chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Avec le CNDD, c’est le triomphe de la médiocrité ou l’excellence de la bêtise

Date de publication:2009-09-15 20:14:09

2009-09-15 22:11:05 

C’est bien connu, le prestige d’une nation se mesure souvent aux qualités morales de ses dirigeants. Si cela est la règle, alors le prestige de la Guinée est en difficulté.

Neuf mois après l’arrivée accidentelle de la junte militaire qui n’est rien d’autre qu’un contingent de soulards aveugles avec de haine maladive, c'est le cas de cette horde de militaires éternellement intoxiqués ayant formé leurs liens grâce à une addiction commune à l’alcool, dans les maquis, le constat est amer et regrettable : l’espoir de transition et de démocratisation tant attendu s’est volatilisé comme du brouillard. 

Le Chef de la Junte Militaire exerce un pouvoir omnipotent et dictatorial. Le pays, en 9 mois, a fait un grand bond en arrière en matière de bonne gouvernance, et de respect des droits et libertés individuelles. Le gouvernement ne gouverne plus. Le Chef de la Junte Militaire, politiquement irresponsable, gère au quotidien le pays au point de s’arroger le titre de donneur d'ordres des dépenses du trésor public. 

Le pays est devenu une gastronomie familiale de Dadis. Le Capitaine Moussa Dadis Camara qui raisonne à travers un étroit tunnel de régionalisme et d’appartenance ethnique, devrait comprendre s’il était intelligent, qu’un dirigeant, quelque soit son appartenance ethnique ou régionale, ne pourra « JAMAIS » satisfaire tout son clan. Ceux qui raisonnent de cette façon (ethnie ou région) sont « HORS SUJET ». C'est pour cette raison que nous prions que tous les Guinéens dans l’unité retrouvée se lèvent comme un seul homme pour barrer la route à la dictature de Dadis, pour instaurer en Guinée des institutions républicaines fortes pour éviter qu’un idiot du village comme Moussa Dadis Camara, gère la Guinée comme une épicerie familiale.
 
Le Capitaine Moussa Dadis Camara, le « damné Prophète » de l’après Conté, s’est entouré de pseudo-intellectuels prostitués, incompétents, opportunistes, prévaricateurs, déconnectés de vrais enjeux de la société guinéenne et incapables de rompre avec les vieilles méthodes, tant décriées pendant l’ère de Lansana Conté.
 
S'il y a une chose que toutes les dictatures aiment réaliser, c'est appauvrir les peuples afin que l'élite ne songe qu'à la survie même dans l'indignité. C'est pourquoi ces opportunistes, qui devraient se battre sur les mêmes positions que le peuple, s’empressent et vont à la soupe de la dictature: pour survivre sans âme, sans cœur, sans dignité, livrant ainsi le pays à la servitude!
 
Les mêmes personnes qui ont soit servit loyalement le Général Lansana Conté ainsi que tout son système, ou qui l’ont vilipendé ou décrié, constituent la colonne vertébrale du CNDD du Capitaine Moussa Dadis Camara, et il parle de transition.
 
Quelle transition ?
 
Peut être une transition verse le pire car le Capitaine Dadis Camara a reconduit les mêmes immoralités.
 
Le Capitaine Moussa Dadis Camara pense illogiquement que la démocratie se limite seulement à l’organisation d’élections truquées dont les résultats seront falsifiés pour satisfaire sa boulimie de pouvoir. Un État de droit ne se réduit jamais à la seule organisation des élections, encore faut-il que les notions de justice, liberté, démocratie et patriotisme soient ancrées dans l’âme des soulards du CNDD.
 
Les membres de la junte militaire et ses militaires laquais n’ont ni dignité, ni honneur, qu’ils persévèrent dans la corruption, les antivaleurs et l’ignominie sans se remettre en cause, salissant ainsi pour toujours leurs noms et ceux de toutes leurs progénitures.
 
La brutalité, la terreur, le mensonge et les intrigues constituent les dernières armes de la junte militaire pour faire illusion. Au lieu de rassembler les Guinéens, le CNDD du Capitaine Moussa Dadis Camara excelle dans la division.
 
Incompétents, maladroits, inaptes de donner le moindre début de réponses aux questions existentielles, que se pose la population guinéenne, le CNDD finance des parades, des « mamayas » pour dissimuler son échec.
 
