chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Nos excuses à Hadja Mariama Djélo Barry

Date de publication:2009-10-14 19:14:45

2009-10-14 21:13:04

Le Réseau des Femmes Africaines Ministres et Parlementaires de Guinée (REFAMP-GUINEE), le Réseau des Femmes du Fleuve Mano pour la Paix (REFMAP) ainsi que vingt et une autres organisations féminines sont des institutions qui œuvrent depuis quelques années pour le maintien de la paix en Guinée.

En effet, suite à la Conférence Internationale sur la population et le Développement tenue au Caire en 1994, l’UNFPA a recommandé que dans chaque Etat Africain il soit créé une Organisation non Gouvernementale comprenant les parlementaires et les Ministres afin de dynamiser leurs actions pour la promotion de la Femme.

C’est ainsi que les Femmes Ministres et Parlementaires de Guinée conscientes qu’à tout âge, une personne d’expérience, peut apporter sa contribution à l’édification de la Nation, ont décidé de créer le REFAMP-GUINEE qui est un Groupe de concertation et de pression pour mieux défendre les intérêts des Femmes pour la promotion et la protection de leur droit, améliorer leurs conditions de vie en vue du maintien de la Paix et d’un Développement durable de la Guinée.

Quant au REFMAP qui est une organisation sous régionale comprenant les pays du Bassin du fleuve Mano, il est composé de femmes leaders de différentes catégories déterminées à user de toutes les potentialités et capacités des femmes pour influencer le processus de paix mis en place par la CEDEAO, l’UA et les Nations Unies. Il a pour objectif d’intégrer la perspective genre dans le processus de prévention et de résolution des conflits.

C’est pourquoi, depuis la crise sociale de 2007, les femmes de ces organisations ont fait appel à d’autres organisations et associations féminines pour une action commune et concertée. Ensemble elles se sont résolument engagées à jouer le rôle qui leur est dévolu pour la stabilité et l’instauration de la démocratie en Guinée.

Ainsi depuis leur création, elles se sont impliquées dans la résolution de tous les conflits sociaux qui ont secoué le pays et la sous région.

Au nombre des actions qu’elles ont menées, on peut citer entre autres :

1.     Les séries de sensibilisation des différentes catégories de la société pour la stabilité de la Guinée ;

2.    L’appel pour la consolidation de l’unité nationale et la préservation de la paix en décembre 2007 ;

3.    La déclaration de janvier 2009 en vue d’une transition apaisée et une participation effective des femmes à ce processus ;

C’est pourquoi, dès le constat de la rupture du dialogue entre le CNDD et les forces vives, elles ont pris leurs bâtons de pèlerin pour rencontrer successivement les différents acteurs socio-politiques, au titre desquels les confessions religieuses, les membres du CNDD et du gouvernement, les leaders politiques, les coordinations régionales, les représentations diplomatiques, les opérateurs économiques, et autres personnalités influentes pour le rétablissement du dialogue et de la paix.

Malheureusement les choses se sont précipitées et est arrivée la journée fatidique du 28 Septembre. Elles ont aussitôt réagit par les  déclarations du 29 et du 30 septembre 2009 pour marquer leur désapprobation de la violence qui a conduit à ce carnage et au viol collectif des femmes.

Des tables rondes et séances de sensibilisation radio télévisées ont été organisées autour de ces massacres du 28 septembre en général et des viols des femmes en particulier.

Elles ont également apporté leur soutien moral et financier aux victimes dans les hôpitaux et à leurs domiciles.

A l’annonce de la réunion du Groupe de Contact International sur la Guinée à Abuja, elles ont constitué une délégation de 4 membres (Hadja Makalé Traoré, Hadja Saran Daraba Kaba, Hadja Mariama Aribot et Hadja Mariama Déo Baldé) pour suivre les débats parce que convaincues que seul le dialogue franc et constructif sortira le pays de cette impasse.

Cette démarche, quoi que parsemée d’embûches de tous ordres reste pour les femmes la voie à suivre pour une stabilité durable en Guinée et dans la sous région.

