chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

L'ONU crée une commission d'enquête sur les violences en Guinée

Date de publication:2009-10-17 12:39:02

2009-10-17 14:37:39

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a décidé de créer une commission internationale d'enquête sur les violences meurtrières du 28 septembre en Guinée, a annoncé, vendredi 16 octobre, sa porte-parole, Michèle Montas.

M. Ban "demeure profondément préoccupé par la situation tendue qui prévaut en Guinée à la suite de la répression violente de civils non armés, le 28 septembre à Conakry", a déclaré Mme Montas lors d'un point de presse. Il "a décidé de créer une commission d'enquête internationale pour mener des investigations sur ces incidents afin de déterminer la responsabilité des personnes impliquées", a-t-elle ajouté, précisant qu'une mission de l'ONU allait se rendre immédiatement en Guinée pour examiner les modalités de l'établissement d'une telle commission.

La junte au pouvoir affirme que cinquante-six civils ont été tués et neuf cent trente-quatre personnes blessées lors de la manifestation du 28 septembre à Conakry, tandis que l'organisation de défense des droits de l'homme guinéenne estime que plus de cent cinquante-sept personnes ont été tuées et mille deux cents blessées, dont de nombreuses femmes violées.

La violente répression par l'armée de cette manifestation de l'opposition a soulevé l'indignation de la communauté internationale. L'Union africaine (UA), menaçant d'imposer des sanctions, a donné jusqu'à samedi à la junte pour qu'elle s'engage par écrit à ne pas présenter de candidat à l'élection présidentielle de janvier 2010. Les États-Unis ont demandé à la junte de quitter le pouvoir tandis que la Commission européenne estimait que le capitaine Camara devait être jugé pour "crimes contre l'humanité".

Source : LeMonde.fr

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.