chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Guinée : à la recherche d'énergie

Date de publication:2008-01-16 02:50:10

Du 08 au 10 janvier dernier, s’est tenue à Conakry la cinquième session extraordinaire du conseil des ministres de l’Organisation pour la Mise en Valeur du fleuve Gambie (OMVG). Il s’agissait au cours de cette rencontre d’examiner les modalités d’intégration du barrage Kaléta en Guinée et la clé des répartitions des coûts et bénéfices du projet entre les quatre pays membres : la Guinée, la Guinée Bissau, la Gambie et le Sénégal. .

Dans son discours, le secrétaire exécutif de l’OMVG, Soures Sambu a longuement parlé de l’impact de ce projet dans le cadre du développement et de l’intégration de la sous région Ouest africaine.

D’un coût global de 875 M£, ce programme d’énergie de l’OMVG est composé des comme suit :

  • Le barrage hydroélectrique de Sambagalou au Sénégal, de 128MW de puissance installée, produisant 402 GWh/an, pour un cout estimé à 292 M£.
  • Le barrage hydroélectrique de Kaléta en Guinée, de 240 MW de puissance installée, produisant 946 GWh/an, pour un coût estimé à 178 M£.
  • La ligne d’interconnexion des quatre réseaux électriques nationaux, de 1677 Km. De longueur à 225 kV, pour un coût estimé à 387 M£.
.

La mise en service des ouvrages prévue en 2012, les experts soulignent qu’avec ce projet 25% de la demande totale en électricité des quatre pays membres de l’OMVG seront comblés. .

Le premier ministre guinéen Lansana Kouyaté qui a présidé la rencontre a exhorté les participants à travailler de sorte que ce projet, au-delà des besoins d’énergie puisse être un véritable facteur d’intégration pour la sous région. A noter que les principaux bailleurs de fonds de ce projet ont tous réitéré leur engagement d’accompagner les pays concernés dans réalisation de ce projet. Il s’agit notamment de la Banque Mondial, la Banque Africaine de développement, , l’Union européenne, les Fonds Arabo-Islamiques et la Banque Islamique de Développement. .

En attendant, le nœud gordien pour le démarrage des travaux reste le payement des cotisations dévolues à chaque pays membre. .

Ahmadou I Diallo .

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.