chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Halte au populisme corrosif de Moussa Dadis !!!

Date de publication:2009-08-27 18:04:52

2009-08-27 20:03:44

Décidemment, Les faits sont têtus, décidemment. L’Histoire est entrain de rattraper les « héritiers de la Révolution Guinéenne», à travers leurs méthodes, et leurs rejetons en l’occurrence Moussa Dadis. 

La plus grande ablation que la culture en Guinée ait connue, est à vrai dire, le manque d’un Institut National des Archives. La mémoire est entrain de s’envoler si l’on n’y prend pas garde. Les mauvaises habitudes reviennent consciemment ou inconsciemment.
 
Les Historiens Guinéens devraient s’atteler dans ce sens-là, nous disons bien des Historiens (des Chercheurs objectifs) et non des Idéologues qui pensent et travaillent délibérément dans leur sarcophage de dogme.
 
Sinon, comment expliquer aujourd’hui que le peuple et la jeunesse guinéenne retombent exactement dans les mêmes pervers qu’il y a 30 ou 40 ans ? Le Populisme !
 
Pour les lecteurs qui n’auraient pas compris la portée purement politique de ce vocabulaire, je dirais que le populisme désigne un type de discours et de courants politiques, critiquant les élites et prônant le recours au peuple (d’où son nom), s’incarnant dans une figure charismatique (Hormis Moussa Dadis) et soutenu par un groupe acquis (c'est-à-dire les acteurs principaux de la mamaya, l’analphabète Mohamed Diop et ses zouaves).
 
Moussa Dadis est entrain d’achever notre pays malade depuis 50 ans sous nos yeux et nos barbes.
 
En pondant, son machin le MDDR (Mouvement Dadis Doit Rester) à quelques années près, le Sheïtane 2008-2009 (Moussa Dadis) a emprunté la même voie que Sékou Touré avait prise avec la JRDA (Jeunesse du Rassemblement Démocratique Africain) et la manipulation intensive des étudiants de l’IPC de l’époque (Institut Polytechnique de Conakry) dans la période allant de 1962 à 1968.
 
Concernant ce chapitre référez-vous à deux personnages aujourd’hui sinistres, pionniers de ces moments pénibles de notre Histoire et qui furent il y a quelques mois seulement l’une des principales sources de ce que nous vivons aujourd’hui avec Dadis : Lamine Sidimé et Aboubacar Somparé.
 
L’Histoire est entrain de se répéter dans la bêtise : MDDR et la JRDA, même type de commanditaire, même approche et même vocabulaire.
 
Pour vous en convaincre, je vous prie de bien vouloir accéder au lien ci-dessous : il s’agit d’une manifestation organisée le MDDR au nom du peuple de Guinée devant l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique. J’invite particulièrement tous nos frères et sœurs vivant au Canada et aux U.S.A de faire une lecture attentive de ce communiqué. Je souhaite de tout cœur qu’ils ne subissent pas sur place la maladresse des personnes à qui ils envoient pratiquement le quart pour ne pas dire la moitié de leurs revenus aux Etats-Unis.
 
Pour ma part, j’ai pu retenir quelques passages que je vais mettre en relief :
 
-          En effet, la Guinée est un peuple souverain
-          depuis leur prise de pouvoir sans effusion de sang, ni aucune violation des droits de l'Homme, le 23 décembre 2008
-          Le peuple glorieux et historique du 28 septembre 1958
-          L'impérialisme, le néocolonialisme et sa cinquième colonne trouveront toujours leur tombeau en Guinée
-          Le peuple de Guinée et le MDDR veillent et veilleront au grain, et ne ménageront ni moyens, ni idées, ni aucune action pour préserver l'intégrité, la souveraineté, la liberté... du peuple de Guinée
-         
Rendez-vous donc le dimanche 30 août 2009. A 10h, devant l'Ambassade des Etats-Unis à Koloma, en face de la RTG Koloma.
Conakry, le 26 août 2009
 
Voici en quelques mots comment Moussa Dadis, le CNDD et le Caporal des Gones du Kaloum Mohamed Diop veulent nous mener à l’affrontement, toujours l’affrontement.
 
