chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Nouvelle dépêche de Conakry :

Date de publication:2009-09-13 22:17:38

2009-09-14 00:16:21

A croire que personne n’a dormi hier à Conakry. C’est à l’aube que les populations de la capitale ont commencé à envahir les rues, les autoroutes, les artères, les quartiers et se diriger qui, vers l’aéroport, qui vers le siège de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) pour accueillir Cellou Dalein Diallo.

 Conakry, la ville historique du 28 septembre 1958 avait rarement vécu un tel événement. D’aucuns vont jusqu’à dire que jamais la capitale guinéenne n’avait connu autant d’effervescence.

Les marchés ont tous fermé, les taxis ont boudé la rue, les ménagères ont sacrifié leur matinée du Saint Ramadan pour ne pas se faire compter l’événement. Tous étaient là, chantant, dansant ou pleurant de joie et bénissant ce dimanche qui, contrairement à hier, a été clément. Certains voyaient en cette clémence un signe et un symbole.

L’affluence est telle que ceux qui avaient cru bon prendre leur véhicule pour être les premiers à l’aéroport ont vite changé d’avis pour chercher où se garer et demander secours à leurs pieds. Tel est le cas de ce correspondant qui, au moment où nous parlions, s’empêtrait dans la masse et ne parvenait pas à trouver le plus petit espace pour y laisser sa voiture.

De Kaloum à Bambéto, d’Hamdallaye à Matoto, de Madina à Gbessia, de Coléah à la Belle- vue, d’Enco 5 à la Cimenterie, de Bonfi à Commandayah, il n’y avait que du monde. Militants, sympathisants d’hier devenus « UFDGistes », les Guinéens dans leur ensemble étaient sortis pour montrer leur attachement à la démocratie. Ils ont voulu exprimer leur raz- le- bol de la junte et de ses tentatives de manipulation de l’opinion nationale et internationale.

Ce sont des centaines de milliers de personnes de la métropole guinéenne qui sont actuellement dans les rues a indiqué notre interlocuteur. Il n’a pas hésité de dire qu’au moins un million de personnes se bousculent dans Conakry pour assister à l’événement qu’il a qualifié de légendaire.

Tellement les chants, les danses et les hourras montaient au ciel, la foule n’a pas entendu les vrombissements d’Air Mali qui a atterri à 9h50 en provenance du Sénégal et à bord duquel était Cellou Dalein Diallo.

Ce sont les plus matinaux, disons, ceux qui ont eu la chance de s’approcher de l’aéroport de Gbessia qui ont alerté les autres. On crut alors que la terre allait se fendre tellement les bousculades et les trépignements faisaient rage. Comment pouvait- il en être autrement ?
Le cortège du Président de l’UFDG a passé 2h30 entre l’aéroport et le Carrefour d’Hamdallaye : soit 4kms. C’est à ce niveau que des militaires et des agents de la police se sont mêlés à la foule pour crier en chœur : « Vive l’UFDG ! Vive Cellou Dalein ! »

On ne sait pas le temps que l’ancien premier Ministre passera entre son siège et son domicile d’autant plus que la population a décidé de l’y l’accompagner.

Les Guinéens étaient mobilisés pour montrer que l’UFDG, mais aussi les Forces Vives, ne font pas du transport commandé ou « des mobilisations bidons » comme le CNDD et son Président.

Ils ont également venu livrer un message, mieux donner une leçon au père que Dadis vient de trouver la quarantaine passée. Ils ont voulu remettre à sa place ce père qui narguait hier encore les Guinéens en disant qu’il allait montrer les images des comités de soutiens au CNDD à ses pairs pour témoigner de la popularité de « son premier fils » et non plus de son simple fils.

Les Guinéennes et les Guinéens ont voulu dire « au père de Dadis » qu’ils ne sont pas atteints par la sénilité qui fait perdre pieds sur terre ! Ils ont voulu montrer que la Guinée n’a pas besoin d’une main secourable qui tient la Bonne Parole d’une main et l’épée de l’autre.

Enfin, ils ont surtout voulu envoyer un message à Dadis et à son CNDD pour leur dire que les leaders politiques guinéens, qui qu’ils soient, sont intouchables. Comprendront- ils à partir d’aujourd’hui que la population préfère, et de loin, n’importe quel leader politique civil à l’arrogant et très sûrement éphémère hôte du Camp Alpha Yaya ?

En tout cas une bonne partie de l’armée et de la police semble avoir compris le message du peuple. Ainsi, la sécurité de l’accès au siège de l’UFDG était assurée par les forces de l’ordre intimement conscientes de la nouvelle ère qui pointe à l’horizon.

Les échauffourées entre certains agents acquis au CNDD et des militants de l’UFDG ne remettent pas en cause la prise de conscience de la cause commune entre civils et militaires démocrates. On voyait se côtoyer à bien d’endroits hommes en uniforme et citoyens acquis à la cause de l’UFDG et bien plus à l’idéal des Forces Vives : s’unir pour mener la Guinée vers la démocratie.

La prise de position du Secrétaire Administratif du Rassemblement du peuple de Guinée (RPG) M. Mohamed Diané qui a qualifié la descente du 12 septembre des sbires du CNDD au siège de l’UFDG de « violation fragrante de la Loi Fondamentale et d’acte anti- démocratique intolérable » est une preuve de cette union et du rapprochement des leaders politiques.

Les dés sont désormais jetés et nous Guinéens devrions nous en réjouir car les milliards que le chef de la junte vole à la banque Centrale et ses groupes de badauds érigés en ce que j’appellerai désormais « Comités de sous- tient de Dadis » ont fini par éveiller notre peuple.

Rendez- vous est pris contre la junte, le jour où les Forces Vives appelleront à la marche contre la dictature.

En attendant, l’accueil triomphal réservé à Cellou Dalein Diallo par les populations de Conakry est une gifle donnée aux voyous de Dadis. C’est un message à ses «  Comités de sous- tient » qui, à n’en pas douter, prendront leurs pieds au cou à la première mobilisation populaire contre leur bailleur.

C’est un signe fort de la marche de notre peuple vers la démocratie et qui donne du boom au cœur à tout Guinéen luttant pour l’expression de la volonté populaire à travers des sélections libres et transparentes.

Enfin, nous appelons vivement les Guinéens d’où qu’ils se trouvent à ne pas relâcher de vigilance car un pouvoir aux aguets est capable du pire. En témoignent les massacres de janvier, février, mai- juin 2008 et dont les acteurs veulent continuer à narguer notre peuple.

Lamarana petty Diallo                                            Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.