chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Dadis au Fouta : une visite sous haute surveillance et un désaveu pour Dadis

Date de publication:2009-09-28 05:26:27

2009-09-28 07:20:53 

Le chef de la junte guinéenne a effectué ce Samedi 26 Septembre une visite ‘‘risquée’’ au Fouta. Cette toute première sortie dans le pays profond a été marquée par des manifestations anti-cndd et Dadis, notamment dans les préfectures de Mamou et de Labé.

En effet, très tôt dans la matinée, le président du CNDD a survolé à bord de son hélicoptère la ville de Mamou. Comme s’il voulait observer l’état des lieux avant d’y atterrir. Même si la ville ressemblait à une zone déserte, colorée de kaki.

Les quelques manifestants étaient venus les uns par manipulation et les autres par curiosité de voir tout simplement celui qui a succédé au feu général Lansana Conté : des fonctionnaires y ont été obligés, des villageois et certains jeunes payés  pour leur participation. Au même moment, les populations de Labé s’apprêtaient à afficher leur colère au chef de la junte. Les jeunes se sont mobilisés à 10 kilomètres de la rentrée de la ville pour dire non au capitaine Dadis. Des barrages ont été érigés à la rentrée de la ville de Labé.  Des affrontements ont été enregistrés entre les populations de Labé et ceux, manipulés, venus d’autres horizons. Car, à Conakry des bus ont été mis à disposition de tous ceux qui veulent se rendre à Labé. Un voyage gratuit avec  100.000 GNF comme argent de poche par personne. Voilà la raison qui a poussé beaucoup de jeunes désœuvrés à emprunter les bus affrétés par les acolytes de Dadis.

Face aux jeunes qui lui ont barré la route, Dadis et suite furent pris de panique au point de faire le plein du véhicule du chef de la junte avec le faux carburant. Ce qui posa problème au cortège quelques temps après.

« Ces hostilités de notre part n'ont rien de personnel contre Dadis. C’est qu’il a informé les médias à l’avance qu’il vient ici pour prouver que le peuple réclame sa candidature et ainsi la violation de ses engagements. Or, on l’aimait tous avant parce qu’on voyait en lui une rupture en Guinée, un ATT qui nous sort de l’état de siège permanent sous l’armée. Regardez les pays voisins ! Partout où l’on progresse, les militaires jouent leur rôle au service de l’Etat et non l’Etat à leur service comme en Guinée. On en veut plus et il nous faut le faire comprendre à Dadis et au CNDD. Si ce monsieur respectait sa parole et se montrait digne en Guinée, je vous jure que tous les jeunes que je connais allaient adhérer à son futur parti ; mais là, il doit comprendre qu’on ne veut plus d’un nouveau Conté, autant mourir immédiatement. », nous déclare un des jeunes organisateurs.

L’histoire retiendra donc que Dadis a commencé sa première sortie à l’intérieur du pays par le fief de l’UFDG de Cellou Dalein Diallo.  Plus d’une cinquantaine de camions bourrés de militaires ont été mobilisés pour ce voyage au cœur du Fouta.

Profitant de la complicité de ses partisans ressortissant des localités situées entre Labé et Kindia, Dadis a pu faire une brève escale à Mamou, Dalaba et Pita avant d’arrivér à Labé où les populations, volontairement ou par la force, l’attendaient au stade El-hadj Saïfoulaye Diallo, du nom du plus grand traître de l’Histoire du Fouta.

« On se demande encore pourquoi ce stade s’appelle ainsi ? C‘est pourquoi on enregistre toujours des notables traîtres dans cette ville. Une sanction contre les premiers comme Saïfoulaye Diallo aurait dissuadé aujourd’hui. Nous allons donc prendre des initiatives dans ce sens. Le vieux Abdourahmane Bah est comme un monarque ici. Son fils est automatiquement choisi Imam comme un héritage. Cela leur donne la possibilité de commercer avec l’honneur du Fouta à leur profit. On doit mettre fin à cela. Il faudra désormais réunir tous les imams de la ville pour choisir le plus intègre, démocratiquement comme imam de Labé au lieu de conserver cette monarchisation qui profite à une famille de collabos au détriment du peuple », conclut le jeune en colère.

Contrairement à des rumeurs qui ont été relayées par certains médias, Dadis qui n’y a pas été bien encouragé, n’a pas mis pieds à Timbo et n’a même pas passé la nuit à Mamou. Il est rentré à Conakry dans la même soirée. A noter qu’en Guinée, y compris à Pita, le parti de Ousmane Bah est entrain d’enregistrer des démissions en cascade depuis ce week end.

« Partout où  Dadis se rendra avant de retirer sa candidature, il ne faut pas le recevoir en chef d’Etat mais plutôt en un menteur et preneur d’otage qui ne mérite aucun respect des Guinéens. Toutes les forces vives doivent veiller à cela si elles veulent que Dadis respecte ses engagements. Il veut faire des tournées pour montrer qu’il est voulu par le peuple. Ce qu’il faut empêcher par tout.», dit un cadre de la société civile.

Ahmadou 1 Diallo 

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.