chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Appel à mes compatriotes Guinéens : Maintenons la flamme du combat contre Dadis et la junte allumée !

Date de publication:2009-10-14 17:46:01

2009-10-14 19:44:33

Il ya juste 2 semaines que s’est abattu sur notre peuple la folie meurtrière de Dadis Camara et de sa bande.

Aucun mot ne peut décrire ce qui s’est passé au stade du 28 septembre en ce jour du 51e anniversaire et de mobilisation pour l’avènement d’une Guinée libre et démocratique.

J’ai parcouru les grands crimes de l’Histoire à partir de noms, de dates, des faits et des mots clés comme assassinats, viols, meurtres, stade, foule, peuple, manifestants, mais aussi Hitler, Franco, Pinochet, Mao, Bokassa, Idi Amin, Hailé Sélassié, Macias N’Guéma, Salazar, Sékou Touré etc. Il ne ressort nulle part des éléments datés montrant que ces tyrans aient fait violer des femmes en plein jour et en bandes armées.

Pinochet a fait massacrer des manifestants au stade National de Santiago de Chili le 11 septembre 1973 sans pour autant faire violer les femmes. L’histoire des horribles massacres et exécutions ne fait aucunement allusion à des pratiques similaires auxquelles les mercenaires de Dadis et du CNDD se sont livrées.

Si tous les dictateurs ont en commun les arrestations arbitraires, les tortures, les meurtres, les exécutions sommaires, Dadis a cela de particulier : les viols en public, en plein jour et par des bandes armées.

Celles et ceux qui étaient dans ce stade le 28 septembre 2009 ont vu et subi ce qu’aucun dictateur avant Dadis n’a fait subir à des civils désarmés. Aucun Guinéen, non plus, sauf, bien sûr Dadis, le CNDD et leurs affidés, n’auraient pensé voir cela dans notre pays.

Nul ne peut dédouaner Dadis. Il est coupable, soit moralement, soit politiquement, ou les deux à la fois, de crime contre l’humanité. Ce qui est encore plus grave, c’est le fait que ce soldat nain et illuminé montre, chaque jour, qu’il est capable du pire si on le laissait faire. Ses agissements, veut- il nous faire croire, sont normaux parce qu’on l’a empêché de se rendre au stade pour dire à ses bras armés : tuez- moi »

 Pour empêcher de nouvelles monstruosités de Dadis, de ses bandes de drogués, de soulards et de criminels et pour ne plus entendre ce refrain macabre qu’il a déjà employé à propos des massacres du pont du 8 novembre, nous devons maintenir la pression jusqu’à la chute du dictateur.

J’énumérerais un certain nombre de points sur lesquels nous ne devons, en aucune manière, renoncer.

1-Continuer les manifestations à travers le monde comme nous le faisons depuis le début des événements et, cela, dans tous les points sensibles : sièges des pouvoirs politiques, des institutions internationales (ONU, Union Africaine, CEDEAO, des ambassades de Guinée et de pays dont les responsables de haut niveau font preuve de complicité avec le dictateur.

2-Organiser des rencontres d’information, d’échange et d’initiative avec les médias, les dirigeants nationaux et locaux des différents pays de résidence de Guinéens.

3-Faire signer des pétitions dans nos différents lieux de travail (dans la mesure du possible) et dans les espaces publics et les associations au sein desquelles nous militons.

4-Nous organiser pour le long terme car, nous sommes, en général aptes à réagir, mais une fois l’événement passé, il n’ ya pas de suivi. Du moins, il fait largement défaut. La junte compte sur cette lacune pour dire que la lutte que nous menons va bientôt s’essouffler.
Prouvons que, mars 2006 ; janvier- février 2007 et mai- juin 2008 nous ont servi d’exemple. Montrons que ce qui a bénéficié à Lansana Conté et, d’ailleurs, à cette bande du Camp Alpha Yaya, nous a donné de leçon et que cette- fois- ci, nous ne lâcherons pas. Nous combattrons jusqu’au départ de Dadis et de la junte quelque soient les moyens à utiliser.
5-Isoler tous nos compatriotes qui ont ouvertement ou en catimini soutenu Dadis et la junte pour leurs intérêts égoïstes et au détriment du bien- être et de la  vie des Guinéens.

