chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Sanctions : L’Union Européenne dément et corrige des fausses rumeurs !

Date de publication:2009-10-13 00:52:58

2009-10-13 02:51:04

Dans un courrier spécial que nous avons reçu cet après-midi, l’Union Européenne nous indique que certaines informations que nous avons reçues au sujet de sa position sont erronées. 

« Tout en comprenant votre inquiétude, je suis content de pouvoir vous assurer que certaines des informations que vous avez dues recevoir sont erronées.  
Il y a effectivement eu une réunion le vendredi dernier, dont la conclusion a été de tout mettre en œuvre pour procéder aux sanctions ciblées… La liste des sanctionnés est en cours d'élaboration. »
 
Nous affirme un responsable de l’institution européenne qui nous précise qu’il a été juste décidé de les coordonner avec les institutions africaines qui sont entrain de prendre des mesures similaires et dont l’annonce avait été faite avant celles de l’UE.
 
« La réunion du Groupe International de Contact qui se tient aujourd'hui à Abuja a pour but de coordonner les actions des partenaires, notamment pour la prise de sanctions. ». Ajoute-t-il.
 
L’UE appuie également la mise en place d’une commission d’enquête internationale et une mission de maintien de paix pour protéger les populations civiles faces aux militaires et milices inconscientes du CNDD, si les partenaires africains prennent une telle initiative.
 
Quant à Blaise Compaoré, on nous précise qu’il n’est pas Médiateur (qui serait chargé de trouver un compromis entre les deux parties) mais plutôt un facilitateur qui va écouter les deux parties, en vue de trouver une solution de sortie de crise. Le mandat de Blaise n’est donc pas de faire une médiation mais écouter les deux parties, transmettre des messages du Groupe de contact et faire un rapport et des propositions à ce dernier qui va s’occuper de la résolution du problème. Alors, l’invitation des Forces Vives au Burkina ne s’inscrit donc pas dans sa mission. C’est pourquoi les Forces Vives ne doivent s’y rendre qu’après le départ de Dadis si cela est nécessaire. Autrement, elles amènent la communauté internationale à attendre d’éventuels résultats de cette nouvelle médiation pour agir. Or, chaque jour offert au CNDD au pouvoir est une perte et un haut risque pour la Guinée.
 
Les forces vives ont déclaré que Dadis n’est plus un interlocuteur, après sa mauvaise foi prouvée en 9 mois et son comportement de chef de guerre contre le peuple de Guinée.
 
« Si les Forces vives restent fermes sur cette position, il sera difficile de trouver une solution qui permet à Dadis de rester en place (même pour un délai transitoire).», conclut le diplomate.
 
GuineePresse.info

Commentaires


2009-10-13 02:51:04

Dans un courrier spécial que nous avons reçu cet après-midi, l’Union Européenne nous indique que certaines informations que nous avons reçues au sujet de sa position sont erronées. 

« Tout en comprenant votre inquiétude, je suis content de pouvoir vous assurer que certaines des informations que vous avez dues recevoir sont erronées.  
Il y a effectivement eu une réunion le vendredi dernier, dont la conclusion a été de tout mettre en œuvre pour procéder aux sanctions ciblées… La liste des sanctionnés est en cours d'élaboration. »
 
Nous affirme un responsable de l’institution européenne qui nous précise qu’il a été juste décidé de les coordonner avec les institutions africaines qui sont entrain de prendre des mesures similaires et dont l’annonce avait été faite avant celles de l’UE.
 
« La réunion du Groupe International de Contact qui se tient aujourd'hui à Abuja a pour but de coordonner les actions des partenaires, notamment pour la prise de sanctions. ». Ajoute-t-il.
 
L’UE appuie également la mise en place d’une commission d’enquête internationale et une mission de maintien de paix pour protéger les populations civiles faces aux militaires et milices inconscientes du CNDD, si les partenaires africains prennent une telle initiative.
 
Quant à Blaise Compaoré, on nous précise qu’il n’est pas Médiateur (qui serait chargé de trouver un compromis entre les deux parties) mais plutôt un facilitateur qui va écouter les deux parties, en vue de trouver une solution de sortie de crise. Le mandat de Blaise n’est donc pas de faire une médiation mais écouter les deux parties, transmettre des messages du Groupe de contact et faire un rapport et des propositions à ce dernier qui va s’occuper de la résolution du problème. Alors, l’invitation des Forces Vives au Burkina ne s’inscrit donc pas dans sa mission. C’est pourquoi les Forces Vives ne doivent s’y rendre qu’après le départ de Dadis si cela est nécessaire. Autrement, elles amènent la communauté internationale à attendre d’éventuels résultats de cette nouvelle médiation pour agir. Or, chaque jour offert au CNDD au pouvoir est une perte et un haut risque pour la Guinée.
 
