chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

GUINÉE : le décès du Général Bailo

Date de publication:2009-09-16 22:13:55

2009-09-17 00:12:28 

CONAKRY, 16 septembre 2009 (AFP) - Le général guinéen Mamadou Baïlo Diallo, qui avait été un fidèle compagnon d'armes du défunt général-président Lansana Conté, est mort mercredi à l'âge de 71 ans, des suites de maladies, dans une clinique de Conakry, a-t-on appris auprès de sa famille. 

Lansana Conté (1984-2008) était lui-même décédé il y a huit mois des suites de maladies, après avoir dirigé d'une main de fer la Guinée pendant 24 ans.
 
Le corps du général Diallo a été conduit à la morgue du Centre hospitalier universitaire Ignace Deen par le capitaine Moussa Dadis Camara, chef de la junte militaire qui a pris le pouvoir en décembre après le décès de Conté.
 
Incorporé dans l’armée française en 1954, quatre ans avant l'indépendance de la Guinée, Mamadou Baïlo Diallo était l'un des derniers soldats de l'armée coloniale encore en vie. Surnommé "tout terrain" ou "continental", il s’était illustré sur plusieurs fronts en Afrique, notamment en Angola, au Mozambique, en Guinée-Bissau, au Liberia et en Sierra Leone.
 
Il avait été commandant de plusieurs régions militaires en Guinée (N’Zérékoré, Kankan, Kindia) avant d’être nommé chef d’état-major de l’armée de terre. "C'est grâce à lui que la Guinée a défait les rebelles qui ont attaqué la Guinée en 2000 et 2002 sur ses frontières avec le Liberia et la Sierra Leone", affirmaient mercredi des soldats.
 
Quand son régime tanguait face à la contestation, Lansana Conté l'avait nommé ministre de la Défense en mai 2007. Mais il l'avait limogé dès le mois suivant, après la répression d'une mutinerie qui avait fait plusieurs morts. Une partie de l'armée réclamait alors le paiement d'arriérés de soldes et de meilleures conditions de vie.
 
Marié à quatre femmes, le général était le père de douze enfants.

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.