Le véritable miracle pour chasser la junte militaire et instaurer une vraie alternance en Guinée réside dans ces trois verbes d’actions, vouloir, pouvoir et devoir, à conjuguer au présent.
 
Pour changer le cours de l'histoire tragique de la Guinée, il faut avoir des citoyens et des leaders politiques qui ont des « CONVICTIONS ». Les Guinéens doivent se débarrasser de cette mentalité défaitiste et de cet état affectif de peur maladive, et être convaincus que le processus de libération du pays passe par la destitution du Capitaine « maniaque » Moussa Dadis Camara et son contingent de militaires ivrognes et drogués qui composent la junte militaire.
 
Les Guinéens doivent être résolus à mener le dernier maillon du combat contre la dictature imposée par Moussa Dadis Camara au peuple contre sa volonté quelque soit le prix à payer.
 
Outre la militarisation de l’administration qui est devenue improductive et paralysée, le CNDD pour masquer la pourriture a opté pour le triomphalisme politique, la politisation outrancière et inutile de l’armée et des institutions, la politisation abusive des services administratifs. Et par-dessus tout, il y a la glorification des anti-valeurs culturelles, de la culture de l’impunité, de l’injustice, des anti-valeurs au vernissage religieux, de la culture des travaux inachevés et des fausses promesses sans oublier la célébration des mentalités anti-économiques et anti-progrès comme en témoignent les nombreuses dépenses somptueuses improvisées, le gaspillage systématique d’argent de l’État.
 
Tout doit changer, tout va changer en Guinée que Dadis l’accepte ou pas. Qu’il le veuille ou non, le changement est là pour tout bien pensant. ... Sauf pour ceux qui se croient irremplaçables.
 
Les Guinéens souhaitent ardemment la fin de CNDD et de Moussa Dadis Camara, voir même une fin tragique, pourvu que le peuple retrouve sa liberté confisqué.
  

Docteur Mamadou Diallo, MD

 
Membre Fondateur de l’Alliance Nationale pour la Démocratie et le Développement (ANDD)
 
Fondateur et Administrateur de Guinea-Forum.
 
© Copyright : www.guinea-forum.org/ www.guinea-forum.org (Tous droits réservés)/2009     
 
Merci pour votre visite. Revenez quand vous voulez! À bientôt.

Commentaires


2009-09-15 20:14:09 Souleymane

2009-09-15 22:11:05 

C’est bien connu, le prestige d’une nation se mesure souvent aux qualités morales de ses dirigeants. Si cela est la règle, alors le prestige de la Guinée est en difficulté.

Neuf mois après l’arrivée accidentelle de la junte militaire qui n’est rien d’autre qu’un contingent de soulards aveugles avec de haine maladive, c'est le cas de cette horde de militaires éternellement intoxiqués ayant formé leurs liens grâce à une addiction commune à l’alcool, dans les maquis, le constat est amer et regrettable : l’espoir de transition et de démocratisation tant attendu s’est volatilisé comme du brouillard. 

Le Chef de la Junte Militaire exerce un pouvoir omnipotent et dictatorial. Le pays, en 9 mois, a fait un grand bond en arrière en matière de bonne gouvernance, et de respect des droits et libertés individuelles. Le gouvernement ne gouverne plus. Le Chef de la Junte Militaire, politiquement irresponsable, gère au quotidien le pays au point de s’arroger le titre de donneur d'ordres des dépenses du trésor public. 

Le pays est devenu une gastronomie familiale de Dadis. Le Capitaine Moussa Dadis Camara qui raisonne à travers un étroit tunnel de régionalisme et d’appartenance ethnique, devrait comprendre s’il était intelligent, qu’un dirigeant, quelque soit son appartenance ethnique ou régionale, ne pourra « JAMAIS » satisfaire tout son clan. Ceux qui raisonnent de cette façon (ethnie ou région) sont « HORS SUJET ». C'est pour cette raison que nous prions que tous les Guinéens dans l’unité retrouvée se lèvent comme un seul homme pour barrer la route à la dictature de Dadis, pour instaurer en Guinée des institutions républicaines fortes pour éviter qu’un idiot du village comme Moussa Dadis Camara, gère la Guinée comme une épicerie familiale.
 
Le Capitaine Moussa Dadis Camara, le « damné Prophète » de l’après Conté, s’est entouré de pseudo-intellectuels prostitués, incompétents, opportunistes, prévaricateurs, déconnectés de vrais enjeux de la société guinéenne et incapables de rompre avec les vieilles méthodes, tant décriées pendant l’ère de Lansana Conté.
 
