dites de la société civile. Attendons donc de voir ce qui va se passer dans cette autre affaire.

 

Lamine Soumah et Linda Bah

2017-02-23 21:00:17 Mahawa Soumah

2017-02-23 20:47:01

Chers lecteurs, les lignes que vous allez lire ci-dessous vont choquer plus d’un. Nous avons décidé d’en parler et de porter l’affaire à ce niveau médiatique afin qu’elle ne reste pas sans conséquence pour les bourreaux bien connus en Guinée et dans l’espoir que cela conduirait beaucoup de jeunes guinéennes à se méfier et éviter de tomber dans les pièges des délinquants riches qui sont très nombreux aujourd’hui en Guinée, surtout après le passage du CNDD et de Sékouba Konaté au pouvoir.

2017-02-23 21:24:41 Mahawa Soumah
2017-02-23 21:39:17 Mahawa Soumah
2017-02-23 21:42:05 Mahawa Soumah
2017-02-23 21:44:04 Mahawa Soumah
2017-02-23 21:45:29 Mahawa Soumah
Ci-dessous, les communiqués de Guicopres:
2017-02-23 21:47:45 Mahawa Soumah
2017-02-23 20:58:46 Mai Conté
En effet, le lundi 20 Février 2017 – Le Ministère de la Justice a publié un communiqué informant l’opinion nationale et internationale que l’artiste Elie Kamano, interpelé dimanche 19 février 2017, a été déféré devant le Tribunal de première Instance de Mafanco où il a été inculpé pour complicité pour attroupements illégaux. Parce qu’il a simplement soutenu la volonté des élèves de manifester pour exiger la réouverture des écoles que le gouvernement d’Alpha Condé a fermées pour des raisons purement politiques. Ainsi, l’intellectuel et juriste venu de la France, Cheick Sakoh, justifie une telle arrestation arbitraire d’un citoyen guinéen qui s’est récemment déclaré candidat pour la Mairie de Matoto convoitée par le parti au pouvoir RPG arc-en-ciel. En violation flagrante de l’Article 7 de la Constitution:

« Chacun est libre de croire, de penser et de professer sa foi religieuse, ses opinions politiques et philosophiques. Il est libre d’exprimer, de manifester et de diffuser ses idées et opinions par la parole, l’écrit et l’image ».

Dans cette affaire de porno, il y a plusieurs crimes graves commis en un coup que l’Etat ne peut ignorer : pornographie, graves atteintes aux mœurs, drogue, privation de liberté, violence corporelle et viol. Les auteurs sont connus et les faits sont attestés par des preuves matérielles et la réaction timide et trompeuse de GUICOPRES qui suspend un des bourreaux pour « comportement indécent et faute lourde ».

Les faits qui déshonorent toute la Guinée :

Depuis quelques jours, deux vidéos pornographiques circulant dans les réseaux sociaux à l’échelle mondiale montrent deux guinéens et une guinéenne en rapports sexuels d’une extrême violence et de perversité. Tous les trois clairement identifiables. Les 2 hommes qui se prennent alternativement la fille, en la criblant d’injures ainsi que sa mère, en la violant et en la frappant, appellent constamment son nom en montrant son visage: Fanta. Ce qui facilite la reconnaissance de la jeune femme. Ainsi, ils seront eux-mêmes identifiés après comme étant Moctar Keita dit « Makhou » et un de ses amis qui s'appelerait Noa Conté.

Nous renonçons à la publication des vidéos pornographiques extrêmement violentes, mais présentons les deux monstres pervers pour que le maximum des Guinéennes puisse les reconnaître et les éviter.

Dans les deux vidéos, on voit Moctar Keita et son ami en train de violer et tripoter une soeur guinéenne de nom de Fanta F. Ils la violent avec leurs queues et avec des objets, des véritables scènes de pervers drogués. En insultant la fille, sa mère et son père durant toute l’action. On voit et entend la fille se plaindre de douleurs, supplier ses bourreaux en vain. Alors un d'eux met son pied dans la bouche de la fille quand l'autre est en train de la violer sadiquement.

L’intention déclarée des bourreaux était de détruire la fille et ses organes génitaux. Mais vu que leurs Zizis, visiblement petits et somnolents n’étaient pas à la hauteur de leur ambition, ils font recours à des objets durs dont un gros et long godemichet. En lui introduisant cet objet, les bourreaux lui disent carrément que leur intention est de détruire son appareil génital pour toujours parce qu’elle est une pute à leurs yeux. A un moment, Fanta supplie, en langue soussou, celui qui filme, le priant de dire à son ami d’arrêter comme ça sinon il va détruire toute sa féminité. Les deux hommes lui répondent par des injures et la confirmation de leur intention de la détruire: "C'est bien ce que nous voulons, sale pute et fille de pute !".

Parfois, en la violant et en la maltraitant, ils disent à leur proie: « C’est comme ça que ton mari te b. maudite et fille de pute que tu es ? »

Ce qui laisse supposer que la jeune femme victime est mariée. Pourquoi et comment est-elle donc arrivée dans le salon de torture de ces pervers qui n’en sont visiblement pas à leur premier rendez-vous du genre ?  

A un moment, on a l’impression d’entendre deux voix d’hommes qui insultent la jeune femme et encouragent un des violeurs en action à lui « déchirer le v. ».

Un détail important :

Sur le lit, bien que la jeune femme gémit et crie de douleurs en suppliant Moctar et son complice d’arrêter au risque de détruire son organe de reproduction, elle reste couchée et les jambes écartées sans résistance. Ses mains qui ne sont pas attachées ne tentent pas non plus, par reflexe, d’empêcher l’introduction douloureuse, extra profonde et accélérée du gros objet dans son sexe. Cela laisse supposer qu’elle était sous l’effet d’une drogue paralysante.

Effrayé par la dimension du crime scandaleux, KPC, le Président Directeur Général de GUICOPRES, rend public un communiqué qui suspend de ses fonctions son Conseiller et chef Protocole Moctar Keita dit Makhou. Kerfala Camara dit KPC prend cependant soins de ne faire apparaître son propre nom nulle part dans le communiqué et le laisse signer par un soi-disant comité d’éthique, alors que le formulaire utilisé est du Président Directeur Général de la société (Voir ci-dessous). D’ailleurs, dans les deux textes émanant de la même société GUICOPRES, la personne mise en cause et soi-disant sanctionnée est :

- Moktar KEITA  « Makhou » dans le premier texte
- Moctar KEITA  dans le deuxième texte

Un crime sexuel similaire mais de moindre gravité, commis par le jeune rappeur Tamsir Touré, avait secoué la Guinée en 2015 (Lire et suivre) !

Il est temps que l’Etat prenne ses responsabilités face à cette forme de criminalité qui prolifère en Guinée. Le petit rappeur Tamsir Touré avait été pompeusement recherché et arrêté par les autorités guinéennes, même s’il est vite sorti de prison. Cette fois, il s’agit d’un crime du même genre et d’un plus haut degré, mais commis par des responsables d’une société qui finance les campagnes d’Alpha Condé et de son parti RPG. Les organisations de femmes s’étaient également mobilisées l’année passée pour que le petit délinquant Tamsir soit mis aux arrêts. Cette fois-ci, ce sont des Boss délinquants qui sont capables de payer fort pour acheter le silence tant des hommes du pouvoir que des responsables des organisations dites de la société civile. Attendons donc de voir ce qui va se passer dans cette autre affaire.

 

Lamine Soumah et Linda Bah

2017-02-23 21:00:17 Mai Conté

2017-02-23 20:47:01

Chers lecteurs, les lignes que vous allez lire ci-dessous vont choquer plus d’un. Nous avons décidé d’en parler et de porter l’affaire à ce niveau médiatique afin qu’elle ne reste pas sans conséquence pour les bourreaux bien connus en Guinée et dans l’espoir que cela conduirait beaucoup de jeunes guinéennes à se méfier et éviter de tomber dans les pièges des délinquants riches qui sont très nombreux aujourd’hui en Guinée, surtout après le passage du CNDD et de Sékouba Konaté au pouvoir.

2017-02-23 21:24:41 Mai Conté
2017-02-23 21:39:17 Mai Conté
2017-02-23 21:42:05 Mai Conté
2017-02-23 21:44:04 Mai Conté
2017-02-23 21:45:29 Mai Conté
Ci-dessous, les communiqués de Guicopres:
2017-02-23 21:47:45 Mai Conté
2017-02-23 20:58:46 Fatou Bangoura
En effet, le lundi 20 Février 2017 – Le Ministère de la Justice a publié un communiqué informant l’opinion nationale et internationale que l’artiste Elie Kamano, interpelé dimanche 19 février 2017, a été déféré devant le Tribunal de première Instance de Mafanco où il a été inculpé pour complicité pour attroupements illégaux. Parce qu’il a simplement soutenu la volonté des élèves de manifester pour exiger la réouverture des écoles que le gouvernement d’Alpha Condé a fermées pour des raisons purement politiques. Ainsi, l’intellectuel et juriste venu de la France, Cheick Sakoh, justifie une telle arrestation arbitraire d’un citoyen guinéen qui s’est récemment déclaré candidat pour la Mairie de Matoto convoitée par le parti au pouvoir RPG arc-en-ciel. En violation flagrante de l’Article 7 de la Constitution:

« Chacun est libre de croire, de penser et de professer sa foi religieuse, ses opinions politiques et philosophiques. Il est libre d’exprimer, de manifester et de diffuser ses idées et opinions par la parole, l’écrit et l’image ».

Dans cette affaire de porno, il y a plusieurs crimes graves commis en un coup que l’Etat ne peut ignorer : pornographie, graves atteintes aux mœurs, drogue, privation de liberté, violence corporelle et viol. Les auteurs sont connus et les faits sont attestés par des preuves matérielles et la réaction timide et trompeuse de GUICOPRES qui suspend un des bourreaux pour « comportement indécent et faute lourde ».

Les faits qui déshonorent toute la Guinée :

Depuis quelques jours, deux vidéos pornographiques circulant dans les réseaux sociaux à l’échelle mondiale montrent deux guinéens et une guinéenne en rapports sexuels d’une extrême violence et de perversité. Tous les trois clairement identifiables. Les 2 hommes qui se prennent alternativement la fille, en la criblant d’injures ainsi que sa mère, en la violant et en la frappant, appellent constamment son nom en montrant son visage: Fanta. Ce qui facilite la reconnaissance de la jeune femme. Ainsi, ils seront eux-mêmes identifiés après comme étant Moctar Keita dit « Makhou » et un de ses amis qui s'appelerait Noa Conté.

Nous renonçons à la publication des vidéos pornographiques extrêmement violentes, mais présentons les deux monstres pervers pour que le maximum des Guinéennes puisse les reconnaître et les éviter.

Dans les deux vidéos, on voit Moctar Keita et son ami en train de violer et tripoter une soeur guinéenne de nom de Fanta F. Ils la violent avec leurs queues et avec des objets, des véritables scènes de pervers drogués. En insultant la fille, sa mère et son père durant toute l’action. On voit et entend la fille se plaindre de douleurs, supplier ses bourreaux en vain. Alors un d'eux met son pied dans la bouche de la fille quand l'autre est en train de la violer sadiquement.

L’intention déclarée des bourreaux était de détruire la fille et ses organes génitaux. Mais vu que leurs Zizis, visiblement petits et somnolents n’étaient pas à la hauteur de leur ambition, ils font recours à des objets durs dont un gros et long godemichet. En lui introduisant cet objet, les bourreaux lui disent carrément que leur intention est de détruire son appareil génital pour toujours parce qu’elle est une pute à leurs yeux. A un moment, Fanta supplie, en langue soussou, celui qui filme, le priant de dire à son ami d’arrêter comme ça sinon il va détruire toute sa féminité. Les deux hommes lui répondent par des injures et la confirmation de leur intention de la détruire: "C'est bien ce que nous voulons, sale pute et fille de pute !".

Parfois, en la violant et en la maltraitant, ils disent à leur proie: « C’est comme ça que ton mari te b. maudite et fille de pute que tu es ? »

Ce qui laisse supposer que la jeune femme victime est mariée. Pourquoi et comment est-elle donc arrivée dans le salon de torture de ces pervers qui n’en sont visiblement pas à leur premier rendez-vous du genre ?  

A un moment, on a l’impression d’entendre deux voix d’hommes qui insultent la jeune femme et encouragent un des violeurs en action à lui « déchirer le v. ».

Un détail important :

Sur le lit, bien que la jeune femme gémit et crie de douleurs en suppliant Moctar et son complice d’arrêter au risque de détruire son organe de reproduction, elle reste couchée et les jambes écartées sans résistance. Ses mains qui ne sont pas attachées ne tentent pas non plus, par reflexe, d’empêcher l’introduction douloureuse, extra profonde et accélérée du gros objet dans son sexe. Cela laisse supposer qu’elle était sous l’effet d’une drogue paralysante.

Effrayé par la dimension du crime scandaleux, KPC, le Président Directeur Général de GUICOPRES, rend public un communiqué qui suspend de ses fonctions son Conseiller et chef Protocole Moctar Keita dit Makhou. Kerfala Camara dit KPC prend cependant soins de ne faire apparaître son propre nom nulle part dans le communiqué et le laisse signer par un soi-disant comité d’éthique, alors que le formulaire utilisé est du Président Directeur Général de la société (Voir ci-dessous). D’ailleurs, dans les deux textes émanant de la même société GUICOPRES, la personne mise en cause et soi-disant sanctionnée est :

- Moktar KEITA  « Makhou » dans le premier texte
- Moctar KEITA  dans le deuxième texte

Un crime sexuel similaire mais de moindre gravité, commis par le jeune rappeur Tamsir Touré, avait secoué la Guinée en 2015 (Lire et suivre) !

Il est temps que l’Etat prenne ses responsabilités face à cette forme de criminalité qui prolifère en Guinée. Le petit rappeur Tamsir Touré avait été pompeusement recherché et arrêté par les autorités guinéennes, même s’il est vite sorti de prison. Cette fois, il s’agit d’un crime du même genre et d’un plus haut degré, mais commis par des responsables d’une société qui finance les campagnes d’Alpha Condé et de son parti RPG. Les organisations de femmes s’étaient également mobilisées l’année passée pour que le petit délinquant Tamsir soit mis aux arrêts. Cette fois-ci, ce sont des Boss délinquants qui sont capables de payer fort pour acheter le silence tant des hommes du pouvoir que des responsables des organisations dites de la société civile. Attendons donc de voir ce qui va se passer dans cette autre affaire.

 

Lamine Soumah et Linda Bah

2017-02-23 21:00:17 Fatou Bangoura

2017-02-23 20:47:01

Chers lecteurs, les lignes que vous allez lire ci-dessous vont choquer plus d’un. Nous avons décidé d’en parler et de porter l’affaire à ce niveau médiatique afin qu’elle ne reste pas sans conséquence pour les bourreaux bien connus en Guinée et dans l’espoir que cela conduirait beaucoup de jeunes guinéennes à se méfier et éviter de tomber dans les pièges des délinquants riches qui sont très nombreux aujourd’hui en Guinée, surtout après le passage du CNDD et de Sékouba Konaté au pouvoir.

2017-02-23 21:24:41 Fatou Bangoura
2017-02-23 21:39:17 Fatou Bangoura
2017-02-23 21:42:05 Fatou Bangoura
2017-02-23 21:44:04 Fatou Bangoura
2017-02-23 21:45:29 Fatou Bangoura
Ci-dessous, les communiqués de Guicopres:
2017-02-23 21:47:45 Fatou Bangoura
2017-02-23 20:58:46 Mamadi K.
En effet, le lundi 20 Février 2017 – Le Ministère de la Justice a publié un communiqué informant l’opinion nationale et internationale que l’artiste Elie Kamano, interpelé dimanche 19 février 2017, a été déféré devant le Tribunal de première Instance de Mafanco où il a été inculpé pour complicité pour attroupements illégaux. Parce qu’il a simplement soutenu la volonté des élèves de manifester pour exiger la réouverture des écoles que le gouvernement d’Alpha Condé a fermées pour des raisons purement politiques. Ainsi, l’intellectuel et juriste venu de la France, Cheick Sakoh, justifie une telle arrestation arbitraire d’un citoyen guinéen qui s’est récemment déclaré candidat pour la Mairie de Matoto convoitée par le parti au pouvoir RPG arc-en-ciel. En violation flagrante de l’Article 7 de la Constitution:

« Chacun est libre de croire, de penser et de professer sa foi religieuse, ses opinions politiques et philosophiques. Il est libre d’exprimer, de manifester et de diffuser ses idées et opinions par la parole, l’écrit et l’image ».

