chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

C’est finalement le CNDD qui reçoit le

Date de publication:2009-09-21 01:30:26

2009-09-21 03:24:38

Le 2 septembre 2008, GuineePresse.info a écrit : 

« Désormais, il faudra songer à organiser des manifestations lors des déplacements du PM Souaré ou de tout représentant de Conté par exemple. Il se rend à New York en septembre pour l'assemblée générale des nations unies, après escale à Paris. Il faudra qu'on harcèle toutes les autorités guinéennes qui sortent ... Huons-les et lapidons-les avec des oeufs et des tomates partout où ils se rendront … » (Lire l’article au lien 1).
 
En septembre 2009, ce sont les représentants du CNDD et de Dadis qui reçoivent des oeufs et des tomates sur la tête à Washington, comme on l’avait si bien recommandé en 2008 contre les représentants du dictateur guinéen de l’époque (Lire les articles aux liens 2 et 3).
 
Nous félicitions ces compatriotes et leur disons grand merci ! Il ne faut plus que les Guinéens ferment les yeux devant les missionnaires du diable qui viennent gaspiller de l’argent dans les hôtels de luxe et pour chercher du soutien dans les pays démocratiques afin de consolider la dictature chez nous.
 
A Paris, les Guinéens ont fait des actions pareilles également. (Voir au lien 4).
 
Nous les remercions tous pour ces actions salutaires. Quant aux soi-disant intellectuels qui continuent à soutenir l’installation d’une nouvelle dictature militaire en Guinée, ils sont entrain de s’isoler chaque jour qui passe.
 
Contrairement a ce que la plupart des sites ont publié, la délégation du CNDD a bien été reçue en France, pas dans un cadre de visite d’Etat, mais de façon informelle tant à L’Elysée qu’au Sénat. La Francophonie également les a reçus, selon nos informations de source sure. Quand même, il est ressorti de tous ces entretiens que la candidature de Dadis n’est pas désirable. Il semble même que le but de leur réception informelle était de le signifier clairement à Sékouba et à Boubacar Barry pour qu’ils le disent à Dadis. Paris a donc pris une position claire dans ce dossier. Un message dans ce sens aurait même été envoyé à Abdoulaye Wade.
 
De son coté, les représentants du CNDD s’engagent à faire passer le message à Dadis mais cherchent à trouver donc une solution de rechange : définir une nouvelle feuille de route dans laquelle la transition serait prolongée jusqu’en fin 2010 avec des élections sans Dadis.
 
Nous prévenons ici les Forces Vives que toute nouvelle prolongation de la transition sous Dadis et le CNDD servirait à installer définitivement Dadis et ruiner l’Etat guinéen. En plus, Dadis aurait eu le temps de togoliser l’armée guinéenne avec les milices qu’il est entrain de recruter massivement dans la Forêt, sa région naturelle (Lire 5 et 6). Ainsi, sa prophétie du 8 juin 2009 serait bien vraie : le forcer à quitter le pouvoir signifierait une guerre civile en Guinée (Lire 7) . Après avoir aidé Dadis à être dans la course à travers leur soi-disant Comité Ad hoc, une telle nouvelle bêtise de ces forces vives ne serait pas pardonnable.
 
Nous pensons qu’il faut mettre fin au gaspillage économique et à l’ethnisation de l’armée par le départ rapide de Dadis et du CNDD du pouvoir. Cela est plus qu’une nécessité pour sauver la Guinée et toute la sous-région.
 
Au niveau des institutions internationales, le cas Dadis poserait un sérieux problème : on se demande où le placer après son départ du pouvoir ? Une telle offre aurait facilité les choses. Mais voilà, vu son niveau intellectuel et moral très bas, vu ses sauts d’humeur et du fait qu’il n’est pas fiable (n’ayant aucun respect pour ses propres engagements répétés), aucune institution ne voudrait l’avoir à son compte.

« Qui peut confier une mission de paix ou d’interposition à ce monsieur ? Non seulement on ne peut pas lui faire confiance, mais lui-même pourrait allumer un autre feu ! » déclare notre interlocuteur. 

Espérons que Dadis ne va pas commettre des crimes avant son départ. Sinon, le Tribunal Pénal International serait la seule institution qui pourrait recevoir volontiers Moussa Dadis Camara et ses fidèles. 
 
SADIO BARRY
 

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.