chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Collectif guinéen pour la défense de la constitution

Date de publication:2017-04-26 15:38:31

2017-04-26 15:14:40

Nous Jeunes issus de la diaspora Guinéenne de l’Europe, de l’Amérique et de l’Afrique avons décidé de créer le Collectif Guinéen pour Défense de la Constitution en sigle OGDC qui a pour objectif d’interpeller nos politiques sur la nécessité du respect de la constitution qui englobe les principes régissant le fonctionnement de notre pays. De ce fait, il incombe à tout Guinéen y compris le président de la république l’obligation de le protéger et le respecter. Elle est la règle la plus élevé dans la hiérarchie des normes juridique de notre pays dont par ailleurs le président en prêtant serment a juré de le défendre.  Donc il est impérativement essentiel pour ceux qui détiennent le pouvoir de le protéger contre toute modification de circonstance et la violation des principes qui la régit.

L’Enthousiasme suscité à l’issu de nombreuses conférences débats et ateliers aux sujet d’une révision de la constitution pour paver la route à un éventuel troisième mandat du président Alpha Conde un peu partout en Europe, et la participation massive des Guinéennes et Guinéens de toutes les couches de la société nous ont confortés dans notre position de créer cet observatoire pour l’intérêt supérieur de la nation.  Ce collectif n’a pas été créé contre la personne du président ou son institution mais contre toute personne qui exercera la fonction de président de la république et qui serait tenté de modifier ou de réviser la constitution injustement. Mais il aura aussi le rôle d’y veiller pour éviter toute atteinte injustifiée en fonction d’intérêts quelconque.

Nous attirons l’attention du peuple Guinéen sur le caractère national du OGDC qui n’a rien à voir avec les mamayas de certain groupes ou mouvements. Ce groupe est en grande partie compose de jeunes cadres de toutes les ethnies et sensibilités politiques avides de justice, sécurité et de paix sociale qui sont des ingrédients essentiels pour tout développement durable.

Nous portons à votre connaissance Monsieur le président que si le nombre de mandat n’est pas pertinent à vos yeux, et que votre préoccupation primordiale est le programme de développement que vous vous êtes assignés comme vous nous l’avez laissé entendre lors de votre récente interview à Paris, laissez-moi vous dire que l’Etat c’est la continuité, il garantit les mécanismes de la pérennité des institutions.

Si vous n’avez pas eu le temps d’implémenter tout votre programme sachez qu’un autre fils du pays pourra vous aider à le faire dans la légalité et le respect de la constitution.  Vous avez eu à peu près 8 ans pour changer les conditions de vie des Guinéens et vous avez lamentablement échoué. Nous savons que vos alliés nous présenteront de termes comme: Taux d’inflation, taux de pauvreté, stabilité macroéconomique, FMI, Taux de croissance, relèvement de l’assiette fiscale, etc.  Tout ces termes bien qu’exotiques mais incompréhensibles aux yeux du commun des Guinéens qui ne demande qu’à faire face à la cherté de la vie, à avoir accès à l’eau potable sur toute l’étendue de la république, l’amélioration et l’accès aux services de sante, l’amélioration et la construction des infrastructures routiers et de transport, la formation des enseignants aux outils du 21e siècle pour une éducation adaptée aux besoins actuels. Nous admettons certes qu’il y a eu des avancées sur certaines politiques sectorielles mais que cela ne soit pas une raison de violer la constitution.

L’article 27 de la constitution limite le nombre de mandat à 2 il n’est pas stipulé que si le président n’a pas pu achever son programme il pourra modifier la constitution pour parachever son œuvre. En tant que juriste vous saurez comprendre le sens de cet article qui dit : « Le président de la République est élu au suffrage universel direct.
 La durée de son mandat est de cinq ans, renouvelable une fois. 
En aucun cas, nul ne peut exercer plus de deux mandats présidentiels, consécutifs ou non ».
L’article 154 qui vient en renfort a l’article 27, stipule ce qui suit :

« La forme républicaine de l’État, le principe de la laïcité, le principe de l’unicité de l’État, le principe de la séparation et de l’équilibre des pouvoirs, le pluralisme politique et syndical, le nombre et la durée des mandats du président de la République ne peuvent faire l’objet d’une révision ».

Donc le principe d’inviolabilité de la constitution est très clair sur ce point. Toute tentative de disposer de la constitution bon gré, mal gré constituerai la violation du serment présidentiel dont fait référence l’article 35.

Je vous dis très sincèrement qu’il n’est pas de votre intérêt de vouloir briguer un troisième mandat sous de faux prétextes. Ayez le courage intellectuel Monsieur le professeur de vous prononcer clairement la dessus dans le respect des règles juridiques qui régissent notre pays au lieu d’entretenir un flou artistique alors que la constitution est claire sur ce sujet. Nous vous exhortons de sortir par la grande porte au lieu d’emprunter la petite ou même la fenêtre comme votre ami Blaise du Burkina si vous vous amuser à toucher à une ligne de la constitution.

Nous lançon un appel solennel aux présidents de la cour constitutionnelle (dont vous préparez la destitution pour s’être opposé à votre projet), de l’assemble National et aux Honorables députés de ne pas vendre le pays et céder à un éventuel projet de referendum constitutionnel qui plongera le pays dans le chaos; il y va de l’intérêt générale de la nation. Nous croyons fermement que votre refus jettera enfin les bases d’une nouvelle Guinée prospère pour les générations futures. Le peuple est las d’enterrer ses fils à l’approche des élections alors que nous avons des mécanismes légaux qui nous éviteront des bains de sang inutile. Nous sommes en train de récolter des pétitions partout en Europe, en Amérique, en Afrique mais aussi en Guinée et les déposera au moment opportun à l’assemblée nationale et à la cour constitutionnel.

Nous sommes persuadés que seule une constitution forte pourrait définir les règles du jeu en matière politique, économique et sociale, et mettre en place des institutions dynamiques au service du peuple afin de rétablir la confiance et la sécurité par rapport aux investisseurs et aux opérateurs économique.

C’est pour toutes ces raisons que nous estimons qu’il est temps de mobiliser le peuple et dire non, 2 FOIS CA SUFFIT TOUCHE PAS A MA CONSTITUTION. Nous avons déjà dans cette démarche saisi quelque gouvernement Européens et Africains mais aussi des institutions internationales prêtes à dénoncer la future démarche du président et de son entourage.  Nos partenaires s’engageraient à accompagner toute initiative ayant trait au renforcement institutionnel dans notre pays. Nous invitons aussi tous les internautes Africains et Guinéens en particulier à adhérer à notre mouvement et signer notre pétition en ligne sur www.unepetition.fr/petition-1282 consultez et aimez notre page Facebook 2 FOIS CA SUFFIT TOUCHE PAS A MA CONSTITUTION.

Pour le Bureau,
Oumar Cherif

Président CGDC


Commentaires


Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.