chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Vraiment «tentative de coup d’ÉTAT»

Date de publication:2018-05-14 15:47:01

2018-05-14 15:42:24

«….  C’était une tentative de coup d’Etat parce que certains éléments de la société civile se voyaient déjà Premier ministre de transition…. ».  C’est ainsi que, le 5 Mai dernier M. Alpha CONDÉ  a qualifié  la grève  des Enseignants, devant  ses supporteurs  dont les rangs   sont de plus en plus clairsemés.  Ce signe évident   d’une chute souhaitable, semble le pousser  à toutes les extrémités, y compris  l’invention pour la deuxième fois en huit ans de présidence, d’une pseudo-tentative de « coup d’état ».  Le recours  à un  expédient  de ce type  est une habitude pour lui, chaque fois  qu’il est sérieusement en difficulté, comme  c’est le cas.

Et laissons de côté les jugements méprisants, hâtifs, et sans discernement que l’Elhadj professeur président porte sans arrêt sur les  différentes composantes de nos populations. Exemple : « …les Malinké, ou les cadres Malinké seraient les plus malhonnêtes de la Guinée », les Ressortissants de la  Guinée Forestière seraient des « anthropophages »,  Papa KOLY,  Moussa Dadis CAMARA, le soldat PIVI dit COPLAN,… se  vanteraient de manger la chair humaine etc…. Ces vulgarités sont encore consultables sur  les réseaux sociaux, y compris sur France24.

Alors, faut-il  prendre  cette tonitruante  déclaration  pour une  simple  gesticulation d’un supposé « opposant historique » désemparé, et qui restera donc sans effet ?

Ce serait une  imprudence fatale dont notre pays ne se relèvera pas, ou très difficilement.  De ce point de vue,  il  me semble essentiel  d’expliquer   pourquoi cette sortie extravagante de M. Alpha CONDÉ  n’est ni anodine, ni fortuite.  Bien au contraire, c’est la première étape d’un    stratagème  conçu depuis bien longtemps en vue d’ouvrir la voie à un pouvoir à vie. La rudesse politique des temps actuels et à venir  ne présage rien de bon pour lui : son  milliardaire  mais arrogant ami, BOLLORÉ  vient d’être mis en garde à vue 48 heures durant, pour diverses délinquances,  puis mis en examen pour CORRUPTION d’AGENTS PUBLICS ÉTRANGERS, notamment à Conakry. En outre, ses bras droits (MM. Malick SANKHON,  Kassory FOFANA, et le FARBA Tibou KAMARA, et certains autres),  percevant son  délabrement intellectuel et mental,  ne cachent plus leur  désir  de lui prendre le pouvoir, le plus rapidement possible, conformément à l’engagement pris par M. Malick SANKHON, il  y a quelques années lors d’un rassemblement. Il expliquait alors comment   lui et ses comparses  dont Mme Rabiatou Sera DIALLO,  avaient fait acheter le  poste  de Premier Ministre pour  M. Lansana KOUYATÉ,  afin de baliser la route de SEKHOUTOUREYA pour Alpha CONDÉ. Mais  à peine installé à la primature, le sieur KOUYATÉ se mit à son compte, trahissant ainsi la promesse faite au groupe qui l’a promu.  D’où son renvoi prématuré  sur ordre clandestin du pas encore Elhadji professeur président.  Lors de la campagne présidentielle de 2015 avant le « coup K.O. »,  Malick SANKHON n’avait-il  pas déclaré avec insistance : « il faut tout faire pour reconduire  le professeur Alpha CONDÉ. Ainsi, en 2020, nous aurons un boulevard devant nous pour SEKHOUTOUREYA ». On n’est pas encore en 2020. Mais apparemment, à leurs yeux et à juste raison,  Alhadji professeur président n’a pas l’air de vouloir tenir la « promesse » écrite ou implicite  qu’il leur a faite.

