chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Que de tergiversations immobiles et stériles

Date de publication:2009-09-06 15:39:46

2009-09-06 17:38:11

Il y' a des moments pour dénoncer et d’autres pour s’activer, l’immobilisme collectif n’a jamais repoussé de barrières dictatoriale ou discriminatoire.

Jeunesse guinéenne notre préoccupation majeure aujourd’hui, le combat de notre génération,  est de déterminer les voies et moyens pour faire partir Dadis et sa bande ainsi que le gouvernement du menteur Komara, parce que l’on oublie ce dernier qui, à plusieurs reprises, a  soutenu que son mentor ne s’ éternisera pas au pouvoir, qu’ il est sincère, que ses engagements pris au lendemain du coup de changeront jamais etc. Il n’est pas différent de Dadis; c’est le prototype de l’intellect au service de la dictature. Hier nous disions que nos ainés avaient collectivement démissionné de leur rôle, que faisons-nous aujourd’hui? Qu’avons-nous retenu de leur enseignement? Où est la rupture avec ce qui leur a fait mal et dont nous avons hérité?

À nos ainés de bonne foi, nous demandons un soutien moral et intellectuel sincère, plusieurs d’ entre vous ont les relations et les entrées qu’il faut pour s’activer dans le lobbysme afin de maintenir la pression économique et politique qu’il faut sur le pays. Vous ne pourrez certainement pas être de tous les rendez-vous de la jeunesse active mais ce qui précède, vous pouvez le faire. N’allez surtout pas croire que nous sommes naïfs, ignorants ou manipulables, mettez nous à l’épreuve! Nous aurions souhaité que le débat porte sur les actions à entreprendre maintenant, actuellement, inspirés de votre sage expérience, et non sur les faux pas d’un leader politique ou d’opinion. Vouloir se mesurer aux faibles revient à opter pour la faiblesse : c’est mon opinion!

Au réveil, chaque citoyen Guinéen devrait s’interroger sur les actes qu’il a personnellement posés la veille et ceux qu’il prévoit entreprendre maintenant et demain en vue d’apporter sa contribution pour un changement positif et radical de la donne au pays. L’erreur collectivement fatale à commettre actuellement est de s’attarder à déchiffrer ce que la junte et ses acolytes font du jour au lendemain en Guinée dans le but d’y déceler des manifestations hasardeuses de bonne volonté et pi titi et patata. Leurs intentions sont claires et leur machine de confiscation du pouvoir bien huilée est déjà en marche. Si les leaders politiques veulent se joindre aux mouvements qui s’organisent actuellement, voire être à leur tête,  c’est tant mieux pour eux et pour la nation. Et s’ils démissionnent, qu’ils soient simplement contournés et ignorés, point à la ligne, inutile de tergiverser là-dessus. Certains d' entre nous l’ont compris et nous sommes déjà organisés et préparés en conséquence, nous composerons avec ceux qui se sacrifient déjà, tels que Mouctar Diallo.

Sans vouloir les défendre, nous pouvons aisément comprendre que ces leaders politiques s’exposeraient à tous les dangers en faisant face aux fous de Conakry, cela prend donc un moral blindé et une étoffe peu commune qui ne sont pas à l’actif de n’ importe quel être. Ainsi, l’on peut discuter et débattre de leur couardise, cela parait certainement fort comme analyse mais  quel danger y’ a-t-il pour un citoyen Guinéen de manifester à Paris, Bruxelles, Londres, Washington et autres? Des appels ont été lancés, en plein été, combien d’ entre nous en ont parlé à fortiori fait le déplacement? L’on s’est plutôt conforté à prétendre ou se laisser raconter que ces manifestations sont les «œuvres manipulatrices de leaders assoiffés de pouvoir», une insulte pour nous qui nous activons pour les organiser. L’immobilisme n’est donc pas imputable qu’aux leaders politiques! D’autres appels sont déjà lancés et certains suivront dans quelques jours, nous aurons donc l’occasion de mesurer le courage dans l’action de chacun d’ entre nous, à titre individuel. À chacun sa conscience citoyenne!

Pour l’ instant ce que j’observe chez mes compatriotes, depuis le 23 décembre, est que la paresse dans l’action est quasiment collective, tout le monde dénonce mais très peu entreprennent ou agissent et c’est souvent ces derniers qui font l’objet de tirs amicaux dans le dos, leurs actions sont critiquées et sabotées par ceux qui devraient être à leur coté. C’est là l’esprit des clans, qui rôdaient autour de Conté, que nous reprenons très "guinéennement" ou que nous soyons : tout le monde voulait le fauteuil mais chacun se contentait de plaire, paraitre et s’inventer des ennemis, laissant ainsi au grabataire toute la latitude de jongler avec eux jusqu’ à l’arrivée d’un autre groupe de larrons qu’ils appelaient leurs petits. C’ est pourquoi ces derniers n’ont aucun respect pour leurs anciens grands : ils connaissent leurs faiblesses et tout ce qui leur fait peur.