REFMAP/GUINEE

L'article en question:

Abuja : victoire pour les Forces Vives et camouflet pour les 4 Hadjas courtisanes de Dadis !

http://www.guineepresse.info/index.php?id=11,4059,0,0,1,0


Commentaires


2009-10-14 21:13:04

Le Réseau des Femmes Africaines Ministres et Parlementaires de Guinée (REFAMP-GUINEE), le Réseau des Femmes du Fleuve Mano pour la Paix (REFMAP) ainsi que vingt et une autres organisations féminines sont des institutions qui œuvrent depuis quelques années pour le maintien de la paix en Guinée.

En effet, suite à la Conférence Internationale sur la population et le Développement tenue au Caire en 1994, l’UNFPA a recommandé que dans chaque Etat Africain il soit créé une Organisation non Gouvernementale comprenant les parlementaires et les Ministres afin de dynamiser leurs actions pour la promotion de la Femme.

C’est ainsi que les Femmes Ministres et Parlementaires de Guinée conscientes qu’à tout âge, une personne d’expérience, peut apporter sa contribution à l’édification de la Nation, ont décidé de créer le REFAMP-GUINEE qui est un Groupe de concertation et de pression pour mieux défendre les intérêts des Femmes pour la promotion et la protection de leur droit, améliorer leurs conditions de vie en vue du maintien de la Paix et d’un Développement durable de la Guinée.

Quant au REFMAP qui est une organisation sous régionale comprenant les pays du Bassin du fleuve Mano, il est composé de femmes leaders de différentes catégories déterminées à user de toutes les potentialités et capacités des femmes pour influencer le processus de paix mis en place par la CEDEAO, l’UA et les Nations Unies. Il a pour objectif d’intégrer la perspective genre dans le processus de prévention et de résolution des conflits.

C’est pourquoi, depuis la crise sociale de 2007, les femmes de ces organisations ont fait appel à d’autres organisations et associations féminines pour une action commune et concertée. Ensemble elles se sont résolument engagées à jouer le rôle qui leur est dévolu pour la stabilité et l’instauration de la démocratie en Guinée.

Ainsi depuis leur création, elles se sont impliquées dans la résolution de tous les conflits sociaux qui ont secoué le pays et la sous région.

Au nombre des actions qu’elles ont menées, on peut citer entre autres :

1.     Les séries de sensibilisation des différentes catégories de la société pour la stabilité de la Guinée ;

2.    L’appel pour la consolidation de l’unité nationale et la préservation de la paix en décembre 2007 ;

3.    La déclaration de janvier 2009 en vue d’une transition apaisée et une participation effective des femmes à ce processus ;

C’est pourquoi, dès le constat de la rupture du dialogue entre le CNDD et les forces vives, elles ont pris leurs bâtons de pèlerin pour rencontrer successivement les différents acteurs socio-politiques, au titre desquels les confessions religieuses, les membres du CNDD et du gouvernement, les leaders politiques, les coordinations régionales, les représentations diplomatiques, les opérateurs économiques, et autres personnalités influentes pour le rétablissement du dialogue et de la paix.

Malheureusement les choses se sont précipitées et est arrivée la journée fatidique du 28 Septembre. Elles ont aussitôt réagit par les  déclarations du 29 et du 30 septembre 2009 pour marquer leur désapprobation de la violence qui a conduit à ce carnage et au viol collectif des femmes.

Des tables rondes et séances de sensibilisation radio télévisées ont été organisées autour de ces massacres du 28 septembre en général et des viols des femmes en particulier.

Elles ont également apporté leur soutien moral et financier aux victimes dans les hôpitaux et à leurs domiciles.

A l’annonce de la réunion du Groupe de Contact International sur la Guinée à Abuja, elles ont constitué une délégation de 4 membres (Hadja Makalé Traoré, Hadja Saran Daraba Kaba, Hadja Mariama Aribot et Hadja Mariama Déo Baldé) pour suivre les débats parce que convaincues que seul le dialogue franc et constructif sortira le pays de cette impasse.

Cette démarche, quoi que parsemée d’embûches de tous ordres reste pour les femmes la voie à suivre pour une stabilité durable en Guinée et dans la sous région.

