chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Quelle “médiation” en Guinée

Date de publication:2009-10-03 17:36:11

2009-10-03 19:34:34

D’emblée précisons que “médiation” pour la plupart d’entre nous (sinon tous), signifie “médiation pour le départ du CNDD et de ses civils du Pouvoir”.  Ce n’est que dans ce sens que ce terme signifie quelque chose de positif pour progresser de cette chienlit meurtrière et destructrice de nation. 

En digression avant de poursuivre, rendons hommage à ces leaders politiques et patriotes qui ont eu le courage de vaillants combattants pour la démocratie de défier l’interdiction inique de Dadis.  Nous sommes vraiment impressionnés par leur témérité car en quittant le confort de leur maison ce matin du 28 septembre 2009, ils savaient qu’ils mettaient leur vie en jeu mais ils n’ont pas fléchi, la cause en valait la peine.  Ce d’autant plus que la présence de Cellou Dalein augmentait le risque tant le CNDD a développé une haine irrationnelle et obsessionnelle envers lui. Cellou Dalein et ceux qui ont sciemment accepté d’être à ses coté méritent vraiment notre respect pour leur courage; sans oublier Mr Alpha Condé qui aurait certainement été au stade s’il était à Conakry.

Cela dit, revenant sur notre sujet, bien qu’une éventuelle “médiation” d’Abdoulaye Wade ait été suggérée par le président de l’UFDG, nous le comprenons parfaitement : certainement sous l’émotion et par reconnaissance au Sénégal pour son intervention  et son évacuation sanitaire, cette proposition a été faite.  Néanmoins, le reste des Forces Vives devrait gentiment et poliment décliner l’implication de Mr Wade pour la résolution de notre agression par le CNDD et ses civils (Thanks, but no thanks!).  Nous serions inconséquents avec nous- mêmes en acceptant cette option dans la mesure où celui qui a contribué à tourner la tête de Dadis (ses fréquents voyages, les décorations et ses déclarations à Conakry) ne peut être un “faiseur de paix” fiable.  D’ailleurs, il ne s’agit pas de faire la paix car il n’y a pas de conflit mais une agression unilatérale du CNDD et de ses civils envers les vrais opposants et la population dans sa grande majorité (ceux qui ne leur mangent pas dans la main).  Si un médiateur est nécessaire pour leur départ pacifique, la personnalité au sein de la Cedeao la mieux indiquée serait le Malien Amadou Toumani Touré, alias ATT.  Il est pratiquement irréprochable en tant qu’ex “putschiste” par nécessité patriotique et assume sa fonction de Chef de l’Etat avec dignité et humilité jusqu’à présent.  Sans oublier qu’il est militaire, pouvant ainsi utiliser des arguments et un langage que Dadis et sa milice pourraient mieux comprendre.  Ils doivent partir pacifiquement sans chercher à se mêler de politique a fortiori intervenir dans un quelconque gouvernement d‘union national !  

Pour finir, insistons sur l’urgence et la nécessité de l’envoi d’une force de protection  à Conakry pour que le processus démocratique ait une chance de poursuivre son cours.  Autrement ce ne serait que peine perdue de tenter quoi que ce soit tant que le Pays n’est pas sécurisé et que Dadis, son CNDD, ses bipèdes armés et ses civils ne seront pas mis hors d’état de nuire.  Et surtout, les coupables des massacres et violes d’innocents aux mains nues depuis juin 2006 devront répondre de leurs crimes.  Cela doit être la priorité des priorités avant tout projet, même les élections.  Encore une fois, rendons hommage à  ces héros tombés sous les balles de démons pour que nous puissions vivre en paix et libres.

I.Diallo- “Ollaid”


Commentaires


2009-10-03 19:34:34

D’emblée précisons que “médiation” pour la plupart d’entre nous (sinon tous), signifie “médiation pour le départ du CNDD et de ses civils du Pouvoir”.  Ce n’est que dans ce sens que ce terme signifie quelque chose de positif pour progresser de cette chienlit meurtrière et destructrice de nation. 