Les forces vives ont déclaré que Dadis n’est plus un interlocuteur, après sa mauvaise foi prouvée en 9 mois et son comportement de chef de guerre contre le peuple de Guinée.
 
« Si les Forces vives restent fermes sur cette position, il sera difficile de trouver une solution qui permet à Dadis de rester en place (même pour un délai transitoire).», conclut le diplomate.
 
GuineePresse.info
2009-10-13 00:52:58 Sory Doumbouya

2009-10-13 02:51:04

Dans un courrier spécial que nous avons reçu cet après-midi, l’Union Européenne nous indique que certaines informations que nous avons reçues au sujet de sa position sont erronées. 

« Tout en comprenant votre inquiétude, je suis content de pouvoir vous assurer que certaines des informations que vous avez dues recevoir sont erronées.  
Il y a effectivement eu une réunion le vendredi dernier, dont la conclusion a été de tout mettre en œuvre pour procéder aux sanctions ciblées… La liste des sanctionnés est en cours d'élaboration. »
 
Nous affirme un responsable de l’institution européenne qui nous précise qu’il a été juste décidé de les coordonner avec les institutions africaines qui sont entrain de prendre des mesures similaires et dont l’annonce avait été faite avant celles de l’UE.
 
« La réunion du Groupe International de Contact qui se tient aujourd'hui à Abuja a pour but de coordonner les actions des partenaires, notamment pour la prise de sanctions. ». Ajoute-t-il.
 
L’UE appuie également la mise en place d’une commission d’enquête internationale et une mission de maintien de paix pour protéger les populations civiles faces aux militaires et milices inconscientes du CNDD, si les partenaires africains prennent une telle initiative.
 
Quant à Blaise Compaoré, on nous précise qu’il n’est pas Médiateur (qui serait chargé de trouver un compromis entre les deux parties) mais plutôt un facilitateur qui va écouter les deux parties, en vue de trouver une solution de sortie de crise. Le mandat de Blaise n’est donc pas de faire une médiation mais écouter les deux parties, transmettre des messages du Groupe de contact et faire un rapport et des propositions à ce dernier qui va s’occuper de la résolution du problème. Alors, l’invitation des Forces Vives au Burkina ne s’inscrit donc pas dans sa mission. C’est pourquoi les Forces Vives ne doivent s’y rendre qu’après le départ de Dadis si cela est nécessaire. Autrement, elles amènent la communauté internationale à attendre d’éventuels résultats de cette nouvelle médiation pour agir. Or, chaque jour offert au CNDD au pouvoir est une perte et un haut risque pour la Guinée.
 
Les forces vives ont déclaré que Dadis n’est plus un interlocuteur, après sa mauvaise foi prouvée en 9 mois et son comportement de chef de guerre contre le peuple de Guinée.
 
« Si les Forces vives restent fermes sur cette position, il sera difficile de trouver une solution qui permet à Dadis de rester en place (même pour un délai transitoire).», conclut le diplomate.
 
GuineePresse.info
2009-10-13 00:52:58 Diallo

2009-10-13 02:51:04

Dans un courrier spécial que nous avons reçu cet après-midi, l’Union Européenne nous indique que certaines informations que nous avons reçues au sujet de sa position sont erronées. 

« Tout en comprenant votre inquiétude, je suis content de pouvoir vous assurer que certaines des informations que vous avez dues recevoir sont erronées.  
Il y a effectivement eu une réunion le vendredi dernier, dont la conclusion a été de tout mettre en œuvre pour procéder aux sanctions ciblées… La liste des sanctionnés est en cours d'élaboration. »
 
Nous affirme un responsable de l’institution européenne qui nous précise qu’il a été juste décidé de les coordonner avec les institutions africaines qui sont entrain de prendre des mesures similaires et dont l’annonce avait été faite avant celles de l’UE.
 
« La réunion du Groupe International de Contact qui se tient aujourd'hui à Abuja a pour but de coordonner les actions des partenaires, notamment pour la prise de sanctions. ». Ajoute-t-il.
 
L’UE appuie également la mise en place d’une commission d’enquête internationale et une mission de maintien de paix pour protéger les populations civiles faces aux militaires et milices inconscientes du CNDD, si les partenaires africains prennent une telle initiative.
 