 La tonitruante sortie de leur  FAMA n’est donc pas un dérapage  de plus comme il en a l’habitude.  Dans son état de délabrement mental et intellectuel, il a quelque moment de lucidité.   Il sait qu’à l’instant même où il ne sera plus protégé par la fonction présidentielle,  il aura  un ou des rendez-vous avec les magistrats français dans le dossier de CORRUPTION d’AGENT PUBLIC ÉTRANGER. Il ne pourra pas s’y dérober. C’est une certitude.  Il a partie liée avec M. Vincent BOLLORÉE (Corrupteur et Corrompu). Il est Français, tout comme moi d’ailleurs.  D’où son faux désir de porter plainte en diffamation à Paris.  Mais contre qui ? Sur le fondement de quoi ? Personne ne le sait, puisque  les magistrats  français n’ont pas rendu publique l’ensemble de leur travail. De mon point de vue,  M. Alpha CONDÉ devrait cesser de faire semblant. Puisque, quoi qu’il fasse, il sera convoqué par les Juges  français anticorruption, dès la fin de son mandat actuel. Sa vraisemblable future convocation judiciaire ne le désigne pas automatiquement comme coupable.  Mais il n’y a pas non plus de corrupteur sans corrompu.  Et à mon avis, la mise en garde-à-vue de M. BOLLORÉ pour corruption dans les affaires du port de Conakry, suivie de sa mise en examen,  repose sur un dossier en béton. Aussi,  comprend-on aisément  la débauche d’énergie et d’imagination qu’il  met à conserver  le plus longtemps possible son statut actuel de bénéficiaire  d’immunité, liée  à l’exercice de la fonction présidentielle.

 La vieille nouvelle invention (tentative de coup d’Etat), vise un certain nombre  d’objectifs dont voici les principaux :

Un objectif immédiat de court terme : intimider  les syndicalistes revendicateurs, plus précisément M. Aboubacar SOUMAH. Car l’assimilation de l’action syndicale tout à fait légale à une tentative de « coup d’État » peut faire peur à certains syndicalistes, et les amener à renoncer à leurs revendications pourtant légitimes. 

 En cela, le professeur président n’innove  en rien  dans sa technique de gouvernance. Il s’inscrit très exactement  en ligne directe dans  le PDGISME(*) abject.  Au demeurant, certains  Guinéens, en nombre non négligeable pensent qu’il s’est effectivement opposé à Lansana CONTÉ, mais  que son opposition au P.D.G. est loin d’être établie, et que les subterfuges naguère employés par le sinistre Sékou TOURÉ contre  ceux qui n’étaient  pas d’accord avec  sa  gouvernance, sont réactivés par notre  Elhadj président. Certains bruits  courent à Conakry qu’il a pu être un délateur  au profit du P.D.G. à certains moments de sa vie en France, notamment dans ses périodes de difficultés matérielles, ce qui n’était pas rare  comme  vient de le confirmer Monsieur Vincent BOLLORÉ lors de sa longue garde-à-vue par la police à Nanterre.

2°. Peut-être, l’Elhadj professeur président  essaye de  tempérer  l’impatience  de ses « bras droits » à prendre le pouvoir, ou de les en dissuader maintenant ?  Car lui-même perçoit  bien que,  un FARBA Tibou  KAMARA par exemple, travaille pour une tierce personne, tandis que les deux autres (MM. Kassory FOFANA et Malick SANKHON)  s’autoproclamant, de façon indue, représentants  de la Basse-Guinée, alors qu’il  qu’ils y sont  à peine connus, y compris dans leur village ou quartier, ont des préoccupations personnelles.   Cela est si vrai que chacun  d’entre eux  a précipitamment « rejoint » le R.P.G., avec en arrière-plan, leur agenda propre.  Pourtant, dans un passé pas si lointain, alors qu’ils étaient les notabilités principales du pouvoir de Lansana CONTÉ, ils ne s’abstenaient pas d’embastiller arbitrairement les militants, les sympathisants de base, et les Responsables de ce parti, de les renvoyer de leurs emplois alors que c’était leur seul gagne-pain, et parfois de les  torturer. Car à leurs yeux, le R.P.G. peut être acheté. Ils ont leurs hommes (la milice recrutée par Malick SANKHON), et d’immenses ressources financières (l’argent de la C.N.S.S., et les ressources provenant de  la bauxite).  Et puis, M. Alpha CONDÉ lui-même  piétine tous les jours  les militants historiques de ce parti.