En digression avant de poursuivre, rendons hommage à ces leaders politiques et patriotes qui ont eu le courage de vaillants combattants pour la démocratie de défier l’interdiction inique de Dadis.  Nous sommes vraiment impressionnés par leur témérité car en quittant le confort de leur maison ce matin du 28 septembre 2009, ils savaient qu’ils mettaient leur vie en jeu mais ils n’ont pas fléchi, la cause en valait la peine.  Ce d’autant plus que la présence de Cellou Dalein augmentait le risque tant le CNDD a développé une haine irrationnelle et obsessionnelle envers lui. Cellou Dalein et ceux qui ont sciemment accepté d’être à ses coté méritent vraiment notre respect pour leur courage; sans oublier Mr Alpha Condé qui aurait certainement été au stade s’il était à Conakry.

Cela dit, revenant sur notre sujet, bien qu’une éventuelle “médiation” d’Abdoulaye Wade ait été suggérée par le président de l’UFDG, nous le comprenons parfaitement : certainement sous l’émotion et par reconnaissance au Sénégal pour son intervention  et son évacuation sanitaire, cette proposition a été faite.  Néanmoins, le reste des Forces Vives devrait gentiment et poliment décliner l’implication de Mr Wade pour la résolution de notre agression par le CNDD et ses civils (Thanks, but no thanks!).  Nous serions inconséquents avec nous- mêmes en acceptant cette option dans la mesure où celui qui a contribué à tourner la tête de Dadis (ses fréquents voyages, les décorations et ses déclarations à Conakry) ne peut être un “faiseur de paix” fiable.  D’ailleurs, il ne s’agit pas de faire la paix car il n’y a pas de conflit mais une agression unilatérale du CNDD et de ses civils envers les vrais opposants et la population dans sa grande majorité (ceux qui ne leur mangent pas dans la main).  Si un médiateur est nécessaire pour leur départ pacifique, la personnalité au sein de la Cedeao la mieux indiquée serait le Malien Amadou Toumani Touré, alias ATT.  Il est pratiquement irréprochable en tant qu’ex “putschiste” par nécessité patriotique et assume sa fonction de Chef de l’Etat avec dignité et humilité jusqu’à présent.  Sans oublier qu’il est militaire, pouvant ainsi utiliser des arguments et un langage que Dadis et sa milice pourraient mieux comprendre.  Ils doivent partir pacifiquement sans chercher à se mêler de politique a fortiori intervenir dans un quelconque gouvernement d‘union national !  

Pour finir, insistons sur l’urgence et la nécessité de l’envoi d’une force de protection  à Conakry pour que le processus démocratique ait une chance de poursuivre son cours.  Autrement ce ne serait que peine perdue de tenter quoi que ce soit tant que le Pays n’est pas sécurisé et que Dadis, son CNDD, ses bipèdes armés et ses civils ne seront pas mis hors d’état de nuire.  Et surtout, les coupables des massacres et violes d’innocents aux mains nues depuis juin 2006 devront répondre de leurs crimes.  Cela doit être la priorité des priorités avant tout projet, même les élections.  Encore une fois, rendons hommage à  ces héros tombés sous les balles de démons pour que nous puissions vivre en paix et libres.

I.Diallo- “Ollaid”

2009-10-03 17:36:11 Bangaly traoré

2009-10-03 19:34:34

D’emblée précisons que “médiation” pour la plupart d’entre nous (sinon tous), signifie “médiation pour le départ du CNDD et de ses civils du Pouvoir”.  Ce n’est que dans ce sens que ce terme signifie quelque chose de positif pour progresser de cette chienlit meurtrière et destructrice de nation. 

En digression avant de poursuivre, rendons hommage à ces leaders politiques et patriotes qui ont eu le courage de vaillants combattants pour la démocratie de défier l’interdiction inique de Dadis.  Nous sommes vraiment impressionnés par leur témérité car en quittant le confort de leur maison ce matin du 28 septembre 2009, ils savaient qu’ils mettaient leur vie en jeu mais ils n’ont pas fléchi, la cause en valait la peine.  Ce d’autant plus que la présence de Cellou Dalein augmentait le risque tant le CNDD a développé une haine irrationnelle et obsessionnelle envers lui. Cellou Dalein et ceux qui ont sciemment accepté d’être à ses coté méritent vraiment notre respect pour leur courage; sans oublier Mr Alpha Condé qui aurait certainement été au stade s’il était à Conakry.

