chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Le règne des sauvages jusqu’à quand

Date de publication:2009-10-06 01:30:26

2009-10-06 02:53:50

Ils avaient tué plus de 200 jeunes en 2007. Ils ont tué des dizaines de civiles et de policiers en 2008. Cela leur a plutôt rapporté le pouvoir. On sait qu’ils sont des criminels drogués capables de tuer sans hésitation. Alors tout le monde leur a laissé le chemin libre en Guinée.

Ils ont commencé par détruire des maisons et mettre des femmes et enfants dans la rue à 4 h du matin. Pas de réaction même des partis politiques !

Dans un article que nous avons publié le 7 juin 2009 (CNDD : exclusif et explosif ), GuineePresse.info a attiré l’attention du public sur des recrutements massifs et illégaux de milices forestières par Dadis et Pivi. Aucune institution nationale ne s’est inquiétée de telles pratiques de la part des gens censés commander toute l’armée guinéenne. Pourquoi auraient-ils besoin de milices ? Les partis politiques eux-mêmes sont restés aveugles et muets. Aucune voix au sein de l’armée ne s’est non plus levée contre ses pratiques. Aujourd’hui, nous voyons les œuvres de ces milices et de la garde de Dadis :

Favoritisme ethnique, humiliations et arrestations massives et arbitraires dans l'armée, têtes crevées et collées de tous les leaders politiques qui étaient présents au meeting, plus de 300 morts et 1500 blessés, femmes et enfants violés, mutilés et tués à l’arme blanche pour mieux faire mal, corps confisqués et victimes enterrées dans des fausses communes ou jetées en mer comme des chiens abattus en masse !

Même en guerre contre un peuple ennemi, ce genre de pratiques ne se font pas par un peuple civilisé qui a une culture humaine. Ici quelques exemples :

Une jeune femme violée, une grand-mère poignardée au cou, un gamin poignardé au ventre (il est décédé quelque minutes après), une jeune femme battue à mort, un groupe d’enfants piégés et massacrés !

Allons-nous laisser ces crimes aussi impunis ?

Quel est notre seuil de douleur, de dignité pour qu’on se révolte et se lève  pour mettre fin à ce règne des sauvages dans notre pays ?

La majorité des victimes étant des enfants et des femmes, je demande où sont les hommes en Guinée ? Où sont-ils ? Ces femmes, ces enfants ne méritent pas de mourir dans une telle atrocité sous nos yeux. Cela seul nous ôte toute notre dignité de frères, d’oncles et de pères. Comment peut-on connaître ces criminels et même continuer à leur  obéir, leur donner le prix de bière ? Pourquoi les partis politiques ne demandent-ils pas aux populations d’observer un deuil jusqu’à ce que notre pays soit doté d’un gouvernement et de dirigeants respectables ?

Quelle que soit la volonté de l’extérieur à nous venir au secours, si nous recommençons les activités sous les commandes de ce même CNDD, en oubliant toutes ces victimes, alors préparons-nous chacun à subir le prochain carnage. Ce n’est qu’une question de temps.

C'est parce qu'on a eu peur de confrontation avec ces barbares qu'ils ont pris militairement le pouvoir en Guinée. C'est parce qu'on a laissé ces voyous incultes et immoraux prendre le pouvoir qu'on a maintenant la guerre en Guinée. Elle a déjà commencé. Ces photos l'atteste.

Dadis et ses hommes ont tout préparé pour faire peur au peuple et créer un bain de sang en Guinée au cas où ils ne peuvent garder le pouvoir. Les massacres, vols, et viols ont commencé. Si aucun des leaders n'a échappé mais aucune balle n'a été tiré vers eux avec plus de 200 morts, c'est que tout a été bien planifié et exécuté. D'ailleurs, la défection des cadres de la société civile la nuit de la veille et des syndicalistes le matin montrent bien que certains avaient su qu'il y aurait une répression sanglante du meeting. On aura tort d’attendre longtemps encore pour faire ce qu’il faut afin que ces sauvages ne touchent plus à nos fillettes, femmes, mamans, tantes et petits enfants qui ne peuvent compter que sur nous ! Chacun doit se sentir concerné maintenant, où qu’il se trouve. La communauté internationale ne doit pas être plus ferme et plus mobilisée que nous qui sommes les victimes.

GuineePresse.info

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.