chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Violences contre les femmes: l'ONG Care appelle à l'action immédiate

Date de publication:2009-10-10 20:00:56

2009-10-10 21:53:08

Dénonçant le récent massacre en Guinée, l'organisation humanitaire Care a appelé vendredi à agir immédiatement à l'échelle mondiale pour faire cesser les violences sexuelles faites aux femmes, y compris en chargeant du dossier un responsable de l'ONU.

"Ce qui vient de se passer en Guinée est un scandale, un rappel brutal d'une pratique largement répandue de violence contre les femmes et les filles à travers le monde", a déclaré la présidente de Care, Helene Gayle, dans un communiqué.

Mme Gayle affirme que devant l'étendue du fléau, "il n'est plus temps de faire des discours" mais de passer à l'action.
Et dans une lettre au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, dont l'AFP a reçu copie, elle cite la résolution 1888 du Conseil de sécurité comme "un pas en avant". Mais, ajoute-t-elle, "les incidents de Guinée font ressortir l'urgence d'une action immédiate sur plusieurs points de cette résolution".
Le Conseil de sécurité a adopté le 30 septembre cette résolution, dans laquelle il réitère son exigence qu'il soit mis fin au fléau du recours aux violences sexuelles dans les conflits armés.

La résolution demande notamment à M. Ban de créer un poste de Représentant spécial chargé de la lutte contre les violences sexuelles dans les conflits armés, afin de mieux coordonner l'action de la communauté internationale.

La lettre de Mme Gayle demande la mise en oeuvre immédiate de cette disposition.

Selon l'Organisation guinéenne de défense des droits de l'homme, 157 personnes ont été tuées et 1.200 blessées dans un stade de Conakry le 28 septembre lors de la répression d'une manifestation contre l'éventuelle candidature du chef de la junte à la présidentielle de janvier.

Des témoins et organisations des droits de l'Homme ont fait état de nombreux cas de viols commis en pleine rue et en plein jour par les militaires lors de cette répression.

Source: AFP

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.