S'il y a une chose que toutes les dictatures aiment réaliser, c'est appauvrir les peuples afin que l'élite ne songe qu'à la survie même dans l'indignité. C'est pourquoi ces opportunistes, qui devraient se battre sur les mêmes positions que le peuple, s’empressent et vont à la soupe de la dictature: pour survivre sans âme, sans cœur, sans dignité, livrant ainsi le pays à la servitude!
 
Les mêmes personnes qui ont soit servit loyalement le Général Lansana Conté ainsi que tout son système, ou qui l’ont vilipendé ou décrié, constituent la colonne vertébrale du CNDD du Capitaine Moussa Dadis Camara, et il parle de transition.
 
Quelle transition ?
 
Peut être une transition verse le pire car le Capitaine Dadis Camara a reconduit les mêmes immoralités.
 
Le Capitaine Moussa Dadis Camara pense illogiquement que la démocratie se limite seulement à l’organisation d’élections truquées dont les résultats seront falsifiés pour satisfaire sa boulimie de pouvoir. Un État de droit ne se réduit jamais à la seule organisation des élections, encore faut-il que les notions de justice, liberté, démocratie et patriotisme soient ancrées dans l’âme des soulards du CNDD.
 
Les membres de la junte militaire et ses militaires laquais n’ont ni dignité, ni honneur, qu’ils persévèrent dans la corruption, les antivaleurs et l’ignominie sans se remettre en cause, salissant ainsi pour toujours leurs noms et ceux de toutes leurs progénitures.
 
La brutalité, la terreur, le mensonge et les intrigues constituent les dernières armes de la junte militaire pour faire illusion. Au lieu de rassembler les Guinéens, le CNDD du Capitaine Moussa Dadis Camara excelle dans la division.
 
Incompétents, maladroits, inaptes de donner le moindre début de réponses aux questions existentielles, que se pose la population guinéenne, le CNDD finance des parades, des « mamayas » pour dissimuler son échec.
 
Le véritable miracle pour chasser la junte militaire et instaurer une vraie alternance en Guinée réside dans ces trois verbes d’actions, vouloir, pouvoir et devoir, à conjuguer au présent.
 
Pour changer le cours de l'histoire tragique de la Guinée, il faut avoir des citoyens et des leaders politiques qui ont des « CONVICTIONS ». Les Guinéens doivent se débarrasser de cette mentalité défaitiste et de cet état affectif de peur maladive, et être convaincus que le processus de libération du pays passe par la destitution du Capitaine « maniaque » Moussa Dadis Camara et son contingent de militaires ivrognes et drogués qui composent la junte militaire.
 
Les Guinéens doivent être résolus à mener le dernier maillon du combat contre la dictature imposée par Moussa Dadis Camara au peuple contre sa volonté quelque soit le prix à payer.
 
Outre la militarisation de l’administration qui est devenue improductive et paralysée, le CNDD pour masquer la pourriture a opté pour le triomphalisme politique, la politisation outrancière et inutile de l’armée et des institutions, la politisation abusive des services administratifs. Et par-dessus tout, il y a la glorification des anti-valeurs culturelles, de la culture de l’impunité, de l’injustice, des anti-valeurs au vernissage religieux, de la culture des travaux inachevés et des fausses promesses sans oublier la célébration des mentalités anti-économiques et anti-progrès comme en témoignent les nombreuses dépenses somptueuses improvisées, le gaspillage systématique d’argent de l’État.
 
Tout doit changer, tout va changer en Guinée que Dadis l’accepte ou pas. Qu’il le veuille ou non, le changement est là pour tout bien pensant. ... Sauf pour ceux qui se croient irremplaçables.
 
Les Guinéens souhaitent ardemment la fin de CNDD et de Moussa Dadis Camara, voir même une fin tragique, pourvu que le peuple retrouve sa liberté confisqué.
  

Docteur Mamadou Diallo, MD

 
Membre Fondateur de l’Alliance Nationale pour la Démocratie et le Développement (ANDD)
 
Fondateur et Administrateur de Guinea-Forum.
 
