chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

DECLARATION COMMUNE TPMN/ADECIMAO

Date de publication:2017-11-29 22:30:41

2017-11-29 22:29:01

Le 28 novembre 1990, à la suite des purges racistes contre les militaires négro-mauritaniens, le régime raciste de Taya ordonne la pendaison de 28 soldats noirs à Inal. Ces crimes ont démontré la barbarie du régime d’Apartheid maure.

Notre pays composé de deux grands groupes raciaux (noirs et arabo-berbères) a accédé à l’indépendance le 28 novembre 1960. Depuis 1966, le système raciste mis en place par la communauté arabe a instauré l’injustice et s’est livré à des exactions dont l’unique objectif est la mise en place d’un Etat-nation arabe. Cette politique a conduit le système à organiser des purges au sein de la population noire entre 1986 et 1991. En plus des massacres, plus de 120.000 négro-mauritaniens sont déportés au Sénégal et au Mali. Nos terres sont spoliées, nos langues reléguées au second plan, toute l’économie monopolisée par la minorité arabe qui s’est accaparée de tous les pouvoirs ( exécutif, législatif et judiciaire), cette même minorité monopolise l’armée, les forces de sécurité, les médias, la diplomatie…

Le 28 novembre 1990, pour célébrer l’indépendance de la Mauritanie, 28 soldats noirs, numérotés comme du bétail et  tous de l’ethnie peule, sont pendus à INAL .  Cette épuration ethnique a fait 509 morts parmi les militaires noirs qui ont laissé des veuves et des orphelins abandonnés à leur sort. Les assassins n’ont jamais été inquiétés et la plainte déposée à Bruxelles n’a jamais abouti à la condamnation des coupables.

Nous, touche pas à ma nationalité  derrière notre leader Abdoul Birane Wane et le collectif ADECIMAO  dénonçons cette injustice et demandons que la pression soit exercée sur le régime raciste et esclavagiste afin  que toute la lumière soit faite sur ces atrocités.

Nous exigeons que justice soit rendue du moment que les coupables sont connus. Les criminels et auteurs de génocide constituent un danger pour l’humanité, ils doivent être punis. La Mauritanie ne peut pas se reconstruire sans une justice exemplaire. 

Nous encourageons toutes les forces vives à se montrer déterminées et inflexible jusqu’à l’arrestation des coupable, et remercions tous ceux qui se sont mobilisés pour la réussite de cette manifestation à nos cotés (ADECIMAO et IRA).

Le Bureau exécutif de TPMN/Belgique.


Commentaires


Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.