Dans cette affaire de porno, il y a plusieurs crimes graves commis en un coup que l’Etat ne peut ignorer : pornographie, graves atteintes aux mœurs, drogue, privation de liberté, violence corporelle et viol. Les auteurs sont connus et les faits sont attestés par des preuves matérielles et la réaction timide et trompeuse de GUICOPRES qui suspend un des bourreaux pour « comportement indécent et faute lourde ».

Les faits qui déshonorent toute la Guinée :

Depuis quelques jours, deux vidéos pornographiques circulant dans les réseaux sociaux à l’échelle mondiale montrent deux guinéens et une guinéenne en rapports sexuels d’une extrême violence et de perversité. Tous les trois clairement identifiables. Les 2 hommes qui se prennent alternativement la fille, en la criblant d’injures ainsi que sa mère, en la violant et en la frappant, appellent constamment son nom en montrant son visage: Fanta. Ce qui facilite la reconnaissance de la jeune femme. Ainsi, ils seront eux-mêmes identifiés après comme étant Moctar Keita dit « Makhou » et un de ses amis qui s'appelerait Noa Conté.

Nous renonçons à la publication des vidéos pornographiques extrêmement violentes, mais présentons les deux monstres pervers pour que le maximum des Guinéennes puisse les reconnaître et les éviter.

Dans les deux vidéos, on voit Moctar Keita et son ami en train de violer et tripoter une soeur guinéenne de nom de Fanta F. Ils la violent avec leurs queues et avec des objets, des véritables scènes de pervers drogués. En insultant la fille, sa mère et son père durant toute l’action. On voit et entend la fille se plaindre de douleurs, supplier ses bourreaux en vain. Alors un d'eux met son pied dans la bouche de la fille quand l'autre est en train de la violer sadiquement.

L’intention déclarée des bourreaux était de détruire la fille et ses organes génitaux. Mais vu que leurs Zizis, visiblement petits et somnolents n’étaient pas à la hauteur de leur ambition, ils font recours à des objets durs dont un gros et long godemichet. En lui introduisant cet objet, les bourreaux lui disent carrément que leur intention est de détruire son appareil génital pour toujours parce qu’elle est une pute à leurs yeux. A un moment, Fanta supplie, en langue soussou, celui qui filme, le priant de dire à son ami d’arrêter comme ça sinon il va détruire toute sa féminité. Les deux hommes lui répondent par des injures et la confirmation de leur intention de la détruire: "C'est bien ce que nous voulons, sale pute et fille de pute !".

Parfois, en la violant et en la maltraitant, ils disent à leur proie: « C’est comme ça que ton mari te b. maudite et fille de pute que tu es ? »

Ce qui laisse supposer que la jeune femme victime est mariée. Pourquoi et comment est-elle donc arrivée dans le salon de torture de ces pervers qui n’en sont visiblement pas à leur premier rendez-vous du genre ?  

A un moment, on a l’impression d’entendre deux voix d’hommes qui insultent la jeune femme et encouragent un des violeurs en action à lui « déchirer le v. ».

Un détail important :

Sur le lit, bien que la jeune femme gémit et crie de douleurs en suppliant Moctar et son complice d’arrêter au risque de détruire son organe de reproduction, elle reste couchée et les jambes écartées sans résistance. Ses mains qui ne sont pas attachées ne tentent pas non plus, par reflexe, d’empêcher l’introduction douloureuse, extra profonde et accélérée du gros objet dans son sexe. Cela laisse supposer qu’elle était sous l’effet d’une drogue paralysante.

Effrayé par la dimension du crime scandaleux, KPC, le Président Directeur Général de GUICOPRES, rend public un communiqué qui suspend de ses fonctions son Conseiller et chef Protocole Moctar Keita dit Makhou. Kerfala Camara dit KPC prend cependant soins de ne faire apparaître son propre nom nulle part dans le communiqué et le laisse signer par un soi-disant comité d’éthique, alors que le formulaire utilisé est du Président Directeur Général de la société (Voir ci-dessous). D’ailleurs, dans les deux textes émanant de la même société GUICOPRES, la personne mise en cause et soi-disant sanctionnée est :

- Moktar KEITA  « Makhou » dans le premier texte
- Moctar KEITA  dans le deuxième texte

Un crime sexuel similaire mais de moindre gravité, commis par le jeune rappeur Tamsir Touré, avait secoué la Guinée en 2015 (Lire et suivre) !

Il est temps que l’Etat prenne ses responsabilités face à cette forme de criminalité qui prolifère en Guinée. Le petit rappeur Tamsir Touré avait été pompeusement recherché et arrêté par les autorités guinéennes, même s’il est vite sorti de prison. Cette fois, il s’agit d’un crime du même genre et d’un plus haut degré, mais commis par des responsables d’une société qui finance les campagnes d’Alpha Condé et de son parti RPG. Les organisations de femmes s’étaient également mobilisées l’année passée pour que le petit délinquant Tamsir soit mis aux arrêts. Cette fois-ci, ce sont des Boss délinquants qui sont capables de payer fort pour acheter le silence tant des hommes du pouvoir que des responsables des organisations dites de la société civile. Attendons donc de voir ce qui va se passer dans cette autre affaire.

 

Lamine Soumah et Linda Bah

2017-02-23 21:00:17 Mamadi K.

2017-02-23 20:47:01

Chers lecteurs, les lignes que vous allez lire ci-dessous vont choquer plus d’un. Nous avons décidé d’en parler et de porter l’affaire à ce niveau médiatique afin qu’elle ne reste pas sans conséquence pour les bourreaux bien connus en Guinée et dans l’espoir que cela conduirait beaucoup de jeunes guinéennes à se méfier et éviter de tomber dans les pièges des délinquants riches qui sont très nombreux aujourd’hui en Guinée, surtout après le passage du CNDD et de Sékouba Konaté au pouvoir.

2017-02-23 21:24:41 Mamadi K.
2017-02-23 21:39:17 Mamadi K.
2017-02-23 21:42:05 Mamadi K.
2017-02-23 21:44:04 Mamadi K.
2017-02-23 21:45:29 Mamadi K.
Ci-dessous, les communiqués de Guicopres:
2017-02-23 21:47:45 Mamadi K.
2017-02-23 20:58:46 Hawa Bah
En effet, le lundi 20 Février 2017 – Le Ministère de la Justice a publié un communiqué informant l’opinion nationale et internationale que l’artiste Elie Kamano, interpelé dimanche 19 février 2017, a été déféré devant le Tribunal de première Instance de Mafanco où il a été inculpé pour complicité pour attroupements illégaux. Parce qu’il a simplement soutenu la volonté des élèves de manifester pour exiger la réouverture des écoles que le gouvernement d’Alpha Condé a fermées pour des raisons purement politiques. Ainsi, l’intellectuel et juriste venu de la France, Cheick Sakoh, justifie une telle arrestation arbitraire d’un citoyen guinéen qui s’est récemment déclaré candidat pour la Mairie de Matoto convoitée par le parti au pouvoir RPG arc-en-ciel. En violation flagrante de l’Article 7 de la Constitution:

« Chacun est libre de croire, de penser et de professer sa foi religieuse, ses opinions politiques et philosophiques. Il est libre d’exprimer, de manifester et de diffuser ses idées et opinions par la parole, l’écrit et l’image ».

Dans cette affaire de porno, il y a plusieurs crimes graves commis en un coup que l’Etat ne peut ignorer : pornographie, graves atteintes aux mœurs, drogue, privation de liberté, violence corporelle et viol. Les auteurs sont connus et les faits sont attestés par des preuves matérielles et la réaction timide et trompeuse de GUICOPRES qui suspend un des bourreaux pour « comportement indécent et faute lourde ».

Les faits qui déshonorent toute la Guinée :

Depuis quelques jours, deux vidéos pornographiques circulant dans les réseaux sociaux à l’échelle mondiale montrent deux guinéens et une guinéenne en rapports sexuels d’une extrême violence et de perversité. Tous les trois clairement identifiables. Les 2 hommes qui se prennent alternativement la fille, en la criblant d’injures ainsi que sa mère, en la violant et en la frappant, appellent constamment son nom en montrant son visage: Fanta. Ce qui facilite la reconnaissance de la jeune femme. Ainsi, ils seront eux-mêmes identifiés après comme étant Moctar Keita dit « Makhou » et un de ses amis qui s'appelerait Noa Conté.

Nous renonçons à la publication des vidéos pornographiques extrêmement violentes, mais présentons les deux monstres pervers pour que le maximum des Guinéennes puisse les reconnaître et les éviter.

Dans les deux vidéos, on voit Moctar Keita et son ami en train de violer et tripoter une soeur guinéenne de nom de Fanta F. Ils la violent avec leurs queues et avec des objets, des véritables scènes de pervers drogués. En insultant la fille, sa mère et son père durant toute l’action. On voit et entend la fille se plaindre de douleurs, supplier ses bourreaux en vain. Alors un d'eux met son pied dans la bouche de la fille quand l'autre est en train de la violer sadiquement.

L’intention déclarée des bourreaux était de détruire la fille et ses organes génitaux. Mais vu que leurs Zizis, visiblement petits et somnolents n’étaient pas à la hauteur de leur ambition, ils font recours à des objets durs dont un gros et long godemichet. En lui introduisant cet objet, les bourreaux lui disent carrément que leur intention est de détruire son appareil génital pour toujours parce qu’elle est une pute à leurs yeux. A un moment, Fanta supplie, en langue soussou, celui qui filme, le priant de dire à son ami d’arrêter comme ça sinon il va détruire toute sa féminité. Les deux hommes lui répondent par des injures et la confirmation de leur intention de la détruire: "C'est bien ce que nous voulons, sale pute et fille de pute !".

Parfois, en la violant et en la maltraitant, ils disent à leur proie: « C’est comme ça que ton mari te b. maudite et fille de pute que tu es ? »

Ce qui laisse supposer que la jeune femme victime est mariée. Pourquoi et comment est-elle donc arrivée dans le salon de torture de ces pervers qui n’en sont visiblement pas à leur premier rendez-vous du genre ?  

A un moment, on a l’impression d’entendre deux voix d’hommes qui insultent la jeune femme et encouragent un des violeurs en action à lui « déchirer le v. ».

Un détail important :

Sur le lit, bien que la jeune femme gémit et crie de douleurs en suppliant Moctar et son complice d’arrêter au risque de détruire son organe de reproduction, elle reste couchée et les jambes écartées sans résistance. Ses mains qui ne sont pas attachées ne tentent pas non plus, par reflexe, d’empêcher l’introduction douloureuse, extra profonde et accélérée du gros objet dans son sexe. Cela laisse supposer qu’elle était sous l’effet d’une drogue paralysante.

Effrayé par la dimension du crime scandaleux, KPC, le Président Directeur Général de GUICOPRES, rend public un communiqué qui suspend de ses fonctions son Conseiller et chef Protocole Moctar Keita dit Makhou. Kerfala Camara dit KPC prend cependant soins de ne faire apparaître son propre nom nulle part dans le communiqué et le laisse signer par un soi-disant comité d’éthique, alors que le formulaire utilisé est du Président Directeur Général de la société (Voir ci-dessous). D’ailleurs, dans les deux textes émanant de la même société GUICOPRES, la personne mise en cause et soi-disant sanctionnée est :

- Moktar KEITA  « Makhou » dans le premier texte
- Moctar KEITA  dans le deuxième texte

Un crime sexuel similaire mais de moindre gravité, commis par le jeune rappeur Tamsir Touré, avait secoué la Guinée en 2015 (Lire et suivre) !

Il est temps que l’Etat prenne ses responsabilités face à cette forme de criminalité qui prolifère en Guinée. Le petit rappeur Tamsir Touré avait été pompeusement recherché et arrêté par les autorités guinéennes, même s’il est vite sorti de prison. Cette fois, il s’agit d’un crime du même genre et d’un plus haut degré, mais commis par des responsables d’une société qui finance les campagnes d’Alpha Condé et de son parti RPG. Les organisations de femmes s’étaient également mobilisées l’année passée pour que le petit délinquant Tamsir soit mis aux arrêts. Cette fois-ci, ce sont des Boss délinquants qui sont capables de payer fort pour acheter le silence tant des hommes du pouvoir que des responsables des organisations dites de la société civile. Attendons donc de voir ce qui va se passer dans cette autre affaire.

 

Lamine Soumah et Linda Bah

2017-02-23 21:00:17 Hawa Bah

2017-02-23 20:47:01

Chers lecteurs, les lignes que vous allez lire ci-dessous vont choquer plus d’un. Nous avons décidé d’en parler et de porter l’affaire à ce niveau médiatique afin qu’elle ne reste pas sans conséquence pour les bourreaux bien connus en Guinée et dans l’espoir que cela conduirait beaucoup de jeunes guinéennes à se méfier et éviter de tomber dans les pièges des délinquants riches qui sont très nombreux aujourd’hui en Guinée, surtout après le passage du CNDD et de Sékouba Konaté au pouvoir.

2017-02-23 21:24:41 Hawa Bah
2017-02-23 21:39:17 Hawa Bah
2017-02-23 21:42:05 Hawa Bah
2017-02-23 21:44:04 Hawa Bah
2017-02-23 21:45:29 Hawa Bah
Ci-dessous, les communiqués de Guicopres:
2017-02-23 21:47:45 Hawa Bah
2017-02-23 20:58:46 mouctar missidey balde
En effet, le lundi 20 Février 2017 – Le Ministère de la Justice a publié un communiqué informant l’opinion nationale et internationale que l’artiste Elie Kamano, interpelé dimanche 19 février 2017, a été déféré devant le Tribunal de première Instance de Mafanco où il a été inculpé pour complicité pour attroupements illégaux. Parce qu’il a simplement soutenu la volonté des élèves de manifester pour exiger la réouverture des écoles que le gouvernement d’Alpha Condé a fermées pour des raisons purement politiques. Ainsi, l’intellectuel et juriste venu de la France, Cheick Sakoh, justifie une telle arrestation arbitraire d’un citoyen guinéen qui s’est récemment déclaré candidat pour la Mairie de Matoto convoitée par le parti au pouvoir RPG arc-en-ciel. En violation flagrante de l’Article 7 de la Constitution:

« Chacun est libre de croire, de penser et de professer sa foi religieuse, ses opinions politiques et philosophiques. Il est libre d’exprimer, de manifester et de diffuser ses idées et opinions par la parole, l’écrit et l’image ».

Dans cette affaire de porno, il y a plusieurs crimes graves commis en un coup que l’Etat ne peut ignorer : pornographie, graves atteintes aux mœurs, drogue, privation de liberté, violence corporelle et viol. Les auteurs sont connus et les faits sont attestés par des preuves matérielles et la réaction timide et trompeuse de GUICOPRES qui suspend un des bourreaux pour « comportement indécent et faute lourde ».

Les faits qui déshonorent toute la Guinée :

Depuis quelques jours, deux vidéos pornographiques circulant dans les réseaux sociaux à l’échelle mondiale montrent deux guinéens et une guinéenne en rapports sexuels d’une extrême violence et de perversité. Tous les trois clairement identifiables. Les 2 hommes qui se prennent alternativement la fille, en la criblant d’injures ainsi que sa mère, en la violant et en la frappant, appellent constamment son nom en montrant son visage: Fanta. Ce qui facilite la reconnaissance de la jeune femme. Ainsi, ils seront eux-mêmes identifiés après comme étant Moctar Keita dit « Makhou » et un de ses amis qui s'appelerait Noa Conté.

Nous renonçons à la publication des vidéos pornographiques extrêmement violentes, mais présentons les deux monstres pervers pour que le maximum des Guinéennes puisse les reconnaître et les éviter.

Dans les deux vidéos, on voit Moctar Keita et son ami en train de violer et tripoter une soeur guinéenne de nom de Fanta F. Ils la violent avec leurs queues et avec des objets, des véritables scènes de pervers drogués. En insultant la fille, sa mère et son père durant toute l’action. On voit et entend la fille se plaindre de douleurs, supplier ses bourreaux en vain. Alors un d'eux met son pied dans la bouche de la fille quand l'autre est en train de la violer sadiquement.

