chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Fouetter la journaliste qui portait un pantalon

Date de publication:2009-09-10 18:07:41

2009-09-10 20:00:48

"La journaliste soudanaise Loubna Ahmed al-Hussein, qui risquait 40 coups de fouet pour avoir porté un pantalon jugé « indécent », a été emprisonnée après avoir refusé de payer l'amende de 500 livres soudanaises à laquelle elle avait été condamnée lundi.
Loubna Ahmed al-Hussein a choisi de contester publiquement la loi soudanaise et notamment l'article 152, qui prévoit quarante coups de fouet contre quiconque commet un « acte indécent ».

  II y a aussi ces autres militantes. Douze autres femmes qui ont été arrêtées en même temps qu'elle. Elles ont reçu dix coups de fouet pour avoir porté un pantalon. Dans la matinée de lundi, d'autres militantes ont également été interpellées par la police, à Khartoum, alors qu'elles manifestaient leur soutien à Loubna Ahmed al-Hussein. Ces femmes ont ensuite été relâchées."
Source: RFI 

  Commentaire

Le pantalon porté actuellement par les hommes et les femmes de nos pays n'est pas d'origine africaine. Il n'y a donc aucune raison d'obliger les femmes à s'habiller en "tenues traditionnelles dignes d'une femme sérieuse", comme certaines sommités "religieuses" veulent le faire croire.
  Nous sommes strictement égaux, et aucun vêtement n'est à priori réservé à la gente masculine. C'est le même genre d'idées rétrogrades qui oblige les femmes (toujours) à porter l'affreuse Burka, véritable prison ambulante.

Dans les rues des grandes villes africaines (Dakar, Conakry…) on rencontre souvent ces véritables fantômes entièrement recouvertes d-un voile noir, y compris le visage, sous des températures de plus de 40 degrés.

Cette mauvaise interprétation des principes religieux est très populaires dans certains milieux qui s'efforcent de calquer chez nous une culture fondamentaliste retardataire et rétrograde, importée d'Iran ou d'Arabie Saoudite, pays qui ne brillent ni par leur respect des droits fondamentaux de la personne, ni par une démocratie pouvant servir de modèle.

La justice à coups de fouets, la justice qui fait lapider des femmes adultères comme en Afghanistan , la justice qui fait couper des mains des voleurs, sont toutes des parodies de justice et ne sauraient se réclamer de la religion.

Il est symptomatique de noter qu'en Mauritanie, il y a quelques années de cela, l'introduction de cette forme de "Charia" pour les voleurs a vu exclusivement les voleurs issus de la communauté noire se faire couper les mains, sous la supervision de …médecins. Lesquels ont fini par se rebeller contre ces mascarades de justice. Aucun "maure blanc" ne l'a jamais subie. Il est bien connu qu'il n'y a aucun voleur dans la communauté "blanche" de Mauritanie.
 
Nous devons tous soutenir les courageuses personnes qui luttent contre ces formes arriérées de comportement vis-à-vis de nos sœurs, de même que leurs extensions racistes.
Rappel historique
Les formes les plus horribles de racisme historique anti-noir, esclavage et castration, se  sont développées chez nos frères arabes, qui sont aussi nos frères en religion. Elles n'ont jamais été officiellement dénoncées. Pétrodollars aidant, elles ne seront jamais reconnues par les dirigeants de nos pays, et chez nous, de Sékou à  Dadis , qui affirme lui même "manger" de l'argent de Khadafi. La traite des noirs, c'est connu, est la faute exclusive de l'Occident chrétien...
 
  Thierno A DIALLO
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.guineelibre.over-blog.com


Commentaires


2009-09-10 20:00:48

"La journaliste soudanaise Loubna Ahmed al-Hussein, qui risquait 40 coups de fouet pour avoir porté un pantalon jugé « indécent », a été emprisonnée après avoir refusé de payer l'amende de 500 livres soudanaises à laquelle elle avait été condamnée lundi.
Loubna Ahmed al-Hussein a choisi de contester publiquement la loi soudanaise et notamment l'article 152, qui prévoit quarante coups de fouet contre quiconque commet un « acte indécent ».

  II y a aussi ces autres militantes. Douze autres femmes qui ont été arrêtées en même temps qu'elle. Elles ont reçu dix coups de fouet pour avoir porté un pantalon. Dans la matinée de lundi, d'autres militantes ont également été interpellées par la police, à Khartoum, alors qu'elles manifestaient leur soutien à Loubna Ahmed al-Hussein. Ces femmes ont ensuite été relâchées."
Source: RFI 

  Commentaire

Le pantalon porté actuellement par les hommes et les femmes de nos pays n'est pas d'origine africaine. Il n'y a donc aucune raison d'obliger les femmes à s'habiller en "tenues traditionnelles dignes d'une femme sérieuse", comme certaines sommités "religieuses" veulent le faire croire.
  Nous sommes strictement égaux, et aucun vêtement n'est à priori réservé à la gente masculine. C'est le même genre d'idées rétrogrades qui oblige les femmes (toujours) à porter l'affreuse Burka, véritable prison ambulante.

Dans les rues des grandes villes africaines (Dakar, Conakry…) on rencontre souvent ces véritables fantômes entièrement recouvertes d-un voile noir, y compris le visage, sous des températures de plus de 40 degrés.

