chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

MEMORENDUM DU FORUM DES FORCES VIVES DE GUINEE

Date de publication:2009-10-02 14:40:03

2009-10-02 16:37:20 

Monsieur le Président de la République Française,
Monsieur le Premier Ministre,
Monsieur le Ministre des Affaires étrangères
Monsieur le Ministre de la Coopération,

 En total accord avec les forces vives de Guinée et les forums des forces vives de l'extérieur, la section française a l'honneur de présenter aux autorités françaises ce mémorandum afin de solliciter son soutien et son appui.

En effet et pour mémoire, le 28 septembre 2009 à Conakry, des centaines de milliers de nos compatriotes de toutes les communautés, de tous les âges et de toutes les conditions, manifestant pacifiquement dans le stade de foot ball du même nom contre la dictature militaire et pour le retour à une vie constitutionnelle normale, ont été piégés, brutalisés, humiliés, violentés, violés, poignardés et tués par des escadrons drogués de l'armée.

Depuis le 23 décembre 2008, le Forum des Forces Vives de Guinée a engagé toutes les démarches pacifiques possibles pour arriver à un consensus pour la conduite d'une transition apaisée. En face, nous n'avons rencontré que mépris, diktat, humiliations, insultes et dérision de la part de la junte du CNDD et de son chef. Les libertés fondamentales ont été graduellement confisquées, les médias  mis aux ordres. Dans le même temps, contrairement à leurs premiers engagements publics, nous avons assisté à une opération de légalisation du pouvoir militaire. Ceci avec une dilapidation sans précédent des fonds publics. Le Forum des Forces Vives a alors entrepris d'organiser un meeting d'information et de sensibilisation, montrant que le peuple n'acceptait pas l'usurpation du pouvoir par les militaires.

Ce meeting citoyen pouvait simplement éclairer l'opinion publique guinéenne sur les enjeux des prochains scrutins. Malgré l'appel aux autorités pour sécuriser cette manifestation pacifique, le Forum des Forces Vives de Guinée n'a rencontré que dissuasion ou man?uvres diverses pour l'annuler. Au lieu de protéger les lieux sensibles le CNDD a infiltré des casseurs qui ont été responsables de tous les dégâts constatés, notamment ceux concernant les commissariats saccagés. Ceci dans l'objectif de discréditer l'ensemble des leaders politiques du Forum, dont les différents domiciles ont été mis à sac et pillés par les militaires.

Les leaders de partis d’opposition Cellou Dalein Diallo, Sidya Touré, Jean Marie Doré, Mouctar Diallo, Bah Oury et François Fall figurent parmi les blessés. Certains ont retrouvé leur maisons saccagées, des biens dérobés.

Capitaine Moussa Dadis Camara chef de la junte, Général Sékouba Konaté Ministre de la défense, Commandant Moussa Keita Secrétaire permanent de la junte sont les responsables du massacre de nos compatriotes, au stade le 28 Septembre. Leurs hordes avides de sang, sous la conduite du Capitaine Diakité dit Toumba aide de camp de Moussa Dadis Camara, son adjoint Théodore Kourouma, neveu de Moussa Dadis Camara et bien d'autres, cagoulés ou non ont exécuté les basses ?uvres en tuant et violant froidement. Ces viols collectifs et les humiliations insupportables  constituent des atteintes graves à la dignité humaine.

Les auteurs et commanditaires de ces actes ignobles doivent tous répondre de leurs barbaries. Désormais les choses sont claires. Ils massacreront tout citoyen qui voudra exercer son droit d'avoir une opinion. Ils installeront et entretiendront sans état d'âme la guerre civile. Ils ont déjà mis en place une milice à caractère ethnique. Il faut donc arrêter leurs mains criminelles, avant qu'ils ne mettent la guinée à le feu à notre cher pays.

Le dialogue interne est devenu impossible.

Tant que Dadis et le CNDD seront au c?ur du dispositif institutionnel et politique de la transition il n’y aura pas d’élection libre, transparente et équitable en Guinée, pas de démocratie, ni de prospérité et d’unité nationale.

Nous pourrions parler et analyser plus longuement notre infortune et notre situation présente; mais nous ne le souhaitons pas car l’essentiel est d’évoquer afin d’éclairer et promouvoir l’avenir démocratique de la Guinée.

Nous considérons que le meilleur chemin pour y parvenir est d’écarter les causes politiques, les effets pervers et les facteurs humains responsables de la crise et de la tragédie actuelle de la Guinée.

Tout d'abord, nous exprimons notre grande satisfaction pour la prise de position rapide et ferme du gouvernement Français suite au bain de sang du 28 septembre 2009 à Conakry et lançons un appel à une plus grande vigilance française quant à la définition et à la mise en ?uvre de ce qu’il convient de faire pour sortir rapidement et durablement notre pays de la spirale d'une décadence politique.

Devant la gravité exceptionnelle de la situation, le Forum des forces vives de Guinée :

Exige de la junte et de son gouvernement :

  • - la restitution immédiate des corps des victimes de leurs massacres, afin que les familles puissent enterrer dignement les leurs ;
  • - le recensement exhaustif des disparus ;
  • - la prise en charge médicale complète de tous les blessés ;
  • - la libération immédiate et inconditionnelle des détenus; la libération et prise en charge immédiate des femmes violées et encore séquestrées ;
  • - la réparation immédiates des domiciles saccagés, la restitution des biens dérobés.
  •  Lance un appel pressant et demande une enquête indépendante organisée par les Nations Unies pour établir un rapport complet sur les violations des droits de l’Homme en Guinée les 28 et 29 septembre 2009, ainsi que les évènements de juin 2006, janvier et février 2007;

Récuse catégoriquement la proposition du capitaine Dadis CAMARA d’un unique facilitateur africain et de la formation d'un gouvernement d'union national sous son autorité, ce qui constituerait un leurre et une nouvelle man?uvre de survie politique ;

Décide, en raison de la désormais disqualification du CNDD, de réunir rapidement une concertation nationale pour installer un gouvernement consensuel et efficace devant mener la transition vers des élections libres et transparentes. Ce nouvel exécutif sera appuyé par un Comité de crise ou une délégation consultative des forces vives de l’étranger ;

Demande le déploiement urgent en Guinée d’une armée d’interposition disposant d’une capacité optimale, cette force de paix chargée de protéger les populations guinéennes et le nouveau gouvernement civil contre les forces armées déchaînées, que le président de la junte lui-même dit ne pas pouvoir contrôler. Cette demande s'inscrit dans une jurisprudence qui a donné des fruits.

Ainsi, le 25 mai 2008, l'armée des Comores jointe aux forces de l'Union africaine avaient rétabli la légalité républicaine dans l'île d'Anjouan. Suite à ce débarquement, cette intervention militaire salutaire, le colonel Mohamed Bacar prit la fuite, une élection présidentielle fut organisée les 15 et 29 juin 2008 et remportée avec 52% des voix par Moussa Toybou face à Mohamed Djaanfari.

Le peuple guinéen est en danger de mort et a droit à l’assistance, à la protection de la communauté internationale ; un droit d’ingérence à l’instar du précédent d’Anjouan.

Nous exprimons notre confiance aux autorités françaises et demandons tout l'appui nécessaire pour la réalisation de ces objectifs.

 

A Paris, le 2 octobre 2009

Le forum des forces vives de Guinée, section France

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.