L’intention déclarée des bourreaux était de détruire la fille et ses organes génitaux. Mais vu que leurs Zizis, visiblement petits et somnolents n’étaient pas à la hauteur de leur ambition, ils font recours à des objets durs dont un gros et long godemichet. En lui introduisant cet objet, les bourreaux lui disent carrément que leur intention est de détruire son appareil génital pour toujours parce qu’elle est une pute à leurs yeux. A un moment, Fanta supplie, en langue soussou, celui qui filme, le priant de dire à son ami d’arrêter comme ça sinon il va détruire toute sa féminité. Les deux hommes lui répondent par des injures et la confirmation de leur intention de la détruire: "C'est bien ce que nous voulons, sale pute et fille de pute !".

Parfois, en la violant et en la maltraitant, ils disent à leur proie: « C’est comme ça que ton mari te b. maudite et fille de pute que tu es ? »

Ce qui laisse supposer que la jeune femme victime est mariée. Pourquoi et comment est-elle donc arrivée dans le salon de torture de ces pervers qui n’en sont visiblement pas à leur premier rendez-vous du genre ?  

A un moment, on a l’impression d’entendre deux voix d’hommes qui insultent la jeune femme et encouragent un des violeurs en action à lui « déchirer le v. ».

Un détail important :

Sur le lit, bien que la jeune femme gémit et crie de douleurs en suppliant Moctar et son complice d’arrêter au risque de détruire son organe de reproduction, elle reste couchée et les jambes écartées sans résistance. Ses mains qui ne sont pas attachées ne tentent pas non plus, par reflexe, d’empêcher l’introduction douloureuse, extra profonde et accélérée du gros objet dans son sexe. Cela laisse supposer qu’elle était sous l’effet d’une drogue paralysante.

Effrayé par la dimension du crime scandaleux, KPC, le Président Directeur Général de GUICOPRES, rend public un communiqué qui suspend de ses fonctions son Conseiller et chef Protocole Moctar Keita dit Makhou. Kerfala Camara dit KPC prend cependant soins de ne faire apparaître son propre nom nulle part dans le communiqué et le laisse signer par un soi-disant comité d’éthique, alors que le formulaire utilisé est du Président Directeur Général de la société (Voir ci-dessous). D’ailleurs, dans les deux textes émanant de la même société GUICOPRES, la personne mise en cause et soi-disant sanctionnée est :

- Moktar KEITA  « Makhou » dans le premier texte
- Moctar KEITA  dans le deuxième texte

Un crime sexuel similaire mais de moindre gravité, commis par le jeune rappeur Tamsir Touré, avait secoué la Guinée en 2015 (Lire et suivre) !

Il est temps que l’Etat prenne ses responsabilités face à cette forme de criminalité qui prolifère en Guinée. Le petit rappeur Tamsir Touré avait été pompeusement recherché et arrêté par les autorités guinéennes, même s’il est vite sorti de prison. Cette fois, il s’agit d’un crime du même genre et d’un plus haut degré, mais commis par des responsables d’une société qui finance les campagnes d’Alpha Condé et de son parti RPG. Les organisations de femmes s’étaient également mobilisées l’année passée pour que le petit délinquant Tamsir soit mis aux arrêts. Cette fois-ci, ce sont des Boss délinquants qui sont capables de payer fort pour acheter le silence tant des hommes du pouvoir que des responsables des organisations dites de la société civile. Attendons donc de voir ce qui va se passer dans cette autre affaire.

 

Lamine Soumah et Linda Bah

2017-02-23 21:00:17 mouctar missidey balde

2017-02-23 20:47:01

Chers lecteurs, les lignes que vous allez lire ci-dessous vont choquer plus d’un. Nous avons décidé d’en parler et de porter l’affaire à ce niveau médiatique afin qu’elle ne reste pas sans conséquence pour les bourreaux bien connus en Guinée et dans l’espoir que cela conduirait beaucoup de jeunes guinéennes à se méfier et éviter de tomber dans les pièges des délinquants riches qui sont très nombreux aujourd’hui en Guinée, surtout après le passage du CNDD et de Sékouba Konaté au pouvoir.

2017-02-23 21:24:41 mouctar missidey balde
2017-02-23 21:39:17 mouctar missidey balde
2017-02-23 21:42:05 mouctar missidey balde
2017-02-23 21:44:04 mouctar missidey balde
2017-02-23 21:45:29 mouctar missidey balde
Ci-dessous, les communiqués de Guicopres:
2017-02-23 21:47:45 mouctar missidey balde
2017-02-23 20:58:46 Observateur
En effet, le lundi 20 Février 2017 – Le Ministère de la Justice a publié un communiqué informant l’opinion nationale et internationale que l’artiste Elie Kamano, interpelé dimanche 19 février 2017, a été déféré devant le Tribunal de première Instance de Mafanco où il a été inculpé pour complicité pour attroupements illégaux. Parce qu’il a simplement soutenu la volonté des élèves de manifester pour exiger la réouverture des écoles que le gouvernement d’Alpha Condé a fermées pour des raisons purement politiques. Ainsi, l’intellectuel et juriste venu de la France, Cheick Sakoh, justifie une telle arrestation arbitraire d’un citoyen guinéen qui s’est récemment déclaré candidat pour la Mairie de Matoto convoitée par le parti au pouvoir RPG arc-en-ciel. En violation flagrante de l’Article 7 de la Constitution:

« Chacun est libre de croire, de penser et de professer sa foi religieuse, ses opinions politiques et philosophiques. Il est libre d’exprimer, de manifester et de diffuser ses idées et opinions par la parole, l’écrit et l’image ».

Dans cette affaire de porno, il y a plusieurs crimes graves commis en un coup que l’Etat ne peut ignorer : pornographie, graves atteintes aux mœurs, drogue, privation de liberté, violence corporelle et viol. Les auteurs sont connus et les faits sont attestés par des preuves matérielles et la réaction timide et trompeuse de GUICOPRES qui suspend un des bourreaux pour « comportement indécent et faute lourde ».

Les faits qui déshonorent toute la Guinée :

Depuis quelques jours, deux vidéos pornographiques circulant dans les réseaux sociaux à l’échelle mondiale montrent deux guinéens et une guinéenne en rapports sexuels d’une extrême violence et de perversité. Tous les trois clairement identifiables. Les 2 hommes qui se prennent alternativement la fille, en la criblant d’injures ainsi que sa mère, en la violant et en la frappant, appellent constamment son nom en montrant son visage: Fanta. Ce qui facilite la reconnaissance de la jeune femme. Ainsi, ils seront eux-mêmes identifiés après comme étant Moctar Keita dit « Makhou » et un de ses amis qui s'appelerait Noa Conté.

Nous renonçons à la publication des vidéos pornographiques extrêmement violentes, mais présentons les deux monstres pervers pour que le maximum des Guinéennes puisse les reconnaître et les éviter.

Dans les deux vidéos, on voit Moctar Keita et son ami en train de violer et tripoter une soeur guinéenne de nom de Fanta F. Ils la violent avec leurs queues et avec des objets, des véritables scènes de pervers drogués. En insultant la fille, sa mère et son père durant toute l’action. On voit et entend la fille se plaindre de douleurs, supplier ses bourreaux en vain. Alors un d'eux met son pied dans la bouche de la fille quand l'autre est en train de la violer sadiquement.

L’intention déclarée des bourreaux était de détruire la fille et ses organes génitaux. Mais vu que leurs Zizis, visiblement petits et somnolents n’étaient pas à la hauteur de leur ambition, ils font recours à des objets durs dont un gros et long godemichet. En lui introduisant cet objet, les bourreaux lui disent carrément que leur intention est de détruire son appareil génital pour toujours parce qu’elle est une pute à leurs yeux. A un moment, Fanta supplie, en langue soussou, celui qui filme, le priant de dire à son ami d’arrêter comme ça sinon il va détruire toute sa féminité. Les deux hommes lui répondent par des injures et la confirmation de leur intention de la détruire: "C'est bien ce que nous voulons, sale pute et fille de pute !".

Parfois, en la violant et en la maltraitant, ils disent à leur proie: « C’est comme ça que ton mari te b. maudite et fille de pute que tu es ? »

Ce qui laisse supposer que la jeune femme victime est mariée. Pourquoi et comment est-elle donc arrivée dans le salon de torture de ces pervers qui n’en sont visiblement pas à leur premier rendez-vous du genre ?  

A un moment, on a l’impression d’entendre deux voix d’hommes qui insultent la jeune femme et encouragent un des violeurs en action à lui « déchirer le v. ».

Un détail important :

Sur le lit, bien que la jeune femme gémit et crie de douleurs en suppliant Moctar et son complice d’arrêter au risque de détruire son organe de reproduction, elle reste couchée et les jambes écartées sans résistance. Ses mains qui ne sont pas attachées ne tentent pas non plus, par reflexe, d’empêcher l’introduction douloureuse, extra profonde et accélérée du gros objet dans son sexe. Cela laisse supposer qu’elle était sous l’effet d’une drogue paralysante.

Effrayé par la dimension du crime scandaleux, KPC, le Président Directeur Général de GUICOPRES, rend public un communiqué qui suspend de ses fonctions son Conseiller et chef Protocole Moctar Keita dit Makhou. Kerfala Camara dit KPC prend cependant soins de ne faire apparaître son propre nom nulle part dans le communiqué et le laisse signer par un soi-disant comité d’éthique, alors que le formulaire utilisé est du Président Directeur Général de la société (Voir ci-dessous). D’ailleurs, dans les deux textes émanant de la même société GUICOPRES, la personne mise en cause et soi-disant sanctionnée est :

- Moktar KEITA  « Makhou » dans le premier texte
- Moctar KEITA  dans le deuxième texte

Un crime sexuel similaire mais de moindre gravité, commis par le jeune rappeur Tamsir Touré, avait secoué la Guinée en 2015 (Lire et suivre) !

Il est temps que l’Etat prenne ses responsabilités face à cette forme de criminalité qui prolifère en Guinée. Le petit rappeur Tamsir Touré avait été pompeusement recherché et arrêté par les autorités guinéennes, même s’il est vite sorti de prison. Cette fois, il s’agit d’un crime du même genre et d’un plus haut degré, mais commis par des responsables d’une société qui finance les campagnes d’Alpha Condé et de son parti RPG. Les organisations de femmes s’étaient également mobilisées l’année passée pour que le petit délinquant Tamsir soit mis aux arrêts. Cette fois-ci, ce sont des Boss délinquants qui sont capables de payer fort pour acheter le silence tant des hommes du pouvoir que des responsables des organisations dites de la société civile. Attendons donc de voir ce qui va se passer dans cette autre affaire.

 

Lamine Soumah et Linda Bah

2017-02-23 21:00:17 Observateur

2017-02-23 20:47:01

Chers lecteurs, les lignes que vous allez lire ci-dessous vont choquer plus d’un. Nous avons décidé d’en parler et de porter l’affaire à ce niveau médiatique afin qu’elle ne reste pas sans conséquence pour les bourreaux bien connus en Guinée et dans l’espoir que cela conduirait beaucoup de jeunes guinéennes à se méfier et éviter de tomber dans les pièges des délinquants riches qui sont très nombreux aujourd’hui en Guinée, surtout après le passage du CNDD et de Sékouba Konaté au pouvoir.

2017-02-23 21:24:41 Observateur
2017-02-23 21:39:17 Observateur
2017-02-23 21:42:05 Observateur
2017-02-23 21:44:04 Observateur
2017-02-23 21:45:29 Observateur
Ci-dessous, les communiqués de Guicopres:
2017-02-23 21:47:45 Observateur
2017-02-23 20:58:46 GuineePresse
En effet, le lundi 20 Février 2017 – Le Ministère de la Justice a publié un communiqué informant l’opinion nationale et internationale que l’artiste Elie Kamano, interpelé dimanche 19 février 2017, a été déféré devant le Tribunal de première Instance de Mafanco où il a été inculpé pour complicité pour attroupements illégaux. Parce qu’il a simplement soutenu la volonté des élèves de manifester pour exiger la réouverture des écoles que le gouvernement d’Alpha Condé a fermées pour des raisons purement politiques. Ainsi, l’intellectuel et juriste venu de la France, Cheick Sakoh, justifie une telle arrestation arbitraire d’un citoyen guinéen qui s’est récemment déclaré candidat pour la Mairie de Matoto convoitée par le parti au pouvoir RPG arc-en-ciel. En violation flagrante de l’Article 7 de la Constitution:

« Chacun est libre de croire, de penser et de professer sa foi religieuse, ses opinions politiques et philosophiques. Il est libre d’exprimer, de manifester et de diffuser ses idées et opinions par la parole, l’écrit et l’image ».

Dans cette affaire de porno, il y a plusieurs crimes graves commis en un coup que l’Etat ne peut ignorer : pornographie, graves atteintes aux mœurs, drogue, privation de liberté, violence corporelle et viol. Les auteurs sont connus et les faits sont attestés par des preuves matérielles et la réaction timide et trompeuse de GUICOPRES qui suspend un des bourreaux pour « comportement indécent et faute lourde ».

Les faits qui déshonorent toute la Guinée :

Depuis quelques jours, deux vidéos pornographiques circulant dans les réseaux sociaux à l’échelle mondiale montrent deux guinéens et une guinéenne en rapports sexuels d’une extrême violence et de perversité. Tous les trois clairement identifiables. Les 2 hommes qui se prennent alternativement la fille, en la criblant d’injures ainsi que sa mère, en la violant et en la frappant, appellent constamment son nom en montrant son visage: Fanta. Ce qui facilite la reconnaissance de la jeune femme. Ainsi, ils seront eux-mêmes identifiés après comme étant Moctar Keita dit « Makhou » et un de ses amis qui s'appelerait Noa Conté.

Nous renonçons à la publication des vidéos pornographiques extrêmement violentes, mais présentons les deux monstres pervers pour que le maximum des Guinéennes puisse les reconnaître et les éviter.

Dans les deux vidéos, on voit Moctar Keita et son ami en train de violer et tripoter une soeur guinéenne de nom de Fanta F. Ils la violent avec leurs queues et avec des objets, des véritables scènes de pervers drogués. En insultant la fille, sa mère et son père durant toute l’action. On voit et entend la fille se plaindre de douleurs, supplier ses bourreaux en vain. Alors un d'eux met son pied dans la bouche de la fille quand l'autre est en train de la violer sadiquement.

L’intention déclarée des bourreaux était de détruire la fille et ses organes génitaux. Mais vu que leurs Zizis, visiblement petits et somnolents n’étaient pas à la hauteur de leur ambition, ils font recours à des objets durs dont un gros et long godemichet. En lui introduisant cet objet, les bourreaux lui disent carrément que leur intention est de détruire son appareil génital pour toujours parce qu’elle est une pute à leurs yeux. A un moment, Fanta supplie, en langue soussou, celui qui filme, le priant de dire à son ami d’arrêter comme ça sinon il va détruire toute sa féminité. Les deux hommes lui répondent par des injures et la confirmation de leur intention de la détruire: "C'est bien ce que nous voulons, sale pute et fille de pute !".

Parfois, en la violant et en la maltraitant, ils disent à leur proie: « C’est comme ça que ton mari te b. maudite et fille de pute que tu es ? »

Ce qui laisse supposer que la jeune femme victime est mariée. Pourquoi et comment est-elle donc arrivée dans le salon de torture de ces pervers qui n’en sont visiblement pas à leur premier rendez-vous du genre ?  

A un moment, on a l’impression d’entendre deux voix d’hommes qui insultent la jeune femme et encouragent un des violeurs en action à lui « déchirer le v. ».

Un détail important :

Sur le lit, bien que la jeune femme gémit et crie de douleurs en suppliant Moctar et son complice d’arrêter au risque de détruire son organe de reproduction, elle reste couchée et les jambes écartées sans résistance. Ses mains qui ne sont pas attachées ne tentent pas non plus, par reflexe, d’empêcher l’introduction douloureuse, extra profonde et accélérée du gros objet dans son sexe. Cela laisse supposer qu’elle était sous l’effet d’une drogue paralysante.

