chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Le Zéro ne sera pas Héro!

Date de publication:2009-08-23 17:22:42

2009-08-23 19:19:49

Comme tout soldat lâche et fanfaron, Moussa Dadis Camara attendra le cadavre de Lansana Conté pour surgir du cerveau maléfique de celui-ci afin de perpétrer un coup d’éclat contre un macabé. C’est toujours médecin après la mort avec nos fameux soori. 

Au demeurant, Dadis et Pivi ont toujours été les pivots du soutien sans faille du régime Conté en institutionnalisant l’indiscipline caractérisée au sein de garnisons (chefs de village s’appelaient-ils au camp) tout en orchestrant mutinerie après mutinerie pour arracher de force galons et rançons en leur faveur. Le parcours de Dadis est jalonné de meurtres, de rapines, de viols et de brutalités pour une cupidité et un égo démesurés.
Le sort du peuple, connaît pas et s’en fout!
 
Moussa Dadis ou l’incarnation de la mauvaise foi !
Il a dit qu’il pouvait prendre le pouvoir pour libérer le peuple du joug Contéiste s’il le voulait, mais il préféra l’humiliation que celui-ci infligeait quotidiennement à son peuple Quel patriote sans patriotisme! De qui se moque-t-il ?
 
Malgré ses propos lénifiants, Moussa Dadis est un imposteur éhonté. Il parle de bradages de nos ressources, mais il en fait autant avec ses marchés de gré à gré (KPC), ses magouilles et ses combines (Aredor). Plus que qui conque, il est issu du sérail du système Conté qui vit en lui.
 
Il nous parle de la lutte contre le tribalisme et le népotisme, mais il dit toujours ce qu’il ne fait pas et fait ce qu’il ne dit pas. Aujourd’hui, il suffit d’aller au camp Alfa Yaya pour se rendre compte de son sens de la nation. Le camp est investi par une milice tribale à la dévotion de sa cause et de son rêve d’imiter ses devanciers! Les nominations fantaisistes, à caractères népotistes, au sein du gouvernement et des garnisons militaires ne sont plus à démontrer, elles sont patentes. Il semble que cette fois ci, c’est le tour de la Forêt (alors pourquoi pas la faune?) 
 
Il nous a juré, urbi et orbi, sur les livres saints et sur la tête de ses enfants qu’il n’est point assoiffé de pouvoir, qu’il est venu pour nettoyer, remettre de l’ordre et partir dans l’honneur d’un soldat patriote. Puis, il nous apprend que sa parole n’est pas une montagne, qu’il est un caméléon insaisissable. Que ses engagements de ne pas se présenter dans les élections ne concernent que 2009 et non 2010. Qu’il relise ses premières déclarations, il sera lui-même surpris du haut degré de son incohérence! Tel Dadis, les grands jureurs sont des gros menteurs!
 
Il se glorifie de son éducation africaine traditionnelle, or il ne ratte jamais une occasion pour humilier soldats ou diplomates, hommes politiques ou avocats, officiers ou enfants d’officiers. Il a le langage de la rue et la vulgarité comme éducation. Il a le comportement d’un dément agressif. Ce manque de décorum au sommet de l’Etat n’est sied pas au chef africain digne. S’il n’était pas fou, alors la folie le menace!
 
Il nous parle des agressions rebelles ourdies par nos voisins contre notre souveraineté, en lieu et place de rebelles, il n’y avait qu’un coupeur de route (à Kounsitel) qui sera neutralisé par un simple chauffeur de taxi sans arme tandis que Dadis ne cesse de nous vanter la qualité de sa bande armée dont la proie n’est autre que les femmes, les diplomates et les magasins de riz. Poro!
 
Il nous serine qu’il n’a pas peur de la mort, mais il a plus de cent gardes du corps qui le suivent même dans les chiottes du camp. Poro! Il n’ose pas sortir du camp sans les 20 pickups remplis soldats ivres, armes de guerre au poing. Quel courage!
 
Il dit être homme du peuple, mais il a élevé le culte de sa personne comme moyen pour accéder aux postes de commandement. Si vous oubliez de le diviniser, tant pis pour vous. N’est-ce pas le juge Mamadou Sylla -nommé à la cour suprême puis révoqué- pour n’avoir pas été fervent dans le culte mosaïque? Que cet homme est complexé! Qu’il est petit et burlesque!
 
Il nous parle de la bonne gouvernance, il distribue de centaines de millions à des loubards, viocs et anciens combattants. Il tue des bœufs aux carrefours, il fait pleuvoir une pluie de billets de banques sur des femmes mareyeuses pour orchestrer et acheter sa candidature. Pendant ce temps, le camp Alfa Yaya doit près de 8 milliards à la SOBRAGUI pour l’achat de la bière. Quelle tempérance! Quelle gestion alcoolique! Il ferait mieux d’acheter l’usine, rein que pour eux.
 
