chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

La délégation du CNDD huée, lapidée et humiliée à Washington, la police vole au secours

Date de publication:2009-09-21 21:25:41

2009-09-21 23:23:57

Les manifestants en colère noire, Korka, Morel, Faro, Bobo Loppi et leur suite sous le choc, l’ambassadeur Kaba en larmes et la police au secours ! 

Incroyable mais vrai ! La salle de conférence de l’université de Maryland a servi de ce qui ne ressemblait qu’à une scène théâtrale de tragi-comédie. L’accueille qui a été réservé à la délégation du ministre guinéen du Commerce, de l’Industrie, des petites et moyennes entreprises se passe de tout commentaire.
 
Pour l’occasion, l’ambassade de la Guinée à Washington a réservé une grande salle pour le besoin de la réception des émissaires de Conakry. Une grande salle pour un petit monde. Car n’eut été le déplacement des guinéens de New York, le nombre de personnes de la délégation aurait dépassé celui des accueillants.
 
Mais l’inconnu a été le genre d’accueil réservé à la délégation du CNDD par les guinéens venus de New York, renforcés par un autre groupe de guinéennes et guinéens résidant dans la région de Washington.
 
Le premier cas d’incompréhension est intervenu quand Madina Thiam (de l’ambassade), ayant constaté le grand vide, a voulu regrouper les participants. Sans doute pour le besoin de la chasse aux images de l’équipe de la télévision nationale. Ce fut une peine perdu car chacun a campé sur sa position et est resté imperturbable.
 
La délégation comprend entre autres, le colonel Korka Diallo (ministre du commerce, industrie et PME), Justin Morel Junior (ministre de l’information), Keleti Faro (ministre secrétaire général à la présidence de la république), Mandiou Diabaté (directeur du bureau de presse à la présidence), Habib Ann (3ème vice-président du comité d’audit), Mamadou Aliou Diallo connu sous Bobo Loppi (homme d’affaire), Ibrahima Ahmed Barry (directeur général de la RTG)…
 
Dès leur entrée, des applaudissements peu nourris ont retenti dans la salle. Ce fut la goute d’eau qui fit couler la vase ! En chœur, les gens ont poussé des cris et hué les hôtes pendant qu’ils se dirigent vers la loge officielle qui revêtait les couleurs du tricolore guinéen et les images photos du capitaine Moussa Dadis Camara.
 
Une fois la délégation installée sous les cris et hurlements, le modérateur de la cérémonie, Faya Millimouno (l’un des représentants des Guinéens des Etats-Unis à l’hypothétique Conseil National de la Transition), tenta vainement de calmer les gens, visiblement furieux et révoltés.
 
Avec d’intenses jets d’œufs en direction de la loge officielle, les représentants du CNDD pris de paniques et de stupéfaction, étaient couverts de liquide jaune et blanc. La surprise était au comble. Car, il faut dire que les lanceurs étaient de si bon tireurs délites qu’il n’y a pas eu de balle perdu (aucun œuf na raté sa cible).
 
En plus, les manifestants ont scandé des slogans qui qualifient les officiers (Korka, Mandiou et Keleti…) de la délégation d’assassin tout en leur demandant de retourner dans les casernes ; tandis que les civiles (Morel, Ahmed Barry, Bobo loppi, Habib Ann…) étaient qualifiés de traitres, corrompus, démagogues et menteurs.
 
Malgré tout le chao, les représentants du CNDD sont restés sereins. Seul l’ambassadeur avait tenté d’appeler au calme et à la retenue. Mais en vain. Et finalement karamoko Mory Kaba n’avait plus que ses yeux pour pleurer devant une foule révoltée et déterminée à exprimer son ras-le-bol aux autorités militaires de Conakry et leurs acolytes.
 