Ce dernier expédient (Coup d’ÉTAT) qu’il vient d’officialiser par sa tonitruante déclaration n’a donc rien de nouveau. Les pièces du puzzle ont commencé à être réunies depuis plusieurs mois.

  Alors qui est visé et pourquoi maintenant ?

Avant de répondre à ces questions, il  faut d’abord se rappeler  que la seule vraie préoccupation  majeure de M. Alpha CONDÉ, c’est de se maintenir au pouvoir  au-delà  du terme  prévu par nos TEXTES FONDAMENTAUX.   Certains de ses lieutenants ont d’abord  fait des déclarations  qui visaient à tester  la réaction possible de  nos concitoyens,  ensuite une action concertée de dénigrement contre  le président de la Cour Constitutionnelle, M. Kèlèfa SALL dont on sait l’hostilité viscérale  à toute modification constitutionnelle qui ouvrirait la voie à un troisième mandat.  Il l’a dit publiquement  le jour même de l’investiture de M. Alpha CONDÉ.  Du reste, des gesticulations  plus ou moins sournoises sont  en cours en vue de le destituer  avant la fin de son mandat dont la durée est constitutionnellement fixée. Ainsi, un premier verrou institutionnel sauterait.

Alors, qui Monsieur Elhadj professeur président veut-il  neutraliser, puisqu’il s’agit bien de cela ?

---Ne nous cachons pas derrière nos petits doigts.  C’est bel et bien une fraction de l’armée nationale républicaine qui est visée, plus exactement la fraction qui accepte de moins en moins  la DÉCHÉANCE de sa Patrie. Par ailleurs  M. Alpha CONDÉ a déjà créé  son « armée privée parallèle » dont le commandant est Malick SANKHON.  En effet, parler de « coup » d’Etat, même si on l’affuble du mot « tentative », à propos d’un simple mouvement syndical de revendication salariale, renvoie à l’idée  que les malheureux  travailleurs sont « manipulés », et que leur revendication serait une fiction.  Ils seraient donc les « instruments » inconscients  de mains militarisées cachées.  Laissons aux salariés et à leurs représentants syndicaux, le soin d’apprécier le mépris ainsi apporté à leur détresse, alors que dans le même temps, un Ministre d’état, le seul, reçoit tous les dix jours 400.000 dollars US dans des conditions  plus que douteuses.  Par ailleurs, est-il besoin de rappeler que les ressources de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (C.N.S.S.) sont en libre accès privé et illimité pour son  Directeur  général dont la seule compétence est d’être un fidèle, plutôt singulier  de Monsieur Elhadj professeur président.

Or, il y a quelques semaines, le Directeur  de la C.N.S.S., M. Malick SANKHON déclarait publiquement et non sans fierté, qu’il  a à sa disposition une milice  d’environ 2500 personnes. Ce  chiffre pouvant être porté à 10.000 dans pas longtemps.  Une bonne part de cette milice privée de type corporatiste  formée au Maroc, en Afrique du Sud et ailleurs,  a déjà intégré les casernements de Conakry et KINDIA, à la demande insistante de M. Alpha CONDÉ.  Mais elle constitue une « armée » autonome, non liée à l’armée républicaine.  Et c’est là  qu’on comprend bien l’irruption soudaine de la notion de « tentative de coup d’état », alors qu’il s’agit juste d’une revendication matérielle banale.

