chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Guinée : Mais de qui se moque t- on

Date de publication:2009-10-09 18:19:48

2009-10-09 20:18:12 

La Guinée n’est pas sortie de ses lendemains post- traumatiques des massacres du 28 octobre 2009 que les affidés de Dadis et du CNDD tentent de remettre  leur héros sanguinaire en scelle.

Nos morts sont encore dans les caveaux du CNDD, il ya d’autres criminels encore plus cyniques que Dadis qui osent présenter leurs soi-disant condoléances au peuple de Guinée et aux familles des victimes. Ce faisant, ils pensent pouvoir occulter les actions néfastes auprès de Dadis et de la junte. Quelle ignominie ? Quel sadisme ? Quelle criminalité au- delà du crime lui- même !

Les mots me manquent pour qualifier ces actes, que dis- je, cette foutaise. Décidément, en Guinée, il y a encore des personnes pour lesquelles l’assassinat, le massacre, le sang humain, le viol, bref, le crime, ne sera jamais que du domaine de l’événementiel. Du fait divers.

Tenez- vous bien, chers compatriotes, amis et sympathisants de notre peuple martyrisé ! A quelques jours des massacres, c’est le porte-parole des commis- voyageurs Paris- Conakry, l’un des ethnocentriques les plus extrémistes qui s’affichait en ligne sur un site devenu de plus en plus douteux pour adresser ses « condoléances » au peuple de Guinée.
Ce M. Jacques, vous y mettrez le prénom que vous savez, sans un mot sur le criminel, sans une seule syllabe sur les malheurs de notre nation, sans aucune allusion aux victimes, à plus forte une condamnation des commanditaires et des exécutants, appelait le peuple de Guinée à se soumettre de nouveau au dictat de Moussa Dadis. Il nous invitait au pardon et à l’acceptation d’un gouvernement d’Unité Nationale quand bien même les bourreaux continuaient à menacer les leaders politiques et a traumatiser les populations.

Comme cet autre Kourouma qui rejetait la responsabilité des massacres sur les Forces Vives et les victimes elles- mêmes, il a eu l’outrecuidance de nous appeler à accepter le dialogue avec nos propres bourreaux. Des bourreaux si sadiques qu’ils disent que les morts le sont par leur propre faute.

Voilà qu’aujourd’hui, comble de tout, c’est le Mouvement de Soutien de Dadis et du CNDD qui crache sur le peuple, la nation, les morts retrouvés et ceux qui sont encore entassés quelque part au Camp Alpha Yaya ou dans les fosses communes.

Qui oserait jamais imaginer qu’il y en Guinée, un compatriote, parfois un ami, un parent, une connaissance, des personnes ou des individus aussi inhumains ? Qui pourrait penser qu’au lendemain d’un massacre, alors même que les cadavres ne sont pas restitués à leurs familles, que des centaines de personnes arbitrairement arrêtées et emprisonnées, il y aurait des gens qui osent se prévaloir de soutenir le meurtrier ?

Pourtant, il n’y a pas de peuple maudit, de peuple fait pour souffrir, qui aime la torture, le meurtre, le viol. Il n’ ya aucun peuple qui soit fait pour subir éternellement la tyrannie d’un seul homme et de son système. Il n’ ya que de peuple qui aspire à la liberté et à la démocratie.

A lire ces auteurs, ces soutiens de Dadis et du CNDD, on vomit, non pas l’espèce, mais certaines créatures !

Dadis a violé et fait violer notre peuple car quelques soient les coupables, c’est lui qui a la responsabilité morale et politique. Qui pourrait croire un seul instant qu’on peut massacrer un peuple sans l’autorisation de celui qui revendique son pouvoir sur ce même peuple ?

Dadis a violé et fait violer physiquement et symboliquement notre peuple, notre pays et notre nation. Notre pays ne s’appelle t- il pas Guinée ? Et cela signifie, en langue nationale soussou, « la femme. »

Qui a été violé si ce n’est la femme, l’être physique, le plus respectable de la Création de Dieu car seule détentrice de la voie sacrée par laquelle toute l’humanité existe ?  

Symboliquement Dadis, ses milices et mercenaires ont commis à la fois l’inceste et le crime. Ils sont impardonnables !