REFMAP/GUINEE

L'article en question:

Abuja : victoire pour les Forces Vives et camouflet pour les 4 Hadjas courtisanes de Dadis !

http://www.guineepresse.info/index.php?id=11,4059,0,0,1,0

2009-10-14 19:14:45 ama

2009-10-14 21:13:04

Le Réseau des Femmes Africaines Ministres et Parlementaires de Guinée (REFAMP-GUINEE), le Réseau des Femmes du Fleuve Mano pour la Paix (REFMAP) ainsi que vingt et une autres organisations féminines sont des institutions qui œuvrent depuis quelques années pour le maintien de la paix en Guinée.

En effet, suite à la Conférence Internationale sur la population et le Développement tenue au Caire en 1994, l’UNFPA a recommandé que dans chaque Etat Africain il soit créé une Organisation non Gouvernementale comprenant les parlementaires et les Ministres afin de dynamiser leurs actions pour la promotion de la Femme.

C’est ainsi que les Femmes Ministres et Parlementaires de Guinée conscientes qu’à tout âge, une personne d’expérience, peut apporter sa contribution à l’édification de la Nation, ont décidé de créer le REFAMP-GUINEE qui est un Groupe de concertation et de pression pour mieux défendre les intérêts des Femmes pour la promotion et la protection de leur droit, améliorer leurs conditions de vie en vue du maintien de la Paix et d’un Développement durable de la Guinée.

Quant au REFMAP qui est une organisation sous régionale comprenant les pays du Bassin du fleuve Mano, il est composé de femmes leaders de différentes catégories déterminées à user de toutes les potentialités et capacités des femmes pour influencer le processus de paix mis en place par la CEDEAO, l’UA et les Nations Unies. Il a pour objectif d’intégrer la perspective genre dans le processus de prévention et de résolution des conflits.

C’est pourquoi, depuis la crise sociale de 2007, les femmes de ces organisations ont fait appel à d’autres organisations et associations féminines pour une action commune et concertée. Ensemble elles se sont résolument engagées à jouer le rôle qui leur est dévolu pour la stabilité et l’instauration de la démocratie en Guinée.

Ainsi depuis leur création, elles se sont impliquées dans la résolution de tous les conflits sociaux qui ont secoué le pays et la sous région.

Au nombre des actions qu’elles ont menées, on peut citer entre autres :

1.     Les séries de sensibilisation des différentes catégories de la société pour la stabilité de la Guinée ;

2.    L’appel pour la consolidation de l’unité nationale et la préservation de la paix en décembre 2007 ;

3.    La déclaration de janvier 2009 en vue d’une transition apaisée et une participation effective des femmes à ce processus ;

C’est pourquoi, dès le constat de la rupture du dialogue entre le CNDD et les forces vives, elles ont pris leurs bâtons de pèlerin pour rencontrer successivement les différents acteurs socio-politiques, au titre desquels les confessions religieuses, les membres du CNDD et du gouvernement, les leaders politiques, les coordinations régionales, les représentations diplomatiques, les opérateurs économiques, et autres personnalités influentes pour le rétablissement du dialogue et de la paix.

Malheureusement les choses se sont précipitées et est arrivée la journée fatidique du 28 Septembre. Elles ont aussitôt réagit par les  déclarations du 29 et du 30 septembre 2009 pour marquer leur désapprobation de la violence qui a conduit à ce carnage et au viol collectif des femmes.

Des tables rondes et séances de sensibilisation radio télévisées ont été organisées autour de ces massacres du 28 septembre en général et des viols des femmes en particulier.

Elles ont également apporté leur soutien moral et financier aux victimes dans les hôpitaux et à leurs domiciles.

A l’annonce de la réunion du Groupe de Contact International sur la Guinée à Abuja, elles ont constitué une délégation de 4 membres (Hadja Makalé Traoré, Hadja Saran Daraba Kaba, Hadja Mariama Aribot et Hadja Mariama Déo Baldé) pour suivre les débats parce que convaincues que seul le dialogue franc et constructif sortira le pays de cette impasse.

Cette démarche, quoi que parsemée d’embûches de tous ordres reste pour les femmes la voie à suivre pour une stabilité durable en Guinée et dans la sous région.