Guinéens et Guinéennes !!!
Réveillez-vous cette fois-ci
 
L’extrait qui suit est de Monsieur Pounthioun DIALLO de la faculté des Sciences de l’Education (honnêteté intellectuelle oblige), pour éviter tout amalgame, pour éviter de confondre « Accumulation primitive » et « cafouillage intellectuel » comme monsieur « PRODUITS TOQUECHIQUES » vous me comprendrez aisément ou alors suivez mon regard.
 
Cette manifestation est extraordinaire. Pour mémoire, elle ressemble étrangement à la marche de soutien été préconisée par Sékou Touré le 30 octobre 1966 à Conakry devant l’Ambassade des Etats-Unis. Suivez bien ce qui suit jeunesse guinéenne en particulier.
 
« En 1966, un conflit oppose la Guinée, d’une part, et les Etats-Unis et le Ghana d’autre part. Les militaires venus au pouvoir à Accra à la suite du coup d’état de février étaient mécontents de la Guinée, où Nkrumah, qu’ils ont renversé, avait trouvé l’asile politique, et de Sékou qui promettait de ramener de force Nkrumah à Accra.
 
En guise de réaction, les Ghanéens retiennent en otage a Accra le 29 octobre 1966 une délégation guinéenne (en tête Feu Mohamed Kassory Bangoura aux A.E) qui se rendait en Ethiopie. Comme les Guinéens voyageaient à bord de la compagnie américaine PAN AM, Sékou Touré et son parti, qui avaient déjà porté les soupçons sur leurs Etats-Unis dans le renversement de Nkrumah, y voient un coup planifié de concert entre ces derniers et les putschistes d’Accra.
 
Le 30 octobre 1966, le PDG appelle les guinéens à la mobilisation.
Le même jour l’ambassadeur des Etats-Unis est assigné à résidence surveillée. Les étudiants de l’I.P.C (Institut Polytechnique de Conakry) chez qui Nkrumah était extrêmement populaire, ne se font pas prier pour sortir du campus. Ils se joignent donc, aux 50.000 manifestants qui avaient gagné les rues de la capitale. Ils se mettent même à la tête de ceux qui prennent d’assaut, ce jour-là, la résidence de l’ambassadeur américain sur laquelle ils font pleuvoir des jets de pierres.
 
Dans les jours qui suivent, au retour des otages guinéens notamment, le 8 novembre, Sékou Touré dénonce ouvertement l’Impérialisme américain. Il déclare indésirable l’aides des Etats-Unis et fait expulser de Guinée les Peace Corps (Corps de la Paix) et le personnel de l’ambassade. »
 
Voici en quelques mots la provocation que Moussa Dadis pourra déclencher contre les Américains au lieu de s’occuper de l’essentiel, c'est-à-dire des Guinéens. Mais qu’il se rassure que les jours se suivent mais ne se ressemblent pas, les années se suivent mais ne se ressemblent pas et les leaders se suivent se suivent mais ne se ressemblent.
 
Au moment où tous les pays africains se cherchent pour les uns, se lancent dans le développement durable pour les autres ; c’est ce moment que cherchent Moussa Dadis et le CNDD pour nous mettre définitivement notre pays à genoux. Les données ont beaucoup changé. Il y a un grand décalage entre les Etats-Unis et la Guinée. Il faut être responsable. Notre arrogance à 1000 francs guinéens ne nous amènera nulle part.
 
Je lance un appel ici :
 
Jeunesse guinéenne, ne suivez plus comme des moutons ces leaders suicidaires.
Jeunesse guinéenne, pensez à votre avenir, Dadis va vers sa fin.
Jeunesse guinéenne, n’oubliez jamais que Dadis et sa famille sont à l’abri des balles
Jeunesse guinéenne, il y a eu plus de 50.000 morts et disparus en Guinée pour rien.
Ne laissez pas Dadis nous retourner dans les ténèbres, dans les cavernes d’Ali Baba
 
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Facinet SYLLA

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.