chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

La technique du « pouss-poussat » et la Guinée

Date de publication:2009-08-19 18:35:39

2009-08-19 20:34:26

Il est vrai que la Guinée est un pays voisin du Sénégal, mais les guinéens ne doivent certainement pas connaître la « technique du pousse-poussat ». 

Celle-ci a été inventée au Sénégal par un monsieur, le père de l’autre qui affirme haut et fort, qu’il veut aller aux élections sinon, il y aura une guerre civile dans son pays bien aimé.
En quoi consiste cette technique ? Je vous la décris.
 
La base de cette technique est «  la promesse, encore la promesse et toujours la promesse ».
Vous réunissez les «  forces vives » et la communauté internationale et vous leur dites : « Nous allons aux élections dans 4 mois ».
Conséquences :
 
1°) La communauté internationale est contente de vous. De l’argent vous est avancé pour l’organisation des élections et tous les partenaires sont invités à plonger profondément les mains dans les poches pour vous couvrir de sous. Vous voyagez et partout vous êtes accueilli comme un grand défenseur de la démocratie. Partout, vous promettez aux grands bailleurs, des marchés fabuleux si vous gagnez les élections. Mais, vous ne pensez pas pouvoir les gagner si vous ne recevez pas un tout petit coup de pouce financier de leur part. Boké ? Sans problème, c’est à vous ! Fria ? N’ayez aucune crainte… Tougué, Siguiri ? Mais je vous dis, n’ayez aucune crainte, tous ces marchés seront à vous, mais il faut que je gagne les élections et pour cela, j’ai besoin de sous. Vous ramassez tous les sous et vous continuez à dérouler la technique du «  pousse- poussat ».
 
2°) l’opposition vous oublie pendant 4 mois et  vous pouvez mettre en branle tranquillement toute une batterie de magouilles nationales et internationales. L’opposition s’essouffle dans une campagne électorale avec le peu de moyen qu’elle dispose. Les dissensions naissent au sein des coalitions. Les transhumances commencent à se développer.
 
3°) A la veille des élections, vous constatez un tremblement de terre à Koumbia qui nécessite absolument le report des élections de 8 mois. Vous faites un appel de fonds nationaux et internationaux pour venir en aide aux sinistrés de Gaoual. Le chef de parti d’opposition qui ne participe pas à cette collecte patriotique nationale devient un « traite » à la Nation.
 
4°) Vous continuez à répondre par un « non » catégorique à l’appel désespéré du peuple pour votre participation aux élections. Vous êtes un chef populiste aimé dans tous les bas-fonds du pays. Dans tous les baptêmes, mariages et décès dans le Fouta, les marabouts lisent le Coran pour vous. Les « amiiiiiiiiiiiiiiinas » arrivent chez Dieu plus vite qu’il n’arrive à les recevoir : Dadissou Akbar explose dans le reste de la Guinée. Tous les « topos » des guinéens n’ont plus qu’une seule finalité, comment approcher le boy du cousin de la femme du garde de corps de Dadissou Akbar. Vous regardez la misère de la «  condition humaine » et vous vous dites «  mais ces gens là ne valent pas mieux que moi ! Le « peuple » a peut-être raison : je devrais me présenter à ces élections !
 
5°) vous décidez alors de vous présenter et c’est là que finit le « pousse » et qu’intervient le « poussat ».
 
6°) Qu’est ce le « Poussat » : c’est un nouveau report des élections : Vous constatez qu’une vilaine pluie a fait tomber 3 cases à Kissidougou et vous déclarez toute la zone forestière sinistrée : il faut donc absolument reporter les élections de 6 mois.
Vous reportez chaque élection car vous avez le soutien de votre père, de la France, de la Libye, du Burkina, de 75 partis politiques et de 350 associations de la société civile.
A force de reporter, vous gagner en puissance et l’opposition se traîne sur les genoux. Votre non catégorique devient un pourquoi pas et finit dans un triomphal «  je participe aux élections !»
 
Nous sommes arrivés en 2012, le peuple est fatigué mais content, l’opposition a transhumé, vous avez l’argent, le pouvoir et l’armée, vous gagnez les élections au premier tour.
Vive la technique du « Pousse-Poussat ».
 
La technique du « Pousse-Poussat » c’est aussi une combine à la malienne : On contacte en douce les chefs de partis et on leur dit : «  j’organise des élections transparentes mais vous vous engagez à ne pas me poursuivre quand vous gagnerez. Vous me filez des sous et me trouvez un poste dans un organisme international. De mon coté je protège votre futur pouvoir conte tout coup d’état. Aux prochaines élections, je me présente et vous me rendez le pouvoir. Allez, signez !
 
Mais, comme Luther, faisons un rêve éveillé de fou :
 
Je rêve d’un Grand Moussa disant à la Guinée : « j’organise des élections libres et démocratiques. Je respecte la séparation des pouvoirs. Je remets en liberté tous ceux que j’ai enfermés de par ma seule décision. J’accepte de me soumettre et de soumettre mon entourage à toute enquête sur des crimes présumés dont j’en serai auteur ou complice. Je ne boirai plus que de l’eau et ne fumerai plus de joints. Je retourne dans ma station et reprends mes magouilles avec Total.
 
Ce rêve en lui-même sera considéré comme un crime par Total et le père de…
Ou bien ?
 
El Hadj Hamidou Diallo

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.