chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Dadis débloque enfin les 30 milliards de FG restants pour l’organisation des élections

Date de publication:2009-08-25 22:37:11

2009-08-26 00:31:18

Dans un communiqué diffusé cette journée de mardi 25.08.09, Dadis a enfin débloqué les 30 milliards de FG, part guinéenne restante, pour financer l’organisations des élections législatives et présidentielles. 

C’est ce dimanche 23.08.09 que Bah Oury, le vice-président de l'UFDG, a critiqué Dadis et le CNDD sur la radio Djigui FM de distribuer de l’argent partout dans le pays alors qu’ils refusent de débloquer le montant qu’il faut pour l’organisation des élections (Lire Info en bas).
 
Comme par hasard, Dadis débloque cet argent maintenant que les forces vives se montrent fermes. Il faut également rappeler que le GIC-G arrive en Guinée le 3 septembre. Tous les gestes de Dadis dans le cadre du processus transitoire sont toujours intervenus à la veille de l’arrivée du groupe de contact international sur la Guinée, juste pour donner l’impression qu’il est de bonne foi alors qu’il fait tout pour retarder le processus.
 
Nous exhortons les forces vives à ne pas reculer par rapport à leur position de refuser le CNT nouvelle forme de Dadis (244 membres) avec des personnes qui n’y apporteront que de la confusion et du retard. Elles doivent également rester fermes sur l’ordre des élections tel qu’il était prévu dans le chronogramme 2009.
 
Les élections législatives doivent impérativement se tenir en 2009 afin que le pays soit doté d’une institution légale et représentative du peuple qui mettra fin à l’Etat d’exception qui permet à Dadis d’agir en maître absolu et dilapider nos biens. Il nous faut un parlement élu avant les risques d’explosion que Dadis et ses proches feront courir à notre pays par leurs manoeuvres pour garder le pouvoir. En effet, c’est d’abord la présidence qu’ils visent. Ensuite ils tricheront les élections pour avoir l’Assemblée Nationale aussi.
 
Pas de boycott des élections et laisser la voie libre à Dadis et à sa bande, comme l’opposition l’a fait avec Lansana Conté. C’est bien cela leur calcul en ce moment. Non seulement il faut d’abord les législatives mais pour rien au monde il ne faut accepter la candidature de Dadis ou d’un membre du CNDD. Etre joueur et arbitre en même temps ne doit plus être accepté en Guinée. S’ils insistent à vouloir trahir leurs engagements, alors il faut faire appel au peuple et à toutes les institutions républicaines pour chasser les putschistes et instaurer un Etat de droit en Guinée. Et s’ils osent encore tirer sur les populations, alors les forces vives et particulièrement les partis politiques doivent demander à l’ONU d’intervenir pour désarmer cette bande et les traduire en justice.
 
A part les milliards qu’ils distribuent actuellement, il semblerait que le CNDD doit une facture de 8 milliards de FG à la société Sobragui. N’ayant que 8 mois de pouvoir, cela fait une facture de 1 milliard de FG de consommation de bière par mois. Même en Pologne on ne consomme pas l’alcool autant qu’en Guinée sous le CNDD ! Ces gens vont-ils rendre gentiment ce pouvoir ? Le moment de se battre est arrivé pour tout Guinéen digne et conscient.
 
Pour les audits, nous pensons qu’il faut les faire absolument mais sous la responsabilité d’une commission parlementaire démocratique issue des élections législatives. Tous les anciens dirigeants, y compris Dadis, le CNDD et le gouvernement Komara doivent être audités. Les violences sociales provoquées à Macenta pour le partage de l’argent que Dadis et le CNDD distribuent en ce moment est une preuve de la nécessité d’auditer le régime actuel.
 
Le parlement démocratique élu avant le président pourrait ainsi engager une procédure de destitution contre le nouveau président élu si sa responsabilité est juridiquement établie.
 
Dadis et Sékouba doivent s’expliquer sur les dilapidations des maigres ressources de l’Etat qu’ils sont entrain de faire en ce moment. Surtout que c’est eux-mêmes qui ont informé le peuple que la Guinée a des difficultés financières. L’argument que c’est une telle personne, un Etat ou une entreprise qui a fait don au chef de l’Etat ne pourrait être valable. Un don fait au chef de l’Etat reste propriété de l’Etat, parce qu’il s’adresse à l’institution et non à la personne privée. De même, un avion, un véhicule offert au président ou à un ministre reste propriété de l’Etat et ne saurait être emporté par le locataire temporaire des lieux en question. D’ailleurs, Dadis avait prêté serment de ne jamais accepter un don destiné à sa personne ou à sa famille.
 