Cela dit, revenant sur notre sujet, bien qu’une éventuelle “médiation” d’Abdoulaye Wade ait été suggérée par le président de l’UFDG, nous le comprenons parfaitement : certainement sous l’émotion et par reconnaissance au Sénégal pour son intervention  et son évacuation sanitaire, cette proposition a été faite.  Néanmoins, le reste des Forces Vives devrait gentiment et poliment décliner l’implication de Mr Wade pour la résolution de notre agression par le CNDD et ses civils (Thanks, but no thanks!).  Nous serions inconséquents avec nous- mêmes en acceptant cette option dans la mesure où celui qui a contribué à tourner la tête de Dadis (ses fréquents voyages, les décorations et ses déclarations à Conakry) ne peut être un “faiseur de paix” fiable.  D’ailleurs, il ne s’agit pas de faire la paix car il n’y a pas de conflit mais une agression unilatérale du CNDD et de ses civils envers les vrais opposants et la population dans sa grande majorité (ceux qui ne leur mangent pas dans la main).  Si un médiateur est nécessaire pour leur départ pacifique, la personnalité au sein de la Cedeao la mieux indiquée serait le Malien Amadou Toumani Touré, alias ATT.  Il est pratiquement irréprochable en tant qu’ex “putschiste” par nécessité patriotique et assume sa fonction de Chef de l’Etat avec dignité et humilité jusqu’à présent.  Sans oublier qu’il est militaire, pouvant ainsi utiliser des arguments et un langage que Dadis et sa milice pourraient mieux comprendre.  Ils doivent partir pacifiquement sans chercher à se mêler de politique a fortiori intervenir dans un quelconque gouvernement d‘union national !  

Pour finir, insistons sur l’urgence et la nécessité de l’envoi d’une force de protection  à Conakry pour que le processus démocratique ait une chance de poursuivre son cours.  Autrement ce ne serait que peine perdue de tenter quoi que ce soit tant que le Pays n’est pas sécurisé et que Dadis, son CNDD, ses bipèdes armés et ses civils ne seront pas mis hors d’état de nuire.  Et surtout, les coupables des massacres et violes d’innocents aux mains nues depuis juin 2006 devront répondre de leurs crimes.  Cela doit être la priorité des priorités avant tout projet, même les élections.  Encore une fois, rendons hommage à  ces héros tombés sous les balles de démons pour que nous puissions vivre en paix et libres.

I.Diallo- “Ollaid”

2009-10-03 17:36:11 CISSE

2009-10-03 19:34:34

D’emblée précisons que “médiation” pour la plupart d’entre nous (sinon tous), signifie “médiation pour le départ du CNDD et de ses civils du Pouvoir”.  Ce n’est que dans ce sens que ce terme signifie quelque chose de positif pour progresser de cette chienlit meurtrière et destructrice de nation. 

En digression avant de poursuivre, rendons hommage à ces leaders politiques et patriotes qui ont eu le courage de vaillants combattants pour la démocratie de défier l’interdiction inique de Dadis.  Nous sommes vraiment impressionnés par leur témérité car en quittant le confort de leur maison ce matin du 28 septembre 2009, ils savaient qu’ils mettaient leur vie en jeu mais ils n’ont pas fléchi, la cause en valait la peine.  Ce d’autant plus que la présence de Cellou Dalein augmentait le risque tant le CNDD a développé une haine irrationnelle et obsessionnelle envers lui. Cellou Dalein et ceux qui ont sciemment accepté d’être à ses coté méritent vraiment notre respect pour leur courage; sans oublier Mr Alpha Condé qui aurait certainement été au stade s’il était à Conakry.