Face à la situation qui devenait de plus en plus tendu dans la salle doublée de risques de dégénération, les organisateurs ont fait appel à la police. Une fois sur les lieux, les agents ont avec courtoisie, respect et professionnalisme (contrairement à ce qui passe sous d’autres cieux), ont réussi à maitriser la situation. Les révoltés sont vidés et conduits sous escortes pour leur réembarquement, et les autres évacués de la salle.
 
Pendant les échauffourées, même s’il n’y a pas eu de cas de blessure, quelques manifestants se sont pris à Tinguiano tout en lui arrachant son appareil camera. Habib Ann, a, lui aussi, été victime du gaz lacrymogène lancée par la police. Mais il avait plus de peur que de mal.
 
Côté réactions, impossible d’avoir l’ambassadeur pendant que nous mettions cet article en ligne. Et Habib Ann (de la délégation du CNDD) a déploré l’incident, tout en indiquant que ce n’est pas la meilleure façon de résoudre les énormes problèmes qui se posent à la guinée, et que la délégation n’est aucunement pas en campagne pour Dadis. « Nous aurions juste souhaité avoir une séance d’information et d’échange de vues sur la situation sociopolitique qui prévaut au pays », a ajouté le 3eme vice-président du Comité d’audit et de surveillance des secteurs stratégiques de l’économie.
 
De son coté, Faya Millimouno a regretté ce qui s’est passé, estimant que les compatriotes guinéens devraient pouvoir accepter la différence dans le respect mutuel.
 
S’agissant des manifestants, « l’objectif est atteint et la mission accomplie ». Pour eux, ils n’ont plus confiance au régime militaire de Conakry, et qu’il serait un coup d’épée dans l’eau de s’asseoir et discuter avec la délégation.
 
Quelqu’un dirait aussi que ce qui s’est passé à Washington est l’expression de la démocratie (sans doute jeffersonienne). Alors, ce qui s’est passé à Washington restera-t-il à Washington ? Attendons de voir…
 
Compte rendu de Abdoulaye Diallo, correspondent et chef de bureau de guinéenews à New York, envoyé spécial à Washington DC.

Commentaires


2009-09-21 23:23:57

Les manifestants en colère noire, Korka, Morel, Faro, Bobo Loppi et leur suite sous le choc, l’ambassadeur Kaba en larmes et la police au secours ! 

Incroyable mais vrai ! La salle de conférence de l’université de Maryland a servi de ce qui ne ressemblait qu’à une scène théâtrale de tragi-comédie. L’accueille qui a été réservé à la délégation du ministre guinéen du Commerce, de l’Industrie, des petites et moyennes entreprises se passe de tout commentaire.
 
Pour l’occasion, l’ambassade de la Guinée à Washington a réservé une grande salle pour le besoin de la réception des émissaires de Conakry. Une grande salle pour un petit monde. Car n’eut été le déplacement des guinéens de New York, le nombre de personnes de la délégation aurait dépassé celui des accueillants.
 
Mais l’inconnu a été le genre d’accueil réservé à la délégation du CNDD par les guinéens venus de New York, renforcés par un autre groupe de guinéennes et guinéens résidant dans la région de Washington.
 
Le premier cas d’incompréhension est intervenu quand Madina Thiam (de l’ambassade), ayant constaté le grand vide, a voulu regrouper les participants. Sans doute pour le besoin de la chasse aux images de l’équipe de la télévision nationale. Ce fut une peine perdu car chacun a campé sur sa position et est resté imperturbable.
 
La délégation comprend entre autres, le colonel Korka Diallo (ministre du commerce, industrie et PME), Justin Morel Junior (ministre de l’information), Keleti Faro (ministre secrétaire général à la présidence de la république), Mandiou Diabaté (directeur du bureau de presse à la présidence), Habib Ann (3ème vice-président du comité d’audit), Mamadou Aliou Diallo connu sous Bobo Loppi (homme d’affaire), Ibrahima Ahmed Barry (directeur général de la RTG)…
 
Dès leur entrée, des applaudissements peu nourris ont retenti dans la salle. Ce fut la goute d’eau qui fit couler la vase ! En chœur, les gens ont poussé des cris et hué les hôtes pendant qu’ils se dirigent vers la loge officielle qui revêtait les couleurs du tricolore guinéen et les images photos du capitaine Moussa Dadis Camara.
 