REFMAP/GUINEE

L'article en question:

Abuja : victoire pour les Forces Vives et camouflet pour les 4 Hadjas courtisanes de Dadis !

http://www.guineepresse.info/index.php?id=11,4059,0,0,1,0

2009-10-14 19:14:45 Diallo

2009-10-14 21:13:04

Le Réseau des Femmes Africaines Ministres et Parlementaires de Guinée (REFAMP-GUINEE), le Réseau des Femmes du Fleuve Mano pour la Paix (REFMAP) ainsi que vingt et une autres organisations féminines sont des institutions qui œuvrent depuis quelques années pour le maintien de la paix en Guinée.

En effet, suite à la Conférence Internationale sur la population et le Développement tenue au Caire en 1994, l’UNFPA a recommandé que dans chaque Etat Africain il soit créé une Organisation non Gouvernementale comprenant les parlementaires et les Ministres afin de dynamiser leurs actions pour la promotion de la Femme.

C’est ainsi que les Femmes Ministres et Parlementaires de Guinée conscientes qu’à tout âge, une personne d’expérience, peut apporter sa contribution à l’édification de la Nation, ont décidé de créer le REFAMP-GUINEE qui est un Groupe de concertation et de pression pour mieux défendre les intérêts des Femmes pour la promotion et la protection de leur droit, améliorer leurs conditions de vie en vue du maintien de la Paix et d’un Développement durable de la Guinée.

Quant au REFMAP qui est une organisation sous régionale comprenant les pays du Bassin du fleuve Mano, il est composé de femmes leaders de différentes catégories déterminées à user de toutes les potentialités et capacités des femmes pour influencer le processus de paix mis en place par la CEDEAO, l’UA et les Nations Unies. Il a pour objectif d’intégrer la perspective genre dans le processus de prévention et de résolution des conflits.

C’est pourquoi, depuis la crise sociale de 2007, les femmes de ces organisations ont fait appel à d’autres organisations et associations féminines pour une action commune et concertée. Ensemble elles se sont résolument engagées à jouer le rôle qui leur est dévolu pour la stabilité et l’instauration de la démocratie en Guinée.

Ainsi depuis leur création, elles se sont impliquées dans la résolution de tous les conflits sociaux qui ont secoué le pays et la sous région.

Au nombre des actions qu’elles ont menées, on peut citer entre autres :

1.     Les séries de sensibilisation des différentes catégories de la société pour la stabilité de la Guinée ;

2.    L’appel pour la consolidation de l’unité nationale et la préservation de la paix en décembre 2007 ;

3.    La déclaration de janvier 2009 en vue d’une transition apaisée et une participation effective des femmes à ce processus ;

C’est pourquoi, dès le constat de la rupture du dialogue entre le CNDD et les forces vives, elles ont pris leurs bâtons de pèlerin pour rencontrer successivement les différents acteurs socio-politiques, au titre desquels les confessions religieuses, les membres du CNDD et du gouvernement, les leaders politiques, les coordinations régionales, les représentations diplomatiques, les opérateurs économiques, et autres personnalités influentes pour le rétablissement du dialogue et de la paix.

Malheureusement les choses se sont précipitées et est arrivée la journée fatidique du 28 Septembre. Elles ont aussitôt réagit par les  déclarations du 29 et du 30 septembre 2009 pour marquer leur désapprobation de la violence qui a conduit à ce carnage et au viol collectif des femmes.

Des tables rondes et séances de sensibilisation radio télévisées ont été organisées autour de ces massacres du 28 septembre en général et des viols des femmes en particulier.

Elles ont également apporté leur soutien moral et financier aux victimes dans les hôpitaux et à leurs domiciles.

A l’annonce de la réunion du Groupe de Contact International sur la Guinée à Abuja, elles ont constitué une délégation de 4 membres (Hadja Makalé Traoré, Hadja Saran Daraba Kaba, Hadja Mariama Aribot et Hadja Mariama Déo Baldé) pour suivre les débats parce que convaincues que seul le dialogue franc et constructif sortira le pays de cette impasse.

Cette démarche, quoi que parsemée d’embûches de tous ordres reste pour les femmes la voie à suivre pour une stabilité durable en Guinée et dans la sous région.