En fin, il nous parle des massacres que les Forces Vives auraient omis de mentionner dans le chronogramme. Quel culot, quel cynisme! Alors la question que l’on se pose est celle de savoir qu’est-ce qu’il attend pour mettre la justice en branle pour situer les responsabilités? Nous savons, par ses propres aveux, que Dadis fait parti du contingent qui a tiré à bout portant sur la foule. Au lieu de faire une diversion, il devrait assumer et demander pardon!
 
Du héro à zéro!
Dadis peut courir, mais ne peut plus se cacher. Sa popularité fond comme neige au soleil. Tout le monde entier le voit dans sa nudité d’un petit soldat félon qui ne respecte pas sa parole. Même Conté, son modèle, doit se retourner dans sa tombe à cause de la traitrise de son fils. Je suis sûr que Conté a aidé Dadis à prendre le pouvoir, mais celui-ci va trahir celui là, si ce n’est déjà fait: en tous cas, toute la garde rapprochée de Conté est en prison, ses fils aussi!
 
Comme le crapaud qui voulait se prendre pour taureau, Dadis voulût se comparer à ATT ou à Sankara. Quel impertinent bouffon! La Guinée attendra la totale disparition physique de la soldatesque actuelle pour qu’un ATT sorte de ses rangs! N’est pas ATT qui le veut!
 
Par contre, en Dadis nous voyons, en filigrane, se dessiner les portraits sinistres de Samuel Doe et de Robert Guéï. La tragique ressemblance est évidente dans la parole et dans les actes. Les flagorneurs de la tyrannie sont en train de l’aider à allumer le feu de sa propre destruction! Amen !
 
Le zéro ne sera pas héro!
 
Dabola

Commentaires


2009-08-23 19:19:49

Comme tout soldat lâche et fanfaron, Moussa Dadis Camara attendra le cadavre de Lansana Conté pour surgir du cerveau maléfique de celui-ci afin de perpétrer un coup d’éclat contre un macabé. C’est toujours médecin après la mort avec nos fameux soori. 

Au demeurant, Dadis et Pivi ont toujours été les pivots du soutien sans faille du régime Conté en institutionnalisant l’indiscipline caractérisée au sein de garnisons (chefs de village s’appelaient-ils au camp) tout en orchestrant mutinerie après mutinerie pour arracher de force galons et rançons en leur faveur. Le parcours de Dadis est jalonné de meurtres, de rapines, de viols et de brutalités pour une cupidité et un égo démesurés.
Le sort du peuple, connaît pas et s’en fout!
 
Moussa Dadis ou l’incarnation de la mauvaise foi !
Il a dit qu’il pouvait prendre le pouvoir pour libérer le peuple du joug Contéiste s’il le voulait, mais il préféra l’humiliation que celui-ci infligeait quotidiennement à son peuple Quel patriote sans patriotisme! De qui se moque-t-il ?
 
Malgré ses propos lénifiants, Moussa Dadis est un imposteur éhonté. Il parle de bradages de nos ressources, mais il en fait autant avec ses marchés de gré à gré (KPC), ses magouilles et ses combines (Aredor). Plus que qui conque, il est issu du sérail du système Conté qui vit en lui.
 
Il nous parle de la lutte contre le tribalisme et le népotisme, mais il dit toujours ce qu’il ne fait pas et fait ce qu’il ne dit pas. Aujourd’hui, il suffit d’aller au camp Alfa Yaya pour se rendre compte de son sens de la nation. Le camp est investi par une milice tribale à la dévotion de sa cause et de son rêve d’imiter ses devanciers! Les nominations fantaisistes, à caractères népotistes, au sein du gouvernement et des garnisons militaires ne sont plus à démontrer, elles sont patentes. Il semble que cette fois ci, c’est le tour de la Forêt (alors pourquoi pas la faune?) 
 
Il nous a juré, urbi et orbi, sur les livres saints et sur la tête de ses enfants qu’il n’est point assoiffé de pouvoir, qu’il est venu pour nettoyer, remettre de l’ordre et partir dans l’honneur d’un soldat patriote. Puis, il nous apprend que sa parole n’est pas une montagne, qu’il est un caméléon insaisissable. Que ses engagements de ne pas se présenter dans les élections ne concernent que 2009 et non 2010. Qu’il relise ses premières déclarations, il sera lui-même surpris du haut degré de son incohérence! Tel Dadis, les grands jureurs sont des gros menteurs!
 
Il se glorifie de son éducation africaine traditionnelle, or il ne ratte jamais une occasion pour humilier soldats ou diplomates, hommes politiques ou avocats, officiers ou enfants d’officiers. Il a le langage de la rue et la vulgarité comme éducation. Il a le comportement d’un dément agressif. Ce manque de décorum au sommet de l’Etat n’est sied pas au chef africain digne. S’il n’était pas fou, alors la folie le menace!
 