Nous devons, par exemple, leur interdire d’aller à nos rencontres pour ne pas qu’ils puissent jouer leur rôle de mouchards. N’assister ni à un baptême ni à aucune manifestation à caractère social qui aurait lieu chez eux.

6-Mettre sous surveillance, que je qualifierai de citoyenne, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, les résidences de la junte, du gouvernement en place et de leurs alliés parce que rien ne dit que les sanctions internationales ne conduiront pas les bourreaux de Conakry à vouloir s’évader avec leurs familles.

7-Bouder les sites internet qui s’affichent pro- CNDD et des responsables politiques qui ont trahi l’idéal des forces vives. Ces sites intoxiquent l’opinion publique au lieu d’informer.

8-Mettre en place des comités de suivi au sein de chaque association de Guinéens pour qu’ils coordonnent les activités associatives et celles des différentes sections des forces vives de l’étranger.

Ces comités sont d’autant plus nécessaires que les forces vives relevant du politique, lesdits comités auront un caractère plutôt social. Par conséquent, leur rôle sera de mobiliser des concitoyens qui ne sont pas forcément membres de partis politiques.

9-Mettre en place au sein de chaque association une contribution volontaire en argent et/ou en nature pour assister les victimes du 28 septembre 2009. Celle-ci devant être adressée aux forces vives dans leur ensemble.

L’union sacrée que nous pensons, cette fois- ci, acquise entre les différents leaders politiques faciliterait l’acheminement de l’aide et sa saine répartition.
10-Dire à nos amis, parents et compatriotes de ne pas se laisser berner, cette fois-ci, par les hypocrisies qu’on leur rabâche au nom de je ne sais quelle religion.
Leur expliquer qu’un imam, un prêtre ou un croyant se réclamant de Mohamet ou du Christ qui ne condamne pas un assassin, un violeur n’est plus digne d’écoute. A la limite, il est plus coupable que le criminel lui- même car il prétend parler au nom de Dieu. Tel est ceux qui nous parlent de pardon alors que le bourreau crache chaque jour sur nos morts.

Leur expliquer que les dictatures précédentes se sont toutes basées sur ces religieux qui ont toujours béni le tyran et hypnotisé le peuple. Maintenant, il faut leur dire la religion soit, mais l’aliénation non !

11-Nous devons à titre individuel et/ou collectif, essayer d’avoir le maximum d’informations sur les morts, les disparus, les victimes de viols afin de porter nous- mêmes plainte contre Dadis et le CNDD. Sinon, mettre nos éléments d’information à la disposition de la commission d’enquête internationale qui sera sûrement mis en place.

12-Nous ne devons, en aucune manière et pour quelque raison que soit, nous laisser distraire par Dadis et la junte. Ce sont tous des criminels doublés d’un sadisme qui repose sur la banalisation de la mort et la désacralisation de la vie. Qui n’a pas écouté Dadis qui se laisse filmer dans son lit à moitié nu se dégager de toute responsabilité dans les massacres ?

Oh Dieu ! De quelle créature, as- tu, dans Ta Miséricorde Gratifiée le peuple de Guinée ? Ce peuple qui a tant subi ! Puisses- tu nous en délivrer avant qu’elle nous dévore !

12-Enfin, je propose que le futur Président de la République démocratiquement élu classe le stade du 28 septembre Patrimoine Historique de la Nation.

Ainsi, nos martyrs ne seront pas oubliés et ce septembre noir aura été pour toujours une victoire.

Dès lors, cette date figurera auprès des événements si douloureux de septembre des nations qui n’ont jamais baissé les bras. C’est le cas des Etats- Unis où la flamme de la démocratie ne s’est pas éteinte malgré les attaques terroristes du 11 septembre 1991. Mais aussi le Chili, où une autre dictature exécuta cet autre 11 septembre des femmes et leurs enfants.

Chers compatriotes, ne baissons pas les bras jusqu’à la chute Dadis et de la junte !
La Guinée mérite plus que ces sadiques ! Surtout, ne perdons pas de temps !

 

Lamarana petty Diallo               Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.