chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Paul Moussa Diawara : le diplomate du CNDD

Date de publication:2009-10-06 21:21:01

2009-10-06 23:19:26

Nomination à l’ambassade de Guinée à Bruxelles : Quand Paul Moussa Diawara fait son beurre sur le sang de ses compatriotes ! 

La rédaction de votre Magazine , '' aujourd'hui-en-guinee.com '' a été informée de l'entretien téléphonique entre les services secrèts de la Présidence de la République de Guinée et Paul Moussa DIAWARA sur l'initiative de ce dernier et cela suite à la publication par notre organe sur la toile d'une série d'articles qui ne font pas du tout de cadeaux au CNDD et à son premier responsable, le capitaine Moussa Dadis CAMARA . Le nouveau '' diplomate '' suggère aux escadrons de la mort du CNDD de rendre la vie impossible aux correspondants de notre site à Conakry et par la même occasion promet une sanction exemplaire pour le fondateur '' d'aujourd'hui en Guinee.com ''
 
« J’ai honte pour toute la lignée de ces personnages qui, au soir du jour où vous avez fait tuer des centaines de Guinéens, ont pris la parole dans des médis étrangers pour faire leur beurre sur le sang de leurs compatriotes. », c’est ainsi que notre confrère Cheikh Yérim Seck, journaliste à Jeune Afrique L’Intelligent, faisait allusion à un certain Paul Moussa, après cette autre sortie, digne de son acabit.
 
Avant les évènements du lundi 28 septembre 2009 qui ont coûté la vie à des centaines de nos compatriotes, suite à la publication d’un article de Jeune Afrique L’Intelligent intitulé : « Guinée : L’Incroyable Capitaine Dadis », nous avions attiré l’attention de Guinéens sur les intentions inavouées de Paul Moussa Diawara. 

Dans cet article : « Engueulement de confrères et corruption : Après sa sortie ratée contre ‘’Jeune Afrique’’, Paul Moussa Diawara de Guinee24 promu 1er conseiller à Bruxelles ! », nous révélions ainsi les tractations sécrètes entre cet écrivaillon et Moussa Dadis Camara : « Visiblement satisfait du service rendu à la junte, le capitaine Moussa Dadis Camara, d’après les informations en provenance du Camp Alpha Yaya, a personnellement appelé Paul Moussa DIAWARA pour le féliciter et lui demander un souhait tant que c’est le CNDD qui est au pouvoir à Conakry. C’était dans la nuit du lundi 21 à mardi 22 septembre 2009. Selon une source proche du CNDD au terme de plus de 4 heures de conversation entre le capitaine Moussa Dadis et le metteur en ligne de guinee24.com, ce dernier a obtenu la promesse d’être nommé 1er secrétaire à l’ambassade de Guinée en Belgique. Un poste pour lequel, il s’est déjà illustré dans la démagogie, la calomnie et la désinformation. Le tout avec une forte dose de dénigrement d’honnêtes confrères. Tout le monde connaît la suite. »

Aujourd’hui c’est chose faite. Le l'arrêté nommant Paul Moussa Diawara, comme premier conseiller politique à l’ambassade de Guinée en Belgique, est signé. En principe, si tout se passe comme prévu par le capitaine Moussa Dadis Camara, ce mercenaire de la plume doit prendre fonction cette semaine, ou plus tard la semaine prochaine. La nouvelle aurait pu passer inaperçue, si cet homme n’avait pas monnayé le sang des compatriotes pour son intérêt personnel.

D’après les informations reçues à Bruxelles et confirmées à Conakry, au Ministère des affaires Etrangères, le personnel de l’ambassade a déjà fait savoir, par écrit, que Paul Moussa Diawara n’est pas du tout, mais vraiment pas la bienvenue à Bruxelles. Des Guinéens de Belgique l’ont fait savoir aussi. Car, après eux, la fonction de diplomate est incompatible avec celle d’un nettoyeur de la Poste française à Paris. Selon des Guinéens de Paris, celui qui passe toute la journée à baver sur d’honnêtes journalistes sur n’est qu’un simple ‘’homme de charge’’. C’est à dire des hommes qui, après la descente des employés d’un bureau de la poste, vont nettoyer et remettre de l’ordre dans les locaux.
 
