chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

La Guinée qui déraisonne!

Date de publication:2009-09-06 07:32:24

2009-09-06 09:29:28

Le moins que l’on puisse dire à la lecture du Net, c’est bien que certains parmi nous déraisonnent complètement ! En effet, de nombreuses interventions se font sur des bases dépourvues d’objectivité. Comme il est de coutume maintenant chez nous, les Guinéens, lorsque nous sommes à cours d’arguments, nous tentons de noyer le poisson en ralliant des alliés en utilisant ‘’l’instinct grégaire’’ de la communauté de langue vernaculaire : c’est bien ce dont il s’agit car, répétons le encore une fois, la notion d’appartenance ‘’ethnique’’ n’est qu’illusion de naïfs anachroniques en 2009; la très grande majorité des Guinéens sont devenus ‘’multi-ethniques’’ bien qu’ayant décidé de s’assimiler à une communauté pour différentes raisons objectives. Le débat politique d’arguments devenu ainsi celui des sectarismes, la raison est remplacée par l’irrationnel et inepties. C’est vrai que les enjeux pour le pouvoir sont tels que même certaines personnes honorables tombent sous le charme des biens matériels des gouvernants et renient tous les principes de probité morale et surtout religieuse (craindre Dieu et pas un homme !). Pourquoi ce phénomène ne touche que la Guinée dans la sous-région ? Le Mali, le Sénégal et même la Côte d’Ivoire qui a connu une guerre civile ne sont pas descendus aussi bas que la Guinée en termes de division « ethnique » (le mot utilisé dans toutes ses déclinaisons) : critiquer Gbagbo ou Wade n’a jamais été pris par personne –même les extrémistes zélés- pour une attaque contre sa communauté/ethnie ! Pour la simple et évidente raison qu’il ne la représente pas et ses actes n’engagent que lui !  Serions nous plus ‘’bêtes’’ et plus mentalement arriérés que tous nos voisins après leur avoir montré la route en 1958 ? Plus que tous les problèmes politiques ou de griefs contre ceux qui ont dirigé ou dirige la Guinée, tant que cette mentalité de préjugés d’appartenance ‘’ethnique’’ (euphémisme, car ‘’tribale’’ serait le mot juste) ne sera pas condamnée et combattue par tous avec la plus grande énergie, avec ou sans Dadis, la Guinée restera minée par ses propres citoyens comme une maladie auto-immune, un cancer. Est-il si difficile pour des académiquement éduqués d’attaquer les arguments de leurs contradicteurs par les leurs comme ils le voient dans les pays modernes et démocratiques ? Et cette tendance est d’autant plus dangereuses lorsque des amalgames sont faits par certains hommes politiques ou leur parti, comme l’UPR qui pour justifier les propos, à contre-courant, de son leader n’a rien trouvé de mieux que de prétendre ne pas vouloir donner l’impression que la fronde anti-Dadis viendrait du Fouta (sic). C’est une défense mal inspirée, regrettable et qui fragilise encore plus le tissu social tout en faisant le jeu des perdants manipulateurs d’opinions. Ce n’est pas le Fouta qui vote et choisit le président de la République mais des individus d’obédiences variées selon leur propre conscience, comme tout Guinéen dans toutes les autres régions !  Et puis, depuis quand le Fouta ou une autre région du Pays donne des consignes de vote ou de sanctions ?!   ’est en ces moments durs et difficiles que les grands leaders se distinguent en bien et non en mal ! Nous voyons malheureusement trop souvent dans la politique en Guinée, des chefs de parti réagir en militant Lambda plutôt qu’en leader: c’est à dire en écoutant leur cœur “meurtri” plutôt que la raison et surtout l’intérêt général et le leur à long terme! Quelqu’un disait que l’on naît leader politique et que l’apprentissage des qualités de leadership ne produit généralement que des “dyslexiques” politiques (lecture et interprétation erronées de la politique). Un bon patriote doit combattre tout ce qui peut freiner l’émancipation du peuple  par l’action des dictatures. Le Fouta n’est qu’une portion de territoire arbitrairement délimitée où il y a des citoyens qui ne parlent pas tous, d’ailleurs, la même langue maternelle/ vernaculaire ! Carton jaune, donc, à l’UPR pour propos confus à tendance ‘’confusionnistes’’ !   Et à propos, c

