chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

La mère à l’agonie appelle ses enfants au secours

Date de publication:2009-09-06 07:39:57

2009-09-06 09:35:36

La Guinée traverse un moment très difficile et controversé de son histoire. Il faut que chaque Guinéen joue son rôle partout où il se trouve pour sauver la patrie. Trop c’est trop, il faut se réveiller. Que personne d’entre nous n’ait un intérêt de partisan ethnique, religieux ou régionaliste. Capitaine Daddis et le CNDD risquent de se retrouver à la marge de l’histoire avec regret car l’avenir de la Guinée est en danger. 

Que le Capitaine Moussa Daddis Camara et le CNDD sachent clairement que les Guinéens ne vont plus accepter un autre pouvoir militaire après celui de 24 ans qui a mis notre pays en retard et qui a fait la promotion de l’ethnocentrisme, le régionalisme, l’impunité, la corruption et l’injustice comme étant les idéaux de développement. Le président de la République Capitaine Daddis, les membres du CNDD et les autres membres du gouvernement de Komara doivent respecter leur engagement qui est << d’organiser des élections libres, crédibles, indépendantes et transparentes, et qu’aucun d’entre eux ne doit se présenter à ces élections>>. Capitaine Daddis Camara peut-être honnête et courageux, mais les dinosaures féroces de l’administration Guinéenne veulent lui détourner de ses programmes ambitieux, qu’il leur dise non ou nous (le brave peuple de Guinée) lui ramènera à la raison à tout prix. La démagogie et le clientélisme ne marcheront plus en Guinée. Trop c’est trop. Il faut que le changement arrive en Guinée.
 
Il est à nous de se lever et aller forger notre destin. Nous devons tous nous lever et agir main dans la main et aller vers la construction d’un grand empire. Parce que si le passé amertume des 50 dernières années de notre histoire n’est pas à oublier, il en est de même que celui-ci n’est pas à revivre. Alors, brave peuple de Guinée, encore une fois de plus levons-nous comme un seul et disons non à Dadis comme nous l’avions fait en 1958 à  Charles De Gaule. Car, le respect et la liberté d’un peuple commencent lorsqu’il peut dire non. Donc, soyons les dignes héritiers de nos pères et mères qui ont choisi en 58 la liberté dans la pauvreté qu’à l’opulence dans l’esclavage. Ces faits sont nos réalités et ces faits sont aussi nos valeurs. Et il nous appartient aujourd’hui de les perpétuer.
 
Ce pendant, se battre et perdre fait mal ; mais refuser de se battre pendant qu’on le devait ou fuir devant ses responsabilités est encore pire. Alors, que chacun apporte le minimum qu’il peut ou contribue en sa façon dans la construction de ce grand empire.
L’édifice réalisé, nos enfants et nos petits enfants l’indexeront et diront, voilà ce que nos pères et mères ont fait, à nous d’en faire autant ou plus. C’est cette valeur que je voudrai qu’on lègue aux générations futures et non pas de l’amertume, de jugements, des arrestations arbitraires et de vengeance ou de condamnations injustes. Nous sommes tous Guinéens et de toutes les ethnies Guinéennes. Que nous soyons forestiers, malinkés, peulhs, soussous etc., nous devons tous avoir une vision commune: le changement, la prospérité, la justice et l’égalité de chance dans notre pays tout en luttant sans peur et ni fatigue contre la corruption, l’intérêt personnel, et la démagogie qui sont institutionnalisés  en Guinée. Il faut reconnaitre que le mal de ce pays, c’est le Guinéen, et que ce mal ne peut être soigné que par le Guinéen lui-même. Donc, l’avenir de la Guinée se trouve dans les mains des Guinéens.
 
Nous devons être vigilants et compter sur nous-mêmes d’abord avant de compter sur les autres. Les Guinéens ne doivent pas être inattentifs et de compter entièrement sur la communauté internationale pour la démocratie en Guinée, car ce sont certains membres, je dis bien certains membres de cette même communauté internationale qui défendent et soutiennent la dictature en Afrique. La liberté et la justice pour tous ne se donnent pas et ne s’achètent pas, elles se méritent avec courage, témérité et honnêteté. Seuls les Guinéens ensembles qui peuvent défendre entièrement la démocratie en Guinée sans défaillance. 
    
Nous devons tous réfléchir, nous écouter les un les autres, discuter objectivement sans haine ni partie prise en abandonnant l’illusion que celui-ci est peulh, cet autre est malinké, soussous ou forestier. Il faut reconnaitre que tous les Guinéens de toutes les ethnies Guinéennes vivant en Guinée aujourd’hui ont la même souffrance dans toutes les régions du pays.
 