 
SADIO BARRY

 
 
Info :
 
Cette émission avec Bah Oury sur la transition a été rediffusée hier lundi 24.08.09 à 18 :30. Elle sera diffusée à nouveau le vendredi prochain, 28.08.09, à 14:10 GMT, soit 16:10 heure d’Europe.
Pour l’écouter, prière d’aller dans la colonne de droite de GuineePresse.info (Ecouter Djigui FM en direct) et cliquer sur le lien rouge Radio Djigui FM. Vous accéderez directement à la Radio.
 
Il peut arriver qu’il y ait des interruptions pour ceux qui écoutent sur le net. Cela est certainement dû à la surcharge de la ligne. Il suffirait de cliquer une fois sur pause puis sur play de nouveau pour que tout marche correctement.

Commentaires


2009-08-25 22:37:11 B. Camara

2009-08-26 00:31:18

Dans un communiqué diffusé cette journée de mardi 25.08.09, Dadis a enfin débloqué les 30 milliards de FG, part guinéenne restante, pour financer l’organisations des élections législatives et présidentielles. 

C’est ce dimanche 23.08.09 que Bah Oury, le vice-président de l'UFDG, a critiqué Dadis et le CNDD sur la radio Djigui FM de distribuer de l’argent partout dans le pays alors qu’ils refusent de débloquer le montant qu’il faut pour l’organisation des élections (Lire Info en bas).
 
Comme par hasard, Dadis débloque cet argent maintenant que les forces vives se montrent fermes. Il faut également rappeler que le GIC-G arrive en Guinée le 3 septembre. Tous les gestes de Dadis dans le cadre du processus transitoire sont toujours intervenus à la veille de l’arrivée du groupe de contact international sur la Guinée, juste pour donner l’impression qu’il est de bonne foi alors qu’il fait tout pour retarder le processus.
 
Nous exhortons les forces vives à ne pas reculer par rapport à leur position de refuser le CNT nouvelle forme de Dadis (244 membres) avec des personnes qui n’y apporteront que de la confusion et du retard. Elles doivent également rester fermes sur l’ordre des élections tel qu’il était prévu dans le chronogramme 2009.
 
Les élections législatives doivent impérativement se tenir en 2009 afin que le pays soit doté d’une institution légale et représentative du peuple qui mettra fin à l’Etat d’exception qui permet à Dadis d’agir en maître absolu et dilapider nos biens. Il nous faut un parlement élu avant les risques d’explosion que Dadis et ses proches feront courir à notre pays par leurs manoeuvres pour garder le pouvoir. En effet, c’est d’abord la présidence qu’ils visent. Ensuite ils tricheront les élections pour avoir l’Assemblée Nationale aussi.
 
Pas de boycott des élections et laisser la voie libre à Dadis et à sa bande, comme l’opposition l’a fait avec Lansana Conté. C’est bien cela leur calcul en ce moment. Non seulement il faut d’abord les législatives mais pour rien au monde il ne faut accepter la candidature de Dadis ou d’un membre du CNDD. Etre joueur et arbitre en même temps ne doit plus être accepté en Guinée. S’ils insistent à vouloir trahir leurs engagements, alors il faut faire appel au peuple et à toutes les institutions républicaines pour chasser les putschistes et instaurer un Etat de droit en Guinée. Et s’ils osent encore tirer sur les populations, alors les forces vives et particulièrement les partis politiques doivent demander à l’ONU d’intervenir pour désarmer cette bande et les traduire en justice.
 
A part les milliards qu’ils distribuent actuellement, il semblerait que le CNDD doit une facture de 8 milliards de FG à la société Sobragui. N’ayant que 8 mois de pouvoir, cela fait une facture de 1 milliard de FG de consommation de bière par mois. Même en Pologne on ne consomme pas l’alcool autant qu’en Guinée sous le CNDD ! Ces gens vont-ils rendre gentiment ce pouvoir ? Le moment de se battre est arrivé pour tout Guinéen digne et conscient.
 
Pour les audits, nous pensons qu’il faut les faire absolument mais sous la responsabilité d’une commission parlementaire démocratique issue des élections législatives. Tous les anciens dirigeants, y compris Dadis, le CNDD et le gouvernement Komara doivent être audités. Les violences sociales provoquées à Macenta pour le partage de l’argent que Dadis et le CNDD distribuent en ce moment est une preuve de la nécessité d’auditer le régime actuel.
 
Le parlement démocratique élu avant le président pourrait ainsi engager une procédure de destitution contre le nouveau président élu si sa responsabilité est juridiquement établie.
 