© Copyright : www.guinea-forum.org/ www.guinea-forum.org (Tous droits réservés)/2009     
 
Merci pour votre visite. Revenez quand vous voulez! À bientôt.
2009-09-15 20:19:23 Souleymane
2009-09-15 20:14:09 Bangaly Traoré

2009-09-15 22:11:05 

C’est bien connu, le prestige d’une nation se mesure souvent aux qualités morales de ses dirigeants. Si cela est la règle, alors le prestige de la Guinée est en difficulté.

Neuf mois après l’arrivée accidentelle de la junte militaire qui n’est rien d’autre qu’un contingent de soulards aveugles avec de haine maladive, c'est le cas de cette horde de militaires éternellement intoxiqués ayant formé leurs liens grâce à une addiction commune à l’alcool, dans les maquis, le constat est amer et regrettable : l’espoir de transition et de démocratisation tant attendu s’est volatilisé comme du brouillard. 

Le Chef de la Junte Militaire exerce un pouvoir omnipotent et dictatorial. Le pays, en 9 mois, a fait un grand bond en arrière en matière de bonne gouvernance, et de respect des droits et libertés individuelles. Le gouvernement ne gouverne plus. Le Chef de la Junte Militaire, politiquement irresponsable, gère au quotidien le pays au point de s’arroger le titre de donneur d'ordres des dépenses du trésor public. 

Le pays est devenu une gastronomie familiale de Dadis. Le Capitaine Moussa Dadis Camara qui raisonne à travers un étroit tunnel de régionalisme et d’appartenance ethnique, devrait comprendre s’il était intelligent, qu’un dirigeant, quelque soit son appartenance ethnique ou régionale, ne pourra « JAMAIS » satisfaire tout son clan. Ceux qui raisonnent de cette façon (ethnie ou région) sont « HORS SUJET ». C'est pour cette raison que nous prions que tous les Guinéens dans l’unité retrouvée se lèvent comme un seul homme pour barrer la route à la dictature de Dadis, pour instaurer en Guinée des institutions républicaines fortes pour éviter qu’un idiot du village comme Moussa Dadis Camara, gère la Guinée comme une épicerie familiale.
 
Le Capitaine Moussa Dadis Camara, le « damné Prophète » de l’après Conté, s’est entouré de pseudo-intellectuels prostitués, incompétents, opportunistes, prévaricateurs, déconnectés de vrais enjeux de la société guinéenne et incapables de rompre avec les vieilles méthodes, tant décriées pendant l’ère de Lansana Conté.
 
S'il y a une chose que toutes les dictatures aiment réaliser, c'est appauvrir les peuples afin que l'élite ne songe qu'à la survie même dans l'indignité. C'est pourquoi ces opportunistes, qui devraient se battre sur les mêmes positions que le peuple, s’empressent et vont à la soupe de la dictature: pour survivre sans âme, sans cœur, sans dignité, livrant ainsi le pays à la servitude!
 
Les mêmes personnes qui ont soit servit loyalement le Général Lansana Conté ainsi que tout son système, ou qui l’ont vilipendé ou décrié, constituent la colonne vertébrale du CNDD du Capitaine Moussa Dadis Camara, et il parle de transition.
 
Quelle transition ?
 
Peut être une transition verse le pire car le Capitaine Dadis Camara a reconduit les mêmes immoralités.
 
Le Capitaine Moussa Dadis Camara pense illogiquement que la démocratie se limite seulement à l’organisation d’élections truquées dont les résultats seront falsifiés pour satisfaire sa boulimie de pouvoir. Un État de droit ne se réduit jamais à la seule organisation des élections, encore faut-il que les notions de justice, liberté, démocratie et patriotisme soient ancrées dans l’âme des soulards du CNDD.
 
Les membres de la junte militaire et ses militaires laquais n’ont ni dignité, ni honneur, qu’ils persévèrent dans la corruption, les antivaleurs et l’ignominie sans se remettre en cause, salissant ainsi pour toujours leurs noms et ceux de toutes leurs progénitures.
 
La brutalité, la terreur, le mensonge et les intrigues constituent les dernières armes de la junte militaire pour faire illusion. Au lieu de rassembler les Guinéens, le CNDD du Capitaine Moussa Dadis Camara excelle dans la division.
 
Incompétents, maladroits, inaptes de donner le moindre début de réponses aux questions existentielles, que se pose la population guinéenne, le CNDD finance des parades, des « mamayas » pour dissimuler son échec.
 
Le véritable miracle pour chasser la junte militaire et instaurer une vraie alternance en Guinée réside dans ces trois verbes d’actions, vouloir, pouvoir et devoir, à conjuguer au présent.
 