REFMAP/GUINEE

L'article en question:

Abuja : victoire pour les Forces Vives et camouflet pour les 4 Hadjas courtisanes de Dadis !

http://www.guineepresse.info/index.php?id=11,4059,0,0,1,0

2009-10-14 19:14:45 Diallo

2009-10-14 21:13:04

Le Réseau des Femmes Africaines Ministres et Parlementaires de Guinée (REFAMP-GUINEE), le Réseau des Femmes du Fleuve Mano pour la Paix (REFMAP) ainsi que vingt et une autres organisations féminines sont des institutions qui œuvrent depuis quelques années pour le maintien de la paix en Guinée.

En effet, suite à la Conférence Internationale sur la population et le Développement tenue au Caire en 1994, l’UNFPA a recommandé que dans chaque Etat Africain il soit créé une Organisation non Gouvernementale comprenant les parlementaires et les Ministres afin de dynamiser leurs actions pour la promotion de la Femme.

C’est ainsi que les Femmes Ministres et Parlementaires de Guinée conscientes qu’à tout âge, une personne d’expérience, peut apporter sa contribution à l’édification de la Nation, ont décidé de créer le REFAMP-GUINEE qui est un Groupe de concertation et de pression pour mieux défendre les intérêts des Femmes pour la promotion et la protection de leur droit, améliorer leurs conditions de vie en vue du maintien de la Paix et d’un Développement durable de la Guinée.

Quant au REFMAP qui est une organisation sous régionale comprenant les pays du Bassin du fleuve Mano, il est composé de femmes leaders de différentes catégories déterminées à user de toutes les potentialités et capacités des femmes pour influencer le processus de paix mis en place par la CEDEAO, l’UA et les Nations Unies. Il a pour objectif d’intégrer la perspective genre dans le processus de prévention et de résolution des conflits.

C’est pourquoi, depuis la crise sociale de 2007, les femmes de ces organisations ont fait appel à d’autres organisations et associations féminines pour une action commune et concertée. Ensemble elles se sont résolument engagées à jouer le rôle qui leur est dévolu pour la stabilité et l’instauration de la démocratie en Guinée.

Ainsi depuis leur création, elles se sont impliquées dans la résolution de tous les conflits sociaux qui ont secoué le pays et la sous région.

Au nombre des actions qu’elles ont menées, on peut citer entre autres :

1.     Les séries de sensibilisation des différentes catégories de la société pour la stabilité de la Guinée ;

2.    L’appel pour la consolidation de l’unité nationale et la préservation de la paix en décembre 2007 ;

3.    La déclaration de janvier 2009 en vue d’une transition apaisée et une participation effective des femmes à ce processus ;

C’est pourquoi, dès le constat de la rupture du dialogue entre le CNDD et les forces vives, elles ont pris leurs bâtons de pèlerin pour rencontrer successivement les différents acteurs socio-politiques, au titre desquels les confessions religieuses, les membres du CNDD et du gouvernement, les leaders politiques, les coordinations régionales, les représentations diplomatiques, les opérateurs économiques, et autres personnalités influentes pour le rétablissement du dialogue et de la paix.

Malheureusement les choses se sont précipitées et est arrivée la journée fatidique du 28 Septembre. Elles ont aussitôt réagit par les  déclarations du 29 et du 30 septembre 2009 pour marquer leur désapprobation de la violence qui a conduit à ce carnage et au viol collectif des femmes.

Des tables rondes et séances de sensibilisation radio télévisées ont été organisées autour de ces massacres du 28 septembre en général et des viols des femmes en particulier.

Elles ont également apporté leur soutien moral et financier aux victimes dans les hôpitaux et à leurs domiciles.

A l’annonce de la réunion du Groupe de Contact International sur la Guinée à Abuja, elles ont constitué une délégation de 4 membres (Hadja Makalé Traoré, Hadja Saran Daraba Kaba, Hadja Mariama Aribot et Hadja Mariama Déo Baldé) pour suivre les débats parce que convaincues que seul le dialogue franc et constructif sortira le pays de cette impasse.

Cette démarche, quoi que parsemée d’embûches de tous ordres reste pour les femmes la voie à suivre pour une stabilité durable en Guinée et dans la sous région.

