chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Labé : le baromètre de la popularité du CNDD en Guinée

Date de publication:2009-09-25 18:43:44

2009-09-25 20:40:38

Située à plus de 400 km de la capitale Conakry, la préfecture de Labé était en ébullition hier jeudi 24 septembre 2009.

En effet, les populations de cette préfecture sont massivement sorties tôt ce 24 octobre pour exprimer leur désapprobation de l’arrivée annoncée de la délégation du CNDD, prévue le samedi 26 septembre.

«Quelque 20.000 personnes, selon la police et le double selon les organisateurs, ont manifesté jeudi à Labé, deuxième ville de Guinée et fief de l'opposition, contre la visite prévue samedi du chef de la junte, le capitaine Moussa Dadis Camara... Il s'agit de la plus importante manifestation hostile à la junte, au pouvoir depuis le coup d'Etat du 23 décembre. » écrit l’AFP.

Des slogans comme: "A bas la dictature militaire, non au pouvoir kaki, non à la candidature de Moussa Dadis Camara, non à la manipulation de la jeunesse, les militaires dans les casernes, Dadis doit partir etc." ont été scandés par des manifestants qui ont parcouru plusieurs kilomètres à pieds.

Lors de la conférence de presse qu’il avait  accordée à la presse ivoirienne, le patron de la junte avait annoncé sa venue au cœur du Fouta, Labé, où il espérait bénéficier d’un accueil populaire.

"Vous allez voir ce jour que tout Fouta nous soutient. Contrairement à ce que les gens vous font croire ici, vous verrez que le CNDD est fortement soutenu par les populations de l’intérieur du pays " a affirmé le Capitaine putschiste à nos confrères ivoiriens.

C’est justement pour apporter un démenti cinglant à ces propos que les populations de la ville fondée par Karamoko Alpha Mo Labé se sont levées comme un seul homme pour dire très fort  NON à la présence du CNDD dans leur région dans un cadre de la violation de son engagement.

C’est à 8 h déjà que les jeunes se sont massivement mobilisés pour cette manifestation. Le 23 septembre, GuineePresse.info avait fait cas d’une telle préparation des jeunes en cours à Labé. La marche a débuté à 9:00 malgré l’intervention du préfet et des autorités locales jusqu’à mercredi soir. Les jeunes ont assuré ne pas faire de casse et de marcher pacifiquement à condition que les forces de l’ordre se montrent responsables. Malgré tout, la foule trouvera des barrages à 3 ronds-points où on tentera vainement de les intimider et obtenir leur dispersion. Déterminés, les manifestants ne reculent pas. Alors ils seront suivis par  5 Pick-up des forces de l’ordre. Au stade, on en trouvera 4 autres. C’est à ce niveau que ces forces de l’ordre tenteront encore à disperser la foule. S’en suivra des discussions de 30 minutes. Elles finiront par embarquer poliment deux meneurs et un journaliste qui seront libérés plus tard. Question d’avoir fait quelque chose ! Le matériel de travail du journaliste ne semblait pas encore avoir été rendu au moment où on rédige cet article, du moins selon Alimou Sow, le correspondant de Sabari FM à Labé.

Il faut rappeler qu’à Fria, Pivi et Thiéboro ont essuyé la même désapprobation. Siguiri également aurait refusé d’accueillir Mesdames Dadis et Moussa Keita.

Au même moment à Conakry, les partis politiques mobilisent leurs militants pour conférer un éclat particulier au grand meeting prévu le lundi 28 septembre prochain au stade du même nom.

Autant dire qu’en Guinée, les jours à venir s’annoncent particulièrement chauds. Ce dont on peut être sûr aujourd’hui , c’est qu’une troisième dictature n’a presque aucune chance de s’établir. Dadis le comprendra-t-il finalement ou bien va-t-il finir comme Robert Guei ?

Linda Bah et Namory Condé


Commentaires


2009-09-25 20:40:38

Située à plus de 400 km de la capitale Conakry, la préfecture de Labé était en ébullition hier jeudi 24 septembre 2009.

En effet, les populations de cette préfecture sont massivement sorties tôt ce 24 octobre pour exprimer leur désapprobation de l’arrivée annoncée de la délégation du CNDD, prévue le samedi 26 septembre.

«Quelque 20.000 personnes, selon la police et le double selon les organisateurs, ont manifesté jeudi à Labé, deuxième ville de Guinée et fief de l'opposition, contre la visite prévue samedi du chef de la junte, le capitaine Moussa Dadis Camara... Il s'agit de la plus importante manifestation hostile à la junte, au pouvoir depuis le coup d'Etat du 23 décembre. » écrit l’AFP.

Des slogans comme: "A bas la dictature militaire, non au pouvoir kaki, non à la candidature de Moussa Dadis Camara, non à la manipulation de la jeunesse, les militaires dans les casernes, Dadis doit partir etc." ont été scandés par des manifestants qui ont parcouru plusieurs kilomètres à pieds.

Lors de la conférence de presse qu’il avait  accordée à la presse ivoirienne, le patron de la junte avait annoncé sa venue au cœur du Fouta, Labé, où il espérait bénéficier d’un accueil populaire.

