chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Collectif des avocats des victimes des massacres du 28 septembre 2009

Date de publication:2018-06-06 16:09:52

2018-06-06 15:51:49

 

Déclaration n°001

Le Collectif des avocats des victimes des massacres du 28 septembre 2009 salue la mise en place du Comité de pilotage pour la tenue du procès dans l’affaire du 28 septembre 2009 sous l’égide de Son Excellence Monsieur le Ministre de la Justice. Depuis 2010, le Collectif des avocats, avec l’appui financier de l’Union Européenne, a assisté environ quatre cent (400) victimes et déposé une vingtaine de demandes d’actes auprès du pool des juges d’Instruction en charge du dossier.

En dépit de cette volonté affichée, le Collectif des Avocats exprime un certain nombre de préoccupations.

Tout d’abord, nous tenons à un procès juste, équitable et inclusif dans lequel tous les accusés seront appelés à comparaître, notamment le Capitaine Moussa Dadis Camara et le Général Sékouba Konaté.

Ensuite, le collectif réitère son attachement à la qualification des événements du 28 septembre 2009 et les jours qui ont suivi en crimes contre l’humanité, comme le spécifie la Commission Internationale d’Enquête des Nations Unies (ONU) dans son rapport en date du 17 décembre 2009. Il tient à rappeler que la Cour Pénale Internationale (CPI) suit attentivement cette affaire qui est d’ailleurs en examen préliminaire depuis octobre 2010, au titre de crimes contre l’humanité qui relèvent de sa compétence.

Enfin, le Collectif des avocats salue l’assistance financière aux victimes par l’Union Européenne et autres institutions. Toutefois, au vu des souffrances de certaines victimes, le Collectif souligne l’urgence qu’il y a de nos jours d’allouer une assistance supplémentaire aux victimes pour des soins médicaux et des moyens de subsistance.

Nous estimons que la tenue d’un procès équitable dans cette affaire contribue à la lutte contre l’impunité, favorise la réconciliation nationale et participe au respect du principe de complémentarité consacré par le Statut de Rome  portant création de la Cour Pénale Internationale (CPI).

Conakry, le 06 juin 2018                                                        

LE COLLECTIF

Maitres

Bassirou Barry
Hamidou Barry
Alpha Amadou D.S. Bah
Mamadou Souaré Diop
Mouminy  Diallo

Morlus  Sylla
Séréba Mory Kanté
Docteur Thierno Souleymane Barry
Thierno  Ousmane Tall

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.