Quel est le Guinéen qui n’a pas pleuré à la seule lecture des sites internet ou des journaux sur les horreurs du stade du 28 septembre ? Qui a passé une journée, une nuit ordinaire à la vue des images sur le net  ou à la télévision ? S’il y en a un seul d’entre- nous qui a résisté à ce qu’il a vu ou lu, qu’il se dise « je ne suis plus un être humain ! »

Dites- moi, lequel d’entre- nous oserait penser qu’il se lèverait un matin, en Guinée ou ailleurs et entendre, à plus forte raison voir, ce qui s’est passé le 28 octobre 2009. Violer, tuer, massacrer en plein jour des populations dans un espaces clos, fermé et coupé de l’extérieur. Seul Dadis l’a fait. Bokassa, Amin Dada, Franco, Pinochet, ne l’ont pas osé, à ce que je sache.

Dadis à réalisé l’impensable en Guinée. Il ne mérite plus que la plus petite des sanctions : être débarquer du pouvoir et juger ! Et de grâce, ne me dites pas qu’il ya encore un homme providentiel dans l’armée. Ce serait, comme si Goering ferait le salut de l’Allemagne !

Nous Guinéens, je m’adresse surtout aux hommes, nous devrions, demander chaque jour qui passe à Dieu de nous Epargner, d’Epargner notre peuple et notre nation des conséquences des actes commises en ce 28 octobre 2009 par Dadis et sa junte.

Les cris, les douleurs, les larmes et les souffrances de nos filles, nos sœurs, nos mères et grands- mères, tout simplement de la femme, risquent de peser lourd sur l’avenir du pays ! Nous devrions prier pour que les victimes nous pardonnent, nous autres innocents, et que soient châtiés les coupables.

Pour moi, ceux qui ont commis ces massacres, ses viols, à quelque niveau de responsabilité qu’ils se situent, ne sont plus des humains. Ils ne sont ni plus ni moins que des monstres !

Les soutiens moraux et politiques de Dadis et de la junte ne sont pas moins coupables car de leur Mamaya et de leur avidité de postes est sorti un monstre. Un monstre sanguinaire qui, si nous ne faisions attention, risque d’emporter notre nation.

La preuve, il rêve encore se maintenir au pouvoir et parle de commission d’enquête. Si comme si on disait, à laisser Hitler au pouvoir, il allait juger les auteurs de l’holocauste !

 Je lance cet appel, s’il vous plaît, nous Guinéens ! Ressaisissons- nous ! Prions ! Prions et prions encore pour que notre nation soit débarrassée des auteurs des crimes du 28 octobre 2009 sans qu’ils n’emportent plus une seule âme. Y compris celle d’une mouche. A plus forte raison….. Vous m’aurez compris !

Lamarana petty Diallo                                                       Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Commentaires


2009-10-09 20:18:12 

La Guinée n’est pas sortie de ses lendemains post- traumatiques des massacres du 28 octobre 2009 que les affidés de Dadis et du CNDD tentent de remettre  leur héros sanguinaire en scelle.

Nos morts sont encore dans les caveaux du CNDD, il ya d’autres criminels encore plus cyniques que Dadis qui osent présenter leurs soi-disant condoléances au peuple de Guinée et aux familles des victimes. Ce faisant, ils pensent pouvoir occulter les actions néfastes auprès de Dadis et de la junte. Quelle ignominie ? Quel sadisme ? Quelle criminalité au- delà du crime lui- même !

Les mots me manquent pour qualifier ces actes, que dis- je, cette foutaise. Décidément, en Guinée, il y a encore des personnes pour lesquelles l’assassinat, le massacre, le sang humain, le viol, bref, le crime, ne sera jamais que du domaine de l’événementiel. Du fait divers.