Il nous parle des agressions rebelles ourdies par nos voisins contre notre souveraineté, en lieu et place de rebelles, il n’y avait qu’un coupeur de route (à Kounsitel) qui sera neutralisé par un simple chauffeur de taxi sans arme tandis que Dadis ne cesse de nous vanter la qualité de sa bande armée dont la proie n’est autre que les femmes, les diplomates et les magasins de riz. Poro!
 
Il nous serine qu’il n’a pas peur de la mort, mais il a plus de cent gardes du corps qui le suivent même dans les chiottes du camp. Poro! Il n’ose pas sortir du camp sans les 20 pickups remplis soldats ivres, armes de guerre au poing. Quel courage!
 
Il dit être homme du peuple, mais il a élevé le culte de sa personne comme moyen pour accéder aux postes de commandement. Si vous oubliez de le diviniser, tant pis pour vous. N’est-ce pas le juge Mamadou Sylla -nommé à la cour suprême puis révoqué- pour n’avoir pas été fervent dans le culte mosaïque? Que cet homme est complexé! Qu’il est petit et burlesque!
 
Il nous parle de la bonne gouvernance, il distribue de centaines de millions à des loubards, viocs et anciens combattants. Il tue des bœufs aux carrefours, il fait pleuvoir une pluie de billets de banques sur des femmes mareyeuses pour orchestrer et acheter sa candidature. Pendant ce temps, le camp Alfa Yaya doit près de 8 milliards à la SOBRAGUI pour l’achat de la bière. Quelle tempérance! Quelle gestion alcoolique! Il ferait mieux d’acheter l’usine, rein que pour eux.
 
En fin, il nous parle des massacres que les Forces Vives auraient omis de mentionner dans le chronogramme. Quel culot, quel cynisme! Alors la question que l’on se pose est celle de savoir qu’est-ce qu’il attend pour mettre la justice en branle pour situer les responsabilités? Nous savons, par ses propres aveux, que Dadis fait parti du contingent qui a tiré à bout portant sur la foule. Au lieu de faire une diversion, il devrait assumer et demander pardon!
 
Du héro à zéro!
Dadis peut courir, mais ne peut plus se cacher. Sa popularité fond comme neige au soleil. Tout le monde entier le voit dans sa nudité d’un petit soldat félon qui ne respecte pas sa parole. Même Conté, son modèle, doit se retourner dans sa tombe à cause de la traitrise de son fils. Je suis sûr que Conté a aidé Dadis à prendre le pouvoir, mais celui-ci va trahir celui là, si ce n’est déjà fait: en tous cas, toute la garde rapprochée de Conté est en prison, ses fils aussi!
 
Comme le crapaud qui voulait se prendre pour taureau, Dadis voulût se comparer à ATT ou à Sankara. Quel impertinent bouffon! La Guinée attendra la totale disparition physique de la soldatesque actuelle pour qu’un ATT sorte de ses rangs! N’est pas ATT qui le veut!
 
Par contre, en Dadis nous voyons, en filigrane, se dessiner les portraits sinistres de Samuel Doe et de Robert Guéï. La tragique ressemblance est évidente dans la parole et dans les actes. Les flagorneurs de la tyrannie sont en train de l’aider à allumer le feu de sa propre destruction! Amen !
 
Le zéro ne sera pas héro!
 
Dabola
2009-08-23 17:22:42 alaye

2009-08-23 19:19:49

Comme tout soldat lâche et fanfaron, Moussa Dadis Camara attendra le cadavre de Lansana Conté pour surgir du cerveau maléfique de celui-ci afin de perpétrer un coup d’éclat contre un macabé. C’est toujours médecin après la mort avec nos fameux soori. 

Au demeurant, Dadis et Pivi ont toujours été les pivots du soutien sans faille du régime Conté en institutionnalisant l’indiscipline caractérisée au sein de garnisons (chefs de village s’appelaient-ils au camp) tout en orchestrant mutinerie après mutinerie pour arracher de force galons et rançons en leur faveur. Le parcours de Dadis est jalonné de meurtres, de rapines, de viols et de brutalités pour une cupidité et un égo démesurés.
Le sort du peuple, connaît pas et s’en fout!
 
Moussa Dadis ou l’incarnation de la mauvaise foi !
Il a dit qu’il pouvait prendre le pouvoir pour libérer le peuple du joug Contéiste s’il le voulait, mais il préféra l’humiliation que celui-ci infligeait quotidiennement à son peuple Quel patriote sans patriotisme! De qui se moque-t-il ?
 
Malgré ses propos lénifiants, Moussa Dadis est un imposteur éhonté. Il parle de bradages de nos ressources, mais il en fait autant avec ses marchés de gré à gré (KPC), ses magouilles et ses combines (Aredor). Plus que qui conque, il est issu du sérail du système Conté qui vit en lui.
 