Dadis et Sékouba doivent s’expliquer sur les dilapidations des maigres ressources de l’Etat qu’ils sont entrain de faire en ce moment. Surtout que c’est eux-mêmes qui ont informé le peuple que la Guinée a des difficultés financières. L’argument que c’est une telle personne, un Etat ou une entreprise qui a fait don au chef de l’Etat ne pourrait être valable. Un don fait au chef de l’Etat reste propriété de l’Etat, parce qu’il s’adresse à l’institution et non à la personne privée. De même, un avion, un véhicule offert au président ou à un ministre reste propriété de l’Etat et ne saurait être emporté par le locataire temporaire des lieux en question. D’ailleurs, Dadis avait prêté serment de ne jamais accepter un don destiné à sa personne ou à sa famille.
 
 
SADIO BARRY

 
 
Info :
 
Cette émission avec Bah Oury sur la transition a été rediffusée hier lundi 24.08.09 à 18 :30. Elle sera diffusée à nouveau le vendredi prochain, 28.08.09, à 14:10 GMT, soit 16:10 heure d’Europe.
Pour l’écouter, prière d’aller dans la colonne de droite de GuineePresse.info (Ecouter Djigui FM en direct) et cliquer sur le lien rouge Radio Djigui FM. Vous accéderez directement à la Radio.
 
Il peut arriver qu’il y ait des interruptions pour ceux qui écoutent sur le net. Cela est certainement dû à la surcharge de la ligne. Il suffirait de cliquer une fois sur pause puis sur play de nouveau pour que tout marche correctement.
2009-08-25 22:37:41 B. Camara
2009-08-25 22:37:11 BARRY Neteré

2009-08-26 00:31:18

Dans un communiqué diffusé cette journée de mardi 25.08.09, Dadis a enfin débloqué les 30 milliards de FG, part guinéenne restante, pour financer l’organisations des élections législatives et présidentielles. 

C’est ce dimanche 23.08.09 que Bah Oury, le vice-président de l'UFDG, a critiqué Dadis et le CNDD sur la radio Djigui FM de distribuer de l’argent partout dans le pays alors qu’ils refusent de débloquer le montant qu’il faut pour l’organisation des élections (Lire Info en bas).
 
Comme par hasard, Dadis débloque cet argent maintenant que les forces vives se montrent fermes. Il faut également rappeler que le GIC-G arrive en Guinée le 3 septembre. Tous les gestes de Dadis dans le cadre du processus transitoire sont toujours intervenus à la veille de l’arrivée du groupe de contact international sur la Guinée, juste pour donner l’impression qu’il est de bonne foi alors qu’il fait tout pour retarder le processus.
 
Nous exhortons les forces vives à ne pas reculer par rapport à leur position de refuser le CNT nouvelle forme de Dadis (244 membres) avec des personnes qui n’y apporteront que de la confusion et du retard. Elles doivent également rester fermes sur l’ordre des élections tel qu’il était prévu dans le chronogramme 2009.
 
Les élections législatives doivent impérativement se tenir en 2009 afin que le pays soit doté d’une institution légale et représentative du peuple qui mettra fin à l’Etat d’exception qui permet à Dadis d’agir en maître absolu et dilapider nos biens. Il nous faut un parlement élu avant les risques d’explosion que Dadis et ses proches feront courir à notre pays par leurs manoeuvres pour garder le pouvoir. En effet, c’est d’abord la présidence qu’ils visent. Ensuite ils tricheront les élections pour avoir l’Assemblée Nationale aussi.
 
Pas de boycott des élections et laisser la voie libre à Dadis et à sa bande, comme l’opposition l’a fait avec Lansana Conté. C’est bien cela leur calcul en ce moment. Non seulement il faut d’abord les législatives mais pour rien au monde il ne faut accepter la candidature de Dadis ou d’un membre du CNDD. Etre joueur et arbitre en même temps ne doit plus être accepté en Guinée. S’ils insistent à vouloir trahir leurs engagements, alors il faut faire appel au peuple et à toutes les institutions républicaines pour chasser les putschistes et instaurer un Etat de droit en Guinée. Et s’ils osent encore tirer sur les populations, alors les forces vives et particulièrement les partis politiques doivent demander à l’ONU d’intervenir pour désarmer cette bande et les traduire en justice.
 
A part les milliards qu’ils distribuent actuellement, il semblerait que le CNDD doit une facture de 8 milliards de FG à la société Sobragui. N’ayant que 8 mois de pouvoir, cela fait une facture de 1 milliard de FG de consommation de bière par mois. Même en Pologne on ne consomme pas l’alcool autant qu’en Guinée sous le CNDD ! Ces gens vont-ils rendre gentiment ce pouvoir ? Le moment de se battre est arrivé pour tout Guinéen digne et conscient.
 
