chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Titre : Le cri de révolte d’une jeune franco-guinéenne

Date de publication:2009-10-05 23:40:09

2009-10-06 01:37:20

Pendant que la plaie du 28 septembre est encore béante, la rumeur cours que les guinéens s’apprêteraient à reprendre les manifestations contre Dadis. Ils savent ce qui les attend, mais il semble que cela ne soit pas suffisant pour altérer leur détermination. Honte à nous si tel est le cas !

Honte a nous car nos frères font sacrifice de leur vies pour sauver la guinée. Alors que nous, ici en France et ailleurs, tout ce qu’on nous demande c’est de sacrifier un bout de notre temps pour leur montrer du soutien. Mais nous ne sommes pas capables de faire ce minuscule sacrifice !

Nous n’avons aucun officier à affronter contrairement à nos frères, aucun sacrifice réel, il n’y a aucun risque. Mais alors qu’est ce qui vous retient ? La peur ? La lâcheté ? Ou alors, et je ne l’espère pas,  juste le flegme ?

Notez que le 3 octobre nous étions nettement moins nombreux qu’au 26 septembre, alors qu’entre temps nous avons eu des morts ! Tout ce qu’on vous demande c’est de venir grossir la foule le temps d’une ou deux heures, mais c’est trop pour vous ! Qu’est ce que deux heures par rapport à une vie ?!

Certains d’entre nous, ou plutôt beaucoup d’entre nous, devraient revoir leur sens des priorités.

Montrons-nous dignes de nos martyrs ! Mettons nous au niveau de nos frères au pays ! Faisons entendre nos voix le plus fort possible ! Si fort qu’a l’avenir aucun de nos frères n’ait à risquer sa vie pour se faire entendre !

Le temps c’est de la vie, alors réveillez vous vite avant qu’il n’y ait encore plus de morts !

Auteure : Mlle Guirassy     Nanaba

Mail  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  


Commentaires


2009-10-06 01:37:20

Pendant que la plaie du 28 septembre est encore béante, la rumeur cours que les guinéens s’apprêteraient à reprendre les manifestations contre Dadis. Ils savent ce qui les attend, mais il semble que cela ne soit pas suffisant pour altérer leur détermination. Honte à nous si tel est le cas !

Honte a nous car nos frères font sacrifice de leur vies pour sauver la guinée. Alors que nous, ici en France et ailleurs, tout ce qu’on nous demande c’est de sacrifier un bout de notre temps pour leur montrer du soutien. Mais nous ne sommes pas capables de faire ce minuscule sacrifice !

Nous n’avons aucun officier à affronter contrairement à nos frères, aucun sacrifice réel, il n’y a aucun risque. Mais alors qu’est ce qui vous retient ? La peur ? La lâcheté ? Ou alors, et je ne l’espère pas,  juste le flegme ?

Notez que le 3 octobre nous étions nettement moins nombreux qu’au 26 septembre, alors qu’entre temps nous avons eu des morts ! Tout ce qu’on vous demande c’est de venir grossir la foule le temps d’une ou deux heures, mais c’est trop pour vous ! Qu’est ce que deux heures par rapport à une vie ?!

Certains d’entre nous, ou plutôt beaucoup d’entre nous, devraient revoir leur sens des priorités.

Montrons-nous dignes de nos martyrs ! Mettons nous au niveau de nos frères au pays ! Faisons entendre nos voix le plus fort possible ! Si fort qu’a l’avenir aucun de nos frères n’ait à risquer sa vie pour se faire entendre !

Le temps c’est de la vie, alors réveillez vous vite avant qu’il n’y ait encore plus de morts !

Auteure : Mlle Guirassy     Nanaba

Mail  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  

2009-10-05 23:40:09 Barros Diallo

2009-10-06 01:37:20

Pendant que la plaie du 28 septembre est encore béante, la rumeur cours que les guinéens s’apprêteraient à reprendre les manifestations contre Dadis. Ils savent ce qui les attend, mais il semble que cela ne soit pas suffisant pour altérer leur détermination. Honte à nous si tel est le cas !

Honte a nous car nos frères font sacrifice de leur vies pour sauver la guinée. Alors que nous, ici en France et ailleurs, tout ce qu’on nous demande c’est de sacrifier un bout de notre temps pour leur montrer du soutien. Mais nous ne sommes pas capables de faire ce minuscule sacrifice !

Nous n’avons aucun officier à affronter contrairement à nos frères, aucun sacrifice réel, il n’y a aucun risque. Mais alors qu’est ce qui vous retient ? La peur ? La lâcheté ? Ou alors, et je ne l’espère pas,  juste le flegme ?

Notez que le 3 octobre nous étions nettement moins nombreux qu’au 26 septembre, alors qu’entre temps nous avons eu des morts ! Tout ce qu’on vous demande c’est de venir grossir la foule le temps d’une ou deux heures, mais c’est trop pour vous ! Qu’est ce que deux heures par rapport à une vie ?!

Certains d’entre nous, ou plutôt beaucoup d’entre nous, devraient revoir leur sens des priorités.

Montrons-nous dignes de nos martyrs ! Mettons nous au niveau de nos frères au pays ! Faisons entendre nos voix le plus fort possible ! Si fort qu’a l’avenir aucun de nos frères n’ait à risquer sa vie pour se faire entendre !

Le temps c’est de la vie, alors réveillez vous vite avant qu’il n’y ait encore plus de morts !

Auteure : Mlle Guirassy     Nanaba

Mail  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  

2009-10-05 23:40:09 LD

2009-10-06 01:37:20

Pendant que la plaie du 28 septembre est encore béante, la rumeur cours que les guinéens s’apprêteraient à reprendre les manifestations contre Dadis. Ils savent ce qui les attend, mais il semble que cela ne soit pas suffisant pour altérer leur détermination. Honte à nous si tel est le cas !

Honte a nous car nos frères font sacrifice de leur vies pour sauver la guinée. Alors que nous, ici en France et ailleurs, tout ce qu’on nous demande c’est de sacrifier un bout de notre temps pour leur montrer du soutien. Mais nous ne sommes pas capables de faire ce minuscule sacrifice !

Nous n’avons aucun officier à affronter contrairement à nos frères, aucun sacrifice réel, il n’y a aucun risque. Mais alors qu’est ce qui vous retient ? La peur ? La lâcheté ? Ou alors, et je ne l’espère pas,  juste le flegme ?

Notez que le 3 octobre nous étions nettement moins nombreux qu’au 26 septembre, alors qu’entre temps nous avons eu des morts ! Tout ce qu’on vous demande c’est de venir grossir la foule le temps d’une ou deux heures, mais c’est trop pour vous ! Qu’est ce que deux heures par rapport à une vie ?!

Certains d’entre nous, ou plutôt beaucoup d’entre nous, devraient revoir leur sens des priorités.

Montrons-nous dignes de nos martyrs ! Mettons nous au niveau de nos frères au pays ! Faisons entendre nos voix le plus fort possible ! Si fort qu’a l’avenir aucun de nos frères n’ait à risquer sa vie pour se faire entendre !

Le temps c’est de la vie, alors réveillez vous vite avant qu’il n’y ait encore plus de morts !

Auteure : Mlle Guirassy     Nanaba

Mail  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  

2009-10-05 23:40:09 wakkilarè
Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.