chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Vive le Président ! A bas le Général !

Date de publication:2008-01-31 11:17:11

« Car en Guinée, on peut tromper tout le peuple une partie du temps, une partie du peuple tout le temps, tout le peuple.. tout le temps ! »

Mon cher William Sassine, je ne sais pas pourquoi je pense à toi, à l’occasion de ce choir brutal, catastrophique, de tout un peuple. J’ai mal à la Guinée. J’aime bien cette horrible expression bien qu’elle choît d’une personnalité qui prospérait dans un horizon non loin de la France-chafric, qui n’est pas le mien. Mais enfin planter des choux, c’est déjà imiter quelqu’un. Elle dit en tout cas parfaitement mon état moral. J’ai sommeil et ne puis m’endormir. Je n’ai pas sommeil mais je suis dans un état pré-létal. Bref, j’ai le blues. Les jeunes des quartiers difficiles de nos faubourgs diraient, « je ne suis pas au diapason ».
 
En d’autres mots, je suis en manque, bien que je ne suis pas un « chroniqué », comme dirait mon jeune frigoriste de Kipé qui a émigré aux States, c’est comme ça qu’on disait jadis, à l’époque dorée des « roaring sixties », le temps merveilleux des « Hare Krishna ! », des beatniks et autres hippies.
Oui, Sassine, fait chier avec la langue de boas constricteurs, je dis chat comme chat, comme ça fissa ! Je suis El Hadj et vous, vos turbans et « tiggare »(1), c’est pour quoi faire, étouffer les jeunes pousses dans leurs élans, une manière plus sûre de les pousser à prendre le large, à bord de vielles pinasses genre Djola,(2) ou se faire geler les balloches entre deux trains d’atterrissage ? Mieux vaut se faire cuire en passant par le Dar fours crématoires que de se laisser occire pour désaccords honteux, accompagnés de tristes notes d’accords pour balles-musettes qui tuent la liberté avant de l’ensevelir dans le linceul de la honte qui couve le ciel glauque des prédateurs, cons à criquets dissimulés sous des cols blancs.
 

 Jeunes, partez à Dubaï, à Hongkong, quittez la honte, en Angola et fuyez le « Gbéléya ».. Jeunes « conjoncturés , moisis, en danger(3) » du golfe persique des faux bourges(4) de Conakry, vous ferez mieux d’aller dans le vrai Golfe persique. A Bambéto, Démoudoula, Dar Salam, mourir pour des anciens cons, battant le pavé, c’est du faux et usage de faux, du cinéma quoi, pour chéries bobos de Bollywood.(5)
Vous ne méritez pas de mourir pour ces ancêtres qui traînent, en descendant l’ascenchieur de schitt(6) pour futurs « junkies »(7) de quartiers dits difficiles, plus facile à prendre, que l’escalier qui monte au fromager du Père de la nation qui y a hissé un « Kibany » (8), hanté par le fumet d’un fromage pourri qui rappelle le « seggeti » : « le poisson pourrit par la tête ! ». C’est un proverbe soussou..

Où en étais-je déjà ? Je parlais de la Guinée, celle des trois Guinées qui se trouve en réalité au cœur du Triangle des Bermudes. Qui s’y aventure disparaît, en se noyant dans une mer de médiocrité. Vous avez remarqué, si j’avais écrit en « koko lala »(9), cela eût donné « merde crioté » . Avec un petit ajustement structurel, on obtiendrait merde de cruauté, ou coup d’épée de Robin the Woods ( Robin des bois ) dans le matos de l’économie nationale entièrement mondialisée. Comprenne qui pourra, alphabêtisez-vous si vous voulez la vérité..(10)

« Car en Guinée, on peut tromper tout le peuple une partie du temps, une partie du peuple tout le temps, tout le peuple.. tout le temps ! »

Voici cinquante ans que cela dure.
Pourquoi ?
Parce que nous sommes accablés par l’intelligentsia la plus chancre de tous les temps. Deux cents criquets pèlerins massacrent impunément les efforts de près d’une dizaine de millions de pauvres hères qui cherchent à se tirer d’une glue que semble déverser l’Histoire sous ses pieds pour lui faire faire un pas en avant, deux en arrière. Vous pensez que je parle en langue secrète, ou gros-gros français de Moussa. Pas du tout. Simplement je n’ai pas sommeil. Je l’ai déjà dit.
Si j’ai bien conté les Lanchanana,( paix à l’âme ce dernier, qui n’a rien à faire ici(11) ), les syndicats ont reculé en moins de deux ans quatre fois. Ils ont chanté :

« Vive lanchanana !

A bas Conté !

Vive Lanchanana !

A bas Kouyaté !(12) »

Puisque chaque fois qu’ils ont reculé, ils n’ont jamais rien obtenu comme dirait Toto. Sauf des morts inutiles. C’est pour cela que l’un d’eux avait pu dire comme Toto, qui faisait du chiisme(13) sans le savoir, qu’eux ils ont réuchii : «.. là où les Partis ont échoué. ». Seigneur ça vole haut, à vau-l’eau ! Etait-ce là un compliment aux Partis ou une injure ? Voire une manœuvre de l’Oncle Cham, à ne pas confondre avec l’autre oncle.. Moi je parle de l’ancêtre des Nègres, maudit par Noé dans la Bible. Cham et rites, flexions de l’histoire.. Vous avez compris : réflexchions sur l’Histoire africaine, comme les bullschitt de Sarko à Dakar : les Nègres ne pensent qu’à ça, dormir dans les poubelles de l’histoire . Voire ! Maintenant que les poubelles se mettent à choisir leurs immigrés..