Pour les audits, nous pensons qu’il faut les faire absolument mais sous la responsabilité d’une commission parlementaire démocratique issue des élections législatives. Tous les anciens dirigeants, y compris Dadis, le CNDD et le gouvernement Komara doivent être audités. Les violences sociales provoquées à Macenta pour le partage de l’argent que Dadis et le CNDD distribuent en ce moment est une preuve de la nécessité d’auditer le régime actuel.
 
Le parlement démocratique élu avant le président pourrait ainsi engager une procédure de destitution contre le nouveau président élu si sa responsabilité est juridiquement établie.
 
Dadis et Sékouba doivent s’expliquer sur les dilapidations des maigres ressources de l’Etat qu’ils sont entrain de faire en ce moment. Surtout que c’est eux-mêmes qui ont informé le peuple que la Guinée a des difficultés financières. L’argument que c’est une telle personne, un Etat ou une entreprise qui a fait don au chef de l’Etat ne pourrait être valable. Un don fait au chef de l’Etat reste propriété de l’Etat, parce qu’il s’adresse à l’institution et non à la personne privée. De même, un avion, un véhicule offert au président ou à un ministre reste propriété de l’Etat et ne saurait être emporté par le locataire temporaire des lieux en question. D’ailleurs, Dadis avait prêté serment de ne jamais accepter un don destiné à sa personne ou à sa famille.
 
 
SADIO BARRY

 
 
Info :
 
Cette émission avec Bah Oury sur la transition a été rediffusée hier lundi 24.08.09 à 18 :30. Elle sera diffusée à nouveau le vendredi prochain, 28.08.09, à 14:10 GMT, soit 16:10 heure d’Europe.
Pour l’écouter, prière d’aller dans la colonne de droite de GuineePresse.info (Ecouter Djigui FM en direct) et cliquer sur le lien rouge Radio Djigui FM. Vous accéderez directement à la Radio.
 
Il peut arriver qu’il y ait des interruptions pour ceux qui écoutent sur le net. Cela est certainement dû à la surcharge de la ligne. Il suffirait de cliquer une fois sur pause puis sur play de nouveau pour que tout marche correctement.
2009-08-25 22:37:41 BARRY Neteré
2009-08-25 22:37:11 soulé

2009-08-26 00:31:18

Dans un communiqué diffusé cette journée de mardi 25.08.09, Dadis a enfin débloqué les 30 milliards de FG, part guinéenne restante, pour financer l’organisations des élections législatives et présidentielles. 

C’est ce dimanche 23.08.09 que Bah Oury, le vice-président de l'UFDG, a critiqué Dadis et le CNDD sur la radio Djigui FM de distribuer de l’argent partout dans le pays alors qu’ils refusent de débloquer le montant qu’il faut pour l’organisation des élections (Lire Info en bas).
 
Comme par hasard, Dadis débloque cet argent maintenant que les forces vives se montrent fermes. Il faut également rappeler que le GIC-G arrive en Guinée le 3 septembre. Tous les gestes de Dadis dans le cadre du processus transitoire sont toujours intervenus à la veille de l’arrivée du groupe de contact international sur la Guinée, juste pour donner l’impression qu’il est de bonne foi alors qu’il fait tout pour retarder le processus.
 
Nous exhortons les forces vives à ne pas reculer par rapport à leur position de refuser le CNT nouvelle forme de Dadis (244 membres) avec des personnes qui n’y apporteront que de la confusion et du retard. Elles doivent également rester fermes sur l’ordre des élections tel qu’il était prévu dans le chronogramme 2009.
 
Les élections législatives doivent impérativement se tenir en 2009 afin que le pays soit doté d’une institution légale et représentative du peuple qui mettra fin à l’Etat d’exception qui permet à Dadis d’agir en maître absolu et dilapider nos biens. Il nous faut un parlement élu avant les risques d’explosion que Dadis et ses proches feront courir à notre pays par leurs manoeuvres pour garder le pouvoir. En effet, c’est d’abord la présidence qu’ils visent. Ensuite ils tricheront les élections pour avoir l’Assemblée Nationale aussi.
 
Pas de boycott des élections et laisser la voie libre à Dadis et à sa bande, comme l’opposition l’a fait avec Lansana Conté. C’est bien cela leur calcul en ce moment. Non seulement il faut d’abord les législatives mais pour rien au monde il ne faut accepter la candidature de Dadis ou d’un membre du CNDD. Etre joueur et arbitre en même temps ne doit plus être accepté en Guinée. S’ils insistent à vouloir trahir leurs engagements, alors il faut faire appel au peuple et à toutes les institutions républicaines pour chasser les putschistes et instaurer un Etat de droit en Guinée. Et s’ils osent encore tirer sur les populations, alors les forces vives et particulièrement les partis politiques doivent demander à l’ONU d’intervenir pour désarmer cette bande et les traduire en justice.
 