Il nous parle de la lutte contre le tribalisme et le népotisme, mais il dit toujours ce qu’il ne fait pas et fait ce qu’il ne dit pas. Aujourd’hui, il suffit d’aller au camp Alfa Yaya pour se rendre compte de son sens de la nation. Le camp est investi par une milice tribale à la dévotion de sa cause et de son rêve d’imiter ses devanciers! Les nominations fantaisistes, à caractères népotistes, au sein du gouvernement et des garnisons militaires ne sont plus à démontrer, elles sont patentes. Il semble que cette fois ci, c’est le tour de la Forêt (alors pourquoi pas la faune?) 
 
Il nous a juré, urbi et orbi, sur les livres saints et sur la tête de ses enfants qu’il n’est point assoiffé de pouvoir, qu’il est venu pour nettoyer, remettre de l’ordre et partir dans l’honneur d’un soldat patriote. Puis, il nous apprend que sa parole n’est pas une montagne, qu’il est un caméléon insaisissable. Que ses engagements de ne pas se présenter dans les élections ne concernent que 2009 et non 2010. Qu’il relise ses premières déclarations, il sera lui-même surpris du haut degré de son incohérence! Tel Dadis, les grands jureurs sont des gros menteurs!
 
Il se glorifie de son éducation africaine traditionnelle, or il ne ratte jamais une occasion pour humilier soldats ou diplomates, hommes politiques ou avocats, officiers ou enfants d’officiers. Il a le langage de la rue et la vulgarité comme éducation. Il a le comportement d’un dément agressif. Ce manque de décorum au sommet de l’Etat n’est sied pas au chef africain digne. S’il n’était pas fou, alors la folie le menace!
 
Il nous parle des agressions rebelles ourdies par nos voisins contre notre souveraineté, en lieu et place de rebelles, il n’y avait qu’un coupeur de route (à Kounsitel) qui sera neutralisé par un simple chauffeur de taxi sans arme tandis que Dadis ne cesse de nous vanter la qualité de sa bande armée dont la proie n’est autre que les femmes, les diplomates et les magasins de riz. Poro!
 
Il nous serine qu’il n’a pas peur de la mort, mais il a plus de cent gardes du corps qui le suivent même dans les chiottes du camp. Poro! Il n’ose pas sortir du camp sans les 20 pickups remplis soldats ivres, armes de guerre au poing. Quel courage!
 
Il dit être homme du peuple, mais il a élevé le culte de sa personne comme moyen pour accéder aux postes de commandement. Si vous oubliez de le diviniser, tant pis pour vous. N’est-ce pas le juge Mamadou Sylla -nommé à la cour suprême puis révoqué- pour n’avoir pas été fervent dans le culte mosaïque? Que cet homme est complexé! Qu’il est petit et burlesque!
 
Il nous parle de la bonne gouvernance, il distribue de centaines de millions à des loubards, viocs et anciens combattants. Il tue des bœufs aux carrefours, il fait pleuvoir une pluie de billets de banques sur des femmes mareyeuses pour orchestrer et acheter sa candidature. Pendant ce temps, le camp Alfa Yaya doit près de 8 milliards à la SOBRAGUI pour l’achat de la bière. Quelle tempérance! Quelle gestion alcoolique! Il ferait mieux d’acheter l’usine, rein que pour eux.
 
En fin, il nous parle des massacres que les Forces Vives auraient omis de mentionner dans le chronogramme. Quel culot, quel cynisme! Alors la question que l’on se pose est celle de savoir qu’est-ce qu’il attend pour mettre la justice en branle pour situer les responsabilités? Nous savons, par ses propres aveux, que Dadis fait parti du contingent qui a tiré à bout portant sur la foule. Au lieu de faire une diversion, il devrait assumer et demander pardon!
 
Du héro à zéro!
Dadis peut courir, mais ne peut plus se cacher. Sa popularité fond comme neige au soleil. Tout le monde entier le voit dans sa nudité d’un petit soldat félon qui ne respecte pas sa parole. Même Conté, son modèle, doit se retourner dans sa tombe à cause de la traitrise de son fils. Je suis sûr que Conté a aidé Dadis à prendre le pouvoir, mais celui-ci va trahir celui là, si ce n’est déjà fait: en tous cas, toute la garde rapprochée de Conté est en prison, ses fils aussi!
 
Comme le crapaud qui voulait se prendre pour taureau, Dadis voulût se comparer à ATT ou à Sankara. Quel impertinent bouffon! La Guinée attendra la totale disparition physique de la soldatesque actuelle pour qu’un ATT sorte de ses rangs! N’est pas ATT qui le veut!
 
Par contre, en Dadis nous voyons, en filigrane, se dessiner les portraits sinistres de Samuel Doe et de Robert Guéï. La tragique ressemblance est évidente dans la parole et dans les actes. Les flagorneurs de la tyrannie sont en train de l’aider à allumer le feu de sa propre destruction! Amen !
 
Le zéro ne sera pas héro!
 