Cela dit, revenant sur notre sujet, bien qu’une éventuelle “médiation” d’Abdoulaye Wade ait été suggérée par le président de l’UFDG, nous le comprenons parfaitement : certainement sous l’émotion et par reconnaissance au Sénégal pour son intervention  et son évacuation sanitaire, cette proposition a été faite.  Néanmoins, le reste des Forces Vives devrait gentiment et poliment décliner l’implication de Mr Wade pour la résolution de notre agression par le CNDD et ses civils (Thanks, but no thanks!).  Nous serions inconséquents avec nous- mêmes en acceptant cette option dans la mesure où celui qui a contribué à tourner la tête de Dadis (ses fréquents voyages, les décorations et ses déclarations à Conakry) ne peut être un “faiseur de paix” fiable.  D’ailleurs, il ne s’agit pas de faire la paix car il n’y a pas de conflit mais une agression unilatérale du CNDD et de ses civils envers les vrais opposants et la population dans sa grande majorité (ceux qui ne leur mangent pas dans la main).  Si un médiateur est nécessaire pour leur départ pacifique, la personnalité au sein de la Cedeao la mieux indiquée serait le Malien Amadou Toumani Touré, alias ATT.  Il est pratiquement irréprochable en tant qu’ex “putschiste” par nécessité patriotique et assume sa fonction de Chef de l’Etat avec dignité et humilité jusqu’à présent.  Sans oublier qu’il est militaire, pouvant ainsi utiliser des arguments et un langage que Dadis et sa milice pourraient mieux comprendre.  Ils doivent partir pacifiquement sans chercher à se mêler de politique a fortiori intervenir dans un quelconque gouvernement d‘union national !  

Pour finir, insistons sur l’urgence et la nécessité de l’envoi d’une force de protection  à Conakry pour que le processus démocratique ait une chance de poursuivre son cours.  Autrement ce ne serait que peine perdue de tenter quoi que ce soit tant que le Pays n’est pas sécurisé et que Dadis, son CNDD, ses bipèdes armés et ses civils ne seront pas mis hors d’état de nuire.  Et surtout, les coupables des massacres et violes d’innocents aux mains nues depuis juin 2006 devront répondre de leurs crimes.  Cela doit être la priorité des priorités avant tout projet, même les élections.  Encore une fois, rendons hommage à  ces héros tombés sous les balles de démons pour que nous puissions vivre en paix et libres.

I.Diallo- “Ollaid”

2009-10-03 17:36:11 AB

2009-10-03 19:34:34

D’emblée précisons que “médiation” pour la plupart d’entre nous (sinon tous), signifie “médiation pour le départ du CNDD et de ses civils du Pouvoir”.  Ce n’est que dans ce sens que ce terme signifie quelque chose de positif pour progresser de cette chienlit meurtrière et destructrice de nation. 

En digression avant de poursuivre, rendons hommage à ces leaders politiques et patriotes qui ont eu le courage de vaillants combattants pour la démocratie de défier l’interdiction inique de Dadis.  Nous sommes vraiment impressionnés par leur témérité car en quittant le confort de leur maison ce matin du 28 septembre 2009, ils savaient qu’ils mettaient leur vie en jeu mais ils n’ont pas fléchi, la cause en valait la peine.  Ce d’autant plus que la présence de Cellou Dalein augmentait le risque tant le CNDD a développé une haine irrationnelle et obsessionnelle envers lui. Cellou Dalein et ceux qui ont sciemment accepté d’être à ses coté méritent vraiment notre respect pour leur courage; sans oublier Mr Alpha Condé qui aurait certainement été au stade s’il était à Conakry.

Cela dit, revenant sur notre sujet, bien qu’une éventuelle “médiation” d’Abdoulaye Wade ait été suggérée par le président de l’UFDG, nous le comprenons parfaitement : certainement sous l’émotion et par reconnaissance au Sénégal pour son intervention  et son évacuation sanitaire, cette proposition a été faite.  Néanmoins, le reste des Forces Vives devrait gentiment et poliment décliner l’implication de Mr Wade pour la résolution de notre agression par le CNDD et ses civils (Thanks, but no thanks!).  Nous serions inconséquents avec nous- mêmes en acceptant cette option dans la mesure où celui qui a contribué à tourner la tête de Dadis (ses fréquents voyages, les décorations et ses déclarations à Conakry) ne peut être un “faiseur de paix” fiable.  D’ailleurs, il ne s’agit pas de faire la paix car il n’y a pas de conflit mais une agression unilatérale du CNDD et de ses civils envers les vrais opposants et la population dans sa grande majorité (ceux qui ne leur mangent pas dans la main).  Si un médiateur est nécessaire pour leur départ pacifique, la personnalité au sein de la Cedeao la mieux indiquée serait le Malien Amadou Toumani Touré, alias ATT.  Il est pratiquement irréprochable en tant qu’ex “putschiste” par nécessité patriotique et assume sa fonction de Chef de l’Etat avec dignité et humilité jusqu’à présent.  Sans oublier qu’il est militaire, pouvant ainsi utiliser des arguments et un langage que Dadis et sa milice pourraient mieux comprendre.  Ils doivent partir pacifiquement sans chercher à se mêler de politique a fortiori intervenir dans un quelconque gouvernement d‘union national !  