Tenez- vous bien, chers compatriotes, amis et sympathisants de notre peuple martyrisé ! A quelques jours des massacres, c’est le porte-parole des commis- voyageurs Paris- Conakry, l’un des ethnocentriques les plus extrémistes qui s’affichait en ligne sur un site devenu de plus en plus douteux pour adresser ses « condoléances » au peuple de Guinée.
Ce M. Jacques, vous y mettrez le prénom que vous savez, sans un mot sur le criminel, sans une seule syllabe sur les malheurs de notre nation, sans aucune allusion aux victimes, à plus forte une condamnation des commanditaires et des exécutants, appelait le peuple de Guinée à se soumettre de nouveau au dictat de Moussa Dadis. Il nous invitait au pardon et à l’acceptation d’un gouvernement d’Unité Nationale quand bien même les bourreaux continuaient à menacer les leaders politiques et a traumatiser les populations.

Comme cet autre Kourouma qui rejetait la responsabilité des massacres sur les Forces Vives et les victimes elles- mêmes, il a eu l’outrecuidance de nous appeler à accepter le dialogue avec nos propres bourreaux. Des bourreaux si sadiques qu’ils disent que les morts le sont par leur propre faute.

Voilà qu’aujourd’hui, comble de tout, c’est le Mouvement de Soutien de Dadis et du CNDD qui crache sur le peuple, la nation, les morts retrouvés et ceux qui sont encore entassés quelque part au Camp Alpha Yaya ou dans les fosses communes.

Qui oserait jamais imaginer qu’il y en Guinée, un compatriote, parfois un ami, un parent, une connaissance, des personnes ou des individus aussi inhumains ? Qui pourrait penser qu’au lendemain d’un massacre, alors même que les cadavres ne sont pas restitués à leurs familles, que des centaines de personnes arbitrairement arrêtées et emprisonnées, il y aurait des gens qui osent se prévaloir de soutenir le meurtrier ?

Pourtant, il n’y a pas de peuple maudit, de peuple fait pour souffrir, qui aime la torture, le meurtre, le viol. Il n’ ya aucun peuple qui soit fait pour subir éternellement la tyrannie d’un seul homme et de son système. Il n’ ya que de peuple qui aspire à la liberté et à la démocratie.

A lire ces auteurs, ces soutiens de Dadis et du CNDD, on vomit, non pas l’espèce, mais certaines créatures !

Dadis a violé et fait violer notre peuple car quelques soient les coupables, c’est lui qui a la responsabilité morale et politique. Qui pourrait croire un seul instant qu’on peut massacrer un peuple sans l’autorisation de celui qui revendique son pouvoir sur ce même peuple ?

Dadis a violé et fait violer physiquement et symboliquement notre peuple, notre pays et notre nation. Notre pays ne s’appelle t- il pas Guinée ? Et cela signifie, en langue nationale soussou, « la femme. »

Qui a été violé si ce n’est la femme, l’être physique, le plus respectable de la Création de Dieu car seule détentrice de la voie sacrée par laquelle toute l’humanité existe ?  

Symboliquement Dadis, ses milices et mercenaires ont commis à la fois l’inceste et le crime. Ils sont impardonnables !

Quel est le Guinéen qui n’a pas pleuré à la seule lecture des sites internet ou des journaux sur les horreurs du stade du 28 septembre ? Qui a passé une journée, une nuit ordinaire à la vue des images sur le net  ou à la télévision ? S’il y en a un seul d’entre- nous qui a résisté à ce qu’il a vu ou lu, qu’il se dise « je ne suis plus un être humain ! »

Dites- moi, lequel d’entre- nous oserait penser qu’il se lèverait un matin, en Guinée ou ailleurs et entendre, à plus forte raison voir, ce qui s’est passé le 28 octobre 2009. Violer, tuer, massacrer en plein jour des populations dans un espaces clos, fermé et coupé de l’extérieur. Seul Dadis l’a fait. Bokassa, Amin Dada, Franco, Pinochet, ne l’ont pas osé, à ce que je sache.

Dadis à réalisé l’impensable en Guinée. Il ne mérite plus que la plus petite des sanctions : être débarquer du pouvoir et juger ! Et de grâce, ne me dites pas qu’il ya encore un homme providentiel dans l’armée. Ce serait, comme si Goering ferait le salut de l’Allemagne !

Nous Guinéens, je m’adresse surtout aux hommes, nous devrions, demander chaque jour qui passe à Dieu de nous Epargner, d’Epargner notre peuple et notre nation des conséquences des actes commises en ce 28 octobre 2009 par Dadis et sa junte.

