chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Guinée : le retour en force de Cellou Dalein Diallo

Date de publication:2009-09-13 20:20:05

2009-09-13 22:16:13

Le retour de Cellou à Conakry a finalement été un événement qui attire l’attention du monde entier, largement médiatisé grâce à l’animosité du CNDD qui s’est même permis de fermer l’aéroport samedi 12 septembre pour empêcher l’accueil du leader de l’UFDG (Veuillez écouter le fichier audio ci-dessous).

Un commentaire de AFP

« Une immense foule, composée de plus de 60.000 Guinéens selon la police, a accueilli dimanche à l'aéroport de Conakry l'ex-Premier ministre Cellou Dalein Diallo, figure de l'opposition et candidat à l'élection présidentielle prévue en janvier.

L'Union des forces démocratiques de Guinée (UDFG) entendait démontrer sa force à l'occasion du retour de son chef qui avait séjourné à Dakar et Paris.

Des dizaines de milliers de personnes ont accueilli M. Dalein Diallo à l'aéroport, avant de marcher pendant deux heures sur plusieurs kilomètres jusqu'au siège de son parti, dans la banlieue de la capitale. L'homme politique, vêtu d'un complet bleu, saluait la foule depuis un 4X4 décapotable.

Les manifestants - dont beaucoup portaient un T-shirt à l'effigie de M. Diallo - brandissaient des pancartes sur lesquelles ils avaient inscrit "Cellou président", "non à l'intimidation, oui à la transparence" ou encore "à bas la dictature militaire".

Cette manifestation a eu lieu dans un climat politique tendu, quatre mois avant le premier tour de la présidentielle.

Les "forces vives de la nation" (partis, syndicats, société civile) ont récemment dénoncé les "manoeuvres" de la junte au pouvoir depuis huit mois pour "favoriser" la candidature de son chef, le capitaine Moussa Dadis Camara.

Le mois dernier, Cellou Dalein Diallo avait instamment demandé à l'officier putschiste de respecter sa promesse de n'être pas candidat à la présidentielle.

Samedi, des militaires avaient attaqué des militants de l'UFDG près du siège du parti, blessant légèrement cinq d'entre eux, selon cette formation.

M. Dalein Diallo préside le parti du défunt opposant Mamadou Bâ, décédé en mai. La Guinée avait offert des funérailles nationales à ce farouche opposant aux régimes d'Ahmed Sékou Touré (1958-84) et de Lansana Conté (1984-2008), dans le Palais du peuple archi-comble.

Les manifestants de l'UFDG ont interpellé, à travers une banderole, le président sénégalais Abdoulaye Wade, lui demandant "de rester chez lui".

Le chef de l'Etat sénégalais et la présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf s'étaient longuement entretenus, samedi à Conakry, avec le chef de la junte. M. Wade, 83 ans, avait de nouveau présenté comme un "fils" le capitaine quadragénaire qui avait pris le pouvoir le 23 décembre, sans effusion de sang, après la mort du président Lansana Conté.

"La Guinée n’est pas la Mauritanie" ont également fait valoir les manifestants de l'UFDG. Le chef de la junte a récemment justifié son éventuelle candidature en citant le cas de la Mauritanie: "là bas, c’est un président élu qui a été renversé et celui qui l’a fait (le général Mohamed Ould Abdel Aziz) s’est présenté à l’élection. Il l’a remportée et la communauté internationale l’a validée" a fait valoir l'officier. »

Lors de sa rencontre du 9 septembre avec la presse nationale et étrangère sur la question des audits, Dadis présente fièrement les clefs du véhicule que Kadhafi lui aurait envoyé. Il dit également qu’il reçoit de l’argent à titre privé des présidents libyens et marocains. A un autre passage, Dadis affirme que c’est lui qui a sauvé Lansana Conté en pensant aux « riverains » (entendez "Soussous") qu’il appellent « Les Gbassikolos » avant de dire :

« Moi je demanderai aux populations de n’exclure personne et de nous laisser tous être candidats aux élections. Certains leaders de ces mêmes forces vives ont initié les audits pour faire éliminer leurs concurrents, les anciens Premiers ministres. Mais moi je ne me laisse pas utiliser. Si moi je suis candidat, je ne laisserai exclure personne…. Est-ce que vous allez avoir un homme plus honnête que le président Dadis, parce que c’est Dieu qui donne un homme honnête à une nation ?».

Notre putschiste se trouve donc en pleine campagne. Le président sénégalais Abdoulaye Wade qui serait venu raisonner Dadis cette fin de semaine, selon certaines sources, a fait des déclarations suivantes:

« Je suis un voisin, je suis le père du Capitaine Dadis mais je m’interdit d’intervenir dans les affaires intérieures guinéennes. Je suis donc là pour voir la situation de mes propres yeux, pour m’entretenir avec mon fils et amener la CEDEAO, l’Union Africaine et la Communauté internationale à venir voir ce qui se passe en Guinée comme moi je le fais aujourd’hui. Il ne faut pas que les gens restent à 5000 km pour se prononcer sur les problèmes de la Guinée »

avant de préciser qu’il va plaider la cause du CNDD en envoyant à ces derniers le film que son cameraman tourne sur le soutien a Dadis ! C’était hier samedi 12 septembre 2009.

Wade dont le fils serait actionnaire dans les sociétés d’exploitation d’or en Guinée et dont l’épouse serait actionnaire dans Rio Tinto, auquel Dadis a offert des Domaines en Guinée, ne semble plus se rappeler que la Communauté internationale l’a précédé la semaine dernière en Guinée.

Le vieux qui commence par dire ne pas se mêler des affaires guinéennes, affirme à la fin soutenir le programme du CNDD (Candidature de Dadis) avec l’engagement de faire diffuser les films des mises en scène organisées par Dadis.

Nous pensons que les forces vives doivent se montrer fermes dès maintenant en interdisant à Abdoulaye Wade de remettre pieds en Guinée pendant toute la durée de la transition. Sa présence perturbe Dadis et constitue une menace de la paix civile en Guinée. C’est maintenant qu’il faut se montrer ferme si l’on veut éviter le pire en Guinée.

Nous recommandons à Wade de lire ce que dit la presse internationale sur la honte que représente le chef du CNDD : Le Dadis Web Show 

SADIO BARRY

L'accueil de Cellou selon RFI

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.