Pour finir, insistons sur l’urgence et la nécessité de l’envoi d’une force de protection  à Conakry pour que le processus démocratique ait une chance de poursuivre son cours.  Autrement ce ne serait que peine perdue de tenter quoi que ce soit tant que le Pays n’est pas sécurisé et que Dadis, son CNDD, ses bipèdes armés et ses civils ne seront pas mis hors d’état de nuire.  Et surtout, les coupables des massacres et violes d’innocents aux mains nues depuis juin 2006 devront répondre de leurs crimes.  Cela doit être la priorité des priorités avant tout projet, même les élections.  Encore une fois, rendons hommage à  ces héros tombés sous les balles de démons pour que nous puissions vivre en paix et libres.

I.Diallo- “Ollaid”

2009-10-03 17:36:11 mamadou barry

2009-10-03 19:34:34

D’emblée précisons que “médiation” pour la plupart d’entre nous (sinon tous), signifie “médiation pour le départ du CNDD et de ses civils du Pouvoir”.  Ce n’est que dans ce sens que ce terme signifie quelque chose de positif pour progresser de cette chienlit meurtrière et destructrice de nation. 

En digression avant de poursuivre, rendons hommage à ces leaders politiques et patriotes qui ont eu le courage de vaillants combattants pour la démocratie de défier l’interdiction inique de Dadis.  Nous sommes vraiment impressionnés par leur témérité car en quittant le confort de leur maison ce matin du 28 septembre 2009, ils savaient qu’ils mettaient leur vie en jeu mais ils n’ont pas fléchi, la cause en valait la peine.  Ce d’autant plus que la présence de Cellou Dalein augmentait le risque tant le CNDD a développé une haine irrationnelle et obsessionnelle envers lui. Cellou Dalein et ceux qui ont sciemment accepté d’être à ses coté méritent vraiment notre respect pour leur courage; sans oublier Mr Alpha Condé qui aurait certainement été au stade s’il était à Conakry.

Cela dit, revenant sur notre sujet, bien qu’une éventuelle “médiation” d’Abdoulaye Wade ait été suggérée par le président de l’UFDG, nous le comprenons parfaitement : certainement sous l’émotion et par reconnaissance au Sénégal pour son intervention  et son évacuation sanitaire, cette proposition a été faite.  Néanmoins, le reste des Forces Vives devrait gentiment et poliment décliner l’implication de Mr Wade pour la résolution de notre agression par le CNDD et ses civils (Thanks, but no thanks!).  Nous serions inconséquents avec nous- mêmes en acceptant cette option dans la mesure où celui qui a contribué à tourner la tête de Dadis (ses fréquents voyages, les décorations et ses déclarations à Conakry) ne peut être un “faiseur de paix” fiable.  D’ailleurs, il ne s’agit pas de faire la paix car il n’y a pas de conflit mais une agression unilatérale du CNDD et de ses civils envers les vrais opposants et la population dans sa grande majorité (ceux qui ne leur mangent pas dans la main).  Si un médiateur est nécessaire pour leur départ pacifique, la personnalité au sein de la Cedeao la mieux indiquée serait le Malien Amadou Toumani Touré, alias ATT.  Il est pratiquement irréprochable en tant qu’ex “putschiste” par nécessité patriotique et assume sa fonction de Chef de l’Etat avec dignité et humilité jusqu’à présent.  Sans oublier qu’il est militaire, pouvant ainsi utiliser des arguments et un langage que Dadis et sa milice pourraient mieux comprendre.  Ils doivent partir pacifiquement sans chercher à se mêler de politique a fortiori intervenir dans un quelconque gouvernement d‘union national !  

