chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Les « conclusions » de la commission ad hoc : report et inversement de l’ordre des élections

Date de publication:2009-08-17 13:23:45

2009-08-17 15:17:18 

Ce week end, le fameux Comité ad hoc, accouché par Rabiatou Diallo et Jean Marie Doré et qui ne devrait plus être en vie depuis fin juillet 2009, a présenté son bilan et fait ses propositions au sujet des prochaines échéances électorales :

- Le 31 janvier 2010 pour le premier tour des élections présidentielles
 
- Le 14 février 2010 pour le deuxième tour des élections présidentielles
 
- Le 26 mars 2010 pour les élections législatives. 

On dit que les forces vives doivent en débattre ce lundi 17 août 2009 avant qu’elles ne « soient soumises à l’approbation du CNDD et de son président Dadis».

Et comme pour empêcher les forces vives de se concerter et perettre à Rabiatou et Jean Marie Doré de faire comme l'autre fois, Dadis les convoque hier dimanche (16.08.09) pour se retrouver à la même date, c'est à dire aujourd'hui 17.08.09, pour en discuter avec le CNDD. 

Qui veut tromper qui dans cette affaire ? Ce programme contraire aux propositions des forces vives elles-mêmes adoptées après beaucoup de rencontres et de débats, est directement dicté par Moussa Dadis en personne.
 
Rappel :
 
il y a moins de 3 semaines, ces mêmes forces vives concluaient que le 1er scrutin, les élections législatives, est possible le 14 ou le 21 novembre 2009. Le 5 août, la CENI a promis qu'elle va examiner cette proposition et s'y prononcer à la rencontre suivante.
 
Cependant, à la réunion des Forces vives du 4 août, Jean Marie Doré avait dévoilé ce que Dadis aurait envi de faire et qui sera « confirmé officiellement dans les prochains jours », selon ses propres termes : désormais, c'est seulement les présidentielles qui seront organisées.
 
Ces propos de Jean Marie Doré soulèveront de vives réactions de la part des présents à cette réunion, allant jusqu’à mettre le vieux Doré en doute quant à ses manigances lui et ses complices Rabiatou et Dadis. Les forces vives préconisaient d'abord les législatives afin d'éviter que l'exécutif ne confisque après tout le pouvoir et favoriser ainsi une nouvelle dictature en Guinée. Si Dadis n’est pas candidat et ne veut pas mettre son candidat à sa place en sabotant la démocratie, pourquoi favoriserait-il une telle situation ? 

« Nous voulons un vrai changement ! ». C’est avec ce slogan que Rabiatou et Fofana avaient séduit les Guinéens et le monde entier. Assisté du vieux Doré, on leur a confié la tête des forces vives regroupant toutes les organisations de la société civile et tous les partis politiques. On a vu de quoi ils sont capables : trahir le peuple de Guinée et le groupe de contact international. Quel a été le prix qu’ils ont encaissé pour un acte aussi grave de conséquence qui restera éternel dans l’Histoire de la Guinée ?

Que valent les autres membres de ces forces vives guinéennes ? C'est la question que les Guinéens et les diplomates se posent maintenant. 

 
Namory Condé

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.