Même lorsque nous obtenons un penalty, dans un match quasiment perdu d’avance par inégalité des forces, personne ne veut le tirer prétextant que ces coéquipiers n’ont pas été à la hauteur du match : l’on ne fait pas des Maradonna avec ca, encore moins une équipe (nation) reconnue et respectable. Nous paraissons tous ridicules et humiliés, à souhait!

Un autre débat dilatoire, initié par les thuriféraires du CNDD et leurs mentors - qui sont effectivement le seuls à en bénéficier et toujours prêt à sauter sur la moindre des occasions pour nous narguer -, est celui qui tourne autour de la possibilité de candidature de Dadis aux prochaines échéances. Retenons que la prise du pouvoir par l’ armée n’ est qu’ une imposture recouverte d’ un gros mensonge d’ état qui a débuté bien avant que PIVI se mette à assassiner des citoyens Guinéens, c’ était à l’ époque où ce groupe nous était vendu comme une «frange républicaine de l’armée». En juin 2008, je dénonçais ce mensonge dans le texte «Une armée à l’image de son peuple» qui est encore disponible dans les archives de certains sites; le moment viendra d’en reparler. Dans l’affaire Monica Lewinsky, ce qui préoccupait  le peuple américain, était de savoir si leur président Bill Clinton leur mentait en niant les faits plutôt que s’il a trompé sa femme et ses enfants. Pour ce mensonge ils étaient prêts à le destituer alors que les faits ont eu lieu avant son élection à la présidence.   Ce qui est décelable et déplorable, chez bon nombre d’entre nous, c’est cette couardise généralisée qui nous pousse à croire  volontairement, malgré les signes contradictoires, au mensonge érigé en méthode de gouvernance pourvu que l’on n’ait pas à se remuer soi-même dans l’espoir que le Père Noel reviendra chaque année nous sortir de la torpeur collective, nous y avons cru en décembre 2008 et, à ce rythme, nous y croirons encore en 2108. Nous en voulons encore de promesses bancales pour revenir faire les désabusés dans quelques mois, autrement la junte à suffisamment manifester sa mauvaise foi.

Pendant que Mandela était emprisonné, la lutte se poursuivait à Soweto et ailleurs en Afrique du Sud. Il a fallu que Rosa Parks résiste dans le bus de l’Amérique raciste … vous savez le reste, elle était simple couturière et non leader politique ou d’opinion.

 Maintenant ils veulent du temps et des propositions pour aider leur chef menteur à s’éterniser au pouvoir prétextant qu’il n’a pas eu suffisamment de «solidarité pour mener des réformes qu’il aurait entreprises». Personnellement, il est vrai que je ne leur ai jamais été solidaire, c’est comme ça je ne crois pas aux marchands d’illusion furent-ils «messies-menteurs». Mais, pour ceux qui sont de bonne foi et ont voulu y croire avant d’ entre désabusés, dites- nous : Qui était aux commandes? Quelles propositions n’ont pas été faites à la bande à PIVI (c’est bien lui le chef) et leur serviteur Komara, depuis le 23 Décembre dernier? Rien que sur le net, l’on ne peut énumérer le nombre de ces propositions, sans parler de celles qui sont parvenues à la junte, leur gouvernement et les "forces vives ". Si nous continuons encore à produire ce type de documents, c’est que l’on ne s’est pas encore réveillé : rien de bon ne sera fait sous l’égide de ce club de soulards, je n’invente rien, vous le savez!

Chers compatriotes c’est pour une action collective et citoyenne que nous sommes interpellés et non une campagne électorale. Ne confondons pas les deux je vous prie,  laissons  les partisans s’occuper des ratés de leurs Leaders politiques, que la junte se débrouille avec les siens et, qu’entant que citoyens, nous nous préoccupions de nos droits et libertés   fondamentaux et collectifs qu’elle veut bafouer en nous ridiculisant. Nous sommes les faiseurs de rois, les seuls, nul n’est indispensable ou incontournable et d’éventuelles élections post- Dadis, à nous de décider quand, nous donnerons l’occasion de le rappeler à qui de droit. En attendant nous avons une nation et une démocratie à bâtir avec un gros handicap armé à surmonter. Dadis "président", Diop gouverneur, une foutaise qui n’est possible qu’en Guinée!

Qu’il soit clair : Dadis ne doit  sous aucun prétexte - aussi malin, historique mal compris à la De Gaulle ou autres - être de la course électorale.  À la tâche, citoyens!
 
Boubacar Barrios Diallo
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.