Pour finir, insistons sur l’urgence et la nécessité de l’envoi d’une force de protection  à Conakry pour que le processus démocratique ait une chance de poursuivre son cours.  Autrement ce ne serait que peine perdue de tenter quoi que ce soit tant que le Pays n’est pas sécurisé et que Dadis, son CNDD, ses bipèdes armés et ses civils ne seront pas mis hors d’état de nuire.  Et surtout, les coupables des massacres et violes d’innocents aux mains nues depuis juin 2006 devront répondre de leurs crimes.  Cela doit être la priorité des priorités avant tout projet, même les élections.  Encore une fois, rendons hommage à  ces héros tombés sous les balles de démons pour que nous puissions vivre en paix et libres.

I.Diallo- “Ollaid”

2009-10-03 17:36:11 Amara Lamine Bangoura

2009-10-03 19:34:34

D’emblée précisons que “médiation” pour la plupart d’entre nous (sinon tous), signifie “médiation pour le départ du CNDD et de ses civils du Pouvoir”.  Ce n’est que dans ce sens que ce terme signifie quelque chose de positif pour progresser de cette chienlit meurtrière et destructrice de nation. 

En digression avant de poursuivre, rendons hommage à ces leaders politiques et patriotes qui ont eu le courage de vaillants combattants pour la démocratie de défier l’interdiction inique de Dadis.  Nous sommes vraiment impressionnés par leur témérité car en quittant le confort de leur maison ce matin du 28 septembre 2009, ils savaient qu’ils mettaient leur vie en jeu mais ils n’ont pas fléchi, la cause en valait la peine.  Ce d’autant plus que la présence de Cellou Dalein augmentait le risque tant le CNDD a développé une haine irrationnelle et obsessionnelle envers lui. Cellou Dalein et ceux qui ont sciemment accepté d’être à ses coté méritent vraiment notre respect pour leur courage; sans oublier Mr Alpha Condé qui aurait certainement été au stade s’il était à Conakry.

Cela dit, revenant sur notre sujet, bien qu’une éventuelle “médiation” d’Abdoulaye Wade ait été suggérée par le président de l’UFDG, nous le comprenons parfaitement : certainement sous l’émotion et par reconnaissance au Sénégal pour son intervention  et son évacuation sanitaire, cette proposition a été faite.  Néanmoins, le reste des Forces Vives devrait gentiment et poliment décliner l’implication de Mr Wade pour la résolution de notre agression par le CNDD et ses civils (Thanks, but no thanks!).  Nous serions inconséquents avec nous- mêmes en acceptant cette option dans la mesure où celui qui a contribué à tourner la tête de Dadis (ses fréquents voyages, les décorations et ses déclarations à Conakry) ne peut être un “faiseur de paix” fiable.  D’ailleurs, il ne s’agit pas de faire la paix car il n’y a pas de conflit mais une agression unilatérale du CNDD et de ses civils envers les vrais opposants et la population dans sa grande majorité (ceux qui ne leur mangent pas dans la main).  Si un médiateur est nécessaire pour leur départ pacifique, la personnalité au sein de la Cedeao la mieux indiquée serait le Malien Amadou Toumani Touré, alias ATT.  Il est pratiquement irréprochable en tant qu’ex “putschiste” par nécessité patriotique et assume sa fonction de Chef de l’Etat avec dignité et humilité jusqu’à présent.  Sans oublier qu’il est militaire, pouvant ainsi utiliser des arguments et un langage que Dadis et sa milice pourraient mieux comprendre.  Ils doivent partir pacifiquement sans chercher à se mêler de politique a fortiori intervenir dans un quelconque gouvernement d‘union national !  

