chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Le droit à son véritable nom d'origine !

Date de publication:2007-12-03 07:43:47
« Je ne voudrais pas renier ceux qui m’ont mis au monde ! »
 
C’est avec ce slogan qu’une Bavaroise s'est présentée devant le tribunal constitutionnel fédéral allemand.
 
La fille surnommée Erna Mayer dans le journal Sueddeutsche Zeitung du 29 août 2007, a perdu ses parents très tôt. Ces derniers ne l’avaient jamais rejetée et avaient été de bons parents pour la petite devenue orpheline par un destin tragique. Un couple sans enfant, la famille Schmitz, s’est décidé à l’adopter. Mais la fille ne voudrait pas que l’on gomme son origine familiale ou le seul lien concret qui reste de ses vrais parents. Car, pour elle, la personne s'identifie par le nom de famille, ce qui est fréquent en Afrique de l’Ouest.
 
Le tribunal des tutelles a rejeté sa requête en se basant sur le paragraphe 1757 BGB de la loi fédérale. Elle fait recours auprès du tribunal de grande instance de Munich. Ce dernier rejette à son tour sa requête tout en lui donnant la possibilité, pour des raisons jugées sérieuses, de combiner les deux noms, c'est-à-dire celui de la famille d’origine et celui de la famille adoptive. Erna refuse à son tour cette « confusion » et laisse son avocat Bertram Boehm la défendre devant le tribunal constitutionnel fédéral.
 
« C’est indigne et profondément blessant pour un être humain qu’on lui retire son nom de naissance et qui est le vrai, pour l’habiller avec un mensonge qui doit l’accompagner pour le reste de sa vie. », déclare Maître Bertram Boehm.
 
A présent, Erna Mayer et son avocat doivent attendre la décision de Karlsruhe (ville où se trouve le tribunal constitutionnel fédéral).
 
Une telle faille se trouve dans les lois de la plupart des pays occidentaux qui aiment tant donner des leçons sur le droit et la dignité humaine. Les pays germaniques qui sont connus pour leur conservatisme sont champions en la matière. En Suisse par exemple, si vous prenez la nationalité on situe votre origine dans la commune vécue : vous devenez originaire du lieu. C’est déplorable qu’en ouvrant sa porte à une personne on cherche à cacher son origine culturelle.
 
Bien que les lois soient déjà assez conservatrices et primitives dans ce domaine, beaucoup d’Européens qui aident ou prétendent aider des enfants pauvres ou orphelins poussent leur cynisme au-delà de ces lois en changeant le nom et le prénom des enfants qu’ils adoptent et rompent les liens de ces derniers avec leurs parents en pensant peut-être faciliter leur intégration. Ils oublient que ces enfants en grandissant ont souvent une crise d’identité qui les amène parfois à rechercher leur origine.
 
Cette affaire doit faire réfléchir plus d’un de ces « humanitaires ». Quand on veut aider et non s’approprier d’une personne, on n’a pas besoin de la couper de ses origines. Heureusement qu’il n’est pas possible encore de manipuler génétiquement ces enfants adoptés. Sinon, certains « humanitaires » l’auraient certainement tenté.
 
Il faut noter qu’il y a des vrais humanitaires Européens qui aident les pauvres, sans chercher à tirer un avantage personnel. Ils sont motivés par la seule volonté de soulager la misère humaine. Ils donnent à beaucoup de pauvres la chance d’accéder au savoir et à une vie décente, sans modifier quoi que ce soit dans leur filiation et dans leur culture. Le but étant d'assurer un bon avenir à l'enfant adopté qui, à son tour, aidera plus tard les siens (ce qui n’est pas possible quand on le coupe de ses origines). Ils aident sur place, dans le pays d’origine le plus souvent. Ils assistent et soutiennent concrètement ceux qui sont arrivés en Europe. A eux, on ne dira jamais assez « Merci !».

 SADIO BARRY

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.