Effrayé par la dimension du crime scandaleux, KPC, le Président Directeur Général de GUICOPRES, rend public un communiqué qui suspend de ses fonctions son Conseiller et chef Protocole Moctar Keita dit Makhou. Kerfala Camara dit KPC prend cependant soins de ne faire apparaître son propre nom nulle part dans le communiqué et le laisse signer par un soi-disant comité d’éthique, alors que le formulaire utilisé est du Président Directeur Général de la société (Voir ci-dessous). D’ailleurs, dans les deux textes émanant de la même société GUICOPRES, la personne mise en cause et soi-disant sanctionnée est :

- Moktar KEITA  « Makhou » dans le premier texte
- Moctar KEITA  dans le deuxième texte

Un crime sexuel similaire mais de moindre gravité, commis par le jeune rappeur Tamsir Touré, avait secoué la Guinée en 2015 (Lire et suivre) !

Il est temps que l’Etat prenne ses responsabilités face à cette forme de criminalité qui prolifère en Guinée. Le petit rappeur Tamsir Touré avait été pompeusement recherché et arrêté par les autorités guinéennes, même s’il est vite sorti de prison. Cette fois, il s’agit d’un crime du même genre et d’un plus haut degré, mais commis par des responsables d’une société qui finance les campagnes d’Alpha Condé et de son parti RPG. Les organisations de femmes s’étaient également mobilisées l’année passée pour que le petit délinquant Tamsir soit mis aux arrêts. Cette fois-ci, ce sont des Boss délinquants qui sont capables de payer fort pour acheter le silence tant des hommes du pouvoir que des responsables des organisations dites de la société civile. Attendons donc de voir ce qui va se passer dans cette autre affaire.

 

Lamine Soumah et Linda Bah

2017-02-23 21:00:17 GuineePresse

2017-02-23 20:47:01

Chers lecteurs, les lignes que vous allez lire ci-dessous vont choquer plus d’un. Nous avons décidé d’en parler et de porter l’affaire à ce niveau médiatique afin qu’elle ne reste pas sans conséquence pour les bourreaux bien connus en Guinée et dans l’espoir que cela conduirait beaucoup de jeunes guinéennes à se méfier et éviter de tomber dans les pièges des délinquants riches qui sont très nombreux aujourd’hui en Guinée, surtout après le passage du CNDD et de Sékouba Konaté au pouvoir.

2017-02-23 21:24:41 GuineePresse
2017-02-23 21:39:17 GuineePresse
2017-02-23 21:42:05 GuineePresse
2017-02-23 21:44:04 GuineePresse
2017-02-23 21:45:29 GuineePresse
Ci-dessous, les communiqués de Guicopres:
2017-02-23 21:47:45 GuineePresse
2017-02-23 20:58:46 Aminata
En effet, le lundi 20 Février 2017 – Le Ministère de la Justice a publié un communiqué informant l’opinion nationale et internationale que l’artiste Elie Kamano, interpelé dimanche 19 février 2017, a été déféré devant le Tribunal de première Instance de Mafanco où il a été inculpé pour complicité pour attroupements illégaux. Parce qu’il a simplement soutenu la volonté des élèves de manifester pour exiger la réouverture des écoles que le gouvernement d’Alpha Condé a fermées pour des raisons purement politiques. Ainsi, l’intellectuel et juriste venu de la France, Cheick Sakoh, justifie une telle arrestation arbitraire d’un citoyen guinéen qui s’est récemment déclaré candidat pour la Mairie de Matoto convoitée par le parti au pouvoir RPG arc-en-ciel. En violation flagrante de l’Article 7 de la Constitution:

« Chacun est libre de croire, de penser et de professer sa foi religieuse, ses opinions politiques et philosophiques. Il est libre d’exprimer, de manifester et de diffuser ses idées et opinions par la parole, l’écrit et l’image ».

Dans cette affaire de porno, il y a plusieurs crimes graves commis en un coup que l’Etat ne peut ignorer : pornographie, graves atteintes aux mœurs, drogue, privation de liberté, violence corporelle et viol. Les auteurs sont connus et les faits sont attestés par des preuves matérielles et la réaction timide et trompeuse de GUICOPRES qui suspend un des bourreaux pour « comportement indécent et faute lourde ».

Les faits qui déshonorent toute la Guinée :

Depuis quelques jours, deux vidéos pornographiques circulant dans les réseaux sociaux à l’échelle mondiale montrent deux guinéens et une guinéenne en rapports sexuels d’une extrême violence et de perversité. Tous les trois clairement identifiables. Les 2 hommes qui se prennent alternativement la fille, en la criblant d’injures ainsi que sa mère, en la violant et en la frappant, appellent constamment son nom en montrant son visage: Fanta. Ce qui facilite la reconnaissance de la jeune femme. Ainsi, ils seront eux-mêmes identifiés après comme étant Moctar Keita dit « Makhou » et un de ses amis qui s'appelerait Noa Conté.

Nous renonçons à la publication des vidéos pornographiques extrêmement violentes, mais présentons les deux monstres pervers pour que le maximum des Guinéennes puisse les reconnaître et les éviter.

Dans les deux vidéos, on voit Moctar Keita et son ami en train de violer et tripoter une soeur guinéenne de nom de Fanta F. Ils la violent avec leurs queues et avec des objets, des véritables scènes de pervers drogués. En insultant la fille, sa mère et son père durant toute l’action. On voit et entend la fille se plaindre de douleurs, supplier ses bourreaux en vain. Alors un d'eux met son pied dans la bouche de la fille quand l'autre est en train de la violer sadiquement.

L’intention déclarée des bourreaux était de détruire la fille et ses organes génitaux. Mais vu que leurs Zizis, visiblement petits et somnolents n’étaient pas à la hauteur de leur ambition, ils font recours à des objets durs dont un gros et long godemichet. En lui introduisant cet objet, les bourreaux lui disent carrément que leur intention est de détruire son appareil génital pour toujours parce qu’elle est une pute à leurs yeux. A un moment, Fanta supplie, en langue soussou, celui qui filme, le priant de dire à son ami d’arrêter comme ça sinon il va détruire toute sa féminité. Les deux hommes lui répondent par des injures et la confirmation de leur intention de la détruire: "C'est bien ce que nous voulons, sale pute et fille de pute !".

Parfois, en la violant et en la maltraitant, ils disent à leur proie: « C’est comme ça que ton mari te b. maudite et fille de pute que tu es ? »

Ce qui laisse supposer que la jeune femme victime est mariée. Pourquoi et comment est-elle donc arrivée dans le salon de torture de ces pervers qui n’en sont visiblement pas à leur premier rendez-vous du genre ?  

A un moment, on a l’impression d’entendre deux voix d’hommes qui insultent la jeune femme et encouragent un des violeurs en action à lui « déchirer le v. ».

Un détail important :

Sur le lit, bien que la jeune femme gémit et crie de douleurs en suppliant Moctar et son complice d’arrêter au risque de détruire son organe de reproduction, elle reste couchée et les jambes écartées sans résistance. Ses mains qui ne sont pas attachées ne tentent pas non plus, par reflexe, d’empêcher l’introduction douloureuse, extra profonde et accélérée du gros objet dans son sexe. Cela laisse supposer qu’elle était sous l’effet d’une drogue paralysante.

Effrayé par la dimension du crime scandaleux, KPC, le Président Directeur Général de GUICOPRES, rend public un communiqué qui suspend de ses fonctions son Conseiller et chef Protocole Moctar Keita dit Makhou. Kerfala Camara dit KPC prend cependant soins de ne faire apparaître son propre nom nulle part dans le communiqué et le laisse signer par un soi-disant comité d’éthique, alors que le formulaire utilisé est du Président Directeur Général de la société (Voir ci-dessous). D’ailleurs, dans les deux textes émanant de la même société GUICOPRES, la personne mise en cause et soi-disant sanctionnée est :

- Moktar KEITA  « Makhou » dans le premier texte
- Moctar KEITA  dans le deuxième texte

Un crime sexuel similaire mais de moindre gravité, commis par le jeune rappeur Tamsir Touré, avait secoué la Guinée en 2015 (Lire et suivre) !

Il est temps que l’Etat prenne ses responsabilités face à cette forme de criminalité qui prolifère en Guinée. Le petit rappeur Tamsir Touré avait été pompeusement recherché et arrêté par les autorités guinéennes, même s’il est vite sorti de prison. Cette fois, il s’agit d’un crime du même genre et d’un plus haut degré, mais commis par des responsables d’une société qui finance les campagnes d’Alpha Condé et de son parti RPG. Les organisations de femmes s’étaient également mobilisées l’année passée pour que le petit délinquant Tamsir soit mis aux arrêts. Cette fois-ci, ce sont des Boss délinquants qui sont capables de payer fort pour acheter le silence tant des hommes du pouvoir que des responsables des organisations dites de la société civile. Attendons donc de voir ce qui va se passer dans cette autre affaire.

 

Lamine Soumah et Linda Bah

2017-02-23 21:00:17 Aminata

2017-02-23 20:47:01

Chers lecteurs, les lignes que vous allez lire ci-dessous vont choquer plus d’un. Nous avons décidé d’en parler et de porter l’affaire à ce niveau médiatique afin qu’elle ne reste pas sans conséquence pour les bourreaux bien connus en Guinée et dans l’espoir que cela conduirait beaucoup de jeunes guinéennes à se méfier et éviter de tomber dans les pièges des délinquants riches qui sont très nombreux aujourd’hui en Guinée, surtout après le passage du CNDD et de Sékouba Konaté au pouvoir.

2017-02-23 21:24:41 Aminata
2017-02-23 21:39:17 Aminata
2017-02-23 21:42:05 Aminata
2017-02-23 21:44:04 Aminata
2017-02-23 21:45:29 Aminata
Ci-dessous, les communiqués de Guicopres:
2017-02-23 21:47:45 Aminata
2017-02-23 20:58:46 Djiwoun Daka
En effet, le lundi 20 Février 2017 – Le Ministère de la Justice a publié un communiqué informant l’opinion nationale et internationale que l’artiste Elie Kamano, interpelé dimanche 19 février 2017, a été déféré devant le Tribunal de première Instance de Mafanco où il a été inculpé pour complicité pour attroupements illégaux. Parce qu’il a simplement soutenu la volonté des élèves de manifester pour exiger la réouverture des écoles que le gouvernement d’Alpha Condé a fermées pour des raisons purement politiques. Ainsi, l’intellectuel et juriste venu de la France, Cheick Sakoh, justifie une telle arrestation arbitraire d’un citoyen guinéen qui s’est récemment déclaré candidat pour la Mairie de Matoto convoitée par le parti au pouvoir RPG arc-en-ciel. En violation flagrante de l’Article 7 de la Constitution:

« Chacun est libre de croire, de penser et de professer sa foi religieuse, ses opinions politiques et philosophiques. Il est libre d’exprimer, de manifester et de diffuser ses idées et opinions par la parole, l’écrit et l’image ».

Dans cette affaire de porno, il y a plusieurs crimes graves commis en un coup que l’Etat ne peut ignorer : pornographie, graves atteintes aux mœurs, drogue, privation de liberté, violence corporelle et viol. Les auteurs sont connus et les faits sont attestés par des preuves matérielles et la réaction timide et trompeuse de GUICOPRES qui suspend un des bourreaux pour « comportement indécent et faute lourde ».

Les faits qui déshonorent toute la Guinée :

Depuis quelques jours, deux vidéos pornographiques circulant dans les réseaux sociaux à l’échelle mondiale montrent deux guinéens et une guinéenne en rapports sexuels d’une extrême violence et de perversité. Tous les trois clairement identifiables. Les 2 hommes qui se prennent alternativement la fille, en la criblant d’injures ainsi que sa mère, en la violant et en la frappant, appellent constamment son nom en montrant son visage: Fanta. Ce qui facilite la reconnaissance de la jeune femme. Ainsi, ils seront eux-mêmes identifiés après comme étant Moctar Keita dit « Makhou » et un de ses amis qui s'appelerait Noa Conté.

Nous renonçons à la publication des vidéos pornographiques extrêmement violentes, mais présentons les deux monstres pervers pour que le maximum des Guinéennes puisse les reconnaître et les éviter.

Dans les deux vidéos, on voit Moctar Keita et son ami en train de violer et tripoter une soeur guinéenne de nom de Fanta F. Ils la violent avec leurs queues et avec des objets, des véritables scènes de pervers drogués. En insultant la fille, sa mère et son père durant toute l’action. On voit et entend la fille se plaindre de douleurs, supplier ses bourreaux en vain. Alors un d'eux met son pied dans la bouche de la fille quand l'autre est en train de la violer sadiquement.

L’intention déclarée des bourreaux était de détruire la fille et ses organes génitaux. Mais vu que leurs Zizis, visiblement petits et somnolents n’étaient pas à la hauteur de leur ambition, ils font recours à des objets durs dont un gros et long godemichet. En lui introduisant cet objet, les bourreaux lui disent carrément que leur intention est de détruire son appareil génital pour toujours parce qu’elle est une pute à leurs yeux. A un moment, Fanta supplie, en langue soussou, celui qui filme, le priant de dire à son ami d’arrêter comme ça sinon il va détruire toute sa féminité. Les deux hommes lui répondent par des injures et la confirmation de leur intention de la détruire: "C'est bien ce que nous voulons, sale pute et fille de pute !".

Parfois, en la violant et en la maltraitant, ils disent à leur proie: « C’est comme ça que ton mari te b. maudite et fille de pute que tu es ? »

Ce qui laisse supposer que la jeune femme victime est mariée. Pourquoi et comment est-elle donc arrivée dans le salon de torture de ces pervers qui n’en sont visiblement pas à leur premier rendez-vous du genre ?  

A un moment, on a l’impression d’entendre deux voix d’hommes qui insultent la jeune femme et encouragent un des violeurs en action à lui « déchirer le v. ».

Un détail important :

Sur le lit, bien que la jeune femme gémit et crie de douleurs en suppliant Moctar et son complice d’arrêter au risque de détruire son organe de reproduction, elle reste couchée et les jambes écartées sans résistance. Ses mains qui ne sont pas attachées ne tentent pas non plus, par reflexe, d’empêcher l’introduction douloureuse, extra profonde et accélérée du gros objet dans son sexe. Cela laisse supposer qu’elle était sous l’effet d’une drogue paralysante.

Effrayé par la dimension du crime scandaleux, KPC, le Président Directeur Général de GUICOPRES, rend public un communiqué qui suspend de ses fonctions son Conseiller et chef Protocole Moctar Keita dit Makhou. Kerfala Camara dit KPC prend cependant soins de ne faire apparaître son propre nom nulle part dans le communiqué et le laisse signer par un soi-disant comité d’éthique, alors que le formulaire utilisé est du Président Directeur Général de la société (Voir ci-dessous). D’ailleurs, dans les deux textes émanant de la même société GUICOPRES, la personne mise en cause et soi-disant sanctionnée est :

- Moktar KEITA  « Makhou » dans le premier texte
- Moctar KEITA  dans le deuxième texte

Un crime sexuel similaire mais de moindre gravité, commis par le jeune rappeur Tamsir Touré, avait secoué la Guinée en 2015 (Lire et suivre) !

Il est temps que l’Etat prenne ses responsabilités face à cette forme de criminalité qui prolifère en Guinée. Le petit rappeur Tamsir Touré avait été pompeusement recherché et arrêté par les autorités guinéennes, même s’il est vite sorti de prison. Cette fois, il s’agit d’un crime du même genre et d’un plus haut degré, mais commis par des responsables d’une société qui finance les campagnes d’Alpha Condé et de son parti RPG. Les organisations de femmes s’étaient également mobilisées l’année passée pour que le petit délinquant Tamsir soit mis aux arrêts. Cette fois-ci, ce sont des Boss délinquants qui sont capables de payer fort pour acheter le silence tant des hommes du pouvoir que des responsables des organisations dites de la société civile. Attendons donc de voir ce qui va se passer dans cette autre affaire.