On raconte chez « Marco Polo », la célébrissime taverne de Taouia que fréquentait l’immortel William Sassine, on raconte que si l’un des syndicalistes est va-t-en guerre, c’est pour sauver son parent( M. Kouyaté ), cependant que ceux ou celle qui traînent le pas, ne veulent pas assurer la revanche de l’autre qui a la rage au cœur : en découdre avec les assassins de leurs cousins( un autre Premier ministre, colonel celui-là, « cadavéré » avec d’autres rescapés des « guerres mondieux » par l’homme, ce connu/inconnu pour parler comme l’Autre Super Tyran, Ahmed Sékou Touré si vous préférez.
Rien que ça !
Pour les mettre d’accord, la tante de l’Oncle Sam ( lui c’est vraiment lui ! ), est venue leur mettre les poings sur les hi ! hi ! Visez-moi ce qu’a rappé la meuf aux mecs, à cette époque :

 « Nous ne voulons pas que notre Peuple

 Nous contraigne à venir sans gants

 Laver votre linge sanglant
 Haillons de corps sans glands
 Horribles souvenirs-écrans
 Du tristement célèbre Camp

 Comprenez mes chers toutous
 Toujours en tutus de raphia
 Prêts pour d’interminables bamboulas
 Loin de nous ces façons faux-culs
 Mais en ce moment pas de focale sur nous
 Nous sommes en plein caucu(e)s »..

Enfin, c’est comme ça qu’ils appellent leurs primaires. D’autant qu’un presque bushman (14), Obama , risque de rafler la mise sous la barbe d’une authentique blanche, pas chique il faut le dire, et peut-être même anti-raschitt, plus du tout hilarante depuis qu’elle a soutenu la guerre contre l’Irak. Il ne faut pas compliquer outre mesure l’humanitarisme, par un excès de tares. « N’est-ce pas, la démocratie c’est le pire des systèmes, à l’exception de tous les autres. Et vous, vous ne faites d’ailleurs partie d’aucun système. Vous êtes atypiques, vous avez le type nègre quoi ». Et encore :
« Le moindre mal pour vous, c’est d’organiser vos élections truquées, c’est là que vous excellez. Alors verser du sang pour une affaire de démocrassie ? ».

Quoi d’autre madame ?

« Soyez raisonnables, nous allons financer ça. Et tout rentrera dans l’ordre. Quand nos élections seront terminées, vous verrez que tout est pareil, il y aura des mécontents, ce seront des démocrates ou des républicains, mais c’est sûr, il y aura des mécontents. Donc si vous savez cela d’avance, pourquoi se fâcher pour des byzantinismes propres aux « Blancs qui pensent trop , comme disait ce sage Dogon du milieu du siècle dernier ? »(15)

Ce vilain siècle nègre, qui vit naître tant de républiques bananières importées ! Prétendant même n’être pour rien dans leurs mortifères « tropicalités » ( Sony Labou Tansi ).
Qu’est-ce que je disais déjà..
Dieu qu’est-ce que j’ai sommeil.. Je me sens totalement délocalisé !

« Le préavis de grève vient d’être levé.. C’est en République de Guinée, Guinée Conne-à-cris.. Comme vous savez, il y a la Guinée Sékou Touré, la Guinée Nguéma, la Guinée Lanchanana.. euh.. encore une fois ce dernier n’est plus rien du tout.. à cause des syndicats et cons.. I’m sorry.. « i woulé won tan mara dé ! » (16) , oui je disais, qu’on sort par la porte de service.. Bon choix madame, bon choix monsieur, pour les élections de 2017 entre les deux Lancha na ! na ! et Non ! ».
Ca y est c’est la migraine..

« ..Fin de nos émissions.. » .

Pour les Alfa bêtes : Toubabs ( maintenant on dit Baptous ), Diaspourris coupés du bled,etc.

  1. Couvre-chef pour femme supposée être vertueuse ..
  2. Grosse pirogue sénégalaise qui avait chaviré et entraîné la mort d’un millier de négrilles, comme autrefois, jadis il y a longtemps, vraiment longtemps de cela..
  3. Mouise, difficultés liées au chômage.
  4. Bourgeois dans l’argot des jeunes de banlieues en France.
  5. Hollywood de l’Inde.
  6. Drogue très prisée des.. broussards, enfin des Affreux-Américains et qui s’écrit : m….
  7. Drogué chronique
  8. Le trône de qui vous savez, en Guinée.
  9. Le Mamadou et Binéta du temps des Geôles
  10. Vous ne savez donc rien de l’œuvre de W. Sassine, « L’Alphabête », ça ne vous dit rien ?
  11. Chanana, jeune rappeur guinéen qui vient de mourir, et Sassine dans sa célèbre chronique assassine, n’appelait le Président Conté que par Lanchana..
  12. Lansana Kouyaté ( vous connaissez l’autre Lansana ), actuel Premier ministre dit de consensus issu de l’accord tripartite à la suite des évènements sanglants de janvier-février 2007,aujourd’hui très controversé de tous les côtés. Les deux Lansana sont maintenant à couteaux tirés ou presque.
  13. Chiisme vient de l’arabe Chia: parti ( celui de l’Imam Ali, pas celui de Pascal Tolno, Toto va ! ). Chié enfin ! Pour les détails demandez, donc aux mollas iraniens, aux oulémas saoudiens, à G.Bush ou à la Mama des musulmans de Guinée « révélée » par El Hadj Mansour Fadiga lors d’un prêchi-prêcha radio « ntanmara »( suis pas coupable.. )
  14. Broussard.
  15. Voir Marcel Griaule, ethnologue français : juste un clic sur google..
  16. « Menteuse, nous on n’y est pour rien, c’étaient des Bissalô-guinéens ». Sôri, en effet, veut dire aussi en soussou, soldat.

 
S.N.B.
Scribouillard, S.D.F.à Panam

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.