chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

En envoyant Kassory à la primature, AC se fait harakiri

Date de publication:2018-05-25 10:21:11

2018-05-25 10:17:16

L’histoire retiendra que la nomination de Kassory Fofana à la primature, aussi contre-indiqué et désobligeant que cela puisse paraitre, aura été le signe précurseur du déclin politique d’AC. « Morte la bête, mort le venin ».Adieu, bon débarras ! Nul, même dans le bastion pur et dur du RPG ou de ce qu’il en reste voire chez les plus fidèles lieutenants d’AC, n’arrive à comprendre la décision de leur mentor politique cette fois-ci, a fortiori l’accepter.

Il va de soi que, pour tout Guinéen raisonnable tant soit peu, Kassory Fofana, ferré derrière son écran de fumée de parti politique pétant, GPT (tout le génie politique en un moins le double PhD fantomatique de l’American University de Washington DC, mon œil !), est l’incarnation même de la gabegie financière, du laxisme d’État, bref de la malgouvernance et sa litanie de malversations et détournements les plus scandaleux de l’histoire politique récente de la Guinée. Un tel personnage aussi pittoresque pouvait tout représenter sauf le bon samaritain avec lequel il faut avoir des accointances.

Certes, politiquement les temps étaient durs pour AC aux prises avec une recrudescence de crispations sociopolitiques comme jamais, notamment le bras de fer avec le hargneux syndicat des enseignants et chercheurs(SLECG), les contestations électorales de l’opposition, l’imbroglio du 3e mandat en sourdine. Mais, Kassory Fofana était-il pour autant le profil idéal pour décrisper cet énième brouillamini, redorer le blason du Président de la République, et comme entendu le rédempteur tout désigné qui lui permettrait de rallier les votes de la Basse-Côte comme en 2010 et ainsi s’adjuger un 3e mandat anticonstitutionnel attendu de pied ferme par la majorité des Guinéens ? À tous les égards, non !

Dieu sait que de nominations, pourtant, il y a eu depuis 2010, pour le résultat qu’on connait ; en revanche celle de Kassory Fofana, s’avère l’erreur de casting, le totem qui signe la mort politique d’un président affaibli, sénile, mais bon vivant qui, plutôt que de préparer sa succession, se montre accroc à un pouvoir contesté.

AC, politicien machiavélique, maitre habituellement dans l’art des coups de Jarnac et autres coups fourrés, frappe à côté cette fois-ci de sa cible ; il en accusera probablement le coup. Encore faut-il que le Guinéen en prenne conscience pour ne lui accorder aucun crédit en 2020.
“Don Kass ”, lui, pourra se réjouir de sa longévité politique depuis au moins Lansana Conté ou Mathusalem, à coup d’opportunisme décomplexé sur le terreau de nos propres infamies civiques et humaines : ethnocentrisme, inimitié gratuite, impunité, inconséquence, corruption, loyauté aux politicards. Et l’ex-argentier national, en insaisissable Arsène Lupin, continuera à rouler sa bosse de plus belle, se goinfrant davantage de l’argent public, pis se croyant élu de Dieu, sa prétendue baraka narguant notre intelligence. Le naturel revient inopportunément au galop tant que les fâcheuses habitudes citoyennes perdurent.

La morale de l’histoire est que l’incurie citoyenne génère la boulimie du pouvoir qui porte au suicide politique, sans même besoin d’assiéger outre — mesure dans sa mégalomanie le satrape. De son propre chef, ce dernier s’élèvera naturellement jusqu’au degré zéro de sa perdition ; sans perspective réelle de changement des conditions du peuple. Tels Pharaon ; Bokassa ; Néron ; l’Amérique de Trump ; ces archétypes facticement vertueux, tombés en loques d’eux mêmes. Et ceci n’est pas nouveau en politique !

P.-S. — Je publie prochainement aux éditions Edilivre mon premier ouvrage -Un Exil québécois ou les tribulations d’un immigrant au Canada.

Cet article ainsi que plusieurs autres de mes écrits sont consultables sur ma page Facebook, L’amphigouri de Oury, au lien suivant : https://www.facebook.com/www.lamphigourideoury/


Oury Baldé

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.