 

Lamine Soumah et Linda Bah

2017-02-23 21:00:17 Djiwoun Daka

2017-02-23 20:47:01

Chers lecteurs, les lignes que vous allez lire ci-dessous vont choquer plus d’un. Nous avons décidé d’en parler et de porter l’affaire à ce niveau médiatique afin qu’elle ne reste pas sans conséquence pour les bourreaux bien connus en Guinée et dans l’espoir que cela conduirait beaucoup de jeunes guinéennes à se méfier et éviter de tomber dans les pièges des délinquants riches qui sont très nombreux aujourd’hui en Guinée, surtout après le passage du CNDD et de Sékouba Konaté au pouvoir.

2017-02-23 21:24:41 Djiwoun Daka
2017-02-23 21:39:17 Djiwoun Daka
2017-02-23 21:42:05 Djiwoun Daka
2017-02-23 21:44:04 Djiwoun Daka
2017-02-23 21:45:29 Djiwoun Daka
Ci-dessous, les communiqués de Guicopres:
2017-02-23 21:47:45 Djiwoun Daka
2017-02-23 20:58:46 Mogo
En effet, le lundi 20 Février 2017 – Le Ministère de la Justice a publié un communiqué informant l’opinion nationale et internationale que l’artiste Elie Kamano, interpelé dimanche 19 février 2017, a été déféré devant le Tribunal de première Instance de Mafanco où il a été inculpé pour complicité pour attroupements illégaux. Parce qu’il a simplement soutenu la volonté des élèves de manifester pour exiger la réouverture des écoles que le gouvernement d’Alpha Condé a fermées pour des raisons purement politiques. Ainsi, l’intellectuel et juriste venu de la France, Cheick Sakoh, justifie une telle arrestation arbitraire d’un citoyen guinéen qui s’est récemment déclaré candidat pour la Mairie de Matoto convoitée par le parti au pouvoir RPG arc-en-ciel. En violation flagrante de l’Article 7 de la Constitution:

« Chacun est libre de croire, de penser et de professer sa foi religieuse, ses opinions politiques et philosophiques. Il est libre d’exprimer, de manifester et de diffuser ses idées et opinions par la parole, l’écrit et l’image ».

Dans cette affaire de porno, il y a plusieurs crimes graves commis en un coup que l’Etat ne peut ignorer : pornographie, graves atteintes aux mœurs, drogue, privation de liberté, violence corporelle et viol. Les auteurs sont connus et les faits sont attestés par des preuves matérielles et la réaction timide et trompeuse de GUICOPRES qui suspend un des bourreaux pour « comportement indécent et faute lourde ».

Les faits qui déshonorent toute la Guinée :

Depuis quelques jours, deux vidéos pornographiques circulant dans les réseaux sociaux à l’échelle mondiale montrent deux guinéens et une guinéenne en rapports sexuels d’une extrême violence et de perversité. Tous les trois clairement identifiables. Les 2 hommes qui se prennent alternativement la fille, en la criblant d’injures ainsi que sa mère, en la violant et en la frappant, appellent constamment son nom en montrant son visage: Fanta. Ce qui facilite la reconnaissance de la jeune femme. Ainsi, ils seront eux-mêmes identifiés après comme étant Moctar Keita dit « Makhou » et un de ses amis qui s'appelerait Noa Conté.

Nous renonçons à la publication des vidéos pornographiques extrêmement violentes, mais présentons les deux monstres pervers pour que le maximum des Guinéennes puisse les reconnaître et les éviter.

Dans les deux vidéos, on voit Moctar Keita et son ami en train de violer et tripoter une soeur guinéenne de nom de Fanta F. Ils la violent avec leurs queues et avec des objets, des véritables scènes de pervers drogués. En insultant la fille, sa mère et son père durant toute l’action. On voit et entend la fille se plaindre de douleurs, supplier ses bourreaux en vain. Alors un d'eux met son pied dans la bouche de la fille quand l'autre est en train de la violer sadiquement.

L’intention déclarée des bourreaux était de détruire la fille et ses organes génitaux. Mais vu que leurs Zizis, visiblement petits et somnolents n’étaient pas à la hauteur de leur ambition, ils font recours à des objets durs dont un gros et long godemichet. En lui introduisant cet objet, les bourreaux lui disent carrément que leur intention est de détruire son appareil génital pour toujours parce qu’elle est une pute à leurs yeux. A un moment, Fanta supplie, en langue soussou, celui qui filme, le priant de dire à son ami d’arrêter comme ça sinon il va détruire toute sa féminité. Les deux hommes lui répondent par des injures et la confirmation de leur intention de la détruire: "C'est bien ce que nous voulons, sale pute et fille de pute !".

Parfois, en la violant et en la maltraitant, ils disent à leur proie: « C’est comme ça que ton mari te b. maudite et fille de pute que tu es ? »

Ce qui laisse supposer que la jeune femme victime est mariée. Pourquoi et comment est-elle donc arrivée dans le salon de torture de ces pervers qui n’en sont visiblement pas à leur premier rendez-vous du genre ?  

A un moment, on a l’impression d’entendre deux voix d’hommes qui insultent la jeune femme et encouragent un des violeurs en action à lui « déchirer le v. ».

Un détail important :

Sur le lit, bien que la jeune femme gémit et crie de douleurs en suppliant Moctar et son complice d’arrêter au risque de détruire son organe de reproduction, elle reste couchée et les jambes écartées sans résistance. Ses mains qui ne sont pas attachées ne tentent pas non plus, par reflexe, d’empêcher l’introduction douloureuse, extra profonde et accélérée du gros objet dans son sexe. Cela laisse supposer qu’elle était sous l’effet d’une drogue paralysante.

Effrayé par la dimension du crime scandaleux, KPC, le Président Directeur Général de GUICOPRES, rend public un communiqué qui suspend de ses fonctions son Conseiller et chef Protocole Moctar Keita dit Makhou. Kerfala Camara dit KPC prend cependant soins de ne faire apparaître son propre nom nulle part dans le communiqué et le laisse signer par un soi-disant comité d’éthique, alors que le formulaire utilisé est du Président Directeur Général de la société (Voir ci-dessous). D’ailleurs, dans les deux textes émanant de la même société GUICOPRES, la personne mise en cause et soi-disant sanctionnée est :

- Moktar KEITA  « Makhou » dans le premier texte
- Moctar KEITA  dans le deuxième texte

Un crime sexuel similaire mais de moindre gravité, commis par le jeune rappeur Tamsir Touré, avait secoué la Guinée en 2015 (Lire et suivre) !

Il est temps que l’Etat prenne ses responsabilités face à cette forme de criminalité qui prolifère en Guinée. Le petit rappeur Tamsir Touré avait été pompeusement recherché et arrêté par les autorités guinéennes, même s’il est vite sorti de prison. Cette fois, il s’agit d’un crime du même genre et d’un plus haut degré, mais commis par des responsables d’une société qui finance les campagnes d’Alpha Condé et de son parti RPG. Les organisations de femmes s’étaient également mobilisées l’année passée pour que le petit délinquant Tamsir soit mis aux arrêts. Cette fois-ci, ce sont des Boss délinquants qui sont capables de payer fort pour acheter le silence tant des hommes du pouvoir que des responsables des organisations dites de la société civile. Attendons donc de voir ce qui va se passer dans cette autre affaire.

 

Lamine Soumah et Linda Bah

2017-02-23 21:00:17 Mogo

2017-02-23 20:47:01

Chers lecteurs, les lignes que vous allez lire ci-dessous vont choquer plus d’un. Nous avons décidé d’en parler et de porter l’affaire à ce niveau médiatique afin qu’elle ne reste pas sans conséquence pour les bourreaux bien connus en Guinée et dans l’espoir que cela conduirait beaucoup de jeunes guinéennes à se méfier et éviter de tomber dans les pièges des délinquants riches qui sont très nombreux aujourd’hui en Guinée, surtout après le passage du CNDD et de Sékouba Konaté au pouvoir.

2017-02-23 21:24:41 Mogo
2017-02-23 21:39:17 Mogo
2017-02-23 21:42:05 Mogo
2017-02-23 21:44:04 Mogo
2017-02-23 21:45:29 Mogo
Ci-dessous, les communiqués de Guicopres:
2017-02-23 21:47:45 Mogo
2017-02-23 20:58:46 Moussa
En effet, le lundi 20 Février 2017 – Le Ministère de la Justice a publié un communiqué informant l’opinion nationale et internationale que l’artiste Elie Kamano, interpelé dimanche 19 février 2017, a été déféré devant le Tribunal de première Instance de Mafanco où il a été inculpé pour complicité pour attroupements illégaux. Parce qu’il a simplement soutenu la volonté des élèves de manifester pour exiger la réouverture des écoles que le gouvernement d’Alpha Condé a fermées pour des raisons purement politiques. Ainsi, l’intellectuel et juriste venu de la France, Cheick Sakoh, justifie une telle arrestation arbitraire d’un citoyen guinéen qui s’est récemment déclaré candidat pour la Mairie de Matoto convoitée par le parti au pouvoir RPG arc-en-ciel. En violation flagrante de l’Article 7 de la Constitution:

« Chacun est libre de croire, de penser et de professer sa foi religieuse, ses opinions politiques et philosophiques. Il est libre d’exprimer, de manifester et de diffuser ses idées et opinions par la parole, l’écrit et l’image ».

Dans cette affaire de porno, il y a plusieurs crimes graves commis en un coup que l’Etat ne peut ignorer : pornographie, graves atteintes aux mœurs, drogue, privation de liberté, violence corporelle et viol. Les auteurs sont connus et les faits sont attestés par des preuves matérielles et la réaction timide et trompeuse de GUICOPRES qui suspend un des bourreaux pour « comportement indécent et faute lourde ».

Les faits qui déshonorent toute la Guinée :

Depuis quelques jours, deux vidéos pornographiques circulant dans les réseaux sociaux à l’échelle mondiale montrent deux guinéens et une guinéenne en rapports sexuels d’une extrême violence et de perversité. Tous les trois clairement identifiables. Les 2 hommes qui se prennent alternativement la fille, en la criblant d’injures ainsi que sa mère, en la violant et en la frappant, appellent constamment son nom en montrant son visage: Fanta. Ce qui facilite la reconnaissance de la jeune femme. Ainsi, ils seront eux-mêmes identifiés après comme étant Moctar Keita dit « Makhou » et un de ses amis qui s'appelerait Noa Conté.

Nous renonçons à la publication des vidéos pornographiques extrêmement violentes, mais présentons les deux monstres pervers pour que le maximum des Guinéennes puisse les reconnaître et les éviter.

Dans les deux vidéos, on voit Moctar Keita et son ami en train de violer et tripoter une soeur guinéenne de nom de Fanta F. Ils la violent avec leurs queues et avec des objets, des véritables scènes de pervers drogués. En insultant la fille, sa mère et son père durant toute l’action. On voit et entend la fille se plaindre de douleurs, supplier ses bourreaux en vain. Alors un d'eux met son pied dans la bouche de la fille quand l'autre est en train de la violer sadiquement.

L’intention déclarée des bourreaux était de détruire la fille et ses organes génitaux. Mais vu que leurs Zizis, visiblement petits et somnolents n’étaient pas à la hauteur de leur ambition, ils font recours à des objets durs dont un gros et long godemichet. En lui introduisant cet objet, les bourreaux lui disent carrément que leur intention est de détruire son appareil génital pour toujours parce qu’elle est une pute à leurs yeux. A un moment, Fanta supplie, en langue soussou, celui qui filme, le priant de dire à son ami d’arrêter comme ça sinon il va détruire toute sa féminité. Les deux hommes lui répondent par des injures et la confirmation de leur intention de la détruire: "C'est bien ce que nous voulons, sale pute et fille de pute !".

Parfois, en la violant et en la maltraitant, ils disent à leur proie: « C’est comme ça que ton mari te b. maudite et fille de pute que tu es ? »

Ce qui laisse supposer que la jeune femme victime est mariée. Pourquoi et comment est-elle donc arrivée dans le salon de torture de ces pervers qui n’en sont visiblement pas à leur premier rendez-vous du genre ?  

A un moment, on a l’impression d’entendre deux voix d’hommes qui insultent la jeune femme et encouragent un des violeurs en action à lui « déchirer le v. ».

Un détail important :

Sur le lit, bien que la jeune femme gémit et crie de douleurs en suppliant Moctar et son complice d’arrêter au risque de détruire son organe de reproduction, elle reste couchée et les jambes écartées sans résistance. Ses mains qui ne sont pas attachées ne tentent pas non plus, par reflexe, d’empêcher l’introduction douloureuse, extra profonde et accélérée du gros objet dans son sexe. Cela laisse supposer qu’elle était sous l’effet d’une drogue paralysante.

Effrayé par la dimension du crime scandaleux, KPC, le Président Directeur Général de GUICOPRES, rend public un communiqué qui suspend de ses fonctions son Conseiller et chef Protocole Moctar Keita dit Makhou. Kerfala Camara dit KPC prend cependant soins de ne faire apparaître son propre nom nulle part dans le communiqué et le laisse signer par un soi-disant comité d’éthique, alors que le formulaire utilisé est du Président Directeur Général de la société (Voir ci-dessous). D’ailleurs, dans les deux textes émanant de la même société GUICOPRES, la personne mise en cause et soi-disant sanctionnée est :

- Moktar KEITA  « Makhou » dans le premier texte
- Moctar KEITA  dans le deuxième texte

Un crime sexuel similaire mais de moindre gravité, commis par le jeune rappeur Tamsir Touré, avait secoué la Guinée en 2015 (Lire et suivre) !

Il est temps que l’Etat prenne ses responsabilités face à cette forme de criminalité qui prolifère en Guinée. Le petit rappeur Tamsir Touré avait été pompeusement recherché et arrêté par les autorités guinéennes, même s’il est vite sorti de prison. Cette fois, il s’agit d’un crime du même genre et d’un plus haut degré, mais commis par des responsables d’une société qui finance les campagnes d’Alpha Condé et de son parti RPG. Les organisations de femmes s’étaient également mobilisées l’année passée pour que le petit délinquant Tamsir soit mis aux arrêts. Cette fois-ci, ce sont des Boss délinquants qui sont capables de payer fort pour acheter le silence tant des hommes du pouvoir que des responsables des organisations dites de la société civile. Attendons donc de voir ce qui va se passer dans cette autre affaire.

 

Lamine Soumah et Linda Bah

2017-02-23 21:00:17 Moussa

2017-02-23 20:47:01

Chers lecteurs, les lignes que vous allez lire ci-dessous vont choquer plus d’un. Nous avons décidé d’en parler et de porter l’affaire à ce niveau médiatique afin qu’elle ne reste pas sans conséquence pour les bourreaux bien connus en Guinée et dans l’espoir que cela conduirait beaucoup de jeunes guinéennes à se méfier et éviter de tomber dans les pièges des délinquants riches qui sont très nombreux aujourd’hui en Guinée, surtout après le passage du CNDD et de Sékouba Konaté au pouvoir.

2017-02-23 21:24:41 Moussa
2017-02-23 21:39:17 Moussa
2017-02-23 21:42:05 Moussa
2017-02-23 21:44:04 Moussa
2017-02-23 21:45:29 Moussa
Ci-dessous, les communiqués de Guicopres:
2017-02-23 21:47:45 Moussa
2017-02-23 20:58:46 HBAH
En effet, le lundi 20 Février 2017 – Le Ministère de la Justice a publié un communiqué informant l’opinion nationale et internationale que l’artiste Elie Kamano, interpelé dimanche 19 février 2017, a été déféré devant le Tribunal de première Instance de Mafanco où il a été inculpé pour complicité pour attroupements illégaux. Parce qu’il a simplement soutenu la volonté des élèves de manifester pour exiger la réouverture des écoles que le gouvernement d’Alpha Condé a fermées pour des raisons purement politiques. Ainsi, l’intellectuel et juriste venu de la France, Cheick Sakoh, justifie une telle arrestation arbitraire d’un citoyen guinéen qui s’est récemment déclaré candidat pour la Mairie de Matoto convoitée par le parti au pouvoir RPG arc-en-ciel. En violation flagrante de l’Article 7 de la Constitution:

« Chacun est libre de croire, de penser et de professer sa foi religieuse, ses opinions politiques et philosophiques. Il est libre d’exprimer, de manifester et de diffuser ses idées et opinions par la parole, l’écrit et l’image ».

