chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Déclaration De La Coordination Des Organisations De Défense Des Droits Humains (Coddh)

Date de publication:2009-10-11 13:33:58

2009-10-11 15:30:05

Suite à la rupture du dialogue politique entre les forces vives et le CNDD, notre pays, la République de Guinée, vient de connaitre la répression la plus meurtrière et la  plus sanglante de son histoire.

Nos compatriotes ont payé de leur vie, de leur sang et de leur dignité humaine dans l’horreur l’exercice de leur droit imprescriptible et inaliénable à tenir un meeting au stade du 28 septembre.
Ainsi, cette manifestation organisée par les forces vives de la nation a été sauvagement réprimée dans le sang par les forces de défense et de sécurité aux gâchettes faciles sans foi ni loi.

A cet effet, nous, membres de la coordination des organisations de défense des droits humains (CODDH), déplorons et condamnons avec la dernière énergie ces massacres dont :

-         Des morts d’hommes par centaine ;
-         Des blessés graves par millier ;
-         Des viols de femmes à ciel ouvert sans pudeur ;
-         Des actes de tortures des plus cruels ;
-         Des centaines de personnes portées disparues ;
-         Des atteintes graves et répétées aux libertés de la presse, d’opinion, de réunion et de manifestation ;
-         Des actes de terreur et d’intimidation perpétrés par les forces de défense et de sécurité contre les populations.
Ces crimes inhumains et barbares sont sanctionnés par les instruments juridiques nationaux et internationaux que la République de Guinée a souverainement ratifiés et dont elle est tenue de respecter doivent être punis de façon exemplaire de manière à dissuader cette façon de conquérir et de se perpétuer au pourvoir.
 
Au nombre de ces instruments juridiques l’on peut citer entre autre :
Ø     La déclaration universelle des Droits de l’Homme ;
Ø     Les protocoles additionnels relatifs aux droits civil et politique ;
Ø     La charte africaine des Droits de l’homme et des Peuples et ;
Ø     Des pactes internationaux relatifs aux droits civils et politiques.

A ce titre :

§        La CODDH en appelle la Communauté Internationale  et au chef de la junte au pouvoir de procéder à la mise aux arrêts immédiats de tous les auteurs présumés des tueries et autres cas de violations de droits humains ;
 
§        La CODDH exige l’institution d’une commission d’enquête internationale en lieu et place de la commission d’enquête nationale ordonnée par la junte ;
En conséquence, la CODDH demande à toutes les parties prenantes au dialogue politique en faisant preuve de hauteur de vue et de sens élevé de responsabilité à l’effet d’éviter les affres d’une guerre civile en Guinée.
Par la même occasion, la CODDH soutient et encourage le choix d’une médiation internationale comme voie privilégiée de sortie de crise.
Au demeurant la CODDH exprime sa vive compassion aux familles éplorées et s’incline pieusement devant la mémoire des victimes.
                                           
                                                                                      Le Président
 
BAH souleymane

Commentaires


Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.