A part les milliards qu’ils distribuent actuellement, il semblerait que le CNDD doit une facture de 8 milliards de FG à la société Sobragui. N’ayant que 8 mois de pouvoir, cela fait une facture de 1 milliard de FG de consommation de bière par mois. Même en Pologne on ne consomme pas l’alcool autant qu’en Guinée sous le CNDD ! Ces gens vont-ils rendre gentiment ce pouvoir ? Le moment de se battre est arrivé pour tout Guinéen digne et conscient.
 
Pour les audits, nous pensons qu’il faut les faire absolument mais sous la responsabilité d’une commission parlementaire démocratique issue des élections législatives. Tous les anciens dirigeants, y compris Dadis, le CNDD et le gouvernement Komara doivent être audités. Les violences sociales provoquées à Macenta pour le partage de l’argent que Dadis et le CNDD distribuent en ce moment est une preuve de la nécessité d’auditer le régime actuel.
 
Le parlement démocratique élu avant le président pourrait ainsi engager une procédure de destitution contre le nouveau président élu si sa responsabilité est juridiquement établie.
 
Dadis et Sékouba doivent s’expliquer sur les dilapidations des maigres ressources de l’Etat qu’ils sont entrain de faire en ce moment. Surtout que c’est eux-mêmes qui ont informé le peuple que la Guinée a des difficultés financières. L’argument que c’est une telle personne, un Etat ou une entreprise qui a fait don au chef de l’Etat ne pourrait être valable. Un don fait au chef de l’Etat reste propriété de l’Etat, parce qu’il s’adresse à l’institution et non à la personne privée. De même, un avion, un véhicule offert au président ou à un ministre reste propriété de l’Etat et ne saurait être emporté par le locataire temporaire des lieux en question. D’ailleurs, Dadis avait prêté serment de ne jamais accepter un don destiné à sa personne ou à sa famille.
 
 
SADIO BARRY

 
 
Info :
 
Cette émission avec Bah Oury sur la transition a été rediffusée hier lundi 24.08.09 à 18 :30. Elle sera diffusée à nouveau le vendredi prochain, 28.08.09, à 14:10 GMT, soit 16:10 heure d’Europe.
Pour l’écouter, prière d’aller dans la colonne de droite de GuineePresse.info (Ecouter Djigui FM en direct) et cliquer sur le lien rouge Radio Djigui FM. Vous accéderez directement à la Radio.
 
Il peut arriver qu’il y ait des interruptions pour ceux qui écoutent sur le net. Cela est certainement dû à la surcharge de la ligne. Il suffirait de cliquer une fois sur pause puis sur play de nouveau pour que tout marche correctement.
2009-08-25 22:37:41 soulé
2009-08-25 22:37:11 Thierno

2009-08-26 00:31:18

Dans un communiqué diffusé cette journée de mardi 25.08.09, Dadis a enfin débloqué les 30 milliards de FG, part guinéenne restante, pour financer l’organisations des élections législatives et présidentielles. 

C’est ce dimanche 23.08.09 que Bah Oury, le vice-président de l'UFDG, a critiqué Dadis et le CNDD sur la radio Djigui FM de distribuer de l’argent partout dans le pays alors qu’ils refusent de débloquer le montant qu’il faut pour l’organisation des élections (Lire Info en bas).
 
Comme par hasard, Dadis débloque cet argent maintenant que les forces vives se montrent fermes. Il faut également rappeler que le GIC-G arrive en Guinée le 3 septembre. Tous les gestes de Dadis dans le cadre du processus transitoire sont toujours intervenus à la veille de l’arrivée du groupe de contact international sur la Guinée, juste pour donner l’impression qu’il est de bonne foi alors qu’il fait tout pour retarder le processus.
 
Nous exhortons les forces vives à ne pas reculer par rapport à leur position de refuser le CNT nouvelle forme de Dadis (244 membres) avec des personnes qui n’y apporteront que de la confusion et du retard. Elles doivent également rester fermes sur l’ordre des élections tel qu’il était prévu dans le chronogramme 2009.
 
Les élections législatives doivent impérativement se tenir en 2009 afin que le pays soit doté d’une institution légale et représentative du peuple qui mettra fin à l’Etat d’exception qui permet à Dadis d’agir en maître absolu et dilapider nos biens. Il nous faut un parlement élu avant les risques d’explosion que Dadis et ses proches feront courir à notre pays par leurs manoeuvres pour garder le pouvoir. En effet, c’est d’abord la présidence qu’ils visent. Ensuite ils tricheront les élections pour avoir l’Assemblée Nationale aussi.
 