Dans cette affaire de porno, il y a plusieurs crimes graves commis en un coup que l’Etat ne peut ignorer : pornographie, graves atteintes aux mœurs, drogue, privation de liberté, violence corporelle et viol. Les auteurs sont connus et les faits sont attestés par des preuves matérielles et la réaction timide et trompeuse de GUICOPRES qui suspend un des bourreaux pour « comportement indécent et faute lourde ».

Les faits qui déshonorent toute la Guinée :

Depuis quelques jours, deux vidéos pornographiques circulant dans les réseaux sociaux à l’échelle mondiale montrent deux guinéens et une guinéenne en rapports sexuels d’une extrême violence et de perversité. Tous les trois clairement identifiables. Les 2 hommes qui se prennent alternativement la fille, en la criblant d’injures ainsi que sa mère, en la violant et en la frappant, appellent constamment son nom en montrant son visage: Fanta. Ce qui facilite la reconnaissance de la jeune femme. Ainsi, ils seront eux-mêmes identifiés après comme étant Moctar Keita dit « Makhou » et un de ses amis qui s'appelerait Noa Conté.

Nous renonçons à la publication des vidéos pornographiques extrêmement violentes, mais présentons les deux monstres pervers pour que le maximum des Guinéennes puisse les reconnaître et les éviter.

Dans les deux vidéos, on voit Moctar Keita et son ami en train de violer et tripoter une soeur guinéenne de nom de Fanta F. Ils la violent avec leurs queues et avec des objets, des véritables scènes de pervers drogués. En insultant la fille, sa mère et son père durant toute l’action. On voit et entend la fille se plaindre de douleurs, supplier ses bourreaux en vain. Alors un d'eux met son pied dans la bouche de la fille quand l'autre est en train de la violer sadiquement.

L’intention déclarée des bourreaux était de détruire la fille et ses organes génitaux. Mais vu que leurs Zizis, visiblement petits et somnolents n’étaient pas à la hauteur de leur ambition, ils font recours à des objets durs dont un gros et long godemichet. En lui introduisant cet objet, les bourreaux lui disent carrément que leur intention est de détruire son appareil génital pour toujours parce qu’elle est une pute à leurs yeux. A un moment, Fanta supplie, en langue soussou, celui qui filme, le priant de dire à son ami d’arrêter comme ça sinon il va détruire toute sa féminité. Les deux hommes lui répondent par des injures et la confirmation de leur intention de la détruire: "C'est bien ce que nous voulons, sale pute et fille de pute !".

Parfois, en la violant et en la maltraitant, ils disent à leur proie: « C’est comme ça que ton mari te b. maudite et fille de pute que tu es ? »

Ce qui laisse supposer que la jeune femme victime est mariée. Pourquoi et comment est-elle donc arrivée dans le salon de torture de ces pervers qui n’en sont visiblement pas à leur premier rendez-vous du genre ?  

A un moment, on a l’impression d’entendre deux voix d’hommes qui insultent la jeune femme et encouragent un des violeurs en action à lui « déchirer le v. ».

Un détail important :

Sur le lit, bien que la jeune femme gémit et crie de douleurs en suppliant Moctar et son complice d’arrêter au risque de détruire son organe de reproduction, elle reste couchée et les jambes écartées sans résistance. Ses mains qui ne sont pas attachées ne tentent pas non plus, par reflexe, d’empêcher l’introduction douloureuse, extra profonde et accélérée du gros objet dans son sexe. Cela laisse supposer qu’elle était sous l’effet d’une drogue paralysante.

Effrayé par la dimension du crime scandaleux, KPC, le Président Directeur Général de GUICOPRES, rend public un communiqué qui suspend de ses fonctions son Conseiller et chef Protocole Moctar Keita dit Makhou. Kerfala Camara dit KPC prend cependant soins de ne faire apparaître son propre nom nulle part dans le communiqué et le laisse signer par un soi-disant comité d’éthique, alors que le formulaire utilisé est du Président Directeur Général de la société (Voir ci-dessous). D’ailleurs, dans les deux textes émanant de la même société GUICOPRES, la personne mise en cause et soi-disant sanctionnée est :

- Moktar KEITA  « Makhou » dans le premier texte
- Moctar KEITA  dans le deuxième texte

Un crime sexuel similaire mais de moindre gravité, commis par le jeune rappeur Tamsir Touré, avait secoué la Guinée en 2015 (Lire et suivre) !

Il est temps que l’Etat prenne ses responsabilités face à cette forme de criminalité qui prolifère en Guinée. Le petit rappeur Tamsir Touré avait été pompeusement recherché et arrêté par les autorités guinéennes, même s’il est vite sorti de prison. Cette fois, il s’agit d’un crime du même genre et d’un plus haut degré, mais commis par des responsables d’une société qui finance les campagnes d’Alpha Condé et de son parti RPG. Les organisations de femmes s’étaient également mobilisées l’année passée pour que le petit délinquant Tamsir soit mis aux arrêts. Cette fois-ci, ce sont des Boss délinquants qui sont capables de payer fort pour acheter le silence tant des hommes du pouvoir que des responsables des organisations dites de la société civile. Attendons donc de voir ce qui va se passer dans cette autre affaire.

 

Lamine Soumah et Linda Bah

2017-02-23 21:00:17 HBAH

2017-02-23 20:47:01

Chers lecteurs, les lignes que vous allez lire ci-dessous vont choquer plus d’un. Nous avons décidé d’en parler et de porter l’affaire à ce niveau médiatique afin qu’elle ne reste pas sans conséquence pour les bourreaux bien connus en Guinée et dans l’espoir que cela conduirait beaucoup de jeunes guinéennes à se méfier et éviter de tomber dans les pièges des délinquants riches qui sont très nombreux aujourd’hui en Guinée, surtout après le passage du CNDD et de Sékouba Konaté au pouvoir.

2017-02-23 21:24:41 HBAH
2017-02-23 21:39:17 HBAH
2017-02-23 21:42:05 HBAH
2017-02-23 21:44:04 HBAH
2017-02-23 21:45:29 HBAH
Ci-dessous, les communiqués de Guicopres:
2017-02-23 21:47:45 HBAH
2017-02-23 20:58:46 Lu pour vous
En effet, le lundi 20 Février 2017 – Le Ministère de la Justice a publié un communiqué informant l’opinion nationale et internationale que l’artiste Elie Kamano, interpelé dimanche 19 février 2017, a été déféré devant le Tribunal de première Instance de Mafanco où il a été inculpé pour complicité pour attroupements illégaux. Parce qu’il a simplement soutenu la volonté des élèves de manifester pour exiger la réouverture des écoles que le gouvernement d’Alpha Condé a fermées pour des raisons purement politiques. Ainsi, l’intellectuel et juriste venu de la France, Cheick Sakoh, justifie une telle arrestation arbitraire d’un citoyen guinéen qui s’est récemment déclaré candidat pour la Mairie de Matoto convoitée par le parti au pouvoir RPG arc-en-ciel. En violation flagrante de l’Article 7 de la Constitution:

« Chacun est libre de croire, de penser et de professer sa foi religieuse, ses opinions politiques et philosophiques. Il est libre d’exprimer, de manifester et de diffuser ses idées et opinions par la parole, l’écrit et l’image ».

Dans cette affaire de porno, il y a plusieurs crimes graves commis en un coup que l’Etat ne peut ignorer : pornographie, graves atteintes aux mœurs, drogue, privation de liberté, violence corporelle et viol. Les auteurs sont connus et les faits sont attestés par des preuves matérielles et la réaction timide et trompeuse de GUICOPRES qui suspend un des bourreaux pour « comportement indécent et faute lourde ».

Les faits qui déshonorent toute la Guinée :

Depuis quelques jours, deux vidéos pornographiques circulant dans les réseaux sociaux à l’échelle mondiale montrent deux guinéens et une guinéenne en rapports sexuels d’une extrême violence et de perversité. Tous les trois clairement identifiables. Les 2 hommes qui se prennent alternativement la fille, en la criblant d’injures ainsi que sa mère, en la violant et en la frappant, appellent constamment son nom en montrant son visage: Fanta. Ce qui facilite la reconnaissance de la jeune femme. Ainsi, ils seront eux-mêmes identifiés après comme étant Moctar Keita dit « Makhou » et un de ses amis qui s'appelerait Noa Conté.

Nous renonçons à la publication des vidéos pornographiques extrêmement violentes, mais présentons les deux monstres pervers pour que le maximum des Guinéennes puisse les reconnaître et les éviter.

Dans les deux vidéos, on voit Moctar Keita et son ami en train de violer et tripoter une soeur guinéenne de nom de Fanta F. Ils la violent avec leurs queues et avec des objets, des véritables scènes de pervers drogués. En insultant la fille, sa mère et son père durant toute l’action. On voit et entend la fille se plaindre de douleurs, supplier ses bourreaux en vain. Alors un d'eux met son pied dans la bouche de la fille quand l'autre est en train de la violer sadiquement.

L’intention déclarée des bourreaux était de détruire la fille et ses organes génitaux. Mais vu que leurs Zizis, visiblement petits et somnolents n’étaient pas à la hauteur de leur ambition, ils font recours à des objets durs dont un gros et long godemichet. En lui introduisant cet objet, les bourreaux lui disent carrément que leur intention est de détruire son appareil génital pour toujours parce qu’elle est une pute à leurs yeux. A un moment, Fanta supplie, en langue soussou, celui qui filme, le priant de dire à son ami d’arrêter comme ça sinon il va détruire toute sa féminité. Les deux hommes lui répondent par des injures et la confirmation de leur intention de la détruire: "C'est bien ce que nous voulons, sale pute et fille de pute !".

Parfois, en la violant et en la maltraitant, ils disent à leur proie: « C’est comme ça que ton mari te b. maudite et fille de pute que tu es ? »

Ce qui laisse supposer que la jeune femme victime est mariée. Pourquoi et comment est-elle donc arrivée dans le salon de torture de ces pervers qui n’en sont visiblement pas à leur premier rendez-vous du genre ?  

A un moment, on a l’impression d’entendre deux voix d’hommes qui insultent la jeune femme et encouragent un des violeurs en action à lui « déchirer le v. ».

Un détail important :

Sur le lit, bien que la jeune femme gémit et crie de douleurs en suppliant Moctar et son complice d’arrêter au risque de détruire son organe de reproduction, elle reste couchée et les jambes écartées sans résistance. Ses mains qui ne sont pas attachées ne tentent pas non plus, par reflexe, d’empêcher l’introduction douloureuse, extra profonde et accélérée du gros objet dans son sexe. Cela laisse supposer qu’elle était sous l’effet d’une drogue paralysante.

Effrayé par la dimension du crime scandaleux, KPC, le Président Directeur Général de GUICOPRES, rend public un communiqué qui suspend de ses fonctions son Conseiller et chef Protocole Moctar Keita dit Makhou. Kerfala Camara dit KPC prend cependant soins de ne faire apparaître son propre nom nulle part dans le communiqué et le laisse signer par un soi-disant comité d’éthique, alors que le formulaire utilisé est du Président Directeur Général de la société (Voir ci-dessous). D’ailleurs, dans les deux textes émanant de la même société GUICOPRES, la personne mise en cause et soi-disant sanctionnée est :

- Moktar KEITA  « Makhou » dans le premier texte
- Moctar KEITA  dans le deuxième texte

Un crime sexuel similaire mais de moindre gravité, commis par le jeune rappeur Tamsir Touré, avait secoué la Guinée en 2015 (Lire et suivre) !

Il est temps que l’Etat prenne ses responsabilités face à cette forme de criminalité qui prolifère en Guinée. Le petit rappeur Tamsir Touré avait été pompeusement recherché et arrêté par les autorités guinéennes, même s’il est vite sorti de prison. Cette fois, il s’agit d’un crime du même genre et d’un plus haut degré, mais commis par des responsables d’une société qui finance les campagnes d’Alpha Condé et de son parti RPG. Les organisations de femmes s’étaient également mobilisées l’année passée pour que le petit délinquant Tamsir soit mis aux arrêts. Cette fois-ci, ce sont des Boss délinquants qui sont capables de payer fort pour acheter le silence tant des hommes du pouvoir que des responsables des organisations dites de la société civile. Attendons donc de voir ce qui va se passer dans cette autre affaire.

 

Lamine Soumah et Linda Bah

2017-02-23 21:00:17 Lu pour vous

2017-02-23 20:47:01

Chers lecteurs, les lignes que vous allez lire ci-dessous vont choquer plus d’un. Nous avons décidé d’en parler et de porter l’affaire à ce niveau médiatique afin qu’elle ne reste pas sans conséquence pour les bourreaux bien connus en Guinée et dans l’espoir que cela conduirait beaucoup de jeunes guinéennes à se méfier et éviter de tomber dans les pièges des délinquants riches qui sont très nombreux aujourd’hui en Guinée, surtout après le passage du CNDD et de Sékouba Konaté au pouvoir.

2017-02-23 21:24:41 Lu pour vous
2017-02-23 21:39:17 Lu pour vous
2017-02-23 21:42:05 Lu pour vous
2017-02-23 21:44:04 Lu pour vous
2017-02-23 21:45:29 Lu pour vous
Ci-dessous, les communiqués de Guicopres:
2017-02-23 21:47:45 Lu pour vous
2017-02-23 20:58:46 bangoura ousmane
En effet, le lundi 20 Février 2017 – Le Ministère de la Justice a publié un communiqué informant l’opinion nationale et internationale que l’artiste Elie Kamano, interpelé dimanche 19 février 2017, a été déféré devant le Tribunal de première Instance de Mafanco où il a été inculpé pour complicité pour attroupements illégaux. Parce qu’il a simplement soutenu la volonté des élèves de manifester pour exiger la réouverture des écoles que le gouvernement d’Alpha Condé a fermées pour des raisons purement politiques. Ainsi, l’intellectuel et juriste venu de la France, Cheick Sakoh, justifie une telle arrestation arbitraire d’un citoyen guinéen qui s’est récemment déclaré candidat pour la Mairie de Matoto convoitée par le parti au pouvoir RPG arc-en-ciel. En violation flagrante de l’Article 7 de la Constitution:

« Chacun est libre de croire, de penser et de professer sa foi religieuse, ses opinions politiques et philosophiques. Il est libre d’exprimer, de manifester et de diffuser ses idées et opinions par la parole, l’écrit et l’image ».

Dans cette affaire de porno, il y a plusieurs crimes graves commis en un coup que l’Etat ne peut ignorer : pornographie, graves atteintes aux mœurs, drogue, privation de liberté, violence corporelle et viol. Les auteurs sont connus et les faits sont attestés par des preuves matérielles et la réaction timide et trompeuse de GUICOPRES qui suspend un des bourreaux pour « comportement indécent et faute lourde ».

Les faits qui déshonorent toute la Guinée :

Depuis quelques jours, deux vidéos pornographiques circulant dans les réseaux sociaux à l’échelle mondiale montrent deux guinéens et une guinéenne en rapports sexuels d’une extrême violence et de perversité. Tous les trois clairement identifiables. Les 2 hommes qui se prennent alternativement la fille, en la criblant d’injures ainsi que sa mère, en la violant et en la frappant, appellent constamment son nom en montrant son visage: Fanta. Ce qui facilite la reconnaissance de la jeune femme. Ainsi, ils seront eux-mêmes identifiés après comme étant Moctar Keita dit « Makhou » et un de ses amis qui s'appelerait Noa Conté.

Nous renonçons à la publication des vidéos pornographiques extrêmement violentes, mais présentons les deux monstres pervers pour que le maximum des Guinéennes puisse les reconnaître et les éviter.

Dans les deux vidéos, on voit Moctar Keita et son ami en train de violer et tripoter une soeur guinéenne de nom de Fanta F. Ils la violent avec leurs queues et avec des objets, des véritables scènes de pervers drogués. En insultant la fille, sa mère et son père durant toute l’action. On voit et entend la fille se plaindre de douleurs, supplier ses bourreaux en vain. Alors un d'eux met son pied dans la bouche de la fille quand l'autre est en train de la violer sadiquement.

L’intention déclarée des bourreaux était de détruire la fille et ses organes génitaux. Mais vu que leurs Zizis, visiblement petits et somnolents n’étaient pas à la hauteur de leur ambition, ils font recours à des objets durs dont un gros et long godemichet. En lui introduisant cet objet, les bourreaux lui disent carrément que leur intention est de détruire son appareil génital pour toujours parce qu’elle est une pute à leurs yeux. A un moment, Fanta supplie, en langue soussou, celui qui filme, le priant de dire à son ami d’arrêter comme ça sinon il va détruire toute sa féminité. Les deux hommes lui répondent par des injures et la confirmation de leur intention de la détruire: "C'est bien ce que nous voulons, sale pute et fille de pute !".