Quant à Blaise Compaoré, on nous précise qu’il n’est pas Médiateur (qui serait chargé de trouver un compromis entre les deux parties) mais plutôt un facilitateur qui va écouter les deux parties, en vue de trouver une solution de sortie de crise. Le mandat de Blaise n’est donc pas de faire une médiation mais écouter les deux parties, transmettre des messages du Groupe de contact et faire un rapport et des propositions à ce dernier qui va s’occuper de la résolution du problème. Alors, l’invitation des Forces Vives au Burkina ne s’inscrit donc pas dans sa mission. C’est pourquoi les Forces Vives ne doivent s’y rendre qu’après le départ de Dadis si cela est nécessaire. Autrement, elles amènent la communauté internationale à attendre d’éventuels résultats de cette nouvelle médiation pour agir. Or, chaque jour offert au CNDD au pouvoir est une perte et un haut risque pour la Guinée.
 
Les forces vives ont déclaré que Dadis n’est plus un interlocuteur, après sa mauvaise foi prouvée en 9 mois et son comportement de chef de guerre contre le peuple de Guinée.
 
« Si les Forces vives restent fermes sur cette position, il sera difficile de trouver une solution qui permet à Dadis de rester en place (même pour un délai transitoire).», conclut le diplomate.
 
GuineePresse.info
2009-10-13 00:52:58 Amara Lamine Bangoura

2009-10-13 02:51:04

Dans un courrier spécial que nous avons reçu cet après-midi, l’Union Européenne nous indique que certaines informations que nous avons reçues au sujet de sa position sont erronées. 

« Tout en comprenant votre inquiétude, je suis content de pouvoir vous assurer que certaines des informations que vous avez dues recevoir sont erronées.  
Il y a effectivement eu une réunion le vendredi dernier, dont la conclusion a été de tout mettre en œuvre pour procéder aux sanctions ciblées… La liste des sanctionnés est en cours d'élaboration. »
 
Nous affirme un responsable de l’institution européenne qui nous précise qu’il a été juste décidé de les coordonner avec les institutions africaines qui sont entrain de prendre des mesures similaires et dont l’annonce avait été faite avant celles de l’UE.
 
« La réunion du Groupe International de Contact qui se tient aujourd'hui à Abuja a pour but de coordonner les actions des partenaires, notamment pour la prise de sanctions. ». Ajoute-t-il.
 
L’UE appuie également la mise en place d’une commission d’enquête internationale et une mission de maintien de paix pour protéger les populations civiles faces aux militaires et milices inconscientes du CNDD, si les partenaires africains prennent une telle initiative.
 
Quant à Blaise Compaoré, on nous précise qu’il n’est pas Médiateur (qui serait chargé de trouver un compromis entre les deux parties) mais plutôt un facilitateur qui va écouter les deux parties, en vue de trouver une solution de sortie de crise. Le mandat de Blaise n’est donc pas de faire une médiation mais écouter les deux parties, transmettre des messages du Groupe de contact et faire un rapport et des propositions à ce dernier qui va s’occuper de la résolution du problème. Alors, l’invitation des Forces Vives au Burkina ne s’inscrit donc pas dans sa mission. C’est pourquoi les Forces Vives ne doivent s’y rendre qu’après le départ de Dadis si cela est nécessaire. Autrement, elles amènent la communauté internationale à attendre d’éventuels résultats de cette nouvelle médiation pour agir. Or, chaque jour offert au CNDD au pouvoir est une perte et un haut risque pour la Guinée.
 
Les forces vives ont déclaré que Dadis n’est plus un interlocuteur, après sa mauvaise foi prouvée en 9 mois et son comportement de chef de guerre contre le peuple de Guinée.
 
« Si les Forces vives restent fermes sur cette position, il sera difficile de trouver une solution qui permet à Dadis de rester en place (même pour un délai transitoire).», conclut le diplomate.
 
GuineePresse.info
2009-10-13 00:52:58 Bangaly Traoré

2009-10-13 02:51:04

Dans un courrier spécial que nous avons reçu cet après-midi, l’Union Européenne nous indique que certaines informations que nous avons reçues au sujet de sa position sont erronées. 

« Tout en comprenant votre inquiétude, je suis content de pouvoir vous assurer que certaines des informations que vous avez dues recevoir sont erronées.  
Il y a effectivement eu une réunion le vendredi dernier, dont la conclusion a été de tout mettre en œuvre pour procéder aux sanctions ciblées… La liste des sanctionnés est en cours d'élaboration. »
 
Nous affirme un responsable de l’institution européenne qui nous précise qu’il a été juste décidé de les coordonner avec les institutions africaines qui sont entrain de prendre des mesures similaires et dont l’annonce avait été faite avant celles de l’UE.
 
