chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Blaise Compaoré, le mauvais choix pour la médiation

Date de publication:2009-10-10 23:45:38

2009-10-11 01:41:43

L’Union Européenne (UE) avait informé qu’elle va prendre des sanctions contre les criminels (Dadis et le CNDD) et les mauvais acteurs de la transition (Le gouvernement et les conseillers) en Guinée. La liste devait être publiée ce vendredi 9 octobre 2009.

Nous venons d’apprendre que l’UE, contrairement à notre attente, décide de s’en remettre à l'Union africaine qui devra décider s’il y aura sanction contre les assassins du 28 septembre et si le CNDD et Dadis seront disqualifiés pour poursuivre la transition en Guinée. Ainsi, ils reproduisent le même scénario qui s’est produit au Burkina Fasso, au Togo, en Côte d’ Ivoire et en Mauritanie. Ce n’est pas pour rien d’ailleurs que Dadis a été le premier à proposer un médiateur africain, lui qui a toujours cité les autres cas comme exemple.

Nous étions en droit d’attendre une décision ferme et exemplaire de l’UE et de la communauté internationale en face des événements graves (massacres, viols massifs et milliers de blessés par balles) qui se sont produits le 28 septembre à Conakry et des conséquences qui peuvent en découler pour la Guinée et toute la sous-région.

Le choix de Blaise Compaoré comme médiateur est un mauvais choix. Ce militaire qui est lui-même arrivé au pouvoir comme Dadis se maintient depuis 1987 à la tête de son pays. Il a reçu une mission d’aller à Conakry pour dire à Dadis qu’il doit partir. Arrivé en Guinée, il tente de réunir les Forces Vives et le CNDD. Cette tentative échoue. Il les invite alors à se rendre chez lui au Burkina Faso pour une conciliation. Cela n’était pas sa feuille de route. Ensuite, c’est le "Premier ministre" Komara qu’on fait venir à Ouagadougou pour un prétexte fallacieux. Au lendemain de cette visite, nous apprenons que l’UE s’en remet à l'Union africaine pour le dossier guinéen. 

Monsieur Compaoré s’est disqualifié pour poursuivre une médiation en Guinée. D’autant plus que nous savons que Blaise Compaoré et beaucoup de chefs d’Etat ouest-africains ont leur candidat préféré pour des élections présidentielles en Guinée. Nous savons aussi que Compaoré a des intérêts économiques avec Dadis et le CNDD (Lire au lien ci-dessous).

C’est pour toutes ces raisons que l’Initiative de Bruxelles pour le Changement démocratique en Guinée (IBCG) demande à la CEDEAO de choisir un nouveau médiateur crédible dont le comportement démocratique et respectable a fait ses preuves, comme Alpha Oumar Konaré, Jerry John Rawlings ou Kofi Anan.

Nous espérons que la CEDEAO et l'Union africaine vont prendre leur responsabilité pour éviter un nouveau drame dans la région et en Afrique. Il en va de leur crédibilité et de l'intérêt de tous. 

Nous invitons les Forces Vives à rester fermes sur leur position : le départ de Dadis et du CNDD ainsi que la plainte contre les criminels auprès du tribunal pénal international ne sont pas négociables. L’attitude de l’UE nous montre que nous ne devons pas compter sur les autres et qu’il faut passer à des actions concrètes si l’on veut se libérer de Dadis et de ses milices criminelles.

Lien : http://www.guineepresse.info/index.php?id=10,3979,0,0,1,0 

L’Initiative de Bruxelles pour le Changement en Guinée (IBCG)
Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.