Parfois, en la violant et en la maltraitant, ils disent à leur proie: « C’est comme ça que ton mari te b. maudite et fille de pute que tu es ? »

Ce qui laisse supposer que la jeune femme victime est mariée. Pourquoi et comment est-elle donc arrivée dans le salon de torture de ces pervers qui n’en sont visiblement pas à leur premier rendez-vous du genre ?  

A un moment, on a l’impression d’entendre deux voix d’hommes qui insultent la jeune femme et encouragent un des violeurs en action à lui « déchirer le v. ».

Un détail important :

Sur le lit, bien que la jeune femme gémit et crie de douleurs en suppliant Moctar et son complice d’arrêter au risque de détruire son organe de reproduction, elle reste couchée et les jambes écartées sans résistance. Ses mains qui ne sont pas attachées ne tentent pas non plus, par reflexe, d’empêcher l’introduction douloureuse, extra profonde et accélérée du gros objet dans son sexe. Cela laisse supposer qu’elle était sous l’effet d’une drogue paralysante.

Effrayé par la dimension du crime scandaleux, KPC, le Président Directeur Général de GUICOPRES, rend public un communiqué qui suspend de ses fonctions son Conseiller et chef Protocole Moctar Keita dit Makhou. Kerfala Camara dit KPC prend cependant soins de ne faire apparaître son propre nom nulle part dans le communiqué et le laisse signer par un soi-disant comité d’éthique, alors que le formulaire utilisé est du Président Directeur Général de la société (Voir ci-dessous). D’ailleurs, dans les deux textes émanant de la même société GUICOPRES, la personne mise en cause et soi-disant sanctionnée est :

- Moktar KEITA  « Makhou » dans le premier texte
- Moctar KEITA  dans le deuxième texte

Un crime sexuel similaire mais de moindre gravité, commis par le jeune rappeur Tamsir Touré, avait secoué la Guinée en 2015 (Lire et suivre) !

Il est temps que l’Etat prenne ses responsabilités face à cette forme de criminalité qui prolifère en Guinée. Le petit rappeur Tamsir Touré avait été pompeusement recherché et arrêté par les autorités guinéennes, même s’il est vite sorti de prison. Cette fois, il s’agit d’un crime du même genre et d’un plus haut degré, mais commis par des responsables d’une société qui finance les campagnes d’Alpha Condé et de son parti RPG. Les organisations de femmes s’étaient également mobilisées l’année passée pour que le petit délinquant Tamsir soit mis aux arrêts. Cette fois-ci, ce sont des Boss délinquants qui sont capables de payer fort pour acheter le silence tant des hommes du pouvoir que des responsables des organisations dites de la société civile. Attendons donc de voir ce qui va se passer dans cette autre affaire.

 

Lamine Soumah et Linda Bah

2017-02-23 21:00:17 bangoura ousmane

2017-02-23 20:47:01

Chers lecteurs, les lignes que vous allez lire ci-dessous vont choquer plus d’un. Nous avons décidé d’en parler et de porter l’affaire à ce niveau médiatique afin qu’elle ne reste pas sans conséquence pour les bourreaux bien connus en Guinée et dans l’espoir que cela conduirait beaucoup de jeunes guinéennes à se méfier et éviter de tomber dans les pièges des délinquants riches qui sont très nombreux aujourd’hui en Guinée, surtout après le passage du CNDD et de Sékouba Konaté au pouvoir.

2017-02-23 21:24:41 bangoura ousmane
2017-02-23 21:39:17 bangoura ousmane
2017-02-23 21:42:05 bangoura ousmane
2017-02-23 21:44:04 bangoura ousmane
2017-02-23 21:45:29 bangoura ousmane
Ci-dessous, les communiqués de Guicopres:
2017-02-23 21:47:45 bangoura ousmane
2017-02-23 20:58:46 Kouna
En effet, le lundi 20 Février 2017 – Le Ministère de la Justice a publié un communiqué informant l’opinion nationale et internationale que l’artiste Elie Kamano, interpelé dimanche 19 février 2017, a été déféré devant le Tribunal de première Instance de Mafanco où il a été inculpé pour complicité pour attroupements illégaux. Parce qu’il a simplement soutenu la volonté des élèves de manifester pour exiger la réouverture des écoles que le gouvernement d’Alpha Condé a fermées pour des raisons purement politiques. Ainsi, l’intellectuel et juriste venu de la France, Cheick Sakoh, justifie une telle arrestation arbitraire d’un citoyen guinéen qui s’est récemment déclaré candidat pour la Mairie de Matoto convoitée par le parti au pouvoir RPG arc-en-ciel. En violation flagrante de l’Article 7 de la Constitution:

« Chacun est libre de croire, de penser et de professer sa foi religieuse, ses opinions politiques et philosophiques. Il est libre d’exprimer, de manifester et de diffuser ses idées et opinions par la parole, l’écrit et l’image ».

Dans cette affaire de porno, il y a plusieurs crimes graves commis en un coup que l’Etat ne peut ignorer : pornographie, graves atteintes aux mœurs, drogue, privation de liberté, violence corporelle et viol. Les auteurs sont connus et les faits sont attestés par des preuves matérielles et la réaction timide et trompeuse de GUICOPRES qui suspend un des bourreaux pour « comportement indécent et faute lourde ».

Les faits qui déshonorent toute la Guinée :

Depuis quelques jours, deux vidéos pornographiques circulant dans les réseaux sociaux à l’échelle mondiale montrent deux guinéens et une guinéenne en rapports sexuels d’une extrême violence et de perversité. Tous les trois clairement identifiables. Les 2 hommes qui se prennent alternativement la fille, en la criblant d’injures ainsi que sa mère, en la violant et en la frappant, appellent constamment son nom en montrant son visage: Fanta. Ce qui facilite la reconnaissance de la jeune femme. Ainsi, ils seront eux-mêmes identifiés après comme étant Moctar Keita dit « Makhou » et un de ses amis qui s'appelerait Noa Conté.

Nous renonçons à la publication des vidéos pornographiques extrêmement violentes, mais présentons les deux monstres pervers pour que le maximum des Guinéennes puisse les reconnaître et les éviter.

Dans les deux vidéos, on voit Moctar Keita et son ami en train de violer et tripoter une soeur guinéenne de nom de Fanta F. Ils la violent avec leurs queues et avec des objets, des véritables scènes de pervers drogués. En insultant la fille, sa mère et son père durant toute l’action. On voit et entend la fille se plaindre de douleurs, supplier ses bourreaux en vain. Alors un d'eux met son pied dans la bouche de la fille quand l'autre est en train de la violer sadiquement.

L’intention déclarée des bourreaux était de détruire la fille et ses organes génitaux. Mais vu que leurs Zizis, visiblement petits et somnolents n’étaient pas à la hauteur de leur ambition, ils font recours à des objets durs dont un gros et long godemichet. En lui introduisant cet objet, les bourreaux lui disent carrément que leur intention est de détruire son appareil génital pour toujours parce qu’elle est une pute à leurs yeux. A un moment, Fanta supplie, en langue soussou, celui qui filme, le priant de dire à son ami d’arrêter comme ça sinon il va détruire toute sa féminité. Les deux hommes lui répondent par des injures et la confirmation de leur intention de la détruire: "C'est bien ce que nous voulons, sale pute et fille de pute !".

Parfois, en la violant et en la maltraitant, ils disent à leur proie: « C’est comme ça que ton mari te b. maudite et fille de pute que tu es ? »

Ce qui laisse supposer que la jeune femme victime est mariée. Pourquoi et comment est-elle donc arrivée dans le salon de torture de ces pervers qui n’en sont visiblement pas à leur premier rendez-vous du genre ?  

A un moment, on a l’impression d’entendre deux voix d’hommes qui insultent la jeune femme et encouragent un des violeurs en action à lui « déchirer le v. ».

Un détail important :

Sur le lit, bien que la jeune femme gémit et crie de douleurs en suppliant Moctar et son complice d’arrêter au risque de détruire son organe de reproduction, elle reste couchée et les jambes écartées sans résistance. Ses mains qui ne sont pas attachées ne tentent pas non plus, par reflexe, d’empêcher l’introduction douloureuse, extra profonde et accélérée du gros objet dans son sexe. Cela laisse supposer qu’elle était sous l’effet d’une drogue paralysante.

Effrayé par la dimension du crime scandaleux, KPC, le Président Directeur Général de GUICOPRES, rend public un communiqué qui suspend de ses fonctions son Conseiller et chef Protocole Moctar Keita dit Makhou. Kerfala Camara dit KPC prend cependant soins de ne faire apparaître son propre nom nulle part dans le communiqué et le laisse signer par un soi-disant comité d’éthique, alors que le formulaire utilisé est du Président Directeur Général de la société (Voir ci-dessous). D’ailleurs, dans les deux textes émanant de la même société GUICOPRES, la personne mise en cause et soi-disant sanctionnée est :

- Moktar KEITA  « Makhou » dans le premier texte
- Moctar KEITA  dans le deuxième texte

Un crime sexuel similaire mais de moindre gravité, commis par le jeune rappeur Tamsir Touré, avait secoué la Guinée en 2015 (Lire et suivre) !

Il est temps que l’Etat prenne ses responsabilités face à cette forme de criminalité qui prolifère en Guinée. Le petit rappeur Tamsir Touré avait été pompeusement recherché et arrêté par les autorités guinéennes, même s’il est vite sorti de prison. Cette fois, il s’agit d’un crime du même genre et d’un plus haut degré, mais commis par des responsables d’une société qui finance les campagnes d’Alpha Condé et de son parti RPG. Les organisations de femmes s’étaient également mobilisées l’année passée pour que le petit délinquant Tamsir soit mis aux arrêts. Cette fois-ci, ce sont des Boss délinquants qui sont capables de payer fort pour acheter le silence tant des hommes du pouvoir que des responsables des organisations dites de la société civile. Attendons donc de voir ce qui va se passer dans cette autre affaire.

 

Lamine Soumah et Linda Bah

2017-02-23 21:00:17 Kouna

2017-02-23 20:47:01

Chers lecteurs, les lignes que vous allez lire ci-dessous vont choquer plus d’un. Nous avons décidé d’en parler et de porter l’affaire à ce niveau médiatique afin qu’elle ne reste pas sans conséquence pour les bourreaux bien connus en Guinée et dans l’espoir que cela conduirait beaucoup de jeunes guinéennes à se méfier et éviter de tomber dans les pièges des délinquants riches qui sont très nombreux aujourd’hui en Guinée, surtout après le passage du CNDD et de Sékouba Konaté au pouvoir.

2017-02-23 21:24:41 Kouna
2017-02-23 21:39:17 Kouna
2017-02-23 21:42:05 Kouna
2017-02-23 21:44:04 Kouna
2017-02-23 21:45:29 Kouna
Ci-dessous, les communiqués de Guicopres:
2017-02-23 21:47:45 Kouna
2017-02-23 20:58:46 Abraham
En effet, le lundi 20 Février 2017 – Le Ministère de la Justice a publié un communiqué informant l’opinion nationale et internationale que l’artiste Elie Kamano, interpelé dimanche 19 février 2017, a été déféré devant le Tribunal de première Instance de Mafanco où il a été inculpé pour complicité pour attroupements illégaux. Parce qu’il a simplement soutenu la volonté des élèves de manifester pour exiger la réouverture des écoles que le gouvernement d’Alpha Condé a fermées pour des raisons purement politiques. Ainsi, l’intellectuel et juriste venu de la France, Cheick Sakoh, justifie une telle arrestation arbitraire d’un citoyen guinéen qui s’est récemment déclaré candidat pour la Mairie de Matoto convoitée par le parti au pouvoir RPG arc-en-ciel. En violation flagrante de l’Article 7 de la Constitution:

« Chacun est libre de croire, de penser et de professer sa foi religieuse, ses opinions politiques et philosophiques. Il est libre d’exprimer, de manifester et de diffuser ses idées et opinions par la parole, l’écrit et l’image ».

Dans cette affaire de porno, il y a plusieurs crimes graves commis en un coup que l’Etat ne peut ignorer : pornographie, graves atteintes aux mœurs, drogue, privation de liberté, violence corporelle et viol. Les auteurs sont connus et les faits sont attestés par des preuves matérielles et la réaction timide et trompeuse de GUICOPRES qui suspend un des bourreaux pour « comportement indécent et faute lourde ».

Les faits qui déshonorent toute la Guinée :

Depuis quelques jours, deux vidéos pornographiques circulant dans les réseaux sociaux à l’échelle mondiale montrent deux guinéens et une guinéenne en rapports sexuels d’une extrême violence et de perversité. Tous les trois clairement identifiables. Les 2 hommes qui se prennent alternativement la fille, en la criblant d’injures ainsi que sa mère, en la violant et en la frappant, appellent constamment son nom en montrant son visage: Fanta. Ce qui facilite la reconnaissance de la jeune femme. Ainsi, ils seront eux-mêmes identifiés après comme étant Moctar Keita dit « Makhou » et un de ses amis qui s'appelerait Noa Conté.

Nous renonçons à la publication des vidéos pornographiques extrêmement violentes, mais présentons les deux monstres pervers pour que le maximum des Guinéennes puisse les reconnaître et les éviter.

Dans les deux vidéos, on voit Moctar Keita et son ami en train de violer et tripoter une soeur guinéenne de nom de Fanta F. Ils la violent avec leurs queues et avec des objets, des véritables scènes de pervers drogués. En insultant la fille, sa mère et son père durant toute l’action. On voit et entend la fille se plaindre de douleurs, supplier ses bourreaux en vain. Alors un d'eux met son pied dans la bouche de la fille quand l'autre est en train de la violer sadiquement.

L’intention déclarée des bourreaux était de détruire la fille et ses organes génitaux. Mais vu que leurs Zizis, visiblement petits et somnolents n’étaient pas à la hauteur de leur ambition, ils font recours à des objets durs dont un gros et long godemichet. En lui introduisant cet objet, les bourreaux lui disent carrément que leur intention est de détruire son appareil génital pour toujours parce qu’elle est une pute à leurs yeux. A un moment, Fanta supplie, en langue soussou, celui qui filme, le priant de dire à son ami d’arrêter comme ça sinon il va détruire toute sa féminité. Les deux hommes lui répondent par des injures et la confirmation de leur intention de la détruire: "C'est bien ce que nous voulons, sale pute et fille de pute !".

Parfois, en la violant et en la maltraitant, ils disent à leur proie: « C’est comme ça que ton mari te b. maudite et fille de pute que tu es ? »

Ce qui laisse supposer que la jeune femme victime est mariée. Pourquoi et comment est-elle donc arrivée dans le salon de torture de ces pervers qui n’en sont visiblement pas à leur premier rendez-vous du genre ?  

A un moment, on a l’impression d’entendre deux voix d’hommes qui insultent la jeune femme et encouragent un des violeurs en action à lui « déchirer le v. ».

Un détail important :

Sur le lit, bien que la jeune femme gémit et crie de douleurs en suppliant Moctar et son complice d’arrêter au risque de détruire son organe de reproduction, elle reste couchée et les jambes écartées sans résistance. Ses mains qui ne sont pas attachées ne tentent pas non plus, par reflexe, d’empêcher l’introduction douloureuse, extra profonde et accélérée du gros objet dans son sexe. Cela laisse supposer qu’elle était sous l’effet d’une drogue paralysante.

Effrayé par la dimension du crime scandaleux, KPC, le Président Directeur Général de GUICOPRES, rend public un communiqué qui suspend de ses fonctions son Conseiller et chef Protocole Moctar Keita dit Makhou. Kerfala Camara dit KPC prend cependant soins de ne faire apparaître son propre nom nulle part dans le communiqué et le laisse signer par un soi-disant comité d’éthique, alors que le formulaire utilisé est du Président Directeur Général de la société (Voir ci-dessous). D’ailleurs, dans les deux textes émanant de la même société GUICOPRES, la personne mise en cause et soi-disant sanctionnée est :

- Moktar KEITA  « Makhou » dans le premier texte
- Moctar KEITA  dans le deuxième texte

Un crime sexuel similaire mais de moindre gravité, commis par le jeune rappeur Tamsir Touré, avait secoué la Guinée en 2015 (Lire et suivre) !