Une fois la délégation installée sous les cris et hurlements, le modérateur de la cérémonie, Faya Millimouno (l’un des représentants des Guinéens des Etats-Unis à l’hypothétique Conseil National de la Transition), tenta vainement de calmer les gens, visiblement furieux et révoltés.
 
Avec d’intenses jets d’œufs en direction de la loge officielle, les représentants du CNDD pris de paniques et de stupéfaction, étaient couverts de liquide jaune et blanc. La surprise était au comble. Car, il faut dire que les lanceurs étaient de si bon tireurs délites qu’il n’y a pas eu de balle perdu (aucun œuf na raté sa cible).
 
En plus, les manifestants ont scandé des slogans qui qualifient les officiers (Korka, Mandiou et Keleti…) de la délégation d’assassin tout en leur demandant de retourner dans les casernes ; tandis que les civiles (Morel, Ahmed Barry, Bobo loppi, Habib Ann…) étaient qualifiés de traitres, corrompus, démagogues et menteurs.
 
Malgré tout le chao, les représentants du CNDD sont restés sereins. Seul l’ambassadeur avait tenté d’appeler au calme et à la retenue. Mais en vain. Et finalement karamoko Mory Kaba n’avait plus que ses yeux pour pleurer devant une foule révoltée et déterminée à exprimer son ras-le-bol aux autorités militaires de Conakry et leurs acolytes.
 
Face à la situation qui devenait de plus en plus tendu dans la salle doublée de risques de dégénération, les organisateurs ont fait appel à la police. Une fois sur les lieux, les agents ont avec courtoisie, respect et professionnalisme (contrairement à ce qui passe sous d’autres cieux), ont réussi à maitriser la situation. Les révoltés sont vidés et conduits sous escortes pour leur réembarquement, et les autres évacués de la salle.
 
Pendant les échauffourées, même s’il n’y a pas eu de cas de blessure, quelques manifestants se sont pris à Tinguiano tout en lui arrachant son appareil camera. Habib Ann, a, lui aussi, été victime du gaz lacrymogène lancée par la police. Mais il avait plus de peur que de mal.
 
Côté réactions, impossible d’avoir l’ambassadeur pendant que nous mettions cet article en ligne. Et Habib Ann (de la délégation du CNDD) a déploré l’incident, tout en indiquant que ce n’est pas la meilleure façon de résoudre les énormes problèmes qui se posent à la guinée, et que la délégation n’est aucunement pas en campagne pour Dadis. « Nous aurions juste souhaité avoir une séance d’information et d’échange de vues sur la situation sociopolitique qui prévaut au pays », a ajouté le 3eme vice-président du Comité d’audit et de surveillance des secteurs stratégiques de l’économie.
 
De son coté, Faya Millimouno a regretté ce qui s’est passé, estimant que les compatriotes guinéens devraient pouvoir accepter la différence dans le respect mutuel.
 
S’agissant des manifestants, « l’objectif est atteint et la mission accomplie ». Pour eux, ils n’ont plus confiance au régime militaire de Conakry, et qu’il serait un coup d’épée dans l’eau de s’asseoir et discuter avec la délégation.
 
Quelqu’un dirait aussi que ce qui s’est passé à Washington est l’expression de la démocratie (sans doute jeffersonienne). Alors, ce qui s’est passé à Washington restera-t-il à Washington ? Attendons de voir…
 
Compte rendu de Abdoulaye Diallo, correspondent et chef de bureau de guinéenews à New York, envoyé spécial à Washington DC.
2009-09-21 21:25:41 Amara Lamine Bangoura
Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.