"Vous allez voir ce jour que tout Fouta nous soutient. Contrairement à ce que les gens vous font croire ici, vous verrez que le CNDD est fortement soutenu par les populations de l’intérieur du pays " a affirmé le Capitaine putschiste à nos confrères ivoiriens.

C’est justement pour apporter un démenti cinglant à ces propos que les populations de la ville fondée par Karamoko Alpha Mo Labé se sont levées comme un seul homme pour dire très fort  NON à la présence du CNDD dans leur région dans un cadre de la violation de son engagement.

C’est à 8 h déjà que les jeunes se sont massivement mobilisés pour cette manifestation. Le 23 septembre, GuineePresse.info avait fait cas d’une telle préparation des jeunes en cours à Labé. La marche a débuté à 9:00 malgré l’intervention du préfet et des autorités locales jusqu’à mercredi soir. Les jeunes ont assuré ne pas faire de casse et de marcher pacifiquement à condition que les forces de l’ordre se montrent responsables. Malgré tout, la foule trouvera des barrages à 3 ronds-points où on tentera vainement de les intimider et obtenir leur dispersion. Déterminés, les manifestants ne reculent pas. Alors ils seront suivis par  5 Pick-up des forces de l’ordre. Au stade, on en trouvera 4 autres. C’est à ce niveau que ces forces de l’ordre tenteront encore à disperser la foule. S’en suivra des discussions de 30 minutes. Elles finiront par embarquer poliment deux meneurs et un journaliste qui seront libérés plus tard. Question d’avoir fait quelque chose ! Le matériel de travail du journaliste ne semblait pas encore avoir été rendu au moment où on rédige cet article, du moins selon Alimou Sow, le correspondant de Sabari FM à Labé.

Il faut rappeler qu’à Fria, Pivi et Thiéboro ont essuyé la même désapprobation. Siguiri également aurait refusé d’accueillir Mesdames Dadis et Moussa Keita.

Au même moment à Conakry, les partis politiques mobilisent leurs militants pour conférer un éclat particulier au grand meeting prévu le lundi 28 septembre prochain au stade du même nom.

Autant dire qu’en Guinée, les jours à venir s’annoncent particulièrement chauds. Ce dont on peut être sûr aujourd’hui , c’est qu’une troisième dictature n’a presque aucune chance de s’établir. Dadis le comprendra-t-il finalement ou bien va-t-il finir comme Robert Guei ?

Linda Bah et Namory Condé

2009-09-25 18:43:44 Bangaly Traoré

2009-09-25 20:40:38

Située à plus de 400 km de la capitale Conakry, la préfecture de Labé était en ébullition hier jeudi 24 septembre 2009.

En effet, les populations de cette préfecture sont massivement sorties tôt ce 24 octobre pour exprimer leur désapprobation de l’arrivée annoncée de la délégation du CNDD, prévue le samedi 26 septembre.

«Quelque 20.000 personnes, selon la police et le double selon les organisateurs, ont manifesté jeudi à Labé, deuxième ville de Guinée et fief de l'opposition, contre la visite prévue samedi du chef de la junte, le capitaine Moussa Dadis Camara... Il s'agit de la plus importante manifestation hostile à la junte, au pouvoir depuis le coup d'Etat du 23 décembre. » écrit l’AFP.

Des slogans comme: "A bas la dictature militaire, non au pouvoir kaki, non à la candidature de Moussa Dadis Camara, non à la manipulation de la jeunesse, les militaires dans les casernes, Dadis doit partir etc." ont été scandés par des manifestants qui ont parcouru plusieurs kilomètres à pieds.

Lors de la conférence de presse qu’il avait  accordée à la presse ivoirienne, le patron de la junte avait annoncé sa venue au cœur du Fouta, Labé, où il espérait bénéficier d’un accueil populaire.

"Vous allez voir ce jour que tout Fouta nous soutient. Contrairement à ce que les gens vous font croire ici, vous verrez que le CNDD est fortement soutenu par les populations de l’intérieur du pays " a affirmé le Capitaine putschiste à nos confrères ivoiriens.

C’est justement pour apporter un démenti cinglant à ces propos que les populations de la ville fondée par Karamoko Alpha Mo Labé se sont levées comme un seul homme pour dire très fort  NON à la présence du CNDD dans leur région dans un cadre de la violation de son engagement.

C’est à 8 h déjà que les jeunes se sont massivement mobilisés pour cette manifestation. Le 23 septembre, GuineePresse.info avait fait cas d’une telle préparation des jeunes en cours à Labé. La marche a débuté à 9:00 malgré l’intervention du préfet et des autorités locales jusqu’à mercredi soir. Les jeunes ont assuré ne pas faire de casse et de marcher pacifiquement à condition que les forces de l’ordre se montrent responsables. Malgré tout, la foule trouvera des barrages à 3 ronds-points où on tentera vainement de les intimider et obtenir leur dispersion. Déterminés, les manifestants ne reculent pas. Alors ils seront suivis par  5 Pick-up des forces de l’ordre. Au stade, on en trouvera 4 autres. C’est à ce niveau que ces forces de l’ordre tenteront encore à disperser la foule. S’en suivra des discussions de 30 minutes. Elles finiront par embarquer poliment deux meneurs et un journaliste qui seront libérés plus tard. Question d’avoir fait quelque chose ! Le matériel de travail du journaliste ne semblait pas encore avoir été rendu au moment où on rédige cet article, du moins selon Alimou Sow, le correspondant de Sabari FM à Labé.