Pas de boycott des élections et laisser la voie libre à Dadis et à sa bande, comme l’opposition l’a fait avec Lansana Conté. C’est bien cela leur calcul en ce moment. Non seulement il faut d’abord les législatives mais pour rien au monde il ne faut accepter la candidature de Dadis ou d’un membre du CNDD. Etre joueur et arbitre en même temps ne doit plus être accepté en Guinée. S’ils insistent à vouloir trahir leurs engagements, alors il faut faire appel au peuple et à toutes les institutions républicaines pour chasser les putschistes et instaurer un Etat de droit en Guinée. Et s’ils osent encore tirer sur les populations, alors les forces vives et particulièrement les partis politiques doivent demander à l’ONU d’intervenir pour désarmer cette bande et les traduire en justice.
 
A part les milliards qu’ils distribuent actuellement, il semblerait que le CNDD doit une facture de 8 milliards de FG à la société Sobragui. N’ayant que 8 mois de pouvoir, cela fait une facture de 1 milliard de FG de consommation de bière par mois. Même en Pologne on ne consomme pas l’alcool autant qu’en Guinée sous le CNDD ! Ces gens vont-ils rendre gentiment ce pouvoir ? Le moment de se battre est arrivé pour tout Guinéen digne et conscient.
 
Pour les audits, nous pensons qu’il faut les faire absolument mais sous la responsabilité d’une commission parlementaire démocratique issue des élections législatives. Tous les anciens dirigeants, y compris Dadis, le CNDD et le gouvernement Komara doivent être audités. Les violences sociales provoquées à Macenta pour le partage de l’argent que Dadis et le CNDD distribuent en ce moment est une preuve de la nécessité d’auditer le régime actuel.
 
Le parlement démocratique élu avant le président pourrait ainsi engager une procédure de destitution contre le nouveau président élu si sa responsabilité est juridiquement établie.
 
Dadis et Sékouba doivent s’expliquer sur les dilapidations des maigres ressources de l’Etat qu’ils sont entrain de faire en ce moment. Surtout que c’est eux-mêmes qui ont informé le peuple que la Guinée a des difficultés financières. L’argument que c’est une telle personne, un Etat ou une entreprise qui a fait don au chef de l’Etat ne pourrait être valable. Un don fait au chef de l’Etat reste propriété de l’Etat, parce qu’il s’adresse à l’institution et non à la personne privée. De même, un avion, un véhicule offert au président ou à un ministre reste propriété de l’Etat et ne saurait être emporté par le locataire temporaire des lieux en question. D’ailleurs, Dadis avait prêté serment de ne jamais accepter un don destiné à sa personne ou à sa famille.
 
 
SADIO BARRY

 
 
Info :
 
Cette émission avec Bah Oury sur la transition a été rediffusée hier lundi 24.08.09 à 18 :30. Elle sera diffusée à nouveau le vendredi prochain, 28.08.09, à 14:10 GMT, soit 16:10 heure d’Europe.
Pour l’écouter, prière d’aller dans la colonne de droite de GuineePresse.info (Ecouter Djigui FM en direct) et cliquer sur le lien rouge Radio Djigui FM. Vous accéderez directement à la Radio.
 
Il peut arriver qu’il y ait des interruptions pour ceux qui écoutent sur le net. Cela est certainement dû à la surcharge de la ligne. Il suffirait de cliquer une fois sur pause puis sur play de nouveau pour que tout marche correctement.
2009-08-25 22:37:41 Thierno
2009-08-25 22:37:11 Abdoul

2009-08-26 00:31:18

Dans un communiqué diffusé cette journée de mardi 25.08.09, Dadis a enfin débloqué les 30 milliards de FG, part guinéenne restante, pour financer l’organisations des élections législatives et présidentielles. 

C’est ce dimanche 23.08.09 que Bah Oury, le vice-président de l'UFDG, a critiqué Dadis et le CNDD sur la radio Djigui FM de distribuer de l’argent partout dans le pays alors qu’ils refusent de débloquer le montant qu’il faut pour l’organisation des élections (Lire Info en bas).
 
Comme par hasard, Dadis débloque cet argent maintenant que les forces vives se montrent fermes. Il faut également rappeler que le GIC-G arrive en Guinée le 3 septembre. Tous les gestes de Dadis dans le cadre du processus transitoire sont toujours intervenus à la veille de l’arrivée du groupe de contact international sur la Guinée, juste pour donner l’impression qu’il est de bonne foi alors qu’il fait tout pour retarder le processus.
 
Nous exhortons les forces vives à ne pas reculer par rapport à leur position de refuser le CNT nouvelle forme de Dadis (244 membres) avec des personnes qui n’y apporteront que de la confusion et du retard. Elles doivent également rester fermes sur l’ordre des élections tel qu’il était prévu dans le chronogramme 2009.
 