REFMAP/GUINEE

L'article en question:

Abuja : victoire pour les Forces Vives et camouflet pour les 4 Hadjas courtisanes de Dadis !

http://www.guineepresse.info/index.php?id=11,4059,0,0,1,0

2009-10-14 19:14:45 Sadio Barry

2009-10-14 21:13:04

Le Réseau des Femmes Africaines Ministres et Parlementaires de Guinée (REFAMP-GUINEE), le Réseau des Femmes du Fleuve Mano pour la Paix (REFMAP) ainsi que vingt et une autres organisations féminines sont des institutions qui œuvrent depuis quelques années pour le maintien de la paix en Guinée.

En effet, suite à la Conférence Internationale sur la population et le Développement tenue au Caire en 1994, l’UNFPA a recommandé que dans chaque Etat Africain il soit créé une Organisation non Gouvernementale comprenant les parlementaires et les Ministres afin de dynamiser leurs actions pour la promotion de la Femme.

C’est ainsi que les Femmes Ministres et Parlementaires de Guinée conscientes qu’à tout âge, une personne d’expérience, peut apporter sa contribution à l’édification de la Nation, ont décidé de créer le REFAMP-GUINEE qui est un Groupe de concertation et de pression pour mieux défendre les intérêts des Femmes pour la promotion et la protection de leur droit, améliorer leurs conditions de vie en vue du maintien de la Paix et d’un Développement durable de la Guinée.

Quant au REFMAP qui est une organisation sous régionale comprenant les pays du Bassin du fleuve Mano, il est composé de femmes leaders de différentes catégories déterminées à user de toutes les potentialités et capacités des femmes pour influencer le processus de paix mis en place par la CEDEAO, l’UA et les Nations Unies. Il a pour objectif d’intégrer la perspective genre dans le processus de prévention et de résolution des conflits.

C’est pourquoi, depuis la crise sociale de 2007, les femmes de ces organisations ont fait appel à d’autres organisations et associations féminines pour une action commune et concertée. Ensemble elles se sont résolument engagées à jouer le rôle qui leur est dévolu pour la stabilité et l’instauration de la démocratie en Guinée.

Ainsi depuis leur création, elles se sont impliquées dans la résolution de tous les conflits sociaux qui ont secoué le pays et la sous région.

Au nombre des actions qu’elles ont menées, on peut citer entre autres :

1.     Les séries de sensibilisation des différentes catégories de la société pour la stabilité de la Guinée ;

2.    L’appel pour la consolidation de l’unité nationale et la préservation de la paix en décembre 2007 ;

3.    La déclaration de janvier 2009 en vue d’une transition apaisée et une participation effective des femmes à ce processus ;

C’est pourquoi, dès le constat de la rupture du dialogue entre le CNDD et les forces vives, elles ont pris leurs bâtons de pèlerin pour rencontrer successivement les différents acteurs socio-politiques, au titre desquels les confessions religieuses, les membres du CNDD et du gouvernement, les leaders politiques, les coordinations régionales, les représentations diplomatiques, les opérateurs économiques, et autres personnalités influentes pour le rétablissement du dialogue et de la paix.

Malheureusement les choses se sont précipitées et est arrivée la journée fatidique du 28 Septembre. Elles ont aussitôt réagit par les  déclarations du 29 et du 30 septembre 2009 pour marquer leur désapprobation de la violence qui a conduit à ce carnage et au viol collectif des femmes.

Des tables rondes et séances de sensibilisation radio télévisées ont été organisées autour de ces massacres du 28 septembre en général et des viols des femmes en particulier.

Elles ont également apporté leur soutien moral et financier aux victimes dans les hôpitaux et à leurs domiciles.

A l’annonce de la réunion du Groupe de Contact International sur la Guinée à Abuja, elles ont constitué une délégation de 4 membres (Hadja Makalé Traoré, Hadja Saran Daraba Kaba, Hadja Mariama Aribot et Hadja Mariama Déo Baldé) pour suivre les débats parce que convaincues que seul le dialogue franc et constructif sortira le pays de cette impasse.

Cette démarche, quoi que parsemée d’embûches de tous ordres reste pour les femmes la voie à suivre pour une stabilité durable en Guinée et dans la sous région.

