chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Les Sans Voix et Nous : le problème

Date de publication:2008-01-31 18:29:09

Une certaine organisation appelée " les Sans Voix" ne cesse de se plaindre de l'échec de la grève de janvier 2008. Nous leur dirons simplement qu'ils nous donnent une seule bonne raison objective (maître mot) d'aller en grève.

Dire que le Général Conté a violé les accords dits "tripartites" est tout sauf honnête dans la mesure où le premier à ne pas les avoir appliqué ou à les violer est bel et bien El Hadj Lansiné Kouyaté: l'une des mesures exigeait que tous les comptes bancaires sans exemption soient désormais domiciliés à la BCRG. Le tout premier acte du PM de "consensus" fut ouvrir un compte en France pour les recettes minières. Qui a parlé alors de violation des accords? Quelle explication sensée a-t-elle été donnée? Si je m'abuse que l'on me corrige.
 
Si refuser d'aller en grève pour permettre à Lansiné Kouyaté de "se la couler douce" avec notre argent et réinstaller insidieusement le PDG au pouvoir, c'est être ennemi du changement et bien je suis fier de faire partie de ce groupe de Guinéens.
 Si vous (avec les syndicats) étiez sincères dans vos revendications, vous auriez profité de cette occasion pour demander une réévaluation(corrections) des accords "tripartites" avec la nomination d'un autre PM qui pourrait même venir l'actuel gouvernement. Ce dont la Guinée a besoin est quelqu'un de sérieux sans ambitions politiques immédiates conscient de la grande fragilité du tissu social.
Le mot d'ordre de grève aurait été plus juste et équitable s'il dénonçait la violation des accords à la fois par l'exécutif "constitutionnel"(Conte) et aussi par l'exécutif "ad hoc"(Kouyaté). Sur ces bases: oui! Nous aurions été pour la grève.

Le mot d'ordre était vague et imprécis: qui profiterait des fruits de la grève? Le Peuple ou Lansiné Kouyaté?
 
L'échec de la grève n'a pas renforcé le Général comme certains manipulateurs veulent nous faire croire pour la simple raison que Lansiné Kouyaté lui a laissé reprendre le dessus et l'initiative dès après sa nomination: quelqu'un a vu Conté affaibli ou subir les événements depuis la nomination du PM?

Rien n'a changé depuis hormis les sorties théâtrales d'El hadj Kouyaté!
N'insultez pas notre intelligence!

Malheureusement, la majorité des internautes qui écrivent ont tendance à réduire tous les problèmes de la Guinée à l'action du Général Conté sans jamais mentionner la nôtre, nous les Guinéens, et surtout notre attitude face au pouvoir.

Combien de gens ont-ils préféré trahir et renier leur propre famille pour Sékou Touré? El-hadj Ghusseine du PDG AST en est un honteux exemple parmi tant d'autres.

Lorsque le dictateur a osé s'attaquer à toute une ethnie, combien de Peuls sont restés fidèles et restent nostalgiques du PDG et de cette période?

A mon grand désarroi, beaucoup plus que j'aurais imaginé, y compris dans ma propre famille qui a perdu, pour les plus connus, Barry III, Monsieur Alpha Amadou Diallo (ministre de l'information) et Dr Diallo Abdoulaye (chirurgien).

Hormis le Vieux Biro (j'espère que si l'opposition est majoritaire aux prochaines élections législatives, elle ne manquera pas de lui rendre un vibrant hommage pour son rôle et attitude en tant Président de l'Assemblée Nationale) qui mérite vraiment son titre d'honorable et malgré tout François Fall, combien de Guinéens ont eu la force morale de se démarquer du Général que nous avons tous contribué à forger en dictateur par notre zèle en allégeance? N'est pas les Imams?

Et là encore, nous n'avons que l'embarras du choix pour citer des noms sans mentionner tous les ex PM devenus opposants seulement une fois "démissionnés" par Conté: Lamine Sidimé est le cas type de Guinéen émérite dans son domaine qui a choisi volontairement de compromettre son intégrité et l'avenir du Pays pour son intérêt matériel immédiat et des semblants d'honneurs. Il a certainement toutes les qualités professionnelles pour survivre aisément sans Conté.

Par ailleurs, pour que la démocratie s'enracine nos populations ont besoin de comprendre qu'un Président n'est pas un roi mais un "fonctionnaire spécial" nommé par elles par les élections. Par conséquence, il n'est nul besoin de lui faire allégeance coûte que coûte sous peine de malédictions. Mais j'admets que nous avons du souci à nous faire vu la mentalité répandue parmi nous:

  1. les ministres exigent de se faire appeler "Excellence"- titre pompeux et surtout que les nominations non rien avoir avec l'excellence- ; en Occident on s’adresse à eux simplement par leur nom;
  2. les députés par "l'honorable" comme les "old fashion"(pas moderne) Britanniques;
  3. les étudiants en blouse blanche par "docteur" dès la première année (combien finissent avec ce titre?). 

Il est très inquiétant de voir des ministres, fonctionnaires et surtout les imams perdre leur dignité en rampant pour serrer la main du Général : ce n’est pas un signe de respect mais de la soumission de personnes qui ont peu d’estime pour eux même! Quelle image pour les enfants et femme voyant le père de famille réduit à si peu ! Et dire que nous passons pour être parmi les Africains les plus fiers du continent depuis 1958 !
 
Au moins je reconnais qu’El hadj Kouyaté ne rampe pas face à Conté, en tout cas pas devant les caméras.

Le pire est que ces personnes à des postes de responsabilité ne tolèrent aucune familiarité même de la part de leurs amis d'enfance. Ils veulent allégeance et crainte, en un mot régner comme le Général. En fait, beaucoup de Guinéens sont interchangeables en terme d'attitude et comportement avec Lansana Conté, d’où finalement ma relative tolérance envers lui, réflexion faite dans un esprit ouvert et objectif.
Ceci pour dire que sans une évolution des mentalités de la part des intellectuels et responsables politiques, la démocratie restera un vain mot en Guinée. Comment voulez vous échanger et débattre avec quelqu'un qui s'érige un piédestal fût-il/elle Président de la République et pense qu’après Dieu c’est lui/elle?
La modestie n'est pas l'arme des faibles mais de personnes avec un "savoir" !
Quel philosophe disait "tout ce que je sais, je sais que je ne sais rien"? (Socrates?)

Que Dieu sauve la Guinée !

Ibrahima Diallo – "Ollaid"-
Contact: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 


Commentaires


Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.