Les élections législatives doivent impérativement se tenir en 2009 afin que le pays soit doté d’une institution légale et représentative du peuple qui mettra fin à l’Etat d’exception qui permet à Dadis d’agir en maître absolu et dilapider nos biens. Il nous faut un parlement élu avant les risques d’explosion que Dadis et ses proches feront courir à notre pays par leurs manoeuvres pour garder le pouvoir. En effet, c’est d’abord la présidence qu’ils visent. Ensuite ils tricheront les élections pour avoir l’Assemblée Nationale aussi.
 
Pas de boycott des élections et laisser la voie libre à Dadis et à sa bande, comme l’opposition l’a fait avec Lansana Conté. C’est bien cela leur calcul en ce moment. Non seulement il faut d’abord les législatives mais pour rien au monde il ne faut accepter la candidature de Dadis ou d’un membre du CNDD. Etre joueur et arbitre en même temps ne doit plus être accepté en Guinée. S’ils insistent à vouloir trahir leurs engagements, alors il faut faire appel au peuple et à toutes les institutions républicaines pour chasser les putschistes et instaurer un Etat de droit en Guinée. Et s’ils osent encore tirer sur les populations, alors les forces vives et particulièrement les partis politiques doivent demander à l’ONU d’intervenir pour désarmer cette bande et les traduire en justice.
 
A part les milliards qu’ils distribuent actuellement, il semblerait que le CNDD doit une facture de 8 milliards de FG à la société Sobragui. N’ayant que 8 mois de pouvoir, cela fait une facture de 1 milliard de FG de consommation de bière par mois. Même en Pologne on ne consomme pas l’alcool autant qu’en Guinée sous le CNDD ! Ces gens vont-ils rendre gentiment ce pouvoir ? Le moment de se battre est arrivé pour tout Guinéen digne et conscient.
 
Pour les audits, nous pensons qu’il faut les faire absolument mais sous la responsabilité d’une commission parlementaire démocratique issue des élections législatives. Tous les anciens dirigeants, y compris Dadis, le CNDD et le gouvernement Komara doivent être audités. Les violences sociales provoquées à Macenta pour le partage de l’argent que Dadis et le CNDD distribuent en ce moment est une preuve de la nécessité d’auditer le régime actuel.
 
Le parlement démocratique élu avant le président pourrait ainsi engager une procédure de destitution contre le nouveau président élu si sa responsabilité est juridiquement établie.
 
Dadis et Sékouba doivent s’expliquer sur les dilapidations des maigres ressources de l’Etat qu’ils sont entrain de faire en ce moment. Surtout que c’est eux-mêmes qui ont informé le peuple que la Guinée a des difficultés financières. L’argument que c’est une telle personne, un Etat ou une entreprise qui a fait don au chef de l’Etat ne pourrait être valable. Un don fait au chef de l’Etat reste propriété de l’Etat, parce qu’il s’adresse à l’institution et non à la personne privée. De même, un avion, un véhicule offert au président ou à un ministre reste propriété de l’Etat et ne saurait être emporté par le locataire temporaire des lieux en question. D’ailleurs, Dadis avait prêté serment de ne jamais accepter un don destiné à sa personne ou à sa famille.
 
 
SADIO BARRY

 
 
Info :
 
Cette émission avec Bah Oury sur la transition a été rediffusée hier lundi 24.08.09 à 18 :30. Elle sera diffusée à nouveau le vendredi prochain, 28.08.09, à 14:10 GMT, soit 16:10 heure d’Europe.
Pour l’écouter, prière d’aller dans la colonne de droite de GuineePresse.info (Ecouter Djigui FM en direct) et cliquer sur le lien rouge Radio Djigui FM. Vous accéderez directement à la Radio.
 
Il peut arriver qu’il y ait des interruptions pour ceux qui écoutent sur le net. Cela est certainement dû à la surcharge de la ligne. Il suffirait de cliquer une fois sur pause puis sur play de nouveau pour que tout marche correctement.
2009-08-25 22:37:41 Abdoul
2009-08-25 22:37:11 Solo Keita

2009-08-26 00:31:18

Dans un communiqué diffusé cette journée de mardi 25.08.09, Dadis a enfin débloqué les 30 milliards de FG, part guinéenne restante, pour financer l’organisations des élections législatives et présidentielles. 

C’est ce dimanche 23.08.09 que Bah Oury, le vice-président de l'UFDG, a critiqué Dadis et le CNDD sur la radio Djigui FM de distribuer de l’argent partout dans le pays alors qu’ils refusent de débloquer le montant qu’il faut pour l’organisation des élections (Lire Info en bas).
 