REFMAP/GUINEE

L'article en question:

Abuja : victoire pour les Forces Vives et camouflet pour les 4 Hadjas courtisanes de Dadis !

http://www.guineepresse.info/index.php?id=11,4059,0,0,1,0

2009-10-14 19:14:45 Mamadou Dioulde BARRY

2009-10-14 21:13:04

Le Réseau des Femmes Africaines Ministres et Parlementaires de Guinée (REFAMP-GUINEE), le Réseau des Femmes du Fleuve Mano pour la Paix (REFMAP) ainsi que vingt et une autres organisations féminines sont des institutions qui œuvrent depuis quelques années pour le maintien de la paix en Guinée.

En effet, suite à la Conférence Internationale sur la population et le Développement tenue au Caire en 1994, l’UNFPA a recommandé que dans chaque Etat Africain il soit créé une Organisation non Gouvernementale comprenant les parlementaires et les Ministres afin de dynamiser leurs actions pour la promotion de la Femme.

C’est ainsi que les Femmes Ministres et Parlementaires de Guinée conscientes qu’à tout âge, une personne d’expérience, peut apporter sa contribution à l’édification de la Nation, ont décidé de créer le REFAMP-GUINEE qui est un Groupe de concertation et de pression pour mieux défendre les intérêts des Femmes pour la promotion et la protection de leur droit, améliorer leurs conditions de vie en vue du maintien de la Paix et d’un Développement durable de la Guinée.

Quant au REFMAP qui est une organisation sous régionale comprenant les pays du Bassin du fleuve Mano, il est composé de femmes leaders de différentes catégories déterminées à user de toutes les potentialités et capacités des femmes pour influencer le processus de paix mis en place par la CEDEAO, l’UA et les Nations Unies. Il a pour objectif d’intégrer la perspective genre dans le processus de prévention et de résolution des conflits.

C’est pourquoi, depuis la crise sociale de 2007, les femmes de ces organisations ont fait appel à d’autres organisations et associations féminines pour une action commune et concertée. Ensemble elles se sont résolument engagées à jouer le rôle qui leur est dévolu pour la stabilité et l’instauration de la démocratie en Guinée.

Ainsi depuis leur création, elles se sont impliquées dans la résolution de tous les conflits sociaux qui ont secoué le pays et la sous région.

Au nombre des actions qu’elles ont menées, on peut citer entre autres :

1.     Les séries de sensibilisation des différentes catégories de la société pour la stabilité de la Guinée ;

2.    L’appel pour la consolidation de l’unité nationale et la préservation de la paix en décembre 2007 ;

3.    La déclaration de janvier 2009 en vue d’une transition apaisée et une participation effective des femmes à ce processus ;

C’est pourquoi, dès le constat de la rupture du dialogue entre le CNDD et les forces vives, elles ont pris leurs bâtons de pèlerin pour rencontrer successivement les différents acteurs socio-politiques, au titre desquels les confessions religieuses, les membres du CNDD et du gouvernement, les leaders politiques, les coordinations régionales, les représentations diplomatiques, les opérateurs économiques, et autres personnalités influentes pour le rétablissement du dialogue et de la paix.

Malheureusement les choses se sont précipitées et est arrivée la journée fatidique du 28 Septembre. Elles ont aussitôt réagit par les  déclarations du 29 et du 30 septembre 2009 pour marquer leur désapprobation de la violence qui a conduit à ce carnage et au viol collectif des femmes.

Des tables rondes et séances de sensibilisation radio télévisées ont été organisées autour de ces massacres du 28 septembre en général et des viols des femmes en particulier.

Elles ont également apporté leur soutien moral et financier aux victimes dans les hôpitaux et à leurs domiciles.

A l’annonce de la réunion du Groupe de Contact International sur la Guinée à Abuja, elles ont constitué une délégation de 4 membres (Hadja Makalé Traoré, Hadja Saran Daraba Kaba, Hadja Mariama Aribot et Hadja Mariama Déo Baldé) pour suivre les débats parce que convaincues que seul le dialogue franc et constructif sortira le pays de cette impasse.

Cette démarche, quoi que parsemée d’embûches de tous ordres reste pour les femmes la voie à suivre pour une stabilité durable en Guinée et dans la sous région.