Pour finir, insistons sur l’urgence et la nécessité de l’envoi d’une force de protection  à Conakry pour que le processus démocratique ait une chance de poursuivre son cours.  Autrement ce ne serait que peine perdue de tenter quoi que ce soit tant que le Pays n’est pas sécurisé et que Dadis, son CNDD, ses bipèdes armés et ses civils ne seront pas mis hors d’état de nuire.  Et surtout, les coupables des massacres et violes d’innocents aux mains nues depuis juin 2006 devront répondre de leurs crimes.  Cela doit être la priorité des priorités avant tout projet, même les élections.  Encore une fois, rendons hommage à  ces héros tombés sous les balles de démons pour que nous puissions vivre en paix et libres.

I.Diallo- “Ollaid”

2009-10-03 17:36:11 Aliou

2009-10-03 19:34:34

D’emblée précisons que “médiation” pour la plupart d’entre nous (sinon tous), signifie “médiation pour le départ du CNDD et de ses civils du Pouvoir”.  Ce n’est que dans ce sens que ce terme signifie quelque chose de positif pour progresser de cette chienlit meurtrière et destructrice de nation. 

En digression avant de poursuivre, rendons hommage à ces leaders politiques et patriotes qui ont eu le courage de vaillants combattants pour la démocratie de défier l’interdiction inique de Dadis.  Nous sommes vraiment impressionnés par leur témérité car en quittant le confort de leur maison ce matin du 28 septembre 2009, ils savaient qu’ils mettaient leur vie en jeu mais ils n’ont pas fléchi, la cause en valait la peine.  Ce d’autant plus que la présence de Cellou Dalein augmentait le risque tant le CNDD a développé une haine irrationnelle et obsessionnelle envers lui. Cellou Dalein et ceux qui ont sciemment accepté d’être à ses coté méritent vraiment notre respect pour leur courage; sans oublier Mr Alpha Condé qui aurait certainement été au stade s’il était à Conakry.

Cela dit, revenant sur notre sujet, bien qu’une éventuelle “médiation” d’Abdoulaye Wade ait été suggérée par le président de l’UFDG, nous le comprenons parfaitement : certainement sous l’émotion et par reconnaissance au Sénégal pour son intervention  et son évacuation sanitaire, cette proposition a été faite.  Néanmoins, le reste des Forces Vives devrait gentiment et poliment décliner l’implication de Mr Wade pour la résolution de notre agression par le CNDD et ses civils (Thanks, but no thanks!).  Nous serions inconséquents avec nous- mêmes en acceptant cette option dans la mesure où celui qui a contribué à tourner la tête de Dadis (ses fréquents voyages, les décorations et ses déclarations à Conakry) ne peut être un “faiseur de paix” fiable.  D’ailleurs, il ne s’agit pas de faire la paix car il n’y a pas de conflit mais une agression unilatérale du CNDD et de ses civils envers les vrais opposants et la population dans sa grande majorité (ceux qui ne leur mangent pas dans la main).  Si un médiateur est nécessaire pour leur départ pacifique, la personnalité au sein de la Cedeao la mieux indiquée serait le Malien Amadou Toumani Touré, alias ATT.  Il est pratiquement irréprochable en tant qu’ex “putschiste” par nécessité patriotique et assume sa fonction de Chef de l’Etat avec dignité et humilité jusqu’à présent.  Sans oublier qu’il est militaire, pouvant ainsi utiliser des arguments et un langage que Dadis et sa milice pourraient mieux comprendre.  Ils doivent partir pacifiquement sans chercher à se mêler de politique a fortiori intervenir dans un quelconque gouvernement d‘union national !  

Pour finir, insistons sur l’urgence et la nécessité de l’envoi d’une force de protection  à Conakry pour que le processus démocratique ait une chance de poursuivre son cours.  Autrement ce ne serait que peine perdue de tenter quoi que ce soit tant que le Pays n’est pas sécurisé et que Dadis, son CNDD, ses bipèdes armés et ses civils ne seront pas mis hors d’état de nuire.  Et surtout, les coupables des massacres et violes d’innocents aux mains nues depuis juin 2006 devront répondre de leurs crimes.  Cela doit être la priorité des priorités avant tout projet, même les élections.  Encore une fois, rendons hommage à  ces héros tombés sous les balles de démons pour que nous puissions vivre en paix et libres.

I.Diallo- “Ollaid”

2009-10-03 17:36:11 Ollaid
Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.