« La réunion du Groupe International de Contact qui se tient aujourd'hui à Abuja a pour but de coordonner les actions des partenaires, notamment pour la prise de sanctions. ». Ajoute-t-il.
 
L’UE appuie également la mise en place d’une commission d’enquête internationale et une mission de maintien de paix pour protéger les populations civiles faces aux militaires et milices inconscientes du CNDD, si les partenaires africains prennent une telle initiative.
 
Quant à Blaise Compaoré, on nous précise qu’il n’est pas Médiateur (qui serait chargé de trouver un compromis entre les deux parties) mais plutôt un facilitateur qui va écouter les deux parties, en vue de trouver une solution de sortie de crise. Le mandat de Blaise n’est donc pas de faire une médiation mais écouter les deux parties, transmettre des messages du Groupe de contact et faire un rapport et des propositions à ce dernier qui va s’occuper de la résolution du problème. Alors, l’invitation des Forces Vives au Burkina ne s’inscrit donc pas dans sa mission. C’est pourquoi les Forces Vives ne doivent s’y rendre qu’après le départ de Dadis si cela est nécessaire. Autrement, elles amènent la communauté internationale à attendre d’éventuels résultats de cette nouvelle médiation pour agir. Or, chaque jour offert au CNDD au pouvoir est une perte et un haut risque pour la Guinée.
 
Les forces vives ont déclaré que Dadis n’est plus un interlocuteur, après sa mauvaise foi prouvée en 9 mois et son comportement de chef de guerre contre le peuple de Guinée.
 
« Si les Forces vives restent fermes sur cette position, il sera difficile de trouver une solution qui permet à Dadis de rester en place (même pour un délai transitoire).», conclut le diplomate.
 
GuineePresse.info
2009-10-13 00:52:58 Alphady Sy

2009-10-13 02:51:04

Dans un courrier spécial que nous avons reçu cet après-midi, l’Union Européenne nous indique que certaines informations que nous avons reçues au sujet de sa position sont erronées. 

« Tout en comprenant votre inquiétude, je suis content de pouvoir vous assurer que certaines des informations que vous avez dues recevoir sont erronées.  
Il y a effectivement eu une réunion le vendredi dernier, dont la conclusion a été de tout mettre en œuvre pour procéder aux sanctions ciblées… La liste des sanctionnés est en cours d'élaboration. »
 
Nous affirme un responsable de l’institution européenne qui nous précise qu’il a été juste décidé de les coordonner avec les institutions africaines qui sont entrain de prendre des mesures similaires et dont l’annonce avait été faite avant celles de l’UE.
 
« La réunion du Groupe International de Contact qui se tient aujourd'hui à Abuja a pour but de coordonner les actions des partenaires, notamment pour la prise de sanctions. ». Ajoute-t-il.
 
L’UE appuie également la mise en place d’une commission d’enquête internationale et une mission de maintien de paix pour protéger les populations civiles faces aux militaires et milices inconscientes du CNDD, si les partenaires africains prennent une telle initiative.
 
Quant à Blaise Compaoré, on nous précise qu’il n’est pas Médiateur (qui serait chargé de trouver un compromis entre les deux parties) mais plutôt un facilitateur qui va écouter les deux parties, en vue de trouver une solution de sortie de crise. Le mandat de Blaise n’est donc pas de faire une médiation mais écouter les deux parties, transmettre des messages du Groupe de contact et faire un rapport et des propositions à ce dernier qui va s’occuper de la résolution du problème. Alors, l’invitation des Forces Vives au Burkina ne s’inscrit donc pas dans sa mission. C’est pourquoi les Forces Vives ne doivent s’y rendre qu’après le départ de Dadis si cela est nécessaire. Autrement, elles amènent la communauté internationale à attendre d’éventuels résultats de cette nouvelle médiation pour agir. Or, chaque jour offert au CNDD au pouvoir est une perte et un haut risque pour la Guinée.
 
Les forces vives ont déclaré que Dadis n’est plus un interlocuteur, après sa mauvaise foi prouvée en 9 mois et son comportement de chef de guerre contre le peuple de Guinée.
 
« Si les Forces vives restent fermes sur cette position, il sera difficile de trouver une solution qui permet à Dadis de rester en place (même pour un délai transitoire).», conclut le diplomate.
 
GuineePresse.info
2009-10-13 00:52:58 Mr Doré kémoko
Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.