Dabola
2009-08-23 17:22:42 Thierno A DIALLO

2009-08-23 19:19:49

Comme tout soldat lâche et fanfaron, Moussa Dadis Camara attendra le cadavre de Lansana Conté pour surgir du cerveau maléfique de celui-ci afin de perpétrer un coup d’éclat contre un macabé. C’est toujours médecin après la mort avec nos fameux soori. 

Au demeurant, Dadis et Pivi ont toujours été les pivots du soutien sans faille du régime Conté en institutionnalisant l’indiscipline caractérisée au sein de garnisons (chefs de village s’appelaient-ils au camp) tout en orchestrant mutinerie après mutinerie pour arracher de force galons et rançons en leur faveur. Le parcours de Dadis est jalonné de meurtres, de rapines, de viols et de brutalités pour une cupidité et un égo démesurés.
Le sort du peuple, connaît pas et s’en fout!
 
Moussa Dadis ou l’incarnation de la mauvaise foi !
Il a dit qu’il pouvait prendre le pouvoir pour libérer le peuple du joug Contéiste s’il le voulait, mais il préféra l’humiliation que celui-ci infligeait quotidiennement à son peuple Quel patriote sans patriotisme! De qui se moque-t-il ?
 
Malgré ses propos lénifiants, Moussa Dadis est un imposteur éhonté. Il parle de bradages de nos ressources, mais il en fait autant avec ses marchés de gré à gré (KPC), ses magouilles et ses combines (Aredor). Plus que qui conque, il est issu du sérail du système Conté qui vit en lui.
 
Il nous parle de la lutte contre le tribalisme et le népotisme, mais il dit toujours ce qu’il ne fait pas et fait ce qu’il ne dit pas. Aujourd’hui, il suffit d’aller au camp Alfa Yaya pour se rendre compte de son sens de la nation. Le camp est investi par une milice tribale à la dévotion de sa cause et de son rêve d’imiter ses devanciers! Les nominations fantaisistes, à caractères népotistes, au sein du gouvernement et des garnisons militaires ne sont plus à démontrer, elles sont patentes. Il semble que cette fois ci, c’est le tour de la Forêt (alors pourquoi pas la faune?) 
 
Il nous a juré, urbi et orbi, sur les livres saints et sur la tête de ses enfants qu’il n’est point assoiffé de pouvoir, qu’il est venu pour nettoyer, remettre de l’ordre et partir dans l’honneur d’un soldat patriote. Puis, il nous apprend que sa parole n’est pas une montagne, qu’il est un caméléon insaisissable. Que ses engagements de ne pas se présenter dans les élections ne concernent que 2009 et non 2010. Qu’il relise ses premières déclarations, il sera lui-même surpris du haut degré de son incohérence! Tel Dadis, les grands jureurs sont des gros menteurs!
 
Il se glorifie de son éducation africaine traditionnelle, or il ne ratte jamais une occasion pour humilier soldats ou diplomates, hommes politiques ou avocats, officiers ou enfants d’officiers. Il a le langage de la rue et la vulgarité comme éducation. Il a le comportement d’un dément agressif. Ce manque de décorum au sommet de l’Etat n’est sied pas au chef africain digne. S’il n’était pas fou, alors la folie le menace!
 
Il nous parle des agressions rebelles ourdies par nos voisins contre notre souveraineté, en lieu et place de rebelles, il n’y avait qu’un coupeur de route (à Kounsitel) qui sera neutralisé par un simple chauffeur de taxi sans arme tandis que Dadis ne cesse de nous vanter la qualité de sa bande armée dont la proie n’est autre que les femmes, les diplomates et les magasins de riz. Poro!
 
Il nous serine qu’il n’a pas peur de la mort, mais il a plus de cent gardes du corps qui le suivent même dans les chiottes du camp. Poro! Il n’ose pas sortir du camp sans les 20 pickups remplis soldats ivres, armes de guerre au poing. Quel courage!
 
Il dit être homme du peuple, mais il a élevé le culte de sa personne comme moyen pour accéder aux postes de commandement. Si vous oubliez de le diviniser, tant pis pour vous. N’est-ce pas le juge Mamadou Sylla -nommé à la cour suprême puis révoqué- pour n’avoir pas été fervent dans le culte mosaïque? Que cet homme est complexé! Qu’il est petit et burlesque!
 
Il nous parle de la bonne gouvernance, il distribue de centaines de millions à des loubards, viocs et anciens combattants. Il tue des bœufs aux carrefours, il fait pleuvoir une pluie de billets de banques sur des femmes mareyeuses pour orchestrer et acheter sa candidature. Pendant ce temps, le camp Alfa Yaya doit près de 8 milliards à la SOBRAGUI pour l’achat de la bière. Quelle tempérance! Quelle gestion alcoolique! Il ferait mieux d’acheter l’usine, rein que pour eux.
 