Comme par hasard, Dadis débloque cet argent maintenant que les forces vives se montrent fermes. Il faut également rappeler que le GIC-G arrive en Guinée le 3 septembre. Tous les gestes de Dadis dans le cadre du processus transitoire sont toujours intervenus à la veille de l’arrivée du groupe de contact international sur la Guinée, juste pour donner l’impression qu’il est de bonne foi alors qu’il fait tout pour retarder le processus.
 
Nous exhortons les forces vives à ne pas reculer par rapport à leur position de refuser le CNT nouvelle forme de Dadis (244 membres) avec des personnes qui n’y apporteront que de la confusion et du retard. Elles doivent également rester fermes sur l’ordre des élections tel qu’il était prévu dans le chronogramme 2009.
 
Les élections législatives doivent impérativement se tenir en 2009 afin que le pays soit doté d’une institution légale et représentative du peuple qui mettra fin à l’Etat d’exception qui permet à Dadis d’agir en maître absolu et dilapider nos biens. Il nous faut un parlement élu avant les risques d’explosion que Dadis et ses proches feront courir à notre pays par leurs manoeuvres pour garder le pouvoir. En effet, c’est d’abord la présidence qu’ils visent. Ensuite ils tricheront les élections pour avoir l’Assemblée Nationale aussi.
 
Pas de boycott des élections et laisser la voie libre à Dadis et à sa bande, comme l’opposition l’a fait avec Lansana Conté. C’est bien cela leur calcul en ce moment. Non seulement il faut d’abord les législatives mais pour rien au monde il ne faut accepter la candidature de Dadis ou d’un membre du CNDD. Etre joueur et arbitre en même temps ne doit plus être accepté en Guinée. S’ils insistent à vouloir trahir leurs engagements, alors il faut faire appel au peuple et à toutes les institutions républicaines pour chasser les putschistes et instaurer un Etat de droit en Guinée. Et s’ils osent encore tirer sur les populations, alors les forces vives et particulièrement les partis politiques doivent demander à l’ONU d’intervenir pour désarmer cette bande et les traduire en justice.
 
A part les milliards qu’ils distribuent actuellement, il semblerait que le CNDD doit une facture de 8 milliards de FG à la société Sobragui. N’ayant que 8 mois de pouvoir, cela fait une facture de 1 milliard de FG de consommation de bière par mois. Même en Pologne on ne consomme pas l’alcool autant qu’en Guinée sous le CNDD ! Ces gens vont-ils rendre gentiment ce pouvoir ? Le moment de se battre est arrivé pour tout Guinéen digne et conscient.
 
Pour les audits, nous pensons qu’il faut les faire absolument mais sous la responsabilité d’une commission parlementaire démocratique issue des élections législatives. Tous les anciens dirigeants, y compris Dadis, le CNDD et le gouvernement Komara doivent être audités. Les violences sociales provoquées à Macenta pour le partage de l’argent que Dadis et le CNDD distribuent en ce moment est une preuve de la nécessité d’auditer le régime actuel.
 
Le parlement démocratique élu avant le président pourrait ainsi engager une procédure de destitution contre le nouveau président élu si sa responsabilité est juridiquement établie.
 
Dadis et Sékouba doivent s’expliquer sur les dilapidations des maigres ressources de l’Etat qu’ils sont entrain de faire en ce moment. Surtout que c’est eux-mêmes qui ont informé le peuple que la Guinée a des difficultés financières. L’argument que c’est une telle personne, un Etat ou une entreprise qui a fait don au chef de l’Etat ne pourrait être valable. Un don fait au chef de l’Etat reste propriété de l’Etat, parce qu’il s’adresse à l’institution et non à la personne privée. De même, un avion, un véhicule offert au président ou à un ministre reste propriété de l’Etat et ne saurait être emporté par le locataire temporaire des lieux en question. D’ailleurs, Dadis avait prêté serment de ne jamais accepter un don destiné à sa personne ou à sa famille.
 
 
SADIO BARRY

 
 
Info :
 
Cette émission avec Bah Oury sur la transition a été rediffusée hier lundi 24.08.09 à 18 :30. Elle sera diffusée à nouveau le vendredi prochain, 28.08.09, à 14:10 GMT, soit 16:10 heure d’Europe.
Pour l’écouter, prière d’aller dans la colonne de droite de GuineePresse.info (Ecouter Djigui FM en direct) et cliquer sur le lien rouge Radio Djigui FM. Vous accéderez directement à la Radio.
 
Il peut arriver qu’il y ait des interruptions pour ceux qui écoutent sur le net. Cela est certainement dû à la surcharge de la ligne. Il suffirait de cliquer une fois sur pause puis sur play de nouveau pour que tout marche correctement.
2009-08-25 22:37:41 Solo Keita
Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.