Cela dit, après 9 mois de gouvernance, nous constatons que Dadis ne souhaite pas gouverner mais régner et mettre le pays à sa disposition ! Et que finalement Dadis se révèle n’être que la réincarnation de Conté à la différence que le Général au moins faisait semblant de jouer le jeu de la démocratie. Comment peut on soutenir un Dadis qui s’arroge les prérogatives de la Cour Suprême en menaçant d’empêcher arbitrairement certains candidats de se présenter aux présidentielles ; il utilise des fonds publics pour battre campagne avant la période (alors que des familles de diplomates rappelés sont coincées à l’étranger avec la plupart sans salaire depuis des mois ! Combien de familles pourraient être dignement rapatriées avec Fg 400 millions ou de salaires et indemnités payés avec ces millions distribués pour le soutenir?). Des audits, tant attendus, annoncés depuis janvier 2009 qui ne se matérialisent toujours pas !  Car compromettant pour tout le monde.  Et les exemples sont légion qui montrent que Dadis ne fera que perpétuer les 24 ans de Conté. 
Malgré tout, si Dadis veut être candidat en faisant fi de la parole donnée qu’il démissionne de l’Armée, redevienne simple citoyen, utilise ses fonds propres et surtout qu’il prenne des cours sur les pratiques démocratiques : débats d’arguments et non de forces, la  liberté d’expression et sans oublier une initiation  sur  les prérogatives d’un président de la République qui ne sont pas celles d’un monarque/roi ; ce que Dadis ne comprend pas et confond ; le chef de l’Etat  est à la disposition de la nation -pour la guider- et non l’inverse ! Il prétend être libre de disposer ad libitum des ressources du Pays et de faire ce que bon lui semble sans être régi par aucune loi ou textes ! Vous imaginez le péril qui nous est tombé dessus encore ?! Or il aurait suffit que Dadis fasse et respecte toutes ses promesses et menaces de décembre 2008 et janvier 2009 pour que même s’il se dédisait, sa candidature soit acceptable. Mais il nous a pris pour des nigauds et fait du ‘’Conté’’ en plus arrogant !   Seule, notre détermination peut les (Dadis et le CNDD) vaincre et sauver la Guinée!

Pour finir, prévenons encore une fois ces jeunes qui pensent que Dadis est leur candidat, ils risquent de déchanter plus tôt qu’ils ne pensent ! En 2009, un chef d’Etat doit avoir la culture de la démocratie et surtout avoir assimilé ses exigences comme la tolérance et la contraction des opposants, politiques et de la Société Civile. Néanmoins tout cela dit, si ce n’était que Dadis seulement, la lutte serait beaucoup plus aisée ! Mais notre plus grande inquiétude concerne, encore une fois, la proportion au delà du seuil de nuisance de compatriotes prêts à soutenir quiconque leur propose en échange des biens matériels ou promotions sachant très bien que ce n’est pas dans l’intérêt de la Nation. A côté de ceux qui voient tout au travers du prisme de la communauté de langue vernaculaire, c’est le problème majeur de la Guinée aujourd’hui devant celui de Dadis ! Que faire pour marginaliser, neutraliser ou contrecarrer ces Guinéens tant ils sont nombreux en Guinée comme à l’étranger ? Résoudre ce casse-tête en faisant passer leur nombre à un niveau négligeable – comme ailleurs- réglera tout les problèmes politiques en permettant d’enraciner la démocratie et la règle de l’excellence. La route sera très longue et difficile surtout si les plus jeunes se montrent aussi naïfs et faciles à manipuler ! Les postes et l’argent sont limités !  

I. Diallo-‘’Ollaid’’

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.