Il faut rappeler qu’à Fria, Pivi et Thiéboro ont essuyé la même désapprobation. Siguiri également aurait refusé d’accueillir Mesdames Dadis et Moussa Keita.

Au même moment à Conakry, les partis politiques mobilisent leurs militants pour conférer un éclat particulier au grand meeting prévu le lundi 28 septembre prochain au stade du même nom.

Autant dire qu’en Guinée, les jours à venir s’annoncent particulièrement chauds. Ce dont on peut être sûr aujourd’hui , c’est qu’une troisième dictature n’a presque aucune chance de s’établir. Dadis le comprendra-t-il finalement ou bien va-t-il finir comme Robert Guei ?

Linda Bah et Namory Condé

2009-09-25 18:43:44 SALL

2009-09-25 20:40:38

Située à plus de 400 km de la capitale Conakry, la préfecture de Labé était en ébullition hier jeudi 24 septembre 2009.

En effet, les populations de cette préfecture sont massivement sorties tôt ce 24 octobre pour exprimer leur désapprobation de l’arrivée annoncée de la délégation du CNDD, prévue le samedi 26 septembre.

«Quelque 20.000 personnes, selon la police et le double selon les organisateurs, ont manifesté jeudi à Labé, deuxième ville de Guinée et fief de l'opposition, contre la visite prévue samedi du chef de la junte, le capitaine Moussa Dadis Camara... Il s'agit de la plus importante manifestation hostile à la junte, au pouvoir depuis le coup d'Etat du 23 décembre. » écrit l’AFP.

Des slogans comme: "A bas la dictature militaire, non au pouvoir kaki, non à la candidature de Moussa Dadis Camara, non à la manipulation de la jeunesse, les militaires dans les casernes, Dadis doit partir etc." ont été scandés par des manifestants qui ont parcouru plusieurs kilomètres à pieds.

Lors de la conférence de presse qu’il avait  accordée à la presse ivoirienne, le patron de la junte avait annoncé sa venue au cœur du Fouta, Labé, où il espérait bénéficier d’un accueil populaire.

"Vous allez voir ce jour que tout Fouta nous soutient. Contrairement à ce que les gens vous font croire ici, vous verrez que le CNDD est fortement soutenu par les populations de l’intérieur du pays " a affirmé le Capitaine putschiste à nos confrères ivoiriens.

C’est justement pour apporter un démenti cinglant à ces propos que les populations de la ville fondée par Karamoko Alpha Mo Labé se sont levées comme un seul homme pour dire très fort  NON à la présence du CNDD dans leur région dans un cadre de la violation de son engagement.

C’est à 8 h déjà que les jeunes se sont massivement mobilisés pour cette manifestation. Le 23 septembre, GuineePresse.info avait fait cas d’une telle préparation des jeunes en cours à Labé. La marche a débuté à 9:00 malgré l’intervention du préfet et des autorités locales jusqu’à mercredi soir. Les jeunes ont assuré ne pas faire de casse et de marcher pacifiquement à condition que les forces de l’ordre se montrent responsables. Malgré tout, la foule trouvera des barrages à 3 ronds-points où on tentera vainement de les intimider et obtenir leur dispersion. Déterminés, les manifestants ne reculent pas. Alors ils seront suivis par  5 Pick-up des forces de l’ordre. Au stade, on en trouvera 4 autres. C’est à ce niveau que ces forces de l’ordre tenteront encore à disperser la foule. S’en suivra des discussions de 30 minutes. Elles finiront par embarquer poliment deux meneurs et un journaliste qui seront libérés plus tard. Question d’avoir fait quelque chose ! Le matériel de travail du journaliste ne semblait pas encore avoir été rendu au moment où on rédige cet article, du moins selon Alimou Sow, le correspondant de Sabari FM à Labé.

Il faut rappeler qu’à Fria, Pivi et Thiéboro ont essuyé la même désapprobation. Siguiri également aurait refusé d’accueillir Mesdames Dadis et Moussa Keita.

Au même moment à Conakry, les partis politiques mobilisent leurs militants pour conférer un éclat particulier au grand meeting prévu le lundi 28 septembre prochain au stade du même nom.

Autant dire qu’en Guinée, les jours à venir s’annoncent particulièrement chauds. Ce dont on peut être sûr aujourd’hui , c’est qu’une troisième dictature n’a presque aucune chance de s’établir. Dadis le comprendra-t-il finalement ou bien va-t-il finir comme Robert Guei ?

Linda Bah et Namory Condé

2009-09-25 18:43:44 Guilavogui
Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.