REFMAP/GUINEE

L'article en question:

Abuja : victoire pour les Forces Vives et camouflet pour les 4 Hadjas courtisanes de Dadis !

http://www.guineepresse.info/index.php?id=11,4059,0,0,1,0

2009-10-14 19:14:45 mamadou maci

2009-10-14 21:13:04

Le Réseau des Femmes Africaines Ministres et Parlementaires de Guinée (REFAMP-GUINEE), le Réseau des Femmes du Fleuve Mano pour la Paix (REFMAP) ainsi que vingt et une autres organisations féminines sont des institutions qui œuvrent depuis quelques années pour le maintien de la paix en Guinée.

En effet, suite à la Conférence Internationale sur la population et le Développement tenue au Caire en 1994, l’UNFPA a recommandé que dans chaque Etat Africain il soit créé une Organisation non Gouvernementale comprenant les parlementaires et les Ministres afin de dynamiser leurs actions pour la promotion de la Femme.

C’est ainsi que les Femmes Ministres et Parlementaires de Guinée conscientes qu’à tout âge, une personne d’expérience, peut apporter sa contribution à l’édification de la Nation, ont décidé de créer le REFAMP-GUINEE qui est un Groupe de concertation et de pression pour mieux défendre les intérêts des Femmes pour la promotion et la protection de leur droit, améliorer leurs conditions de vie en vue du maintien de la Paix et d’un Développement durable de la Guinée.

Quant au REFMAP qui est une organisation sous régionale comprenant les pays du Bassin du fleuve Mano, il est composé de femmes leaders de différentes catégories déterminées à user de toutes les potentialités et capacités des femmes pour influencer le processus de paix mis en place par la CEDEAO, l’UA et les Nations Unies. Il a pour objectif d’intégrer la perspective genre dans le processus de prévention et de résolution des conflits.

C’est pourquoi, depuis la crise sociale de 2007, les femmes de ces organisations ont fait appel à d’autres organisations et associations féminines pour une action commune et concertée. Ensemble elles se sont résolument engagées à jouer le rôle qui leur est dévolu pour la stabilité et l’instauration de la démocratie en Guinée.

Ainsi depuis leur création, elles se sont impliquées dans la résolution de tous les conflits sociaux qui ont secoué le pays et la sous région.

Au nombre des actions qu’elles ont menées, on peut citer entre autres :

1.     Les séries de sensibilisation des différentes catégories de la société pour la stabilité de la Guinée ;

2.    L’appel pour la consolidation de l’unité nationale et la préservation de la paix en décembre 2007 ;

3.    La déclaration de janvier 2009 en vue d’une transition apaisée et une participation effective des femmes à ce processus ;

C’est pourquoi, dès le constat de la rupture du dialogue entre le CNDD et les forces vives, elles ont pris leurs bâtons de pèlerin pour rencontrer successivement les différents acteurs socio-politiques, au titre desquels les confessions religieuses, les membres du CNDD et du gouvernement, les leaders politiques, les coordinations régionales, les représentations diplomatiques, les opérateurs économiques, et autres personnalités influentes pour le rétablissement du dialogue et de la paix.

Malheureusement les choses se sont précipitées et est arrivée la journée fatidique du 28 Septembre. Elles ont aussitôt réagit par les  déclarations du 29 et du 30 septembre 2009 pour marquer leur désapprobation de la violence qui a conduit à ce carnage et au viol collectif des femmes.

Des tables rondes et séances de sensibilisation radio télévisées ont été organisées autour de ces massacres du 28 septembre en général et des viols des femmes en particulier.

Elles ont également apporté leur soutien moral et financier aux victimes dans les hôpitaux et à leurs domiciles.

A l’annonce de la réunion du Groupe de Contact International sur la Guinée à Abuja, elles ont constitué une délégation de 4 membres (Hadja Makalé Traoré, Hadja Saran Daraba Kaba, Hadja Mariama Aribot et Hadja Mariama Déo Baldé) pour suivre les débats parce que convaincues que seul le dialogue franc et constructif sortira le pays de cette impasse.

Cette démarche, quoi que parsemée d’embûches de tous ordres reste pour les femmes la voie à suivre pour une stabilité durable en Guinée et dans la sous région.

REFMAP/GUINEE

L'article en question:

Abuja : victoire pour les Forces Vives et camouflet pour les 4 Hadjas courtisanes de Dadis !

http://www.guineepresse.info/index.php?id=11,4059,0,0,1,0

2009-10-14 19:14:45 Souleymane Diallo
Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.