Qu’à cela ne tienne, il est impératif de revenir sur le très bref, tortueux et inachevé parcours de cet homme. L’homme qui prétend aujourd’hui à être diplomate, par la grâce de Moussa Dadis Camara, a été vu dans les allées de la Faculté de Droit et science Economique de l’Université de Conakry entre 1994 et 1995 en 2ème année Economie. Vu son incapacité notoire à évoluer au sein de ce département, il a trafiqué une bourse d’Etat pour la République d’Ukraine. Ce fut un séjour éclaire pour lui. Car de là, notre errant a transité par l’Allemagne. D’où son passage ne fut aussi que de courte durée. Il tombera rapidement dans les mailles de la police fédérale allemande qui le rapatriera illico presto vers la Guinée Conakry. Une fois à Conakry, l’homme a d’abord traîné sa bosse, avant de se spécialiser dans la vente de documents d’inscriptions dans les universités allemandes contre 20 000 FG par exemplaire. Beaucoup de jeunes, à l’époque, ont été escroqués par le sieur Paul Moussa. Ces montants escroqués ont permis au nomade de revenir encore en France. Cette fois, c’est autre traversée de désert pour lui. D’abord un sans domicile fixe, mais aussi devrait subir toute sorte d’humiliation . Chez un certain leader , Lancei KONATÉ , pour trouver de quoi mettre sous dents . Dès que cette maisonnée le voyait venir, les mines changeaient aussitôt. Tant l’homme est sans vergogne.
 
C’est à la suite de cette mésaventure qu’il se spécialisera en journaliste. D’abord avec aminata.com, où il a passé ses débuts à chanter des louanges de ceux qui à l’époque étaient en mesure de lui donner quelques jetons. A la même époque, il profitait des lignes du journal ‘’ La Nouvelle Tribune ’’ de notre confrère Abdoulaye CONDÉ l'actuel conseiller en communication de Dadis CAMARA pour arrondir ses angles, avec des articles téléguidés par ses mentors.
 
A la faveur de la nomination de Grand Cellou Dalein à l’ambassade de Guinée en Italie, l’homme a usé de tous le moyens, y compris le colportage des informations, sans oublier la diffamation de nombreux confrères dont Tibou Kamara, Ministre à la présidence et auprès du Ministre de la Défense chargé de la communication et des nouvelles technologies de l'information , pour qui il fait allégeance aujourd’hui, dans but de se faire nommer à Bruxelles. A l’époque l’homme tirait sur quiconque écrivait une ligne allant dans le sens de la vérité.Hier Tibou KAMARA était qualifié de '' Farba '' , de prédateur de l'économie nationale , aujourd'hui c'est le même Paul Moussa DIAWARA qui fait couvrir les déplacements et les point de presse du Conseiller en communication de Dadis . Allez savoir sur le personnage de l'homme .
 
Cet aventurier de la presse a été vu à l'oeuvre derrière Lansana Kouyaté l'ami de la presse Guinéenne . Animé d’une seule volonté, être nommé dans une des ambassades guinéennes, au prix du chantage et de la calomnie des confrères. Mouctar Bah de RFI ne dira pas le contraire.
 
C’est avec certainement la cécité intellectuelle du CNDD et de son président Moussa Dadis Camara que l’ennemi public numéro un des journalistes guinéens parviendra certainement à ses fins. Pur produit du journalisme alimentaire, Paul Moussa Diawara trouvera sur chemin des employés de l’ambassade et surtout des citoyens guinéens de Belgique qui ont encore en mémoire des images des massacres du lundi 28 septembre 2009 au stade du même nom.
 
‘’Le malheur des uns fait le bonheur des autres.’’, nous enseigne une sagesse. Après s’être prostitué et ériger en journaliste falsificateur des informations, Paul Moussa Diawara, de guinée24.com, est l’unique plumitif, à minimiser le massacre de nos compatriotes. Il est aussi l’un des rares ‘’journalistes’’ à soutenir publiquement les exactions de la garde présidentielle de Moussa Dadis Camara, son nouveau maître contre les Guinéens. En défendant corps et âme les tueries du 28 septembre 2009, Paul Moussa Diawara a oublié que ceux ou celles qui sont tombés sous les feux des militaires auraient pu être des siens. Il préfère pour le moment faire le prince qui doit user de tous les moyens pour parvenir à ses fins.Pour nous Moussa Dadis est loin d'être un homme d'Etat car un homme d'Etat n'a pas du tout besoin de l'espèce Paul Moussa DIAWARA.
 
 
Nous y reviendrons dans nos prochaines éditions .
 
Aboubacar SAKHO
Fondateur de www.aujourdhui-en-guinee.com
Pays-Bas

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.