En fin, il nous parle des massacres que les Forces Vives auraient omis de mentionner dans le chronogramme. Quel culot, quel cynisme! Alors la question que l’on se pose est celle de savoir qu’est-ce qu’il attend pour mettre la justice en branle pour situer les responsabilités? Nous savons, par ses propres aveux, que Dadis fait parti du contingent qui a tiré à bout portant sur la foule. Au lieu de faire une diversion, il devrait assumer et demander pardon!
 
Du héro à zéro!
Dadis peut courir, mais ne peut plus se cacher. Sa popularité fond comme neige au soleil. Tout le monde entier le voit dans sa nudité d’un petit soldat félon qui ne respecte pas sa parole. Même Conté, son modèle, doit se retourner dans sa tombe à cause de la traitrise de son fils. Je suis sûr que Conté a aidé Dadis à prendre le pouvoir, mais celui-ci va trahir celui là, si ce n’est déjà fait: en tous cas, toute la garde rapprochée de Conté est en prison, ses fils aussi!
 
Comme le crapaud qui voulait se prendre pour taureau, Dadis voulût se comparer à ATT ou à Sankara. Quel impertinent bouffon! La Guinée attendra la totale disparition physique de la soldatesque actuelle pour qu’un ATT sorte de ses rangs! N’est pas ATT qui le veut!
 
Par contre, en Dadis nous voyons, en filigrane, se dessiner les portraits sinistres de Samuel Doe et de Robert Guéï. La tragique ressemblance est évidente dans la parole et dans les actes. Les flagorneurs de la tyrannie sont en train de l’aider à allumer le feu de sa propre destruction! Amen !
 
Le zéro ne sera pas héro!
 
Dabola
2009-08-23 17:22:42 El Hadj Mory

2009-08-23 19:19:49

Comme tout soldat lâche et fanfaron, Moussa Dadis Camara attendra le cadavre de Lansana Conté pour surgir du cerveau maléfique de celui-ci afin de perpétrer un coup d’éclat contre un macabé. C’est toujours médecin après la mort avec nos fameux soori. 

Au demeurant, Dadis et Pivi ont toujours été les pivots du soutien sans faille du régime Conté en institutionnalisant l’indiscipline caractérisée au sein de garnisons (chefs de village s’appelaient-ils au camp) tout en orchestrant mutinerie après mutinerie pour arracher de force galons et rançons en leur faveur. Le parcours de Dadis est jalonné de meurtres, de rapines, de viols et de brutalités pour une cupidité et un égo démesurés.
Le sort du peuple, connaît pas et s’en fout!
 
Moussa Dadis ou l’incarnation de la mauvaise foi !
Il a dit qu’il pouvait prendre le pouvoir pour libérer le peuple du joug Contéiste s’il le voulait, mais il préféra l’humiliation que celui-ci infligeait quotidiennement à son peuple Quel patriote sans patriotisme! De qui se moque-t-il ?
 
Malgré ses propos lénifiants, Moussa Dadis est un imposteur éhonté. Il parle de bradages de nos ressources, mais il en fait autant avec ses marchés de gré à gré (KPC), ses magouilles et ses combines (Aredor). Plus que qui conque, il est issu du sérail du système Conté qui vit en lui.
 
Il nous parle de la lutte contre le tribalisme et le népotisme, mais il dit toujours ce qu’il ne fait pas et fait ce qu’il ne dit pas. Aujourd’hui, il suffit d’aller au camp Alfa Yaya pour se rendre compte de son sens de la nation. Le camp est investi par une milice tribale à la dévotion de sa cause et de son rêve d’imiter ses devanciers! Les nominations fantaisistes, à caractères népotistes, au sein du gouvernement et des garnisons militaires ne sont plus à démontrer, elles sont patentes. Il semble que cette fois ci, c’est le tour de la Forêt (alors pourquoi pas la faune?) 
 
Il nous a juré, urbi et orbi, sur les livres saints et sur la tête de ses enfants qu’il n’est point assoiffé de pouvoir, qu’il est venu pour nettoyer, remettre de l’ordre et partir dans l’honneur d’un soldat patriote. Puis, il nous apprend que sa parole n’est pas une montagne, qu’il est un caméléon insaisissable. Que ses engagements de ne pas se présenter dans les élections ne concernent que 2009 et non 2010. Qu’il relise ses premières déclarations, il sera lui-même surpris du haut degré de son incohérence! Tel Dadis, les grands jureurs sont des gros menteurs!
 
Il se glorifie de son éducation africaine traditionnelle, or il ne ratte jamais une occasion pour humilier soldats ou diplomates, hommes politiques ou avocats, officiers ou enfants d’officiers. Il a le langage de la rue et la vulgarité comme éducation. Il a le comportement d’un dément agressif. Ce manque de décorum au sommet de l’Etat n’est sied pas au chef africain digne. S’il n’était pas fou, alors la folie le menace!
 