Il est temps que l’Etat prenne ses responsabilités face à cette forme de criminalité qui prolifère en Guinée. Le petit rappeur Tamsir Touré avait été pompeusement recherché et arrêté par les autorités guinéennes, même s’il est vite sorti de prison. Cette fois, il s’agit d’un crime du même genre et d’un plus haut degré, mais commis par des responsables d’une société qui finance les campagnes d’Alpha Condé et de son parti RPG. Les organisations de femmes s’étaient également mobilisées l’année passée pour que le petit délinquant Tamsir soit mis aux arrêts. Cette fois-ci, ce sont des Boss délinquants qui sont capables de payer fort pour acheter le silence tant des hommes du pouvoir que des responsables des organisations dites de la société civile. Attendons donc de voir ce qui va se passer dans cette autre affaire.

 

Lamine Soumah et Linda Bah

2017-02-23 21:00:17 Abraham

2017-02-23 20:47:01

Chers lecteurs, les lignes que vous allez lire ci-dessous vont choquer plus d’un. Nous avons décidé d’en parler et de porter l’affaire à ce niveau médiatique afin qu’elle ne reste pas sans conséquence pour les bourreaux bien connus en Guinée et dans l’espoir que cela conduirait beaucoup de jeunes guinéennes à se méfier et éviter de tomber dans les pièges des délinquants riches qui sont très nombreux aujourd’hui en Guinée, surtout après le passage du CNDD et de Sékouba Konaté au pouvoir.

2017-02-23 21:24:41 Abraham
2017-02-23 21:39:17 Abraham
2017-02-23 21:42:05 Abraham
2017-02-23 21:44:04 Abraham
2017-02-23 21:45:29 Abraham
Ci-dessous, les communiqués de Guicopres:
2017-02-23 21:47:45 Abraham
2017-02-23 20:58:46 Bintou
En effet, le lundi 20 Février 2017 – Le Ministère de la Justice a publié un communiqué informant l’opinion nationale et internationale que l’artiste Elie Kamano, interpelé dimanche 19 février 2017, a été déféré devant le Tribunal de première Instance de Mafanco où il a été inculpé pour complicité pour attroupements illégaux. Parce qu’il a simplement soutenu la volonté des élèves de manifester pour exiger la réouverture des écoles que le gouvernement d’Alpha Condé a fermées pour des raisons purement politiques. Ainsi, l’intellectuel et juriste venu de la France, Cheick Sakoh, justifie une telle arrestation arbitraire d’un citoyen guinéen qui s’est récemment déclaré candidat pour la Mairie de Matoto convoitée par le parti au pouvoir RPG arc-en-ciel. En violation flagrante de l’Article 7 de la Constitution:

« Chacun est libre de croire, de penser et de professer sa foi religieuse, ses opinions politiques et philosophiques. Il est libre d’exprimer, de manifester et de diffuser ses idées et opinions par la parole, l’écrit et l’image ».

Dans cette affaire de porno, il y a plusieurs crimes graves commis en un coup que l’Etat ne peut ignorer : pornographie, graves atteintes aux mœurs, drogue, privation de liberté, violence corporelle et viol. Les auteurs sont connus et les faits sont attestés par des preuves matérielles et la réaction timide et trompeuse de GUICOPRES qui suspend un des bourreaux pour « comportement indécent et faute lourde ».

Les faits qui déshonorent toute la Guinée :

Depuis quelques jours, deux vidéos pornographiques circulant dans les réseaux sociaux à l’échelle mondiale montrent deux guinéens et une guinéenne en rapports sexuels d’une extrême violence et de perversité. Tous les trois clairement identifiables. Les 2 hommes qui se prennent alternativement la fille, en la criblant d’injures ainsi que sa mère, en la violant et en la frappant, appellent constamment son nom en montrant son visage: Fanta. Ce qui facilite la reconnaissance de la jeune femme. Ainsi, ils seront eux-mêmes identifiés après comme étant Moctar Keita dit « Makhou » et un de ses amis qui s'appelerait Noa Conté.

Nous renonçons à la publication des vidéos pornographiques extrêmement violentes, mais présentons les deux monstres pervers pour que le maximum des Guinéennes puisse les reconnaître et les éviter.

Dans les deux vidéos, on voit Moctar Keita et son ami en train de violer et tripoter une soeur guinéenne de nom de Fanta F. Ils la violent avec leurs queues et avec des objets, des véritables scènes de pervers drogués. En insultant la fille, sa mère et son père durant toute l’action. On voit et entend la fille se plaindre de douleurs, supplier ses bourreaux en vain. Alors un d'eux met son pied dans la bouche de la fille quand l'autre est en train de la violer sadiquement.

L’intention déclarée des bourreaux était de détruire la fille et ses organes génitaux. Mais vu que leurs Zizis, visiblement petits et somnolents n’étaient pas à la hauteur de leur ambition, ils font recours à des objets durs dont un gros et long godemichet. En lui introduisant cet objet, les bourreaux lui disent carrément que leur intention est de détruire son appareil génital pour toujours parce qu’elle est une pute à leurs yeux. A un moment, Fanta supplie, en langue soussou, celui qui filme, le priant de dire à son ami d’arrêter comme ça sinon il va détruire toute sa féminité. Les deux hommes lui répondent par des injures et la confirmation de leur intention de la détruire: "C'est bien ce que nous voulons, sale pute et fille de pute !".

Parfois, en la violant et en la maltraitant, ils disent à leur proie: « C’est comme ça que ton mari te b. maudite et fille de pute que tu es ? »

Ce qui laisse supposer que la jeune femme victime est mariée. Pourquoi et comment est-elle donc arrivée dans le salon de torture de ces pervers qui n’en sont visiblement pas à leur premier rendez-vous du genre ?  

A un moment, on a l’impression d’entendre deux voix d’hommes qui insultent la jeune femme et encouragent un des violeurs en action à lui « déchirer le v. ».

Un détail important :

Sur le lit, bien que la jeune femme gémit et crie de douleurs en suppliant Moctar et son complice d’arrêter au risque de détruire son organe de reproduction, elle reste couchée et les jambes écartées sans résistance. Ses mains qui ne sont pas attachées ne tentent pas non plus, par reflexe, d’empêcher l’introduction douloureuse, extra profonde et accélérée du gros objet dans son sexe. Cela laisse supposer qu’elle était sous l’effet d’une drogue paralysante.

Effrayé par la dimension du crime scandaleux, KPC, le Président Directeur Général de GUICOPRES, rend public un communiqué qui suspend de ses fonctions son Conseiller et chef Protocole Moctar Keita dit Makhou. Kerfala Camara dit KPC prend cependant soins de ne faire apparaître son propre nom nulle part dans le communiqué et le laisse signer par un soi-disant comité d’éthique, alors que le formulaire utilisé est du Président Directeur Général de la société (Voir ci-dessous). D’ailleurs, dans les deux textes émanant de la même société GUICOPRES, la personne mise en cause et soi-disant sanctionnée est :

- Moktar KEITA  « Makhou » dans le premier texte
- Moctar KEITA  dans le deuxième texte

Un crime sexuel similaire mais de moindre gravité, commis par le jeune rappeur Tamsir Touré, avait secoué la Guinée en 2015 (Lire et suivre) !

Il est temps que l’Etat prenne ses responsabilités face à cette forme de criminalité qui prolifère en Guinée. Le petit rappeur Tamsir Touré avait été pompeusement recherché et arrêté par les autorités guinéennes, même s’il est vite sorti de prison. Cette fois, il s’agit d’un crime du même genre et d’un plus haut degré, mais commis par des responsables d’une société qui finance les campagnes d’Alpha Condé et de son parti RPG. Les organisations de femmes s’étaient également mobilisées l’année passée pour que le petit délinquant Tamsir soit mis aux arrêts. Cette fois-ci, ce sont des Boss délinquants qui sont capables de payer fort pour acheter le silence tant des hommes du pouvoir que des responsables des organisations dites de la société civile. Attendons donc de voir ce qui va se passer dans cette autre affaire.

 

Lamine Soumah et Linda Bah

2017-02-23 21:00:17 Bintou

2017-02-23 20:47:01

Chers lecteurs, les lignes que vous allez lire ci-dessous vont choquer plus d’un. Nous avons décidé d’en parler et de porter l’affaire à ce niveau médiatique afin qu’elle ne reste pas sans conséquence pour les bourreaux bien connus en Guinée et dans l’espoir que cela conduirait beaucoup de jeunes guinéennes à se méfier et éviter de tomber dans les pièges des délinquants riches qui sont très nombreux aujourd’hui en Guinée, surtout après le passage du CNDD et de Sékouba Konaté au pouvoir.

2017-02-23 21:24:41 Bintou
2017-02-23 21:39:17 Bintou
2017-02-23 21:42:05 Bintou
2017-02-23 21:44:04 Bintou
2017-02-23 21:45:29 Bintou
Ci-dessous, les communiqués de Guicopres:
2017-02-23 21:47:45 Bintou
2017-02-23 20:58:46 fofi
En effet, le lundi 20 Février 2017 – Le Ministère de la Justice a publié un communiqué informant l’opinion nationale et internationale que l’artiste Elie Kamano, interpelé dimanche 19 février 2017, a été déféré devant le Tribunal de première Instance de Mafanco où il a été inculpé pour complicité pour attroupements illégaux. Parce qu’il a simplement soutenu la volonté des élèves de manifester pour exiger la réouverture des écoles que le gouvernement d’Alpha Condé a fermées pour des raisons purement politiques. Ainsi, l’intellectuel et juriste venu de la France, Cheick Sakoh, justifie une telle arrestation arbitraire d’un citoyen guinéen qui s’est récemment déclaré candidat pour la Mairie de Matoto convoitée par le parti au pouvoir RPG arc-en-ciel. En violation flagrante de l’Article 7 de la Constitution:

« Chacun est libre de croire, de penser et de professer sa foi religieuse, ses opinions politiques et philosophiques. Il est libre d’exprimer, de manifester et de diffuser ses idées et opinions par la parole, l’écrit et l’image ».

Dans cette affaire de porno, il y a plusieurs crimes graves commis en un coup que l’Etat ne peut ignorer : pornographie, graves atteintes aux mœurs, drogue, privation de liberté, violence corporelle et viol. Les auteurs sont connus et les faits sont attestés par des preuves matérielles et la réaction timide et trompeuse de GUICOPRES qui suspend un des bourreaux pour « comportement indécent et faute lourde ».

Les faits qui déshonorent toute la Guinée :

Depuis quelques jours, deux vidéos pornographiques circulant dans les réseaux sociaux à l’échelle mondiale montrent deux guinéens et une guinéenne en rapports sexuels d’une extrême violence et de perversité. Tous les trois clairement identifiables. Les 2 hommes qui se prennent alternativement la fille, en la criblant d’injures ainsi que sa mère, en la violant et en la frappant, appellent constamment son nom en montrant son visage: Fanta. Ce qui facilite la reconnaissance de la jeune femme. Ainsi, ils seront eux-mêmes identifiés après comme étant Moctar Keita dit « Makhou » et un de ses amis qui s'appelerait Noa Conté.

Nous renonçons à la publication des vidéos pornographiques extrêmement violentes, mais présentons les deux monstres pervers pour que le maximum des Guinéennes puisse les reconnaître et les éviter.

Dans les deux vidéos, on voit Moctar Keita et son ami en train de violer et tripoter une soeur guinéenne de nom de Fanta F. Ils la violent avec leurs queues et avec des objets, des véritables scènes de pervers drogués. En insultant la fille, sa mère et son père durant toute l’action. On voit et entend la fille se plaindre de douleurs, supplier ses bourreaux en vain. Alors un d'eux met son pied dans la bouche de la fille quand l'autre est en train de la violer sadiquement.

L’intention déclarée des bourreaux était de détruire la fille et ses organes génitaux. Mais vu que leurs Zizis, visiblement petits et somnolents n’étaient pas à la hauteur de leur ambition, ils font recours à des objets durs dont un gros et long godemichet. En lui introduisant cet objet, les bourreaux lui disent carrément que leur intention est de détruire son appareil génital pour toujours parce qu’elle est une pute à leurs yeux. A un moment, Fanta supplie, en langue soussou, celui qui filme, le priant de dire à son ami d’arrêter comme ça sinon il va détruire toute sa féminité. Les deux hommes lui répondent par des injures et la confirmation de leur intention de la détruire: "C'est bien ce que nous voulons, sale pute et fille de pute !".

Parfois, en la violant et en la maltraitant, ils disent à leur proie: « C’est comme ça que ton mari te b. maudite et fille de pute que tu es ? »

Ce qui laisse supposer que la jeune femme victime est mariée. Pourquoi et comment est-elle donc arrivée dans le salon de torture de ces pervers qui n’en sont visiblement pas à leur premier rendez-vous du genre ?  

A un moment, on a l’impression d’entendre deux voix d’hommes qui insultent la jeune femme et encouragent un des violeurs en action à lui « déchirer le v. ».

Un détail important :

Sur le lit, bien que la jeune femme gémit et crie de douleurs en suppliant Moctar et son complice d’arrêter au risque de détruire son organe de reproduction, elle reste couchée et les jambes écartées sans résistance. Ses mains qui ne sont pas attachées ne tentent pas non plus, par reflexe, d’empêcher l’introduction douloureuse, extra profonde et accélérée du gros objet dans son sexe. Cela laisse supposer qu’elle était sous l’effet d’une drogue paralysante.

Effrayé par la dimension du crime scandaleux, KPC, le Président Directeur Général de GUICOPRES, rend public un communiqué qui suspend de ses fonctions son Conseiller et chef Protocole Moctar Keita dit Makhou. Kerfala Camara dit KPC prend cependant soins de ne faire apparaître son propre nom nulle part dans le communiqué et le laisse signer par un soi-disant comité d’éthique, alors que le formulaire utilisé est du Président Directeur Général de la société (Voir ci-dessous). D’ailleurs, dans les deux textes émanant de la même société GUICOPRES, la personne mise en cause et soi-disant sanctionnée est :

- Moktar KEITA  « Makhou » dans le premier texte
- Moctar KEITA  dans le deuxième texte

Un crime sexuel similaire mais de moindre gravité, commis par le jeune rappeur Tamsir Touré, avait secoué la Guinée en 2015 (Lire et suivre) !

Il est temps que l’Etat prenne ses responsabilités face à cette forme de criminalité qui prolifère en Guinée. Le petit rappeur Tamsir Touré avait été pompeusement recherché et arrêté par les autorités guinéennes, même s’il est vite sorti de prison. Cette fois, il s’agit d’un crime du même genre et d’un plus haut degré, mais commis par des responsables d’une société qui finance les campagnes d’Alpha Condé et de son parti RPG. Les organisations de femmes s’étaient également mobilisées l’année passée pour que le petit délinquant Tamsir soit mis aux arrêts. Cette fois-ci, ce sont des Boss délinquants qui sont capables de payer fort pour acheter le silence tant des hommes du pouvoir que des responsables des organisations dites de la société civile. Attendons donc de voir ce qui va se passer dans cette autre affaire.

 

Lamine Soumah et Linda Bah

2017-02-23 21:00:17 fofi

2017-02-23 20:47:01

Chers lecteurs, les lignes que vous allez lire ci-dessous vont choquer plus d’un. Nous avons décidé d’en parler et de porter l’affaire à ce niveau médiatique afin qu’elle ne reste pas sans conséquence pour les bourreaux bien connus en Guinée et dans l’espoir que cela conduirait beaucoup de jeunes guinéennes à se méfier et éviter de tomber dans les pièges des délinquants riches qui sont très nombreux aujourd’hui en Guinée, surtout après le passage du CNDD et de Sékouba Konaté au pouvoir.

2017-02-23 21:24:41 fofi
2017-02-23 21:39:17 fofi
2017-02-23 21:42:05 fofi
2017-02-23 21:44:04 fofi
2017-02-23 21:45:29 fofi
Ci-dessous, les communiqués de Guicopres:
2017-02-23 21:47:45 fofi
Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.