chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

REFAIRE LA GUINEE

Date de publication:2009-08-20 23:24:23

2009-08-21 01:22:52

Je voudrais comme je l'ai souvent mentionné dans mes articles précédents, à travers ce texte, révéler des blessures de l'âme, mais aussi et surtout, intimer mes chers compatriotes que vous êtes, à se libérer du ressentiment collectif provoqué par certaines périodes de l'histoire de notre Guinée que nous avons en commun. 

Dans cette tentative de réconciliation, je cherche à aider chacun de nous à sortir de son monde de souffrance et à découvrir un univers de lumière auquel nous avons le droit d'accéder.
 
Si un bilan devait être dressé de ces dernières années nul doute, les historiens du passé et du présent en attesteront certainement, que la question de la haine à tord ou à raison, occuperait une place centrale dans les sujets les plus marquants de la période que nous traversons en Guinée. Tout semble à l’œuvre un peu partout chez nos compatriotes, surtout ceux qu'on appelle affectueusement des intellos à ramener à une  brève échéance vers une sorte d’accélération de l’histoire qui se manifeste par des signes aussi éloquents que la préférence de soi, de ses frères, de son ami, de son ethnie ...
 
Chers compatriotes, et si nous mettions au défi de nous entraider à retrouver la joie de vivre ?  A mieux nous comprendre, à propager la paix, à nous soutenir, à nous unir, à nous défaire de la haine, bref à nous pardonner pour l'amour de la Guinée!
Pour que nous puissions dire, dans la responsabilité et la capacité, à l'autre, au groupe, à son voisin, à l'assassin de son père : " je te libère de mon mal ", ce qui, pour Dieu est le vrai pardon et que je souhaiterais ardemment être le PARDON TOTAL pour les guinéens Si cela doit passer par l'organisation même des " JOURNEES NATIONALES DE PARDON " pourquoi pas!, au lieu de nous accrocher à nos esprits revanchards.
 
Les vengeances châtient mais n’éliminent pas les fautes.
Dans les événements de la vie où les gens nous blessent, ou du moins nous croyons qu'ils le font, nous réagissons en contrepartie comme si nous étions des victimes. Notre culpabilité et notre haine envers nous-mêmes se traduisent carrément en émotions profondément réprimées.
 
Je sais pertinemment que le pardon n’est pas toujours instantané. Quand des parents innocents ont été maltraités ou tués, la plupart d’entre nous ne pensent pas d’emblée au pardon. Notre réaction naturelle est la colère. Nous pouvons même nous sentir le droit de « rendre la pareille » à quiconque nous fait du tort, à nous ou à notre famille.
 
La Toute Puissance de Dieu est miséricorde et pardon, car Dieu a souffert et souffre avec nous et pour nous. Pardonner n’est pas ignorer mais transformer le monde et Dieu nous demande de l’aider à transformer le monde.
En pardonnant à l'autre, nous nous affranchissons de ce mal mais nous aidons aussi l'autre à se libérer. Il n’est un secret pour personne qu’à certaines étapes de l’histoire de la Guinée , il y’a eu des exactions.
 
La prise de conscience de ce ressentiment collectif qui nous gouverne représente le premier pas de notre libération individuelle puis de celle du groupe familial et social auquel nous appartenons. Ce qui à mon avis est un grand pas dans la démarche vers une vie plus libre où la souffrance n'est plus la référence ultime.  
Le pardon total, est quelque chose dont nous avons tous besoin si nous voulons évoluer en tant qu'être humains mais aussi et surtout en tant que fruits d'un même arbre, du moins plus que nous ne le faisons maintenant.  
La vengeance est souvent comme mordre un chien parce que le chien vous a mordu, alors que le pardon est quelque chose que l'on fait avant tout pour soi-même et qui libère les gens d'être consciemment une victime.
Nous ne pardonnons pas pour ceux que nous pardonnons. D'ailleurs, les personnes que nous pardonnons ne ressentent pas notre énergie, seul nous pouvons la ressentir, mais faisons un sacrifice pour sauver la Guinée , surtout que la majorité des bourreaux comme on aime les appeler ont rejoint leur victimes.
Laissons les soins à Allah de faire la part des choses. Dieu sait ce que nous ne savons pas et voit ce que nous ne voyons pas. Toutes les épreuves et toutes les expériences que nous avons traversées sont nécessaires à notre salut.
Je m'oppose à la vengeance parce qu’elle semble produire le bien, le bien qui en résulte n'est que transitoire, tandis que le mal produit est permanent. Celui qui se venge n'a jamais fait revenir la victime mais n'aura fait que rallonger la chaine de victimes
 
Chers frères et sœurs de Guinée, je voudrais très humblement avec une prière au cœur m’associer à ceux qui l’ont évoqué avant moi, pour vous appeler au PARDON
Sachez que tous les guinéens ont eu le cœur brisé par tout ce qui s’est produit. Nous sommes remplis de chagrin pour tous nos parents que nous avons aimés et que nous continuons à aimer. Nous savons qu’il y a eu beaucoup de jours pénibles qui ont caractérisé les familles qui ont perdu des proches, c’est pourquoi, tandis que nous nous efforçons tous de reconstruire notre nation, je vous exhorte à mettre notre espoir et notre confiance dans le Dieu qui apporte tout réconfort.
La plupart d’entre nous ont besoin de temps pour surmonter la douleur et la perte de proches. Nous pouvons trouver toutes sortes de raisons de remettre le pardon à plus tard. Une de ces raisons, c’est de vouloir attendre, pour lui pardonner, que celui qui a mal agi se repente.
Nous sommes des âmes en représentation sur terre.
Au fil du temps, nous avons revêtu des "costumes ", de haute personnalité et avons joué la vie sur terre. Mais toutes ces scènes ont laissé des traces, créant un fardeau bien lourd à porter.
Au fil du temps, nous avons agi en fonction des autres, en faveur des uns et contre les autres.
Au fil du temps, nous avons souffert et fait souffrir... 
Au fil du temps, nous avons été forts, méchants, cupides, aimables, optimistes, gentils, généreux, faibles, sournois, francs, détestables, heureux, malheureux etc....
Aujourd’hui, il est temps, de pardonner, de se pardonner et surtout s'efforcer à oublier et avancer
 
Nous souffrons tous de ce que nous infligent des expériences qui semblent n’avoir ni rime ni raison. Nous ne pouvons ni les comprendre ni les expliquer. Nous ne saurons sans doute jamais dans cette vie pourquoi certaines choses se produisent. Mais parce qu’elles se sont produites et qu'on les a subi et supporté malgré nous, il faut qu'il arrive un moment où on se donne la force de les dépasser. Dieu seul connaît la raison de certaines de nos souffrances.
 
Si nous pouvons éprouver du pardon pour ceux qui nous ont fait du tort, nous nous élèverons à un plus haut niveau d’estime de nous-mêmes et de bien-être. L’unique satisfaction qu'on tire de la vengeance, si satisfaction il y a, ne dure qu'un moment alors que celle que nous donne la clémence est éternelle.
 
Le Dr Sidney Simon, a donné une excellente définition du pardon appliqué aux rapports humains : « Pardonner, c’est libérer et consacrer à un meilleur usage l’énergie précédemment dépensée à entretenir des rancœurs, à nourrir des ressentiments et à entretenir des blessures non guéries. C’est redécouvrir les forces que nous avons toujours eues et réimplanter notre capacité illimitée de comprendre et d’accepter les autres et nous-mêmes »
 
Abass Pablo BANGOURA

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.