chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

CNDD- Forces vives

Date de publication:2009-08-31 23:01:34

2009-09-01 00:54:41 

Comme annoncé, la rencontre programmée ce lundi au Palais du peuple a effectivement eu lieu, mais sans   la présence des forces vives encore moins des syndicats ou de la société civile. Dadis ne s’est retrouvé face à lui-même, puisque ses interlocuteurs potentiels, les forces vives, ont tout simplement préféré décliner son "invitation", donc la rencontre. Ces dernières voient plutôt dans les façons de faire du capitaine les actes d’un éventuel candidat, d'un futur adversaire. Mais, pour le moment, rien d'absolument sûr.
 
 Dans la salle des fêtes du Palais du peuple, se sont retrouvées toutes les entités sociales que les forces vives évitaient justement de rencontrer, en tout cas pour parler de la transition. Il s’agit notamment des présidents des CRD, des sous-préfets, des préfets, des gouverneurs et surtout de tout ce que Conakry recèle comme associations de femmes et de jeunes; ces derniers venus essentiellement pour l'animation de la salle. Il faut noter que dans les alentours du palais, nombreux étaient des jeunes représentants d’autres partis qui n’ont pas eu accès à la salle.
 
Auparavant, l’axe Enco5-Hamdallaye avait été complètement paralysé par de jeunes manifestants qui réclament le départ immédiat du pouvoir du président Dadis et de son équipe.
 
Dans son intervention, le chef de la junte, comme par le passé, a tout d’abord disserté sur l’étendue de l’amour qu’il a pour son pays, la Guinée.
 
                         Dadis et la politique :
 
‘’S’ils continuent à faire la pression sur moi, je vais me présenter’’
 
Dadis pouvait-il tenir plus longtemps dans sa position de candidat non déclaré, mais candidat de facto, ainsi qu’il nous en a donné le sentiment jusque là ?
 
Le chef de la junte a entretenu sinon le suspens, du moins une sorte de flou artistique qui a fini par agacer plus d’un au cours de ces derniers mois.
 
De ce point de vue, qui se sentirait surpris d’une candidature du capitaine Moussa Dadis, qui avait pourtant proclamé à la face du monde qu’il ne serait pas candidat, comme du reste les membres du CNDD et de son gouvernement?
 
Il a simplement réussi à se présenter comme un caméléon et un homme dont la parole n’est pas une montagne. On tombe décidément des nues.
 
Ce n’est pas tout, car à ses heures perdues, Dadis aime bien jouer à faire peur aux Guinéens, donc aux potentiels électeurs, en agitant le spectre de tous les maux qu’engendreraient ces élections. Et quant on y ajoute le slogan de certains jeunes "brutalement" acquis à sa cause envers et contre tout, le slogan « Dadis ou la mort » trouve toute sa genèse et son explication. On se souvient de la mésaventure du secrétaire permanent du CNDD avec la volée de bois vert administrée par Dadis, pour avoir repris en écho ce grave slogan.
 
Ce monsieur a au moins eu le courage de clamer tout haut ce qui se disait tout bas dans certains milieux.
 
A l’allure actuelle, l’idéal du 23 décembre semble un lointain souvenir pour les Guinéens, qui avaient naïvement osé croire en leur destin.
 
 L’histoire retiendra qu’à partir de ce lundi 31 août, le fossé entre Forces vives et CNDD n'a fait que s’approfondir et s’élargir. Et les plus sceptiques penseront qu’entrent le CNDD et les Forces vives, le divorce est complètement consommé.
 
 
Namory Condé

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.