chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Visite de Dadis à Labé : La Moyenne- Guinée doit relever le défi !

Date de publication:2009-09-26 12:26:51

2009-09-26 14:21:56

Le Président de la junte au pouvoir en Guinée et son CNDD ignoreraient- ils ces deux adages africains ?

« Tu te rends où tu n’es pas invité, tu rapporteras le pire des cadeaux. » « Si une visite est perçue comme une provocation, elle risque bien d’être un adieu. »
 Depuis son arrivée au pouvoir le 23 décembre 2008, Moussa Dadis a très souvent joué à la provocation. Qui ne se souvient des injures proférées contre l’Ambassadeur de l’Allemagne et Représentant de l’Union Européenne en Guinée ? De l’humiliation, le même jour au Palais du Peuple, de magistrats qui sont, de surcroît, les doyens de leur respectable profession ?

Du lynchage public du Commandant Korka Diallo qui, depuis ce jour, semble toujours être à jeun ? (En peul Korka signifie jeun) De l’acerbe remontrance du respectueux Général Toto Camara pour une simple suggestion ?

 La liste des humiliés et déshonorés de Dadis est longue. Ni les proches compagnons d’armes, ni les personnes à qui il a placé sa confiance (passagère), pas plus le Premier Ministre Komara n’ont été épargnés de ses sauts d’humeur. Ils sont très peu nombreux les collaborateurs, les subordonnés, les diplomates et hommes d’affaires à l’avoir côtoyé sans avoir été victimes de son éducation. Si ce n’est du manque de celle- ci.

Ayant érigé l’insolence et la provocation en système de pouvoir, Moussa Dadis veut maintenant donner un pied- de- nez à la Moyenne- Guinée. Il veut humilier cette partie de la nation guinéenne en portant l’affront dans le bastion des savants et érudits du Fouta. Il voudrait s’y rendre pour affronter le Fouta sur sa propre terre. Il ne s’agit pas d’audace ! Loin s’en faut car Dadis n’en a pas. Il s’agit tout simplement de foutaise !

Moussa Dadis voudrait- il braver les hauts faits des grandes figures d’antan ou n’aurait- il pas tout simplement compris qu’il n’est point le bienvenu dans la capitale de la Moyenne- Guinée ? Se douterait- il  qu’un peuple qui dit non ne revient jamais en arrière et que le Fouta, tout comme le reste de la Guinée, a dit non au pouvoir militaire ? Croirait- il que quelques billets de Banque et les sous- commissions de certains vendus auront raison de l’honneur de tout un peuple ?
Labé a dit non à Dadis. Et ce non retentira demain à Kankan, N’Nzérékoré,  Lola, Mandiana, Dubréka etc.  Il résonnera dans la forêt, la savane et traversera les monts et les vallées ; les rivières et les fleuves pour se faire entendre partout en Guinée.

 Ce non à Dadis parviendra au Mont- Nimba et sera  relayé par le Konkouré, la Fatala et le Kokoulo. Ces fleuves charrieront les voix  de notre peuple des contreforts du Fouta- Djallon vers la savane de la Haute- Guinée. Cette dernière l’acheminera à travers la forêt guinéenne.  Il n’ ya pas jusqu’à l’Atlantique qui borde notre patrie qui ne relayera ce non à Dadis et au CNDD pour bannir la nouvelle dictature armée dans notre pays.

Labé la glorieuse ne sera jamais parée du voile de la honte, de la corruption et du déshonneur. Les autres villes de la Moyenne- Guinée et du pays tout entier réserveront à Moussa Dais le salaire de la trahison. Celui du non- respect de la parole  donnée et des saintes écritures de la Bible et du Coran bafouées.
Le CNDD n’inspire plus confiance ni en Guinée ni ailleurs et ce n’est pas  au Fouta que Dadis  se refera une nouvelle virginité. La confiance que la Guinée et son peuple avaient placée en lui a volé  aux éclats comme  l’hymen de la jeune fille frivole.

 Moussa Dadis a sacrifié le nouvel espoir que le peuple du 28 septembre avait acquis en ce jour du 23 décembre 2008.  A défaut de pouvoir sortir par la grande porte, il risque bien d’être oublié à jamais dans les bas- fonds de l’Histoire.

L’épisode CNDD sera rangé dans les oubliettes et les caveaux sombres du passé tragique de notre peuple. Un passé auquel Dadis a sûrement participé un jour de janvier,  février, mai et juin 2008.

Tous les patriotes ont le devoir de se joindre à Labé, Mamou, Pita et, demain, au reste à la Guinée pour continuer à dire non à Dadis et au CNDD.
Les manifestations du 26 septembre 2009 à Paris, Bordeaux, Bruxelles etc. vaudront quelque part l’écho de celle de la Guinée profonde car, pour le bien de la nation toute entière, le défi de Labé doit être relevé.

Les manifestations de New- York et de Conakry le 28 septembre  ne vaudront pas moins le sacrifice à consentir pour la libération définitive de notre pays de toute forme de dictature.

Le combat contre Dadis et la junte n’est pas à perdre car il s’agit d’une lutte  pour la vie ou la mort.

Si la détermination populaire de bouter l’apprenti- dictateur du pouvoir échouait s’en est finit de notre avenir et de la démocratie. De la Guinée aussi ! 
Les Forces Vives et le peuple tout entier doivent continuer la lutte jusqu’à la victoire contre  la junte qui n’honore et ne rassure  plus personne !

Lamarana petty Diallo                           Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.