chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Commandant Moussa KEITA,

Date de publication:2009-08-09 20:41:10

2009-08-09 22:38:37

Et ce qui devait arriver, arriva !!!! En effet, voilà ce que tout un peuple redoutait. Le retour des vieux démons au sein de la classe dirigeante du pays. Nous nous retrouvons exactement dans le contexte et dans le ventre moue du régime de Conté, dans sa phase la plus critique. 

Si une semaine après la prise du pouvoir de la junte, un matin du Mardi 23 Décembre 2008, le CNDD et son Président avaient une petite idée de ce qui devait être fait pour amorcer un processus de redressement de la situation globale du pays, avec les différentes actions que nous n’allons pas encore énumérer ici, de nos jours, force est de constater que le CNDD et sont Président sont totalement perdus dans la gestion de cette transition. 
 
Du temps du Général Conté, on avait bien entendu l’indifférence et le laisser faire complice du Président, exactement comme le fait actuellement Dadis. Nous avions Fodé Bangoura qui faisait sa loi, tout comme Moussa Keita aujourd’hui. Nous avions Ousmane Conté qui se prenait pour le justicier de la ville, comme le Ministre Tchégboro actuellement. Nous avions M’Bemba Bangoura qui se prenait pour le Président de Conakry, exactement à l’image de DIOP aujourd’hui. Nous avions Mamadou Sylla et Diallo Sadakadji qui se disaient les hommes d’affaires envoyés de dieu pour gérer les affaires publiques du pays, à l’image de KPC et El Hadj Mamadou Saliou Kènièko qui obtiennent aujourd’hui, les faveurs du CNDD et de son Président. Et pour finir, nous avions un Kouyaté qui était tout aussi insignifiant à son poste que Komara aujourd’hui.
 
Et on se souvient comment ont fini les gens de Conté. 
 
Je tiens quand même à préciser que toutes les personnes citées du temps de Conté ne se sont pas forcément retrouvées aux affaires en même temps, mais le principe reste le même.
 
Voilà ce que nous vivons, mes chers compatriotes. Nous avons tendance à croire, très naïvement, je dois l’avouer, que depuis les évènements de Janvier et Février 2007, les choses ne seront plus comme avant. Mais on se rend bien compte que c’est tout simplement pire qu’avant.
 
Mais on se rend aussi compte que parmi les purs et durs du CNDD, le Commandant Moussa KEITA, secrétaire Permanent de CNDD veut vraiment montrer que c’est lui le patron du CNDD et non Dadis. On se souvient de toutes ses sorties qui entraînent à chaque fois une riposte dure de Dadis envers la classe politique. C’est en effet suite à la rencontre du Secrétaire Permanent du CNDD avec les Forces Vives que le Président Dadis a menacé de se présenter aux élections. Ensuite on a suivit les différentes sorties du Commandant notamment celle de N’Zérékoré avec le fameux « Dadis ou la mort » que le Président du CNDD a jugé comme ayant été une simple incompréhension. Enfin, Moussa Keita motive et encourage, par ses déclarations, la dissidence au sein des Forces Vives pilotée par Kouyaté, afin de montrer qu’il y a deux blocs dans le pays.
 
L’opinion est donc en droit de savoir si le Secrétaire Permanent du CNDD agit par sa propre initiative ou bien il est simplement l’envoyé de son Président. On constate dans tous les cas que le Président Dadis parle de moins en moins pour ne pas trop se compromettre. Mais il faut qu’il sache que Moussa Keita agit en sa défaveur et risque sérieusement de compromettre la transition tant dans le respect du chronogramme que dans la stabilité du pays.
 
Quand le Secrétaire Permanent du CNDD dit que « les élections n’ont jamais rien réglé en Afrique » ou encore « il ne sert à rien d’organiser des élections le Lundi pour faire un coup d’Etat le Mardi », on se demande si cela n’est pas un désaveu pour son Président.
 
Par ses déclarations, peut on se dire qu’il y a un groupe au sein du CNDD qui veut partir et un autre qui ne veut pas partir ?
 
Dans ces conditions, on peut se dire que le Président du CNDD soutient plus le groupe qui ne veut pas partir et envoie des signes pour tâter le pouls et tester la situation. Malheureusement, les déclarations de Dadis lui ont mis la corde au coup et maintenant il n’a plus la possibilité de faire machine arrière.
 
La situation est donc claire. Toute la responsabilité du respect du chronogramme et donc de la tenue des élections en 2009 lui incombe. Le Capitaine Moussa Dadis CAMARA est le seul et unique responsable de la tenue ou non d’élections en 2009.
 
Par conséquent il lui revient de plein droit de prendre toutes les dispositions utiles pour lier les actes à la parole pour que l’opinion voit la volonté politique effective pour le respect du chronogramme.
 
Pour se faire, il est essentiel de faire clairement comprendre au Secrétaire Permanent du CNDD que ses sorties intempestives ne servent à rien et que le chronogramme sera respecté à la lettre.
 
C’est seulement en ce moment que l’opinion saura qui de Dadis ou de Moussa Keita est le vrai patron du CNDD.
 
Moi, je pense que c’est Dadis qui est le Président. Mais il se pourrait bien que je me trompe.
 
El Dadis, tu as déjà perdu ta popularité auprès de tes concitoyens. Si en plus de cela l’opinion pense que tu perds ton autorité au sein du CNDD, les choses vont vraiment se compliquer.
 
Que le ciel te donne toute la force de respecter le Chronogramme et atténue les velléités des vieux démons.

Conakry, le Mardi 4 Août 2009 

 
Mamadou BARRY,
Analyste Financier,

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.     

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.