 Ici, sans faire de surinterprétation, on comprend aisément  que le recours  inapproprié à cette notion (tentative de coup d’état), vise  à « neutraliser »  d’abord  les PATRIOTES en uniforme, ensuite  deux ou trois leaders politiques, y compris certaines  notabilités du R.P.G qui ne sont pas enthousiastes à l’idée  d’avoir à supporter encore M. Alpha CONDÉ et ses « ministres » d’ « Etat » du genre de FARBA Tibou KAMARA.

 J’ai parlé de PATRIOTES en uniforme. Ils existent dans nos différentes casernes, j’en suis persuadé. Car de mon point de vue, il est impossible que dans nos armées, des PATRIOTES en uniforme (soldats de base, sous-officiers et officiers), assistent passivement  à l’asservissement et à la déchéance de la TERRE  ancestrale (FA SOO en Mandingue, ….) que nous ont léguée nos ANCÊTRES  communs. Après tout, le principe même de l’existence d’une armée, c’est la préservation de la PATRIE de l’humiliation, de la désintégration, c’est-à-dire de la DÉCHÉANCE. Or la Guinée est devenue  la TERRE sur laquelle fusent  tous les vautours prédateurs, tandis que les enfants du pays sont asservis à des intérêts qui leur sont totalement étrangers.

 L’incapacité  persistante et  désormais évidente d’Elhadji professeur président,  à construire  même une simple phrase correcte compréhensible, à avoir de la suite dans les idées, d’ailleurs fort rares,  à laquelle il faut  ajouter  son inclination  irrésistible  à faire des déclarations à l’emporte-pièce, à  balancer   des explications incohérentes, souvent sans rapport avec  ce dont il prétend parler, rappellent étrangement les dernières années du pouvoir de Lansana CONTÉ, même si nous n’y sommes pas encore tout à fait.  Mais les mêmes acteurs d’alors sont à l’œuvre.  Les ressources issues de l’exploitation anarchique de la bauxite sont dans leurs mains. Ils en disposent à volonté. Avec  l’appui  de M. Alpha CONDÉ, ils ont fabriqué une « armée privée » probablement mieux équipée que l’armée nationale républicaine.  Les faux décrets de nomination habituels  dans cette situation en Guinée, vont  apparaitre, si ce  n’est déjà fait.  Le Lobbying intense en cours pour l’accession au poste de Premier Ministre cache vraisemblablement  d’autres projets moins glorieux pour nos populations.  Des réunions secrètes à caractère régionaliste  auxquelles  une, deux ou trois responsables d’un parti politique important y sont conviés, dans l’unique objectif d’affaiblir ce parti et son leader.

En définitive, la référence à une prétendue « tentative de coup d’état » est un écran de fumée  qui vise à permettre à l’armée parallèle recrutée  par M. Malick SANKHON à la demande de M. Alpha CONDÉ, de  prendre le contrôle des  casernes de Conakry et KINDIA. Au prétexte de réorganisation, la fraction républicaine est renvoyée loin, très loin de Conakry.  La porte du pouvoir à vie serait ainsi ouverte. Et la liquidation  de chef de parti rendu possible. Car le déploiement de fortunes accumulées en huit ans, se heurterait à la détermination  qu’ont certains leaders  à doter  notre pays d’un véritable ÉTAT de DROIT.

(*) PDGISME : expression créée et employée en Guinée pour désigner les manœuvres dilatoires criminelles  utilisées par le sinistre Sékou TOURÉ et son parti (P.D.G.) pour liquider  (tuer) tous ceux qui pourraient  être réservés par rapport  à sa gouvernance plus sanguinaire qu’utile au pays.

 

Mamadou Billo SY SAVANÉ

NB : la  prétendue « construction » de logements sociaux, vise en réalité à chasser  les autochtones de la presqu’île de KALOUM, ils sont pauvres, et réaliser une  immense spéculation foncière et immobilière. Je m’en expliquerai la semaine  prochaine.

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.