Il nous parle des agressions rebelles ourdies par nos voisins contre notre souveraineté, en lieu et place de rebelles, il n’y avait qu’un coupeur de route (à Kounsitel) qui sera neutralisé par un simple chauffeur de taxi sans arme tandis que Dadis ne cesse de nous vanter la qualité de sa bande armée dont la proie n’est autre que les femmes, les diplomates et les magasins de riz. Poro!
 
Il nous serine qu’il n’a pas peur de la mort, mais il a plus de cent gardes du corps qui le suivent même dans les chiottes du camp. Poro! Il n’ose pas sortir du camp sans les 20 pickups remplis soldats ivres, armes de guerre au poing. Quel courage!
 
Il dit être homme du peuple, mais il a élevé le culte de sa personne comme moyen pour accéder aux postes de commandement. Si vous oubliez de le diviniser, tant pis pour vous. N’est-ce pas le juge Mamadou Sylla -nommé à la cour suprême puis révoqué- pour n’avoir pas été fervent dans le culte mosaïque? Que cet homme est complexé! Qu’il est petit et burlesque!
 
Il nous parle de la bonne gouvernance, il distribue de centaines de millions à des loubards, viocs et anciens combattants. Il tue des bœufs aux carrefours, il fait pleuvoir une pluie de billets de banques sur des femmes mareyeuses pour orchestrer et acheter sa candidature. Pendant ce temps, le camp Alfa Yaya doit près de 8 milliards à la SOBRAGUI pour l’achat de la bière. Quelle tempérance! Quelle gestion alcoolique! Il ferait mieux d’acheter l’usine, rein que pour eux.
 
En fin, il nous parle des massacres que les Forces Vives auraient omis de mentionner dans le chronogramme. Quel culot, quel cynisme! Alors la question que l’on se pose est celle de savoir qu’est-ce qu’il attend pour mettre la justice en branle pour situer les responsabilités? Nous savons, par ses propres aveux, que Dadis fait parti du contingent qui a tiré à bout portant sur la foule. Au lieu de faire une diversion, il devrait assumer et demander pardon!
 
Du héro à zéro!
Dadis peut courir, mais ne peut plus se cacher. Sa popularité fond comme neige au soleil. Tout le monde entier le voit dans sa nudité d’un petit soldat félon qui ne respecte pas sa parole. Même Conté, son modèle, doit se retourner dans sa tombe à cause de la traitrise de son fils. Je suis sûr que Conté a aidé Dadis à prendre le pouvoir, mais celui-ci va trahir celui là, si ce n’est déjà fait: en tous cas, toute la garde rapprochée de Conté est en prison, ses fils aussi!
 
Comme le crapaud qui voulait se prendre pour taureau, Dadis voulût se comparer à ATT ou à Sankara. Quel impertinent bouffon! La Guinée attendra la totale disparition physique de la soldatesque actuelle pour qu’un ATT sorte de ses rangs! N’est pas ATT qui le veut!
 
Par contre, en Dadis nous voyons, en filigrane, se dessiner les portraits sinistres de Samuel Doe et de Robert Guéï. La tragique ressemblance est évidente dans la parole et dans les actes. Les flagorneurs de la tyrannie sont en train de l’aider à allumer le feu de sa propre destruction! Amen !
 
Le zéro ne sera pas héro!
 
Dabola
2009-08-23 17:22:42 Alphadio DIALLO

2009-08-23 19:19:49

Comme tout soldat lâche et fanfaron, Moussa Dadis Camara attendra le cadavre de Lansana Conté pour surgir du cerveau maléfique de celui-ci afin de perpétrer un coup d’éclat contre un macabé. C’est toujours médecin après la mort avec nos fameux soori. 

Au demeurant, Dadis et Pivi ont toujours été les pivots du soutien sans faille du régime Conté en institutionnalisant l’indiscipline caractérisée au sein de garnisons (chefs de village s’appelaient-ils au camp) tout en orchestrant mutinerie après mutinerie pour arracher de force galons et rançons en leur faveur. Le parcours de Dadis est jalonné de meurtres, de rapines, de viols et de brutalités pour une cupidité et un égo démesurés.
Le sort du peuple, connaît pas et s’en fout!
 
Moussa Dadis ou l’incarnation de la mauvaise foi !
Il a dit qu’il pouvait prendre le pouvoir pour libérer le peuple du joug Contéiste s’il le voulait, mais il préféra l’humiliation que celui-ci infligeait quotidiennement à son peuple Quel patriote sans patriotisme! De qui se moque-t-il ?
 
Malgré ses propos lénifiants, Moussa Dadis est un imposteur éhonté. Il parle de bradages de nos ressources, mais il en fait autant avec ses marchés de gré à gré (KPC), ses magouilles et ses combines (Aredor). Plus que qui conque, il est issu du sérail du système Conté qui vit en lui.
 