Les cris, les douleurs, les larmes et les souffrances de nos filles, nos sœurs, nos mères et grands- mères, tout simplement de la femme, risquent de peser lourd sur l’avenir du pays ! Nous devrions prier pour que les victimes nous pardonnent, nous autres innocents, et que soient châtiés les coupables.

Pour moi, ceux qui ont commis ces massacres, ses viols, à quelque niveau de responsabilité qu’ils se situent, ne sont plus des humains. Ils ne sont ni plus ni moins que des monstres !

Les soutiens moraux et politiques de Dadis et de la junte ne sont pas moins coupables car de leur Mamaya et de leur avidité de postes est sorti un monstre. Un monstre sanguinaire qui, si nous ne faisions attention, risque d’emporter notre nation.

La preuve, il rêve encore se maintenir au pouvoir et parle de commission d’enquête. Si comme si on disait, à laisser Hitler au pouvoir, il allait juger les auteurs de l’holocauste !

 Je lance cet appel, s’il vous plaît, nous Guinéens ! Ressaisissons- nous ! Prions ! Prions et prions encore pour que notre nation soit débarrassée des auteurs des crimes du 28 octobre 2009 sans qu’ils n’emportent plus une seule âme. Y compris celle d’une mouche. A plus forte raison….. Vous m’aurez compris !

Lamarana petty Diallo                                                       Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

2009-10-09 18:19:48 ama

2009-10-09 20:18:12 

La Guinée n’est pas sortie de ses lendemains post- traumatiques des massacres du 28 octobre 2009 que les affidés de Dadis et du CNDD tentent de remettre  leur héros sanguinaire en scelle.

Nos morts sont encore dans les caveaux du CNDD, il ya d’autres criminels encore plus cyniques que Dadis qui osent présenter leurs soi-disant condoléances au peuple de Guinée et aux familles des victimes. Ce faisant, ils pensent pouvoir occulter les actions néfastes auprès de Dadis et de la junte. Quelle ignominie ? Quel sadisme ? Quelle criminalité au- delà du crime lui- même !

Les mots me manquent pour qualifier ces actes, que dis- je, cette foutaise. Décidément, en Guinée, il y a encore des personnes pour lesquelles l’assassinat, le massacre, le sang humain, le viol, bref, le crime, ne sera jamais que du domaine de l’événementiel. Du fait divers.

Tenez- vous bien, chers compatriotes, amis et sympathisants de notre peuple martyrisé ! A quelques jours des massacres, c’est le porte-parole des commis- voyageurs Paris- Conakry, l’un des ethnocentriques les plus extrémistes qui s’affichait en ligne sur un site devenu de plus en plus douteux pour adresser ses « condoléances » au peuple de Guinée.
Ce M. Jacques, vous y mettrez le prénom que vous savez, sans un mot sur le criminel, sans une seule syllabe sur les malheurs de notre nation, sans aucune allusion aux victimes, à plus forte une condamnation des commanditaires et des exécutants, appelait le peuple de Guinée à se soumettre de nouveau au dictat de Moussa Dadis. Il nous invitait au pardon et à l’acceptation d’un gouvernement d’Unité Nationale quand bien même les bourreaux continuaient à menacer les leaders politiques et a traumatiser les populations.

Comme cet autre Kourouma qui rejetait la responsabilité des massacres sur les Forces Vives et les victimes elles- mêmes, il a eu l’outrecuidance de nous appeler à accepter le dialogue avec nos propres bourreaux. Des bourreaux si sadiques qu’ils disent que les morts le sont par leur propre faute.

Voilà qu’aujourd’hui, comble de tout, c’est le Mouvement de Soutien de Dadis et du CNDD qui crache sur le peuple, la nation, les morts retrouvés et ceux qui sont encore entassés quelque part au Camp Alpha Yaya ou dans les fosses communes.

Qui oserait jamais imaginer qu’il y en Guinée, un compatriote, parfois un ami, un parent, une connaissance, des personnes ou des individus aussi inhumains ? Qui pourrait penser qu’au lendemain d’un massacre, alors même que les cadavres ne sont pas restitués à leurs familles, que des centaines de personnes arbitrairement arrêtées et emprisonnées, il y aurait des gens qui osent se prévaloir de soutenir le meurtrier ?