Pour changer le cours de l'histoire tragique de la Guinée, il faut avoir des citoyens et des leaders politiques qui ont des « CONVICTIONS ». Les Guinéens doivent se débarrasser de cette mentalité défaitiste et de cet état affectif de peur maladive, et être convaincus que le processus de libération du pays passe par la destitution du Capitaine « maniaque » Moussa Dadis Camara et son contingent de militaires ivrognes et drogués qui composent la junte militaire.
 
Les Guinéens doivent être résolus à mener le dernier maillon du combat contre la dictature imposée par Moussa Dadis Camara au peuple contre sa volonté quelque soit le prix à payer.
 
Outre la militarisation de l’administration qui est devenue improductive et paralysée, le CNDD pour masquer la pourriture a opté pour le triomphalisme politique, la politisation outrancière et inutile de l’armée et des institutions, la politisation abusive des services administratifs. Et par-dessus tout, il y a la glorification des anti-valeurs culturelles, de la culture de l’impunité, de l’injustice, des anti-valeurs au vernissage religieux, de la culture des travaux inachevés et des fausses promesses sans oublier la célébration des mentalités anti-économiques et anti-progrès comme en témoignent les nombreuses dépenses somptueuses improvisées, le gaspillage systématique d’argent de l’État.
 
Tout doit changer, tout va changer en Guinée que Dadis l’accepte ou pas. Qu’il le veuille ou non, le changement est là pour tout bien pensant. ... Sauf pour ceux qui se croient irremplaçables.
 
Les Guinéens souhaitent ardemment la fin de CNDD et de Moussa Dadis Camara, voir même une fin tragique, pourvu que le peuple retrouve sa liberté confisqué.
  

Docteur Mamadou Diallo, MD

 
Membre Fondateur de l’Alliance Nationale pour la Démocratie et le Développement (ANDD)
 
Fondateur et Administrateur de Guinea-Forum.
 
© Copyright : www.guinea-forum.org/ www.guinea-forum.org (Tous droits réservés)/2009     
 
Merci pour votre visite. Revenez quand vous voulez! À bientôt.
2009-09-15 20:19:23 Bangaly Traoré
2009-09-15 20:14:09 africain

2009-09-15 22:11:05 

C’est bien connu, le prestige d’une nation se mesure souvent aux qualités morales de ses dirigeants. Si cela est la règle, alors le prestige de la Guinée est en difficulté.

Neuf mois après l’arrivée accidentelle de la junte militaire qui n’est rien d’autre qu’un contingent de soulards aveugles avec de haine maladive, c'est le cas de cette horde de militaires éternellement intoxiqués ayant formé leurs liens grâce à une addiction commune à l’alcool, dans les maquis, le constat est amer et regrettable : l’espoir de transition et de démocratisation tant attendu s’est volatilisé comme du brouillard. 

Le Chef de la Junte Militaire exerce un pouvoir omnipotent et dictatorial. Le pays, en 9 mois, a fait un grand bond en arrière en matière de bonne gouvernance, et de respect des droits et libertés individuelles. Le gouvernement ne gouverne plus. Le Chef de la Junte Militaire, politiquement irresponsable, gère au quotidien le pays au point de s’arroger le titre de donneur d'ordres des dépenses du trésor public. 

Le pays est devenu une gastronomie familiale de Dadis. Le Capitaine Moussa Dadis Camara qui raisonne à travers un étroit tunnel de régionalisme et d’appartenance ethnique, devrait comprendre s’il était intelligent, qu’un dirigeant, quelque soit son appartenance ethnique ou régionale, ne pourra « JAMAIS » satisfaire tout son clan. Ceux qui raisonnent de cette façon (ethnie ou région) sont « HORS SUJET ». C'est pour cette raison que nous prions que tous les Guinéens dans l’unité retrouvée se lèvent comme un seul homme pour barrer la route à la dictature de Dadis, pour instaurer en Guinée des institutions républicaines fortes pour éviter qu’un idiot du village comme Moussa Dadis Camara, gère la Guinée comme une épicerie familiale.
 
Le Capitaine Moussa Dadis Camara, le « damné Prophète » de l’après Conté, s’est entouré de pseudo-intellectuels prostitués, incompétents, opportunistes, prévaricateurs, déconnectés de vrais enjeux de la société guinéenne et incapables de rompre avec les vieilles méthodes, tant décriées pendant l’ère de Lansana Conté.
 