Il nous parle de la lutte contre le tribalisme et le népotisme, mais il dit toujours ce qu’il ne fait pas et fait ce qu’il ne dit pas. Aujourd’hui, il suffit d’aller au camp Alfa Yaya pour se rendre compte de son sens de la nation. Le camp est investi par une milice tribale à la dévotion de sa cause et de son rêve d’imiter ses devanciers! Les nominations fantaisistes, à caractères népotistes, au sein du gouvernement et des garnisons militaires ne sont plus à démontrer, elles sont patentes. Il semble que cette fois ci, c’est le tour de la Forêt (alors pourquoi pas la faune?) 
 
Il nous a juré, urbi et orbi, sur les livres saints et sur la tête de ses enfants qu’il n’est point assoiffé de pouvoir, qu’il est venu pour nettoyer, remettre de l’ordre et partir dans l’honneur d’un soldat patriote. Puis, il nous apprend que sa parole n’est pas une montagne, qu’il est un caméléon insaisissable. Que ses engagements de ne pas se présenter dans les élections ne concernent que 2009 et non 2010. Qu’il relise ses premières déclarations, il sera lui-même surpris du haut degré de son incohérence! Tel Dadis, les grands jureurs sont des gros menteurs!
 
Il se glorifie de son éducation africaine traditionnelle, or il ne ratte jamais une occasion pour humilier soldats ou diplomates, hommes politiques ou avocats, officiers ou enfants d’officiers. Il a le langage de la rue et la vulgarité comme éducation. Il a le comportement d’un dément agressif. Ce manque de décorum au sommet de l’Etat n’est sied pas au chef africain digne. S’il n’était pas fou, alors la folie le menace!
 
Il nous parle des agressions rebelles ourdies par nos voisins contre notre souveraineté, en lieu et place de rebelles, il n’y avait qu’un coupeur de route (à Kounsitel) qui sera neutralisé par un simple chauffeur de taxi sans arme tandis que Dadis ne cesse de nous vanter la qualité de sa bande armée dont la proie n’est autre que les femmes, les diplomates et les magasins de riz. Poro!
 
Il nous serine qu’il n’a pas peur de la mort, mais il a plus de cent gardes du corps qui le suivent même dans les chiottes du camp. Poro! Il n’ose pas sortir du camp sans les 20 pickups remplis soldats ivres, armes de guerre au poing. Quel courage!
 
Il dit être homme du peuple, mais il a élevé le culte de sa personne comme moyen pour accéder aux postes de commandement. Si vous oubliez de le diviniser, tant pis pour vous. N’est-ce pas le juge Mamadou Sylla -nommé à la cour suprême puis révoqué- pour n’avoir pas été fervent dans le culte mosaïque? Que cet homme est complexé! Qu’il est petit et burlesque!
 
Il nous parle de la bonne gouvernance, il distribue de centaines de millions à des loubards, viocs et anciens combattants. Il tue des bœufs aux carrefours, il fait pleuvoir une pluie de billets de banques sur des femmes mareyeuses pour orchestrer et acheter sa candidature. Pendant ce temps, le camp Alfa Yaya doit près de 8 milliards à la SOBRAGUI pour l’achat de la bière. Quelle tempérance! Quelle gestion alcoolique! Il ferait mieux d’acheter l’usine, rein que pour eux.
 
En fin, il nous parle des massacres que les Forces Vives auraient omis de mentionner dans le chronogramme. Quel culot, quel cynisme! Alors la question que l’on se pose est celle de savoir qu’est-ce qu’il attend pour mettre la justice en branle pour situer les responsabilités? Nous savons, par ses propres aveux, que Dadis fait parti du contingent qui a tiré à bout portant sur la foule. Au lieu de faire une diversion, il devrait assumer et demander pardon!
 
Du héro à zéro!
Dadis peut courir, mais ne peut plus se cacher. Sa popularité fond comme neige au soleil. Tout le monde entier le voit dans sa nudité d’un petit soldat félon qui ne respecte pas sa parole. Même Conté, son modèle, doit se retourner dans sa tombe à cause de la traitrise de son fils. Je suis sûr que Conté a aidé Dadis à prendre le pouvoir, mais celui-ci va trahir celui là, si ce n’est déjà fait: en tous cas, toute la garde rapprochée de Conté est en prison, ses fils aussi!
 
Comme le crapaud qui voulait se prendre pour taureau, Dadis voulût se comparer à ATT ou à Sankara. Quel impertinent bouffon! La Guinée attendra la totale disparition physique de la soldatesque actuelle pour qu’un ATT sorte de ses rangs! N’est pas ATT qui le veut!
 
Par contre, en Dadis nous voyons, en filigrane, se dessiner les portraits sinistres de Samuel Doe et de Robert Guéï. La tragique ressemblance est évidente dans la parole et dans les actes. Les flagorneurs de la tyrannie sont en train de l’aider à allumer le feu de sa propre destruction! Amen !
 
Le zéro ne sera pas héro!
 
Dabola
2009-08-23 17:22:42 Mohamed Diallo
Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.