chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Dadis partira et le peuple gagnera

Date de publication:2009-08-22 20:55:20

2009-08-22 22:53:28

De toutes les façons, Dadis va vers un blocage

Cet individu est intellectuellement insuffisant.

Son éducation qui lui confère un langage ordurier ne sied pas dans une communauté d’hommes civilisés.

La «  forétisation » de l’armée et de l’administration ne pourra pas placer 7% de la population au dessus de toute la Guinée. 

L’administration est mal gérée.

La Guinée traverse une conjoncture internationale extrêmement difficile : Même si Dadis était le plus grand économiste du Monde, il aurait eu du mal à redresser ce peuple qui est habitué à ne travailler que dans l’inorganisation, les magouilles, les topos maffieux…

Si Dadis est roublard, il aura en face de lui au moins 5 millions de roublards expérimentés. Le petit pompiste n’a donc aucune chance de s’en sortir devant ces caïmans.

Dadis aurait pu s’en sortir s’il avait dit à ces caïmans : « les gars, aidez moi à vous aider. Asseyons nous et causons à peu pré honnêtement ». Et même avec ça !

Mais avez vous vu quelqu’un dans ce monde pouvant rouler un guinéen ? Comment un petit soldat à peine sorti de son bois sacré, veut il embastiller tout un peuple au bout de sa baïonnette et dormir du sommeil du juste ?

Dadis ne dort plus. Il a peur de son ombre. Il surveille ses aliments. Mais le pauvre, pour éviter à la Guinée, une guerre civile, il devra débarrasser le plancher d’une façon ou d’une autre.

Où sont Sékou Touré et ses descendants ? Où sont Conté et ses descendants ?

Eux au moins, ont préservé leur ethnie, leur race et leur région. Qu’en est il de Dadis ?

« Après moi le déluge » ou «  là où je passe, l’herbe ne pousse plus ».

Le peuple est il le grand perdant ? Non, il est toujours là et les autres sont tous partis. Ceux qui ne sont pas encore partis, font tout leur possible pour être aidés à être mis dehors comme les mal propres qu’ils sont et resteront jusqu’à leur mort. Cela ne dépend que de NOUS, le peuple. Nous nous amusons de ce pompiste pyromane et des siens. Quand nous en aurons assez, il subira la rigueur de notre courroux.

Un an de pouvoir du forestier a causé plus de dégâts que 52 ans de pouvoir des deux autres dictateurs réunis.

Ce qui est donc sûr est qu’il partira. Ce qui est dommage est qu’il disparaîtra en mettant en danger sa famille mais aussi son clan, sa tribut, et son ethnie.

Si chaque guinéen ne devrait voter que pour son parent, comme le préconisent les partisans de Dadis qu’en serait il ?

Il y a du travail intra ethnique à faire puis une table ronde pour déballer nos problèmes, les yeux dans les yeux.

Tant que cette thérapie nationale ne sera pas faite, nous continuerons hypocritement à nous dire que nous sommes une nation unie alors que le petit frère riche chez nous ne déteste que les autres membres pauvres de sa propre famille.

Nous sommes MECHANTS ET TRES MECHANTS MEME et nous le savons. Dieu se marre et nous envoie Touré, puis Conté et maintenant le petit pompiste.

Le jour où le guinéen cessera de prendre plaisir aux malheurs de son voisin, Dieu reviendra en Guinée.

J’ajoute pour dire que quand Dadis humilie un guinéen,  (Komora, Alpha Yaya et tant d’autres) ; personne ne doit en rire. C’est toute la Guinée qui doit en pleurer.

Je termine pour dire que si un guinéen connu pour son patriotisme, brusquement crie « Vive Dadis », ne lui jetons pas l’opprobre, soyons surtout certains qu’il subit un chantage de Dadis. Toute la nuit, ces valeureux pères de famille, ces valeureuses mères de famille, ces hauts gradés de l’armée, de la douane ou de la gendarmerie, ces hauts fonctionnaires, doivent toutes les nuits, pleurer de honte, de toutes les larmes de leur corps. Ils crient « vive Dadis », « Dadis ou la mort », parce que s’ils ne le font pas, ils seront seuls à souffrir dans les prisons de Dadis au camp maudit ou dans les îles maudites. Ils crieront et continueront à crier de plus en plus fort avec la meutes de loups de plus en plus grandissante et envahissante parce que s’ils étaient mis dans un obscur cachot, sa famille mourrait de faim et le voisin dira de lui « le maudit, au lieu de se gaver et de se taire, il a voulu faire le malin. C’est bien fait pour lui ». C’est ça la Guinée, c’est ça le guinéen, il le sait, je le sais, tu le sais, nous le savons.

Ce sont là des phrases qui vont fâcher que je vous demande de lire avec l’esprit et non avec le cœur.

Hamady Dicko

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.