S'il y a une chose que toutes les dictatures aiment réaliser, c'est appauvrir les peuples afin que l'élite ne songe qu'à la survie même dans l'indignité. C'est pourquoi ces opportunistes, qui devraient se battre sur les mêmes positions que le peuple, s’empressent et vont à la soupe de la dictature: pour survivre sans âme, sans cœur, sans dignité, livrant ainsi le pays à la servitude!
 
Les mêmes personnes qui ont soit servit loyalement le Général Lansana Conté ainsi que tout son système, ou qui l’ont vilipendé ou décrié, constituent la colonne vertébrale du CNDD du Capitaine Moussa Dadis Camara, et il parle de transition.
 
Quelle transition ?
 
Peut être une transition verse le pire car le Capitaine Dadis Camara a reconduit les mêmes immoralités.
 
Le Capitaine Moussa Dadis Camara pense illogiquement que la démocratie se limite seulement à l’organisation d’élections truquées dont les résultats seront falsifiés pour satisfaire sa boulimie de pouvoir. Un État de droit ne se réduit jamais à la seule organisation des élections, encore faut-il que les notions de justice, liberté, démocratie et patriotisme soient ancrées dans l’âme des soulards du CNDD.
 
Les membres de la junte militaire et ses militaires laquais n’ont ni dignité, ni honneur, qu’ils persévèrent dans la corruption, les antivaleurs et l’ignominie sans se remettre en cause, salissant ainsi pour toujours leurs noms et ceux de toutes leurs progénitures.
 
La brutalité, la terreur, le mensonge et les intrigues constituent les dernières armes de la junte militaire pour faire illusion. Au lieu de rassembler les Guinéens, le CNDD du Capitaine Moussa Dadis Camara excelle dans la division.
 
Incompétents, maladroits, inaptes de donner le moindre début de réponses aux questions existentielles, que se pose la population guinéenne, le CNDD finance des parades, des « mamayas » pour dissimuler son échec.
 
Le véritable miracle pour chasser la junte militaire et instaurer une vraie alternance en Guinée réside dans ces trois verbes d’actions, vouloir, pouvoir et devoir, à conjuguer au présent.
 
Pour changer le cours de l'histoire tragique de la Guinée, il faut avoir des citoyens et des leaders politiques qui ont des « CONVICTIONS ». Les Guinéens doivent se débarrasser de cette mentalité défaitiste et de cet état affectif de peur maladive, et être convaincus que le processus de libération du pays passe par la destitution du Capitaine « maniaque » Moussa Dadis Camara et son contingent de militaires ivrognes et drogués qui composent la junte militaire.
 
Les Guinéens doivent être résolus à mener le dernier maillon du combat contre la dictature imposée par Moussa Dadis Camara au peuple contre sa volonté quelque soit le prix à payer.
 
Outre la militarisation de l’administration qui est devenue improductive et paralysée, le CNDD pour masquer la pourriture a opté pour le triomphalisme politique, la politisation outrancière et inutile de l’armée et des institutions, la politisation abusive des services administratifs. Et par-dessus tout, il y a la glorification des anti-valeurs culturelles, de la culture de l’impunité, de l’injustice, des anti-valeurs au vernissage religieux, de la culture des travaux inachevés et des fausses promesses sans oublier la célébration des mentalités anti-économiques et anti-progrès comme en témoignent les nombreuses dépenses somptueuses improvisées, le gaspillage systématique d’argent de l’État.
 
Tout doit changer, tout va changer en Guinée que Dadis l’accepte ou pas. Qu’il le veuille ou non, le changement est là pour tout bien pensant. ... Sauf pour ceux qui se croient irremplaçables.
 
Les Guinéens souhaitent ardemment la fin de CNDD et de Moussa Dadis Camara, voir même une fin tragique, pourvu que le peuple retrouve sa liberté confisqué.
  

Docteur Mamadou Diallo, MD

 
Membre Fondateur de l’Alliance Nationale pour la Démocratie et le Développement (ANDD)
 
Fondateur et Administrateur de Guinea-Forum.
 
© Copyright : www.guinea-forum.org/ www.guinea-forum.org (Tous droits réservés)/2009     
 
Merci pour votre visite. Revenez quand vous voulez! À bientôt.
2009-09-15 20:19:23 africain
Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.