Alors, nous devons tous prendre au sérieux cette souffrance nationale et se sentir responsables et aussi capables de relever le défi en abandonnant ces éloges démagogiques aux chefs et ces campagnes de soutient aveugle, d’intérêts personnels ou ethniques. Que le Guinéen arrête d’insulter toute une ethnie à cause d’un seul individu en ignorant que tous les malinkés ne sont pas les mêmes, tous les peulhs ne sont pas les mêmes, tous les soussous ne sont pas les mêmes et que tous les forestiers ne sont pas les mêmes. Car, les deux anciens régimes ont trahi toutes les ethnies Guinéennes et si nous n’ouvrons pas nos yeux dès maintenant pour voir clairement les choses, peut-être le troisième régime fera le pire.
 
La vie du Guinéen ne se limite pas à Conakry seulement. Par contre, tout le retard de la Guinée, toute la démagogie, l’ethnocentrisme, le clientélisme et la mamaya prennent leur source à Conakry et généralement ces faits déshonorants sont orchestrés par certains leaders politiques ou dirigeants sensés de dire la vérité pour le bonheur du peuple. Que le capitaine et le CNDD sachent qu’ils sont entrain de poser leurs traces EXACTEMENT sur celles laissées par les anciens: distraire le peuple pour se maintenir durablement au pouvoir, protéger leurs intérêts personnels au détriment du peuple et violer les droits de l’homme pour créer la soumission, la peur et la panique en Guinée. Il faut que les Guinéens se réveillent. Trop c’est trop, il faut que les Guinéens changent de mentalité et de comportement. Il faut qu’il y ait le renouvèlement de la génération politique en Guinée. La vieille politique Guinéenne ne pourra plus tromper le peuple, il faut arrêter le recyclage des différents groupes de la mafia Guinéenne au pouvoir pour sauver l’avenir des futures générations. Trop c’est trop. Il faut le changement en Guinée.
 
Que les Guinéens sachent qu’une seule personne ou une seule ethnie ne peut pas lutter contre l’injustice, la gabegie, l’intérêt personnel, le clientélisme, l’ethnocentrisme et le régionalisme qui sont totalement institutionnalisés  en Guinée. Il faut que tous les Guinéens et toutes les ethnies Guinéennes se lèvent ensembles et regardent vers la même direction. Osons dire la vérité à nos frères et sœurs militaires, à nos dirigeants et aux leaders politiques ; qu’ils ne sont pas descendus du ciel. Nous sommes tous Guinéens, nés des familles Guinéennes, de toutes les ethnies Guinéennes et de toutes les régions de la Guinée. Cette fois-ci, à  cette période historique de notre pays, ni les militaires ni les autres groupes de personnes refusant d’aller à la retraite ne peuvent confisquer le pourvoir dans ce pays. Il faut que les Guinéens osent se dire la vérité et que les leaders politiques et dirigeants écoutent la population et qu’ils acceptent et reconnaissent la vérité du peuple telle qu’elle est pour le bonheur de tous les Guinéens. Guinéens et Guinéennes, travaillons ensemble avec les leaders politiques braves, honnêtes et courageux, et ensemble défions les leaders politiques démagogues et opportunistes. Il faut démystifier le pouvoir en Guinée.
 
Les Guinéens rapatriés de l’extérieur sous la complicité des dirigeants Guinéens ne sont pas seulement des peulh, malinkés, soussous ou forestiers. Ce sont des jeunes Guinéens de toutes les ethnies Guinéennes et de toutes les régions de la Guinée. Aucun Européen, Américain ou Asiatique n’a été arrêté, battu et menotté pour être rapatrié de la Guinée. Par contre, nous vivons l’expérience du jour au jour du rapatriement de nos confrères Guinéens dans des conditions déplorables et même criminelles sous la complicité de nos dirigeants. Dans le monde entier, seul le dirigeant Guinéen pour son intérêt personnel peut être complice de la souffrance de ses propres citoyens, vendre un laisser passez à un autre pays pour rapatrier les citoyens Guinéens et seul le dirigeant Guinéen pour protéger ses intérêts ou par ethnocentrisme ou vengeance, peut mettre ses citoyens en prisons au profit d’un expatrié. Il faut que les leaders politiques cessent d’être amis et opposants à la fois au pouvoir.
 
Guinéens et Guinéennes, notre mère, la Guinée à l’agonie appelle ses enfants au secours. Soyons ensemble pour éviter un autre pouvoir militaire en Guinée ou le recyclage ou l’assemblage des mêmes hommes ou groupes d’hommes qui sont là depuis 1958 sans développement fiable. Levons nous à fin que la prospérité et l’égalité de chance voient le jour dans notre pays. Ensemble faisons de sorte que tous les Guinéens de l’intérieur comme de l’extérieur retrouvent leur dignité et leur respect humain.
Arrivée d’Oumar Ballet Diallo en Guinée, le 27 Septembre 2009.
TROP C’EST TROP. LE CHANGEMENT ARRIVE EN GUINEE
 
QUE DIEU BENISSE LA GUINEE – AMEN!
 
Oumar ballet Diallo
ADEGUI – Président

Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.