chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Conférence de presse : plus que jamais rassuré de rester au pouvoir, Dadis s’attaque à tous !

Date de publication:2009-08-20 23:34:15

2009-08-21 01:28:27 

« Si je me présente candidat aux élections qui peut m’en empêcher ? Je suis Guinéen aussi…»

Il était 14 heures ce mercredi 19 août quand le capitaine Moussa Dadis Camara, accompagné des membres du CNDD et du gouvernement est dans l’enceinte de la case de Belle-vue. Lieu retenu pour cet autre point de presse. D’entrée, sur une question portant sur les audits de la gestion des anciens ministres, le président Dadis dit avoir hésité en attendant de connaître l’avis du peuple de Guinée. 

Dadis semble être déjà en campagne électorale contre ceux qui refusent d’être opposants à son régime malgré ses carences et ses multiples abus : il classe les opposants en deux groupes : ceux qui ont les mains sales et ceux qui ont dépassé l’âge. « Bien fait pour eux ! », disent les Guinéens en majorité aujourd’hui. 
 
« J’avais pris cette décision pour extirper de nos rangs ceux qui ont pillé les richesses de cette nation depuis le début du régime de Lansana Conté jusqu’à l’arrivée du CNDD au pouvoir. Au-delà même de ces audits, j’avais décidé de faire des enquêtes au tour des tueries qui se sont produites lors des évènements de janvier- février 2007. Malheureusement, les leaders des partis politiques ont commencé à dire que ce travail ne me revient pas. Eux, leur préoccupation, c’est les élections. Or, nombreux parmi eux ont des mains sales. Ils ont contribué au coulage économique du pays. Encore que tous les partis sont battis à base ethniques ou régionalistes » a lancé le Capitaine Dadis dans un ton sévère.
 
Parlant de l’insécurité, le chef du CNDD, Moussa Dadis Camara, dit être en train de mettre toute une batterie de mesures pour endiguer le fléau. D’ailleurs, il compte aller jusqu’à la base, c'est-à-dire dans les quartiers, à la rencontre des chefs de quartier afin de les responsabiliser. « Nous sommes entrain de préparer une patrouille farouche contre ceux qui sèment la terreur dans la ville de Conakry et à l’intérieur du pays » annonce Dadis, oubliant que c’est bien ceux qui font ces patrouilles qui sèment aujourd’hui la terreur en Guinée.
 
Quant à l’épineux problème d’eau et d’électricité qui tenaille toujours la vie des habitants de Conakry, Dadis ne dira rien de nouveau, sinon que de lancer ‘’ nous sommes à pieds d’œuvre’’.
 
Par rapport au report des élections en 2010, le chef de la junte dit n’en n’être pour rien :
 
« C’est le comité ad hoc qui a étudié la faisabilité de la tenue ou non des élections qui a trouvé que c’est impossible de faire des élections en 2009 ».
 
Quant à sa candidature aux élections présidentielles, l’irréaliste Moussa répond :
 
« Si le peuple qui m’a vu prendre le pouvoir sans effusion de sang me demande de me présenter…. Je peux même dire que je suis candidat. La cour internationale ne pourra pas me juger, la communauté internationale ne pourra pas me juger. Le président mauritanien s’est fait élire après avoir renversé un président démocratiquement élu…».
 
Dadis poursuit : « Qui a une dette sur moi ? Ou bien moi je ne suis pas un guinéen? Je n’ai pas commis de crime. Ou bien les militaires eux ne sont pas guinéens ? Ou bien ils sont tombés du ciel ? J’ai ma citoyenneté. Je dois jouir de mes droits et de tous mes droits. Puisque je n’ai pas commis de crime, si je me présente qui va m’en empêcher ? ».
 
Par ailleurs, pour Dadis, les leaders qui ne veulent pas que les élections soient repoussées ont peur parce qu’ils sont frappés par l’âge. Et si Kouyaté, Bah Ousmane et autres soi-disant leaders politiques qui rejetaient la tenue rapide des élections étaient hier des amis de Dadis, ce dernier n’hésite plus à leur lancer :
 
« Ceux qui ne veulent pas aller aux élections par ce que n'ayant pas de base, n'ont qu'a quitter le pays » ! 

« Quand on voit la teneur de forestiers dans son gouvernement et des postes stratégiques qu’ils occupent, je me demande comment Dadis peut-il qualifier les autres d’ethnos ? Les opposants guinéens ont définitivement perdu la face et leur crédibilité. Après 30 ans de combat politique pour certains, ils ont simplement baissé les bras devant un petit soldat qui n’aurait point pu résister comme Lansana Conté. Même mort, Dadis a peur de Lansana Conté et le respecte. Ceux qui ont fait tête à ce dernier se sont prosternés devant Dadis, croyant qu’il va leur donner le fauteuil. Bah Mamadou les avait bien avertis. Ils ont ce qu’ils méritent enfin. Le pouvoir ne s’obtient pas sans combat, même dans les grandes démocraties. Les opposants guinéens doivent peut-être aller encore à l’école. »,

dit un étudiant, choqué par les propos du nouveau dictateur guinéen qui vient d’être intronisé par les Forces Vives qu'il accuse même de "crime contre l’humanité pour avoir empêché des enquêtes sur les massacres de février 2007".

 
Lamine Soumah

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.