chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Crime à Matam Lido : un maçon mortellement poignardé

Date de publication:2008-02-02 16:58:52

Mohamed Keita alias ‘’Makanaki’’, élève au Lycée Matam de Conakry, âgé seulement de 14 ans a poignardé Aboubacar Touré, maçon , âgé de 35 ans qui a trouvé la mort le jeudi 31 janvier dernier, aux environs de 11h à Matam Lido.

Selon des informations recueillies sur les circonstances de ce meurtre, il y a eu une dispute entre le meurtrier et la victime. Mohamed, après avoir reçu une correction de la part d'Aboubacar, n’a rien trouvé que d’aller chercher un couteau et de l’enfoncer dans le ventre de ce dernier. Admis d'urgence à l’Hôpital de Donka, le blessé a vite rendu l'âme.

On a appris que le jeune assassin est connu du quartier pour son agressivité. Certains voisins attribuent son attitude à un manque d’éducation et soulignent surtout qu'il se croît tout permis à cause du statut de son père qui serait un agent de sécurité. « C’est ce qui le pousse souvent à commettre des actes horribles », d'après certains voisins.

M. Camara Mohamed, un habitant du quartier témoigne : 

« Makanaki a insulté Bouba et celui-ci l’a frappé avant d'aller avertir le père de l’élève. C’est à ce moment que le jeune homme a pris un couteau et l’a planté dans le ventre de la victime ». 

Un autre témoin qui a requis l’anonymat de renchérir :

« Je constate que ce meurtre est un acte volontaire commis par ce jeune. Parce que certains se plaisent de faire du n’importe quoi, surtout si leurs parents sont des hauts cadres de l’Etat . Pour eux, tout est permis parce qu’ils sont sûrs de ne pas répondre de leurs actes. Ce qui est déplorable. »

Quant au Président du Conseil de quartier de Matam Lido, M. Amara Bangoura, il affirme avoir averti le commissariat central de Matam, l’Escadron Mobile n° 3 et la Mairie. Mohamed Keita est maintenant entre les mains des agents de sécurité. En attendant, les jeunes du quartier promettent de réagir violemment au cas où la justice ne serait pas rendue. Affaire à suivre !

Lamine Soumah

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.