Pourtant, il n’y a pas de peuple maudit, de peuple fait pour souffrir, qui aime la torture, le meurtre, le viol. Il n’ ya aucun peuple qui soit fait pour subir éternellement la tyrannie d’un seul homme et de son système. Il n’ ya que de peuple qui aspire à la liberté et à la démocratie.

A lire ces auteurs, ces soutiens de Dadis et du CNDD, on vomit, non pas l’espèce, mais certaines créatures !

Dadis a violé et fait violer notre peuple car quelques soient les coupables, c’est lui qui a la responsabilité morale et politique. Qui pourrait croire un seul instant qu’on peut massacrer un peuple sans l’autorisation de celui qui revendique son pouvoir sur ce même peuple ?

Dadis a violé et fait violer physiquement et symboliquement notre peuple, notre pays et notre nation. Notre pays ne s’appelle t- il pas Guinée ? Et cela signifie, en langue nationale soussou, « la femme. »

Qui a été violé si ce n’est la femme, l’être physique, le plus respectable de la Création de Dieu car seule détentrice de la voie sacrée par laquelle toute l’humanité existe ?  

Symboliquement Dadis, ses milices et mercenaires ont commis à la fois l’inceste et le crime. Ils sont impardonnables !

Quel est le Guinéen qui n’a pas pleuré à la seule lecture des sites internet ou des journaux sur les horreurs du stade du 28 septembre ? Qui a passé une journée, une nuit ordinaire à la vue des images sur le net  ou à la télévision ? S’il y en a un seul d’entre- nous qui a résisté à ce qu’il a vu ou lu, qu’il se dise « je ne suis plus un être humain ! »

Dites- moi, lequel d’entre- nous oserait penser qu’il se lèverait un matin, en Guinée ou ailleurs et entendre, à plus forte raison voir, ce qui s’est passé le 28 octobre 2009. Violer, tuer, massacrer en plein jour des populations dans un espaces clos, fermé et coupé de l’extérieur. Seul Dadis l’a fait. Bokassa, Amin Dada, Franco, Pinochet, ne l’ont pas osé, à ce que je sache.

Dadis à réalisé l’impensable en Guinée. Il ne mérite plus que la plus petite des sanctions : être débarquer du pouvoir et juger ! Et de grâce, ne me dites pas qu’il ya encore un homme providentiel dans l’armée. Ce serait, comme si Goering ferait le salut de l’Allemagne !

Nous Guinéens, je m’adresse surtout aux hommes, nous devrions, demander chaque jour qui passe à Dieu de nous Epargner, d’Epargner notre peuple et notre nation des conséquences des actes commises en ce 28 octobre 2009 par Dadis et sa junte.

Les cris, les douleurs, les larmes et les souffrances de nos filles, nos sœurs, nos mères et grands- mères, tout simplement de la femme, risquent de peser lourd sur l’avenir du pays ! Nous devrions prier pour que les victimes nous pardonnent, nous autres innocents, et que soient châtiés les coupables.

Pour moi, ceux qui ont commis ces massacres, ses viols, à quelque niveau de responsabilité qu’ils se situent, ne sont plus des humains. Ils ne sont ni plus ni moins que des monstres !

Les soutiens moraux et politiques de Dadis et de la junte ne sont pas moins coupables car de leur Mamaya et de leur avidité de postes est sorti un monstre. Un monstre sanguinaire qui, si nous ne faisions attention, risque d’emporter notre nation.

La preuve, il rêve encore se maintenir au pouvoir et parle de commission d’enquête. Si comme si on disait, à laisser Hitler au pouvoir, il allait juger les auteurs de l’holocauste !

 Je lance cet appel, s’il vous plaît, nous Guinéens ! Ressaisissons- nous ! Prions ! Prions et prions encore pour que notre nation soit débarrassée des auteurs des crimes du 28 octobre 2009 sans qu’ils n’emportent plus une seule âme. Y compris celle d’une mouche. A plus forte raison….. Vous m’aurez compris !

Lamarana petty Diallo                                                       Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

2009-10-09 18:19:48 Sall
Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.