Cette mauvaise interprétation des principes religieux est très populaires dans certains milieux qui s'efforcent de calquer chez nous une culture fondamentaliste retardataire et rétrograde, importée d'Iran ou d'Arabie Saoudite, pays qui ne brillent ni par leur respect des droits fondamentaux de la personne, ni par une démocratie pouvant servir de modèle.

La justice à coups de fouets, la justice qui fait lapider des femmes adultères comme en Afghanistan , la justice qui fait couper des mains des voleurs, sont toutes des parodies de justice et ne sauraient se réclamer de la religion.

Il est symptomatique de noter qu'en Mauritanie, il y a quelques années de cela, l'introduction de cette forme de "Charia" pour les voleurs a vu exclusivement les voleurs issus de la communauté noire se faire couper les mains, sous la supervision de …médecins. Lesquels ont fini par se rebeller contre ces mascarades de justice. Aucun "maure blanc" ne l'a jamais subie. Il est bien connu qu'il n'y a aucun voleur dans la communauté "blanche" de Mauritanie.
 
Nous devons tous soutenir les courageuses personnes qui luttent contre ces formes arriérées de comportement vis-à-vis de nos sœurs, de même que leurs extensions racistes.
Rappel historique
Les formes les plus horribles de racisme historique anti-noir, esclavage et castration, se  sont développées chez nos frères arabes, qui sont aussi nos frères en religion. Elles n'ont jamais été officiellement dénoncées. Pétrodollars aidant, elles ne seront jamais reconnues par les dirigeants de nos pays, et chez nous, de Sékou à  Dadis , qui affirme lui même "manger" de l'argent de Khadafi. La traite des noirs, c'est connu, est la faute exclusive de l'Occident chrétien...
 
  Thierno A DIALLO
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.guineelibre.over-blog.com

2009-09-10 18:07:41 Amara Lamine Bangoura
2009-09-10 18:24:48 Amara Lamine Bangoura

2009-09-10 20:00:48

"La journaliste soudanaise Loubna Ahmed al-Hussein, qui risquait 40 coups de fouet pour avoir porté un pantalon jugé « indécent », a été emprisonnée après avoir refusé de payer l'amende de 500 livres soudanaises à laquelle elle avait été condamnée lundi.
Loubna Ahmed al-Hussein a choisi de contester publiquement la loi soudanaise et notamment l'article 152, qui prévoit quarante coups de fouet contre quiconque commet un « acte indécent ».

  II y a aussi ces autres militantes. Douze autres femmes qui ont été arrêtées en même temps qu'elle. Elles ont reçu dix coups de fouet pour avoir porté un pantalon. Dans la matinée de lundi, d'autres militantes ont également été interpellées par la police, à Khartoum, alors qu'elles manifestaient leur soutien à Loubna Ahmed al-Hussein. Ces femmes ont ensuite été relâchées."
Source: RFI 

  Commentaire

Le pantalon porté actuellement par les hommes et les femmes de nos pays n'est pas d'origine africaine. Il n'y a donc aucune raison d'obliger les femmes à s'habiller en "tenues traditionnelles dignes d'une femme sérieuse", comme certaines sommités "religieuses" veulent le faire croire.
  Nous sommes strictement égaux, et aucun vêtement n'est à priori réservé à la gente masculine. C'est le même genre d'idées rétrogrades qui oblige les femmes (toujours) à porter l'affreuse Burka, véritable prison ambulante.

Dans les rues des grandes villes africaines (Dakar, Conakry…) on rencontre souvent ces véritables fantômes entièrement recouvertes d-un voile noir, y compris le visage, sous des températures de plus de 40 degrés.

Cette mauvaise interprétation des principes religieux est très populaires dans certains milieux qui s'efforcent de calquer chez nous une culture fondamentaliste retardataire et rétrograde, importée d'Iran ou d'Arabie Saoudite, pays qui ne brillent ni par leur respect des droits fondamentaux de la personne, ni par une démocratie pouvant servir de modèle.

La justice à coups de fouets, la justice qui fait lapider des femmes adultères comme en Afghanistan , la justice qui fait couper des mains des voleurs, sont toutes des parodies de justice et ne sauraient se réclamer de la religion.

Il est symptomatique de noter qu'en Mauritanie, il y a quelques années de cela, l'introduction de cette forme de "Charia" pour les voleurs a vu exclusivement les voleurs issus de la communauté noire se faire couper les mains, sous la supervision de …médecins. Lesquels ont fini par se rebeller contre ces mascarades de justice. Aucun "maure blanc" ne l'a jamais subie. Il est bien connu qu'il n'y a aucun voleur dans la communauté "blanche" de Mauritanie.
 
Nous devons tous soutenir les courageuses personnes qui luttent contre ces formes arriérées de comportement vis-à-vis de nos sœurs, de même que leurs extensions racistes.
Rappel historique
Les formes les plus horribles de racisme historique anti-noir, esclavage et castration, se  sont développées chez nos frères arabes, qui sont aussi nos frères en religion. Elles n'ont jamais été officiellement dénoncées. Pétrodollars aidant, elles ne seront jamais reconnues par les dirigeants de nos pays, et chez nous, de Sékou à  Dadis , qui affirme lui même "manger" de l'argent de Khadafi. La traite des noirs, c'est connu, est la faute exclusive de l'Occident chrétien...
 
  Thierno A DIALLO
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.guineelibre.over-blog.com

2009-09-10 18:07:41 alaye diakhaby
2009-09-10 18:24:48 alaye diakhaby
Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.